Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon EV6.5 : où trouver le Bundle Lot 6 Boosters Fable ...
Voir le deal

Partagez
 Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Milo Davis
  Milo Davis  
- Autumn leaves -

▎ Messages postés : 588
▎ Pseudo : DonJuanAuxEnfers
▎ Faceclaim : Henry Cavill
▎ Crédits : DK
▎ Multi-comptes : Je galère déjà avec un seul compte
▎ Points récoltés : 1200
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_opfyk99ZmU1rq9ihbo3_r2_400
▎ Your age : 35 ans
▎ Your preference : Hétérosexuel
▎ Job/Studies : Pilote de ligne, amoureux du ciel
▎ The one you love : Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_pbg928QHBS1spguxzo1_400

https://likeariver.forumactif.com/t2578-me-myself-and-i https://likeariver.forumactif.com/t2745-milo-davis-the-best-way-to-predict-the-future-is-to-create-it#26057
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Empty
Message#
Sujet: Re: Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself   Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 EmptyLun 8 Avr 2024 - 1:33


Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself
Milo Davis ξ @Cassia Henderson

La perspective du saut en parachute plane entre nous, une aventure qui, pour moi, représente l'excitation et le frisson de l'inconnu, mais pour Cassia, évoque une peur profonde, celle du vide qui s'étend sous nos pieds, infini et intimidant. Connaissant ses craintes, je m'empresse de la rassurer, désireux de lui montrer que son bien-être est ma priorité absolue. « Si tu ne veux pas sauter en parachute, je peux le comprendre. Je ne te force pas… Jamais… » Mon assurance se veut être un baume, une promesse que son confort et ses limites sont respectés dans chaque aspect de notre relation. Ma main trouve la sienne, un geste simple mais empli de significations, une proximité tangible qui vient appuyer mes paroles. « Tu sais très bien que je ne te forcerai jamais à faire quelque chose que tu refuses… » Le regard que je pose sur elle se veut être rassurant, cherchant à souligner la sincérité de mon engagement à respecter ses choix, ses peurs. « Ce n’est qu’une proposition. Tu as le temps d’y réfléchir. Si tu refuses, je ne t’en voudrais absolument pas. » Nos lèvres se retrouvent dans un baiser, un échange doux qui scelle notre compréhension mutuelle. L'atmosphère se détend alors que je cherche à insuffler une note d'humour, une manière de dédramatiser la situation. « Sinon, je suis certain que Clyde se fera un plaisir de me jeter de l'avion ! » Mon ton plaisantin se veut être une échappatoire, une façon de laisser derrière nous la tension, même si elle ne s'est matérialisée que brièvement, de ce défi qui nous confronte.

La révélation de Cassia, concernant les heures supplémentaires qu'elle a décidé de cumuler pour nous offrir la possibilité de partager quelques jours ensemble, provoque en moi un tourbillon d'émotions. C'est un mélange d'émerveillement face à sa volonté et d'un sentiment profond de reconnaissance qui s'empare de mon tout mon être. Imaginer Cassia, après de longues journées de labeur, poussant encore plus loin ses limites pour la simple joie de nos retrouvailles, confère à son geste une dimension des plus admirables. Elle choisit consciemment d'emprunter un chemin semé d'embûches, acceptant le poids de la fatigue et du stress, le tout animé par la force de son amour. Cette preuve d'affection, de sacrifice volontaire, me bouleverse. Cassia donne sans compter, parfois au-delà de ses propres forces, pour le bonheur de l'autre, le mien, le notre. Dans son regard, lorsqu'elle me partage ce choix, je lis non seulement la détermination, mais aussi une lueur d'excitation à l'idée de ces jours à venir, un sacrifice personnel pour un bonheur partagé.

Mon cœur s'alourdit alors que je parcours du regard l'agenda de Cassia, ce document qui se dresse désormais entre nous comme un mur de verre, transparent mais implacable. L'ampleur de son engagement pour grappiller quelques précieuses heures en ma compagnie me remplit d'une gratitude infinie, mais c'est une gratitude mêlée d'une vive inquiétude. Comment peut-elle tenir le coup à ce rythme effréné sans mettre en péril sa santé ? L'idée qu'elle puisse se négliger, ignorer les signes de fatigue pour tenir une promesse faite à nos cœurs, me tord l'estomac. Je me rends compte que derrière chaque engagement pris, derrière chaque heure supplémentaire travaillée, se cache un potentiel coût pour son bien-être. L'équilibre délicat entre sa vie professionnelle et personnelle semble avoir été jeté par-dessus bord, dans sa volonté de nous offrir du temps ensemble. Face à cette réalité, je ressens le besoin urgent de prendre encore plus soin d’elle. La perspective de la voir s'effondrer sous le poids de ses efforts pour ménager un espace dans son emploi du temps surchargé me pousse à réfléchir à des solutions. Comment puis-je l'aider à trouver un juste milieu, à alléger cette charge qui pèse sur ses épaules ? Je réfléchis à des moyens concrets de soutenir Cassia dans cette période intense. « Tu es incroyable, Cassia » je commence, ma voix empreinte d'une chaleur reconnaissante, mais aussi d'un souci palpable. « Mais je ne peux m'empêcher de m'inquiéter pour toi. Tu te surmènes, et l'idée de te voir épuisée juste pour passer du temps avec moi... » Mes mots s'estompent, reflétant mon conflit intérieur. D'une part, je suis ému et reconnaissant pour son sacrifice ; d'autre part, je suis conscient des risques qu'elle encourt en se surchargeant à ce point. Je m'approche d'elle, nos regards ne se quittent pas alors que je refermes le capot de mon ordinateur. « Je veux que tu saches que chaque moment passé avec toi est précieux, mais pas au prix de ta santé. Peut-être pouvons-nous trouver un équilibre, adapter nos plans pour s'assurer que tu ne te mettes pas en danger. »

Guidés par une harmonie et une sérénité retrouvées, nous nous dirigeons vers la cuisine. Cassia, avec un sourire esquissé sur les lèvres, s'approche de la table où la boîte de sushis l'attend. L'anticipation illumine son visage alors qu'elle ouvre délicatement le paquet, révélant les délices que j'ai soigneusement choisis pour elle. Sa réaction, un mélange de surprise et de joie, me réchauffe le cœur, me rappelant pourquoi chaque petit effort en vaut la peine. Pendant qu'elle déguste avec délectation chaque bouchée, savourant les saveurs que je sais être ses favorites, je me glisse dans son dos, mes bras trouvant naturellement leur chemin autour de sa taille, la rapprochant de moi dans une étreinte douce mais ferme. Mes lèvres trouvent le chemin de son cou, déposant sur sa peau des baisers légers mais chargés d'un désir non dissimulé. À son oreille, je laisse échapper des murmures suggestifs, des mots qui se veulent à la fois tendres et provocateurs. « Imagine ce que la soirée nous réserve » je souffle, ma voix basse et teintée d'une promesse implicite de continuer à explorer les contours de notre passion. Cet instant, volé au temps et aux responsabilités, est une bulle de bonheur dans laquelle nous nous abandonnons avec délice.

L'après-midi se déroule sous le signe de la complicité et de la malice. Alors que je peaufine en secret les derniers détails de mon plan pour alléger l'absence à venir, un sourire espiègle me colle aux lèvres, reflet de ma satisfaction face aux idées que j'ai concoctées pour Cassia. Assuré que mes traces numériques sont effacées, je quitte mon ordinateur, l'esprit léger, impatient de partager un moment privilégié avec elle. Je retrouve Cassia absorbée dans sa lecture, un sentiment de plénitude m'envahit. La scène est d'une beauté simple, presque domestique, mais chargée d'une intimité profonde. Je m'approche d'elle en silence, glissant discrètement dans son dos pour venir doucement enserrer ses épaules de mes mains, tandis que mes lèvres trouvent refuge dans le creux de son cou. « Tu sens divinement bon… Quel est ton secret ? », je murmure, laissant la chaleur de mon souffle effleurer sa peau. « Je te laisse choisir le film, je vais nous préparer un petit encas… Et pour le dessert, j’ai une toute autre idée ! » L'implication dans ma voix et le baiser que je dépose sur sa joue sont l'avant-goût de la soirée que j'ai prévue pour nous, une soirée de détente et de plaisir partagé.

En cuisine, je m'affaire à préparer une assiette de crudités, de fromages affinés et de charcuteries italiennes, choisissant avec soin chaque élément pour composer un encas savoureux et convivial. Une fois la table basse du salon garnie de ces délices, j'ajoute à notre tableau quelques boissons, entre alcools fins et softs, pour accompagner le film que Cassia aura choisi. De retour à ses côtés, je l'interroge sur sa sélection, curieux de connaître le récit qui accompagnera notre soirée. Sa réponse, quelle qu'elle soit, importe peu au fond. Le vrai plaisir réside dans ce partage, dans cette parenthèse que nous créons ensemble, loin du tumulte du quotidien. « Une idée de film ? On peut regarder cette série sur les accidents d’avion ! » glissais-je avant d’éclater de rire face à son regard. Son regard sur moi, chargé d'une intensité brûlante, me fait sourire. « Ne me regarde pas comme cela sinon nous allons tout de suite passer au dessert ! », je lance en me dirigeant vers notre chambre pour récupérer quelques huiles essentielles et deux serviettes de bain, les ingrédients d'un dessert d'un autre genre. Devant elle, je retire mon polo, le laissant tomber avec désinvolture sur le dossier d'un fauteuil, exposant ma peau au regard appréciateur de Cassia. « Si jamais le film t’ennuies, tu pourras regarder autre chose de plus intéressant ! »


MY WOLRD IS HER
Et au premier battement de ses paupières, je l'ai reconnue. C'était bien elle, l'inattendue et l'attendue
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Cassia Henderson
  Cassia Henderson  
- Shade of winter -

▎ Messages postés : 850
▎ Pseudo : s-a
▎ Faceclaim : Gal Gadot
▎ Crédits : philia
▎ Multi-comptes : non
▎ Points récoltés : 1177
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_inline_opupfyoeON1ul4f46_400
▎ Your age : trente-trois ans
▎ Your preference : hétérosexuelle
▎ Job/Studies : Cassia est infirmière au Charlton Memorial Hospital.
▎ The one you love : Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_p02mtjuqCb1vbe6zoo6_r1_250

https://likeariver.forumactif.com/f38-liens-des-membres https://likeariver.forumactif.com/f82-les-telephones https://likeariver.forumactif.com/t651-instagram-explications-modele
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Empty
Message#
Sujet: Re: Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself   Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 EmptyLun 8 Avr 2024 - 7:01


Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself
@Milo Davis ξ Cassia Henderson


Cette annonce concernant une activité commune hors du commun est surprenante. En temps normal j’aurais sans doute accepté tout de suite mais là c’était bien différent étant donné que cette fameuse activité allait me faire sortir de ma zone de confort et me faire affronter une de mes plus grandes phobies : le vide. Toutefois je me refuse de répondre non sans y réfléchir un minimum. Je dit donc donc à Milo que j’allais y réfléchir, réellement. Mais que je ne pouvais malgré tout rien lui promettre tout de suite. Le pilote de ligne comprend et accepte ma réponse provisoire, réitérant de doux paroles réconfortantes. « Je sais et je t’en remercie sincèrement. Je vais y réfléchir... » Puis, voulant toujours plaisanter, Milo m’annonce que Clyde luis e fera un plaisir de le jeter de l’avion. Je souris amusée par sa remarque qui était là dans le but de me détendre et de dédramatiser quelque peu le choix que j’avais à faire. « Je n’en doute pas... » dis-je amusée par la remarque de Milo.

Alors que Milo examinait mon planning du mois, je tentais rapidement de le rassurer sur la charge de travail. Il est vrai que la semaine qui venait de passer et celle qui allait arriver était très dense mais tout était faisable malgré tout. Je ne pouvais pas nier que la fatigue était omniprésente mais je ne regrettais pas. Milo m’avoue ne pas pouvoir s’empêcher de m’inquiéter pour moi, évoquant un surmenage et un épuisement. « Milo, tu n’as pas à t’inquiéter je t’assure… J’avais vraiment envie de venir ici pour passer quelques jours avec toi. Je te promets que je fais attention et que je connais mes limites... » Mes paroles vouées à le rassurer u du moins essayer étaient malgré tout sincères. « Tu sais que tu es adorable quand tu t’inquiètes... » dis-je dans un léger murmure avant de venir poser mes lèvres tendrement sur les siennes.

Le reste de la journée avait été beaucoup plus tranquille que la soirée de la veille ou que la matinée passée avec la présence de Lou. Le fait d’avoir parlé de mes craintes à Milo sur son futur départ à Londres m’avait finalement fait beaucoup de bien. Même si cela n’effaçait pas le geste impardonnable de Lou envers Milo ni ma peur de la savoir avec lui lors de cette formation. Mais pour le moment je préférais me concentrer sur nos moments passés ensemble et à cette quiétude qui était revenu parmi nous. Milo, après avoir effectué quelques taches dans l’appartement, avait passé un peu de temps sur son ordinateur prétextant avoir certaines choses à régler. Quant à moi j’en avais profiter pour rester un peu tranquille et continuer mon roman. Captivée par ce dernier, je sors de mon imaginaire en sentant les mains de Milo venir se poser sur mes épaules tandis que ses lèvres elles, se posent au creux de mon cou. Un léger frisson me parcoure au contact de sa peau contre la mienne. Son interrogation quant au fait que je sente divinement bon me fait légèrement rire « H’m… ça c’est mon petit secret... » dis-je d’une voix pleine de mystère alors qu’en réalité il n’en était rien, je mettais tout simplement une petite touche de parfum chaque matin, le même depuis des années maintenant. Milo m’annonce ensuite me laisser choisir le film pendant qu’il préparait de quoi grignoter pour la soirée. Sa remarque sur le dessert ne fait qu’accentuer le sourire déjà présent sur mon visage « J’ai hâte de voir ça ... » dis-je en parlant bien évidemment de ce mystérieux dessert.

Je prends le temps de ranger mon livre puis m’installe sur le canapé à la recherche d’un film susceptible de nous plaire tous les deux. Milo ne tarde pas à venir au salon déposant sur la table basse les petits encas qu’il avait préparé. Le jeune homme, pour plaisanter, suggère de visionner une série sur des accidents d’avion . Ma réaction est immédiate, je pose sur lui un regard réprobateur. « Très amusant… Plus sérieusement, pour le film je suis d’humeur à t’épargner un mélodrame romantique… J’opterais plus pour une comédie ou un thriller... » dis-je en continuant à chercher une la plateforme en ligne. Milo revient avec deux serviettes de bain et es huiles essentielles. Des petits détails qui promettaient une fin de soirée excellente. « Si c’est ça le dessert alors j’ai vraiment hâte d’y être... » dis-je d’un air espiègle alors que Milo lui retire son polo. Sa remarque qui accompagne son geste me fait rire « C’est vraiment très prévenant de ta part... » dis-je amusée mais aussi comblée par la vision que son torse nu m’offrait. Je laisse alors Milo venait s’installer sur le canapé, et vient me blottir contre lui sans attendre alors que le film commençait. Bien que ce matin j’eu envie d’être seule ce n’était à présent plus le cas. Je profitais de chaque moment passé avec Milo, ayant conscience que chaque minute qui passait était une minute qui nous rapprochait de son départ.



Carpe Diem
And i'm feeling love
Revenir en haut Aller en bas
Milo Davis
  Milo Davis  
- Autumn leaves -

▎ Messages postés : 588
▎ Pseudo : DonJuanAuxEnfers
▎ Faceclaim : Henry Cavill
▎ Crédits : DK
▎ Multi-comptes : Je galère déjà avec un seul compte
▎ Points récoltés : 1200
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_opfyk99ZmU1rq9ihbo3_r2_400
▎ Your age : 35 ans
▎ Your preference : Hétérosexuel
▎ Job/Studies : Pilote de ligne, amoureux du ciel
▎ The one you love : Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_pbg928QHBS1spguxzo1_400

https://likeariver.forumactif.com/t2578-me-myself-and-i https://likeariver.forumactif.com/t2745-milo-davis-the-best-way-to-predict-the-future-is-to-create-it#26057
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Empty
Message#
Sujet: Re: Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself   Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 EmptyLun 8 Avr 2024 - 8:22


Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself
Milo Davis ξ @Cassia Henderson

Mes yeux se posent sur Cassia, captivant toute mon attention. Le sourire béat qui étire mes lèvres trahit sans équivoque l'immense plaisir que j'éprouve simplement à être à ses côtés. Dans un élan de légèreté, je laisse échapper, « Peu importe le choix du film... Mais évitons un thriller, je pense. Nous avons été témoins de suffisamment d'horreurs pour aujourd'hui ! Je suis d'ailleurs assez disposé à ne pas exprimer de réticences si tu as une préférence pour quelque chose de plus mélodramatique. Je crois même qu'il y a ce film dont tout le monde parle dernièrement... » Mes mots se perdent un instant alors que je saisis un bâtonnet de carotte, suggérant avec une pointe d'humour, « On devrait peut-être en donner à Erin, paraît-il que ça rend aimable ! » tout en croquant dedans, en ne pouvant m’empêcher une nouvelle plaisanterie. Une fois le film choisi par Cassia, mes pensées continuent de vagabonder, bien loin des images qui défilent à l'écran. Je me retrouve plus absorbé par sa présence que par le film en lui-même. Mon esprit s'affaire à échafauder divers plans et stratégies dans le but d'alléger le poids et la culpabilité que m'inspire ma prochaine longue absence. Malgré la douceur de cet instant, je n'ai pas le cœur à lui révéler que, contre toute attente, mon éloignement sera prolongé bien plus que nous l'avions prévu. Et pourtant, c'est pour elle, pour nous, que je m'apprête à prolonger mon absence. Blottis l'un contre l'autre, je suis enveloppé par son parfum, le même depuis toutes ces années. Une fragrance que je connais par cœur, que je saurais identifier les yeux fermés, tant elle est ancrée dans ma mémoire et associée à des souvenirs intenses et précieux. Par moments, je dépose de légers baisers sur le sommet de son crâne, tantôt sur sa tempe, des gestes tendres et réconfortants. Ce petit moment de sérénité, niché au cœur d'un quotidien souvent tumultueux, marqué récemment par les défis causés par Lou, m'offre une paix inestimable. C'est une bulle de tranquillité, un instant précieux où le temps semble suspendu, me permettant d'oublier, ne serait-ce qu'un bref moment, les tempêtes qui nous entourent.

La soirée se déroule avec une douceur remarquable, bien que mon attention ne soit pas véritablement captée par le film qui se joue devant nous. C'est plutôt vers Cassia que mon regard se tourne inlassablement. Je m'installe confortablement contre l'accoudoir du canapé, soutenant ma tête de ma main tandis que mon autre main joue distraitement avec un bâtonnet de carotte. Mes yeux, emplis d'affection, ne quittent pas Cassia, observant silencieusement chaque détail de son visage éclairé par la lumière de l'écran, capturant la moindre de ses réactions. Soudain, au climax de l'intrigue, un événement inattendu se produit : l'appartement, ainsi que le reste de la ville, est englouti dans une obscurité complète. Un sourcil haussé en signe de surprise, je me lève, enfilant rapidement mon polo – mieux vaut être prêt à toute éventualité. Je m'avance vers la porte d'entrée et, sur le pallier, je tombe nez à nez avec mon voisin, visiblement tout aussi décontenancé par cette coupure de courant soudaine. Après avoir échangé un bref hochement de tête avec lui, je referme la porte et retourne vers Cassia, rassurant : « Une simple panne de courant, rien de très grave. » Je commence alors à allumer quelques bougies, plaçant délicatement chacune d'elles dans des recoins stratégiques de la pièce pour créer une atmosphère chaleureuse et intime. L'ambiance tamisée qui se dessine nous enveloppe, rendant le moment présent encore plus précieux et intime.« Je t’ai promis un petit massage, me semble-t-il ? » dis-je, un sourire en coin, sachant pertinemment que c'était une offre plutôt qu'une question. En cherchant du regard une crème pour les mains ou une huile de massage que j'avais achetée spécialement pour l'occasion, je m'approche de Cassia avec douceur. Ma démarche est empreinte de tendresse, mon désir de prendre soin d'elle plus évident que jamais. Avant de commencer, je saisi délicatement sa main entre les miennes, la chauffant légèrement, un geste simple mais rempli d'affection, comme pour lui dire sans mots que je suis là, avec elle, dans cet instant suspendu hors du temps.

Nos lèvres se rejoignent avec une passion dévorante, témoignant de l'intensité de nos sentiments. C'est avec une pointe de réticence que je finis par m'éloigner de Cassia, me dirigeant vers la chambre afin de créer une atmosphère tout aussi romantique, avec l'aide de bougies soigneusement disposées pour former un cocon de lumière douce et accueillante. Je m'assure que chaque détail, de la disposition des oreillers jusqu'au drapé des couvertures, invite à la tendresse et au rapprochement. Une fois le cadre parfaitement ajusté, je retourne dans le salon, impatient de retrouver Cassia.Nos lèvres se cherchent et se trouvent à nouveau, guidant nos pas vers la chambre dans une danse silencieuse de promesses non dites. Dans son dos, je dépose de tendres baisers sur son cou, tandis que mes mains, exploratrices, glissent sous son tee-shirt, qui finit par rejoindre le sol dans un mouvement fluide. La découverte de sa lingerie me fait sourire, une agréable surprise. « Tiens, je ne le connaissais pas celui-là ! » je m'exclame, admirant la délicatesse de son choix. « Tu as bon goût, comment savais-tu que j’allais l’adorer ? » La vérité est que tout ce que Cassia choisit de porter m’enchante, car c’est elle qui lui donne vie.« Un nouveau magasin de lingerie a ouvert à New-York. Nous pourrions y faire un saut demain, si tu en as envie, » je lui propose, l'invitation dans ma voix teintée d'une excitation à peine voilée. « Promis, j’essayerai de rester sage dans la cabine d’essayage, » j’ajoute avec un clin d'œil complice, faisant allusion à nos précédentes aventures lors d’une séance shopping un peu trop animée. Ce moment de légèreté et de complicité renforce le lien unique qui nous unit, promettant une suite à la fois tendre et espiègle pour notre soirée.

Dans la douce pénombre créée par les bougies, la scène est prête pour un moment de détente absolue. Cassia s'allonge délicatement sur le lit, les draps frais contre sa peau, la lumière extérieure n'ayant pas encore daigné revenir. Mais loin de nous plonger dans le désarroi, cette obscurité nous enveloppe dans une bulle de quiétude et d'intimité. Mes mains, préalablement réchauffées, se posent sur son dos avec douceur, prêtes à entamer leur danse apaisante. Je verse quelques gouttes d'huile de massage entre mes paumes, son parfum subtil se mêlant à l'air ambiant, avant de les laisser glisser sur sa peau. Dès le premier contact, je sens Cassia se détendre sous l'effet de mes caresses. Débutant par ses épaules tendues, mes mouvements sont fluides et précis, dessinant des cercles qui s'élargissent peu à peu pour englober les cervicales. Chaque pression exercée est une invitation à laisser derrière soi les tracas du quotidien. L'huile facilite le voyage de mes doigts, permettant un massage profond sans pour autant perturber la tranquillité du moment. Je m'attarde sur chaque nœud de tension, les dénouant un à un avec patience et attention, veillant à ajuster la pression selon les réactions de Cassia. Les mouvements de mes mains se font tantôt amples pour englober de vastes zones de tensions, tantôt précis, ciblant des points spécifiques qui nécessitent une attention particulière. À mesure que je poursuis, le corps de Cassia semble s'alourdir contre le matelas, un signe indéniable de son abandon total à la relaxation. Le massage se transforme en une véritable communication non-verbale entre nous, un échange d'énergie et de bien-être. Le temps semble suspendu, la seule réalité existante étant celle du soin et de l'affection que nous partageons dans cet instant privilégié.


MY WOLRD IS HER
Et au premier battement de ses paupières, je l'ai reconnue. C'était bien elle, l'inattendue et l'attendue
(c)crackintime


Dernière édition par Milo Davis le Lun 8 Avr 2024 - 20:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cassia Henderson
  Cassia Henderson  
- Shade of winter -

▎ Messages postés : 850
▎ Pseudo : s-a
▎ Faceclaim : Gal Gadot
▎ Crédits : philia
▎ Multi-comptes : non
▎ Points récoltés : 1177
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_inline_opupfyoeON1ul4f46_400
▎ Your age : trente-trois ans
▎ Your preference : hétérosexuelle
▎ Job/Studies : Cassia est infirmière au Charlton Memorial Hospital.
▎ The one you love : Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_p02mtjuqCb1vbe6zoo6_r1_250

https://likeariver.forumactif.com/f38-liens-des-membres https://likeariver.forumactif.com/f82-les-telephones https://likeariver.forumactif.com/t651-instagram-explications-modele
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Empty
Message#
Sujet: Re: Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself   Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 EmptyLun 8 Avr 2024 - 17:58


Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself
@Milo Davis ξ Cassia Henderson


Nous étions maintenant prêts pour commencer notre soirée détente en commençant par visionner un film en tête à tête tout en grignotant un peu. Milo avait pris le soin de tout préparer et je trouvais cela adorable tant par le geste que par les produits sélectionnés. Il y avait tout ce que j’aimais sur cette table basse.  Alors que j’étais toujours en pleine réflexion et en plein recherche de film, Milo s’octroie une petite plaisanterie vis à vis d’un bâtonnet de carotte et le fait d’en donner Erin pour la rendre aimable. Je ris de bon cœur face à cette plaisanterie spontanée. Une fois le film sélectionné, j’avais opté pour le film Dune qui avait eu apparemment beaucoup de succès dans cette nouvelle version, nous nous installons confortablement sur le canapé.

La soirée se déroule très paisiblement. Blottis l’un contre l’autre nous visionnons le film en tout grignotant un peu. Je n’étais pas une grande fan de science fiction mais il est vrai que cette nouvelle version de ce chef d’œuvre littéraire et cinématographique était vraiment très réussie. Parfois je perdais un peu le fil, songeant à nouveau à ce qui s’était passé avec Lou et à ce qui pourrait se passer pendant son séjour à Londres avec Milo. Et étrangement, à chaque fois un baiser de Milo me ramenait à la réalité. Une douce réalité à laquelle je préférais me raccrocher pour le moment. Soudainement, l’appartement est plongé dans l’obscurité. Je me redresse légèrement, surprise par ce moment. Milo se lève, enfile son polo et va ouvrir la porte afin de vérifier ce qu’il en était pour le reste de l’immeuble. Le pilote de ligne revient en m’annonçant qu’il s’agissait d’une simple panne de courant. « D’accord... » Bon, notre séance cinéma à domicile était écourtée. Ce ne serait sans doute que partie remise. Milo s’affaire à allumer quelques bougies et me rappelle alors qu’il m’avait promis un massage. « H’m… Oui en effet. On dirait bien que je vais y avoir droit plus tôt que prévu... » Milo s’approche de moi doucement et attrape délicatement une de mes mains. Nos lèvres viennent se sceller passionnément. Alors que Milo se dirige vers la chambre, je prends le temps de débarrasser un peu le salon. Il est clair que ce moment dînatoire devant la télévision était à présent terminé. Lorsque Milo revient dans le salon, nos lèvres sont immédiatement attirées les une contres les autres alors que nos pas eux, nous mènent jusqu’à la chambre. Une fois dans la pièce, les mains de Milo glissent sous mon t-shirt pour finir par le retirer. Observateur, le pilote de ligne remarque tout de suite la présence d’une nouvelle lingerie. Sa remarque me fait sourire « Je crois que peu importe ce que je peux porter, ce sera toujours à ton goût... » dis-je amusée. Milo m’annonce avoir entendu parler de l’ouverture d’une nouvelle boutique de lingerie en ville et propose d’aller y faire un tour tout en me promettant de rester sage dans la cabine d’essayage. « Pourquoi pas. Je ne dis jamais non à une séance de shopping… » Surtout avec Milo.

Rapidement, je me retrouve prête pour le massage et m’installe confortablement sur le lit. La pièce plongé dans le noir et éclairée seulement par quelques bougies donne une ambiance des plus intime et romantique. Milo, prenant soin de chauffer ses mains et l’huile de massage, commence alors à effectuer de tendres mais fermes geste sur mon dos, alternant également avec mes cervicales très tendues. Son massage est un moment de pur bonheur, une détente incroyable. Il savait exactement où appuyer, où masser pour dénouer des nœuds présents depuis déjà plusieurs jours. « C’est divin... » dis-je dans un léger soupir. « Si jamais un jour tu cherche une reconversion professionnelle, tu as de l’avenir dans ce domaine... » dis-je pour plaisanter bien que j’étais très sérieuse. Milo massait divinement bien. A chaque seconde qui passait je pouvais sentir mes muscles se décontracter un par un.



Carpe Diem
And i'm feeling love
Revenir en haut Aller en bas
Milo Davis
  Milo Davis  
- Autumn leaves -

▎ Messages postés : 588
▎ Pseudo : DonJuanAuxEnfers
▎ Faceclaim : Henry Cavill
▎ Crédits : DK
▎ Multi-comptes : Je galère déjà avec un seul compte
▎ Points récoltés : 1200
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_opfyk99ZmU1rq9ihbo3_r2_400
▎ Your age : 35 ans
▎ Your preference : Hétérosexuel
▎ Job/Studies : Pilote de ligne, amoureux du ciel
▎ The one you love : Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_pbg928QHBS1spguxzo1_400

https://likeariver.forumactif.com/t2578-me-myself-and-i https://likeariver.forumactif.com/t2745-milo-davis-the-best-way-to-predict-the-future-is-to-create-it#26057
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Empty
Message#
Sujet: Re: Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself   Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 EmptyLun 8 Avr 2024 - 20:39


Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself
Milo Davis ξ @Cassia Henderson

Dans l’intimité de la chambre illuminé à la lueur des bougies, la vue de Cassia, ornée de sa lingerie fine, éveille en moi un mélange de tendresse et de désir intense. La dentelle délicate qui se dessine contre sa peau, soulignant avec grâce son fessier et sa poitrine, agit comme un véritable appel à mes sens. Cette vision, à la fois élégante et provocante, me transporte, éveillant en moi une envie presque sauvage de la libérer de ces voiles et de me plonger dans l'exploration de sa beauté sans retenue. Sa beauté est si envoûtante, si magnétiquement exquise, que mes lèvres, presque instinctivement, se mettent à tracer des chemins de baisers le long de la chute de ses reins, tandis que mes mains poursuivent leur œuvre, massant son corps avec une attention sensuelle. Sous l'effet de mes caresses, les tensions semblent s'évaporer de son corps, remplacées par des ondes de plaisir qui se manifestent par de doux gémissements s'échappant de ses lèvres. Cassia, jouant le jeu de la taquinerie, évoque l'idée d'une reconversion professionnelle pour moi, suscitant un sourire complice. « Tu accepterais de me laisser toucher d'autres femmes que toi ? » je lance, entrant dans son jeu tout en sachant que notre connexion est unique et irremplaçable. « Je pense que j'aurais deux clientes très régulières, Erin et Lou par exemple » j'ajoute, piquant légèrement l'air de notre complicité avec une pointe d'humour, tout en étant pleinement conscient des limites de cette plaisanterie avec Cassia.

Mon regard se fixe, empli d'admiration et de désir, sur la lingerie que Cassia arbore ce soir. La pièce, un ensemble délicat de soie et de dentelle, joue sur les contrastes de texture et de transparence, révélant et dissimulant à la fois, suscitant ainsi un désir ardent chez moi. La couleur, un rouge profond, évoque la passion et s'accorde parfaitement avec sa peau, la mettant en valeur avec une élégance subtile. Le soutien-gorge, rehaussé de motifs floraux finement brodés, dessine avec précision les courbes de sa poitrine, tandis que le petit nœud placé au creux de son décolleté ajoute une touche d'innocence coquine. Le bas, une culotte assortie qui épouse ses hanches avec grâce, est bordé de la même dentelle exquise qui laisse entrevoir la peau en dessous, jouant sur l'idée de ce qui est caché et de ce qui est offert à la vue. La finesse des liens qui s'entrecroisent sur les côtés ajoute un caractère unique à l'ensemble, invitant à un dévoilement lent et intentionnel. Cette lingerie n'est pas seulement un vêtement ; c'est une promesse, une invitation à explorer plus avant les profondeurs de notre intimité. Ma fascination pour cette parure est palpable. Cet ensemble, choisi avec soin par Cassia, semble être un reflet de sa personnalité : à la fois audacieuse et raffinée, provocante et élégante. La manière dont elle le porte, avec une confiance sereine, attise encore plus mon désir pour elle. C'est un rappel émouvant de notre connexion, une preuve tangible du soin que nous portons à nourrir et à célébrer notre amour à travers ces petits gestes de séduction.

Alors que mes yeux continuent de savourer la vue, un sourire se dessine sur mes lèvres. « Tu as vraiment un goût exquis... » murmurais-je, ma voix chargée d'émotion et de désir. Ce moment, cette lingerie, tout concourt à faire de cette soirée une célébration de notre amour et de notre désir partagé, un préambule à une nuit où chaque toucher est une découverte, chaque baiser une révélation. Mes mains, chaudes et assurées, s'approchent de sa peau, écartant délicatement l'huile en un geste large et englobant. Je commence par masser son dos, mes doigts glissant avec aisance sur la surface lisse, mes paumes exerçant une pression douce mais ferme sur ses muscles. Chaque mouvement est pensé pour détendre, pour éveiller ses sens à la palette des sensations que je souhaite lui offrir. Je m'attarde sur chaque courbe, chaque ligne de son corps, cherchant à éveiller en elle un frisson de plaisir à chaque caresse. Progressivement, mes mains descendent vers ses jambes, la chaleur de l'huile se mélangeant à celle de mes paumes pour créer une sensation enveloppante. Je traite chaque jambe avec attention, mes gestes alternant entre la douceur des effleurements et la précision des pétrissages, travaillant les muscles avec une intention claire de les dénouer, de les libérer de toute tension. « Dis-moi… Qu’est-ce que tu préfères comme type de lingerie ? Dîtes moi tout Mademoiselle Henderson… » lui demandais-je innocemment. La peau de Cassia, sous l'effet de l'huile et de mes mouvements, devient un terrain où chaque toucher est une découverte, où chaque geste est un mot dans ce dialogue silencieux que nos corps entretiennent. Enfin, mes soins se portent sur ses pieds, ces gardiens silencieux de ses journées. Avec une attention toute particulière, je prends chaque pied entre mes mains, massant avec minutie chaque orteil, le cou-de-pied, la plante. Je sens la détente s'opérer, un soupir de bien-être s'échappe d'entre ses lèvres, témoignant de l'effet libérateur de ce massage. Chaque pression sur ses points de tension est une libération, un pas de plus vers une relaxation profonde.


MY WOLRD IS HER
Et au premier battement de ses paupières, je l'ai reconnue. C'était bien elle, l'inattendue et l'attendue
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Cassia Henderson
  Cassia Henderson  
- Shade of winter -

▎ Messages postés : 850
▎ Pseudo : s-a
▎ Faceclaim : Gal Gadot
▎ Crédits : philia
▎ Multi-comptes : non
▎ Points récoltés : 1177
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_inline_opupfyoeON1ul4f46_400
▎ Your age : trente-trois ans
▎ Your preference : hétérosexuelle
▎ Job/Studies : Cassia est infirmière au Charlton Memorial Hospital.
▎ The one you love : Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_p02mtjuqCb1vbe6zoo6_r1_250

https://likeariver.forumactif.com/f38-liens-des-membres https://likeariver.forumactif.com/f82-les-telephones https://likeariver.forumactif.com/t651-instagram-explications-modele
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Empty
Message#
Sujet: Re: Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself   Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 EmptyLun 8 Avr 2024 - 21:49


Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself
@Milo Davis ξ Cassia Henderson


Allongée, en sous vêtements, sur le lit je me laisse doucement aller à cette détente que me procure Milo avec son massage. Ses mains parcourent habilement et fermement mon dos et mes cervicales dénouant un par un les tensions présentes dans mon corps. Parfois, je laisse échapper un léger gémissement, non pas de douleur mais de bien être. D’ailleurs je complimente Milo sur sa manière de faire, son massage était divin. Je plaisante même quant à une éventuelle reconversion professionnelle. Mais la question que soulève instantanément Milo me fait me rendre compte de mon erreur. « H’m… Non tu as raison. Pas de reconversion professionnelle…. » concluais-je simplement en plaisantant bien entendu malgré tout. Milo lui rentre dans ce petit jeu et évoque le fait que Erin et Lou seraient deux clients régulières. J’émets un léger grognement de mécontentement à l’entente de ces deux prénoms « On va instaurer une règle. Interdiction de prononcer ces deux noms... » dis-je plus ou moins sérieusement alors que je continuai malgré tout à me délecter du massage.

« Tu as vraiment un goût exquis... » La remarque de Milo me fait sourire. Je savais pertinemment à quoi il faisait référence. Je savais que l’ensemble que je portais allait particulièrement lui plaire quand je l’avais vu et acheté il y a quelques jours à peine . Un léger rire émane de ma bouche alors que mon visage se tourne légèrement « Je savais que cet ensemble allait tout particulièrement te plaire... » Etait-ce la matière, la forme, la couleur ? C’était peut-être un tout je pense. Ce massage rend mes sens particulièrement en éveil ce soir, le massage de Milo me détend beaucoup et étrangement j’ai l’impression de devenir plus sensible à chaque minute qui passait. Sans réelle surprise, Milo me demande quelles étaient mes préférences concernant la lingerie. « J’ai toujours eu une préférence pour la dentelle. Je trouve cette matière si délicate et voluptueuse en même temps...J’aime aussi beaucoup la soie. » En plus d’avoir les même caractéristiques que la dentelle la matière était des plus confortables également. Et alors que je me laissais aller à ses confidences vis à vis de mes préférences Les mains de Milo jusqu’à présent sur mes jambes glissent naturellement sur mes pieds. Je soupire de bien être sous ses gestes tendres et fermes à la fois. J’avais la douce sensation que mes jambes et mes pieds devenaient à nouveau léger comme l’air, me faisant ainsi presque oublié tous les kilomètres parcourus cette semaine au sein de l’hôpital. Je profite encore pleinement de cette si agréable sensation avant de venir me redresser légèrement. Assise à présent à côté de Milo, je dépose un doux baiser sur ses lèvres « Et toi, as tu des préférences quant à la lingerie ? Je suis curieuse de savoir... » dis-je en plongeant mon regard complice et malicieux dans le sien. « A moins que tu ne préfères… rien du tout... » dis-je en venant détacher l’attache de mon soutien gorge d’un geste fluide et habile laissant alors ainsi ma poitrine se dévoiler légèrement à lui.




Carpe Diem
And i'm feeling love
Revenir en haut Aller en bas
Milo Davis
  Milo Davis  
- Autumn leaves -

▎ Messages postés : 588
▎ Pseudo : DonJuanAuxEnfers
▎ Faceclaim : Henry Cavill
▎ Crédits : DK
▎ Multi-comptes : Je galère déjà avec un seul compte
▎ Points récoltés : 1200
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_opfyk99ZmU1rq9ihbo3_r2_400
▎ Your age : 35 ans
▎ Your preference : Hétérosexuel
▎ Job/Studies : Pilote de ligne, amoureux du ciel
▎ The one you love : Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_pbg928QHBS1spguxzo1_400

https://likeariver.forumactif.com/t2578-me-myself-and-i https://likeariver.forumactif.com/t2745-milo-davis-the-best-way-to-predict-the-future-is-to-create-it#26057
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Empty
Message#
Sujet: Re: Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself   Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 EmptyMar 9 Avr 2024 - 0:48


Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself
Milo Davis ξ @Cassia Henderson

Dans l'air chargé de tension douce et de cette complicité qui nous unit, l'évocation de la jalousie de Cassia prête à un jeu taquin entre nous. Sa réaction, un grognement léger mais révélateur, à chaque fois que je mentionne le prénom de Lou, d'Erin, ou de toute autre femme, ne manque jamais de m'amuser. Peut-être est-ce un brin de jalousie ? Peut-être un tout petit peu, mais cela n'en devient que plus charmant à mes yeux. Alors, dans un esprit espiègle, je décide de pousser la provocation un peu plus loin, feignant l'indignation. « Tu n'imagines vraiment pas mes mains sur le corps d'une autre femme ? Oh… Vous n'êtes pas très généreuse avec vos congénères, Mademoiselle Henderson ! » Mon exclamation, teintée d'un faux reproche, est ponctuée d'un sourire que je peine à cacher. « Dommage… Je m'imaginais déjà démissionner, quitter le ciel, pour caresser d'autres cieux ! » J'ajoute, soulignant mes paroles d'un baiser déposé délicatement sur sa nuque, un geste doux destiné à la rassurer et à adoucir mes taquineries. La sensation de mon souffle chaud contre son épaule dénudée accompagne mes mots suivants, un murmure complice et léger. « Interdiction de prononcer quels prénoms ? » je répète, jouant l'écho de sa demande précédente avec une pointe de malice. « Erin et Lou ? » Mon interrogation, volontairement naïve, est suivie par la poursuite de mes caresses sur sa peau, mes mains toujours attentives à susciter en elle relaxation et plaisir. Je poursuis sur un ton tout aussi provocateur et amusé « Ah mais je ne t’ai pas parlé de Juddy, Noémie, Harper, Lhéva, Mandy, Hailey, Jane, Aphrodite, Gabriella, Ester, Cassandra et tant d’autres que je crois que en avoir oublié leurs prénoms ! » La liste de mes conquêtes demeure si longue que j’ai sûrement oublié certaines personnes. « Je ne sais même pas de qui tu veux parler… Je ne connais qu’une seule femme à présent, toi. » Ma réponse vient clore notre échange sur une note de légèreté et de complicité.

Le jeu de la lumière des bougies projette des ombres dansantes sur les murs, créant une ambiance intime et réconfortante. Cassia, allongée contre les oreillers, avec une lueur d'excitation et un brin de sérieux dans le regard, se prépare à partager avec moi ses préférences en matière de lingerie, un sujet jusqu'alors peu exploré entre nous. Je me rapproche légèrement, adoptant une posture d'écoute attentive, mon intérêt piqué par la perspective de découvrir une nouvelle facette de ses désirs et de sa personnalité. Elle commence, sa voix douce emplie d'une assurance tranquille, à évoquer les textures qui la séduisent : la dentelle pour sa douceur enveloppante et la soie pour son éclat subtil. Cassia exprime son admiration pour la dentelle, non seulement pour l'élégance de son motif mais aussi pour la manière dont elle joue sur la peau, offrant des jeux de transparence qui allient mystère et séduction. Puis, elle aborde les couleurs qui captivent son cœur : le noir pour son intemporalité et sa capacité à sculpter le corps, le rouge pour sa passion ardente, et des teintes plus douces comme le rose poudré ou le bleu ciel, qui évoquent la délicatesse et la tendresse. Je sens dans ses paroles son amour pour les ensembles coordonnés, soulignant combien se sentir belle et désirable dans sa lingerie est une source de confiance et de bien-être personnel. À chaque mot, je bois ses paroles, fasciné non seulement par les détails qu'elle choisit de partager mais aussi par la lumière dans ses yeux lorsqu'elle parle de ce qui la fait se sentir belle, confiante, et en harmonie avec elle-même. Ses préférences révèlent une complexité et une profondeur qui m'émeuvent ; elles sont le reflet de sa personnalité, un mélange de force, de sensibilité, d'assurance et de vulnérabilité. Je lui pose des questions, curieux d'en savoir plus sur ses choix, sur ce qui dans ces matières, ces couleurs, éveille en elle ces sentiments si forts. Cet échange, intime et révélateur, renforce mon esprit joueur. Il m'offre des clés pour la surprendre, la chérir, et la soutenir dans l'expression de sa singularité.

Alors que mes mains poursuivent leur douce exploration sur la peau de Cassia, glissant avec une aisance et une attention qui témoignent de la profondeur de notre connexion, elle pose cette question qui résonne entre nous, emplie de curiosité et d'un brin de malice. Sans interrompre le mouvement fluide et réconfortant de mes doigts sur son dos, je lui offre un sourire entendu, capturé dans le reflet de la lumière vacillante des bougies. « Tu sais… » je murmure, le timbre de ma voix se mêlant harmonieusement au silence apaisant de la pièce, « …chaque ensemble que tu choisis a le don de capturer une essence unique de ta beauté et de ta personnalité. » Mes mains, tout en continuant de masser ses épaules avec une tendresse renouvelée, glissent délicatement vers ses bras, traçant des lignes de confort et d'affection. « Il y a une magie particulière dans la façon dont la soie caresse ta peau, ou dans le jeu de la dentelle qui oscille entre ombre et lumière, suggérant autant qu'elle révèle. Chaque pièce raconte une histoire, une invitation à découvrir encore plus de toi. » Tout en parlant, mes gestes restent mesurés et intentionnels, chaque pression sur sa peau un écho de mes mots. « Mais si je devais vraiment choisir… » je continue, laissant mes mains descendre avec légèreté sur les contours de ses hanches, « …ce serait celle qui te fait te sentir pleinement toi, celle qui te donne cette lueur particulière dans le regard, cette confiance et cette aisance qui n'appartiennent qu'à toi. » Je ris doucement, mes doigts retrouvant le chemin de sa colonne vertébrale, dans un mouvement qui se veut aussi rassurant que plein d'admiration. « A chaque fois que tu te tiens devant moi, quelle que soit la lingerie, je suis convaincu qu'elle devient ma préférée. Parce que, plus que la lingerie, c'est la manière dont tu l'habites, la confiance et la sensualité que tu dégages, qui me captivent. » Mes mains enveloppent maintenant ses pieds dans un geste tendre, symbolisant la fin du massage tout en soulignant l'intimité du moment partagé. « Alors oui, je pourrais parler des couleurs, des textures… Je pourrais être comme touts ces hommes sans aucun intérêt et considération pour la gente féminine…Mais en vérité, c'est ta présence, dans toute sa splendeur, qui m'émeut et éveille en moi ce désir profond. » Chaque mot, chaque caresse, devient une ode à notre lien, une célébration non seulement de sa beauté extérieure mais aussi de l'essence même de qui elle est, précieuse et admirée dans nos instants partagés.

Dans l'atmosphère feutrée de notre chambre, où les ombres et la lumière des bougies dansent en harmonie, un moment d'intimité pure se dessine. Cassia, sous mes yeux captivés, devient l'incarnation même du désir et de la sensualité. Elle se redresse lentement, une grâce naturelle dans chacun de ses mouvements, capturant toute mon attention, toute mon admiration. Il y a quelque chose d'hypnotique dans la manière dont elle s'empare de l'agrafe de son soutien-gorge, un geste à la fois simple et incroyablement chargé d'érotisme. Ses doigts, habiles et déterminés, glissent dans son dos, trouvant sans peine l'attache qui retient le tissu contre sa peau. Le moment semble suspendu, mon souffle retenu, alors que Cassia libère lentement le fermoir avec une aisance qui témoigne d'une connaissance intime de son corps. L'instant où le tissu cède, où la tension est relâchée, est presque palpable dans l'air, électrique de promesses non dites. La manière dont elle retire sensuellement son soutien-gorge, laissant le tissu glisser le long de ses bras pour finalement le laisser tomber à ses côtés, est un tableau vivant de confiance et d'invitation. Chaque geste, chaque mouvement est une poésie visuelle qui éveille en moi un désir ardent, une envie profonde de parcourir chaque courbe, chaque ligne de son corps ainsi dévoilé.Cassia se tient là, dans la lueur vacillante, magnifique et vulnérable, son regard croisant le mien, plein de cette force tranquille qui la caractérise. La beauté de ce moment réside dans sa simplicité, dans l'authenticité de son geste, dans la pureté de son regard. Mon désir pour elle, dans cet instant, transcende le physique. C'est une aspiration à la connaître encore plus intimement, à explorer les profondeurs de son âme à travers la caresse, le toucher.




MY WOLRD IS HER
Et au premier battement de ses paupières, je l'ai reconnue. C'était bien elle, l'inattendue et l'attendue
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Cassia Henderson
  Cassia Henderson  
- Shade of winter -

▎ Messages postés : 850
▎ Pseudo : s-a
▎ Faceclaim : Gal Gadot
▎ Crédits : philia
▎ Multi-comptes : non
▎ Points récoltés : 1177
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_inline_opupfyoeON1ul4f46_400
▎ Your age : trente-trois ans
▎ Your preference : hétérosexuelle
▎ Job/Studies : Cassia est infirmière au Charlton Memorial Hospital.
▎ The one you love : Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_p02mtjuqCb1vbe6zoo6_r1_250

https://likeariver.forumactif.com/f38-liens-des-membres https://likeariver.forumactif.com/f82-les-telephones https://likeariver.forumactif.com/t651-instagram-explications-modele
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Empty
Message#
Sujet: Re: Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself   Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 EmptyMar 9 Avr 2024 - 17:41


Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself
@Milo Davis ξ Cassia Henderson


Je n’avais jamais été le genre de femme à être jalouse, bien au contraire. J’avais une sainte horreur de cette émotion si particulière. Mais avec Milo c’était différent, j’avais confiance en lui mais pas aux femmes qu’ils avaient jadis fréquenté. Et surtout par en Lou ou même en Erin. Ma remarque semble amusé Milo qui en joue un peu d’ailleurs. Il s’amuse même à énoncer tout une liste de prénom féminin. « Arrête, ce n’est pas amusant...Et pour répondre à ta question, non je ne t'imagines pas poser tes mains sur le corps d'une autre femme...  » dis-je d’un air faussement mécontent. Mais il n’en était rien, car le passé c’était le passé et encore une fois Milo réitère sa volonté de n’être qu’avec moi.

Le massage de Milo m’avait dénoué petit à petit des tensions dont j’ignorais presque l’existence. Je sentais mes muscles se détendre petit à petit. En pleine conversation sur ma préférence quant à la lingerie, je finis par me redresser légèrement en demandant à mon tour quelles étaient les préférences de Milo concernant ce domaine si particulier. La réponse de Milo est des plus magnifiques et des plus sincères cela se perçoit très aisément dans le choix des mots et dans la manière dont il les prononce. Un sourire se dessine sur mon visage, là devant lui je ne peux être que touchée par la sincérité de ses paroles. « Ce que tu dis me touche beaucoup… Tu sais, chaque jour je me rend compte que j’ai une chance incroyable d’être à tes côtés... » Milo n’est pas et n’a jamais été comme tous les hommes. Il était unique, du moins à mes yeux. Dans cet atmosphère de confiance et plein de romantisme je viens suggérer à Milo que peut être il préférait tout simplement ne rien voir du tout. Et sur ces mots j’avais dégrafer mon soutien gorge. Sa réaction ne se fait pas attendre, le pilote de ligne vient alors tendrement s’attarder sur ma poitrine dont je venais de lui offrir très explicitement l’accès. Et après de doux et longs préliminaires, nos deux corps finissent par s’unir dans un élan de passion et d’amour.


L lendemain matin fut beaucoup plus calme que la veille. Après un réveil tout en douceur nous avions pris le petit déjeuner sereinement avant de sortir faire un tour dans la Grosse Pomme. Lèche vitrine, promenade à Central Park, petite virée à Times Square. Nous avions fais ce que nous avions envie quand cela nous plaisait. Et c’était très agréable de laisser les heures défiler au gré de ses envies. Nous venions tout juste de rentrer de notre ballade en ville. Nous avions fait quelques boutiques et marcher un peu une bonne partie de la matinée. L'heure de mon départ approchait à grand pas alors j'avais commencé à rassembler mes affaires pour tout ranger dans ma valise. Une fois ma valise prête, je viens la déposer à l'entrée avant de venir rejoindre Milo sur le canapé. Il nous restait encore quelques heures avant de prendre l'avion pour retourner à Fall River. Blottis l'un contre l'autre, la télévision était allumée mais servait uniquement de bruit de fond. Nous n'étions pas réellement intéressés par ce qui défilait sous nos yeux mais plutôt intéressés à profiter l'un de l'autre en échangeant quelques baisers et quelques douces caresses. Je m'éloigne à contre cœur quand mon téléphone se met à sonner m'avertissant de l'arrivée d'un message et d'un mail à l'affilié. Prenant l'appareil téléphonique en main j'ai la très mauvaise surprise d'apprendre que mon vol venait tout juste d'être annulé. Un long soupire émane alors de ma bouche « Ce n'est pas vrai... » Cela chamboulait pas mal de chose. « Mon vol vient d'être annulé .. » annonçais je à Milo tout en continuant à scruter les informations que je venais de recevoir « Le prochain vol pour Fall River n'est prévu que demain après midi ... » dis je le nez toujours sur le téléphone. Cela était très embêtant car je devais reprendre le travail demain matin.




Carpe Diem
And i'm feeling love
Revenir en haut Aller en bas
Milo Davis
  Milo Davis  
- Autumn leaves -

▎ Messages postés : 588
▎ Pseudo : DonJuanAuxEnfers
▎ Faceclaim : Henry Cavill
▎ Crédits : DK
▎ Multi-comptes : Je galère déjà avec un seul compte
▎ Points récoltés : 1200
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_opfyk99ZmU1rq9ihbo3_r2_400
▎ Your age : 35 ans
▎ Your preference : Hétérosexuel
▎ Job/Studies : Pilote de ligne, amoureux du ciel
▎ The one you love : Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_pbg928QHBS1spguxzo1_400

https://likeariver.forumactif.com/t2578-me-myself-and-i https://likeariver.forumactif.com/t2745-milo-davis-the-best-way-to-predict-the-future-is-to-create-it#26057
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Empty
Message#
Sujet: Re: Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself   Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 EmptyMar 9 Avr 2024 - 19:03


Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself
Milo Davis ξ @Cassia Henderson

S’il existe une femme capable de saisir l'essence même de mon être, de me comprendre au-delà des mots et des apparences, c'est sans conteste Cassia. Lorsque ses yeux, tels des braises ardentes, croisent les miens, une transformation s'opère en moi. Mon univers, auparavant marqué par une multitude de préoccupations et d'ambitions, se trouve réduit à sa présence. Elle devient l'épicentre de mon existence, l'unique vérité vers laquelle mon âme tend. Cassia possède ce don rare de me faire ressentir une plénitude absolue avec une simple caresse du regard. Il suffit qu'elle me fixe pour que je me sente entièrement à elle, corps et âme, abandonnant sans réserve tout ce que je suis. C'est dans cette vulnérabilité partagée que réside notre force, un lien indéfectible tissé d'instants volés au temps. Nos baisers sont une quête, une exploration mutuelle où chaque effleurement de lèvres révèle des continents d'émotions jusqu'alors inconnus. Ils sont le langage secret de nos cœurs, des messagers de notre passion qui ne cesse de grandir. Nos caresses, quant à elles, sont des dialogues silencieux, des aveux de désir si subtils et pourtant si puissants. Elles se cherchent, s'effleurent et s'entremêlent dans une danse intime, témoignant de cette irrésistible attraction qui nous lie. Dans ces moments où nous nous adonnons l'un à l'autre, le monde extérieur s'estompe, laissant place à un univers où seuls nous existons. Chaque geste, chaque souffle partagé nous enveloppe dans une bulle de complicité où le temps semble suspendu.

À l'aube d'un nouveau jour, mes yeux s'éveillent pour découvrir la beauté tranquille de Cassia, plongée dans un sommeil paisible. Dans la douceur de l'aurore, je me rapproche d'elle, me blottissant contre son dos dans une étreinte silencieuse, ma main à la recherche de la sienne. C'est une tentative délicate de retenir les derniers instants de la nuit, de m'accrocher un peu plus longtemps à la magie de notre intimité. Lorsque le voile du sommeil se lève finalement de nos yeux, une force invisible semble nous enchaîner l'un à l'autre, rendant toute séparation, même la plus banale pour un petit-déjeuner ou une douche, insupportablement pénible. Il règne entre nous un désir ardent de saisir chaque second ensemble, de vivre pleinement l'instant présent, conscients que le temps nous est compté.

Notre déambulation à travers les rues animées de New York se transforme en une échappatoire, un moyen d'éloigner momentanément la douloureuse réalité de notre imminente séparation. Chaque pas le long des avenues chargées d'histoire, chaque sourire partagé sous le ciel métropolitain me permettent de mettre de côté, ne serait-ce qu'un instant, la pensée de son départ vers Fall River, me laissant seul avec les ombres de New York. De retour à l'appartement, le silence s'installe tandis que je contemple Cassia préparant sa valise. Les mots me manquent, éclipsés par la tristesse et la lourdeur de son départ imminent. Ce weekend, éphémère éclat de bonheur, s'est écoulé avec une rapidité cruelle, ne laissant derrière lui que le souvenir d'une intimité parfaite.

L'atmosphère paisible de l'appartement est brusquement rompue par la sonnerie de son téléphone. À contrecœur, elle s'éloigne de moi, un grognement de protestation s'échappe de mes lèvres. L'instant d'après, mon cœur s'emballe face à son mécontentement évident. Elle se tourne vers moi, les yeux emplis d'une nouvelle inattendue : son vol est annulé, repoussé à demain après-midi. Par une ironie du sort, elle est censée reprendre le travail demain matin.  Sans perdre une seconde, je m'empare de mon téléphone, profitant des avantages inattendus de ma carrière de pilote de ligne. Les contacts que j'ai noués au fil des ans pourraient aujourd'hui faire toute la différence. En quelques appels, je parviens à percer le mystère derrière l'annulation du vol de Cassia. Fort de ces informations, je prends une décision audacieuse, guidé par l'urgence de la situation et le désir de ne pas laisser un imprévu gâcher les derniers instants de notre weekend. « Je vais te raccompagner à Fall River, » lui dis-je avec une détermination inébranlable, saisissant les clés de ma voiture comme pour matérialiser ma résolution. Je connais d'avance les objections qu'elle pourrait soulever, la raison luttant contre la folie de ce geste spontané. « Je ferai l'aller-retour. Et ne tente même pas de me convaincre du contraire, » ajoutai-je, anticipant ses inquiétudes concernant les trois heures de route dans chaque sens qui nous attendaient. Mais alors que je me projetais déjà sur l'autoroute, une étincelle d'ingéniosité traversa mon esprit.

Une pause, le temps de peser mes mots, puis je lui propose une alternative audacieuse : « Tu préfères rentrer en voiture ou en avion ? » Ma question, bien que semblant sortir de nulle part, est chargée d'une sérieuse proposition. Son regard interloqué me confirme qu'elle mesure l'ampleur de ma suggestion. Oui, être pilote offre certains privilèges, et aujourd'hui, je suis prêt à exploiter chaque possibilité pour prolonger notre bulle de bonheur, même si cela signifie prendre les commandes d'un avion pour un vol impromptu.


MY WOLRD IS HER
Et au premier battement de ses paupières, je l'ai reconnue. C'était bien elle, l'inattendue et l'attendue
(c)crackintime


Dernière édition par Milo Davis le Mer 10 Avr 2024 - 15:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cassia Henderson
  Cassia Henderson  
- Shade of winter -

▎ Messages postés : 850
▎ Pseudo : s-a
▎ Faceclaim : Gal Gadot
▎ Crédits : philia
▎ Multi-comptes : non
▎ Points récoltés : 1177
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_inline_opupfyoeON1ul4f46_400
▎ Your age : trente-trois ans
▎ Your preference : hétérosexuelle
▎ Job/Studies : Cassia est infirmière au Charlton Memorial Hospital.
▎ The one you love : Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_p02mtjuqCb1vbe6zoo6_r1_250

https://likeariver.forumactif.com/f38-liens-des-membres https://likeariver.forumactif.com/f82-les-telephones https://likeariver.forumactif.com/t651-instagram-explications-modele
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Empty
Message#
Sujet: Re: Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself   Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 EmptyMar 9 Avr 2024 - 20:39


Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself
@Milo Davis ξ Cassia Henderson


Alors que nous étions en train de profiter sereinement de nos dernières heures ensemble avant mon départ, je venais de recevoir sur mon téléphone une mauvaise nouvelle. Mon vol pour Fall River venait d’être annulé et impossible d’embarquer dans un autre vol avant demain après-midi. Cela était très fâcheux puisque je devais reprendre le travail demain matin. Décidément ce week-end aura eu son lot de contrariétés. Intrigué par cette annulation, Milo se hâte de passer quelques coups de  téléphone, dans nul doute à des collègues et des connaissances à son travail. Finalement, le jeune homme déclare vouloir me raccompagner à Fall River en faisant l’aller retour. Je pouvais aisément sentir la détermination dans sa voix. Je savais que sa proposition était des plus spontanées et qu’elle avait pour objectif de me soulager quant à mon retour. J’allais bien évidemment contester mais Milo m’en empêche avant que je ne puisse dire un seul mot. « Milo… » dis-je touchée mais gênée par son insistance. J’avais pleinement conscience qu’un aller retour serait très contraignant et fatiguant. Rapidement, Milo me demande le plus sérieusement du monde si je préférais rentrer en voiture ou en avion. Mon regard perplexe se pose sur lui, me demandant bien ce que Milo avait en tête exactement à ce moment bien précis. Le pilote de ligne semblait très sérieux. « Je...j’en sais trop rien… En avion ? Mais mon vol a été annulé... Qu’est-ce que tu proposes exactement ? » avait-il une solution de repli pour compenser l’annulation de mon vol ? Je pose mon téléphone portable, puis me mets à réfléchir à la situation. « On est d’accord qu’il faut que je rentre à Fall River mais je ne veux pas que cela soit contraignant pour toi… Je peux essayer de louer une voiture... » proposai-je alors en donnant la première solution envisageable qui me venait en tête. Ou alors si jamais je pouvais toujours envisager de prévenir l'hôpital et de modifier à nouveau mon planning. Cette solution serait sans nul doute la plus contraignante mais si je n'avais pas le choix.







Carpe Diem
And i'm feeling love
Revenir en haut Aller en bas
Milo Davis
  Milo Davis  
- Autumn leaves -

▎ Messages postés : 588
▎ Pseudo : DonJuanAuxEnfers
▎ Faceclaim : Henry Cavill
▎ Crédits : DK
▎ Multi-comptes : Je galère déjà avec un seul compte
▎ Points récoltés : 1200
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_opfyk99ZmU1rq9ihbo3_r2_400
▎ Your age : 35 ans
▎ Your preference : Hétérosexuel
▎ Job/Studies : Pilote de ligne, amoureux du ciel
▎ The one you love : Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_pbg928QHBS1spguxzo1_400

https://likeariver.forumactif.com/t2578-me-myself-and-i https://likeariver.forumactif.com/t2745-milo-davis-the-best-way-to-predict-the-future-is-to-create-it#26057
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Empty
Message#
Sujet: Re: Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself   Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 EmptyMar 9 Avr 2024 - 21:11


Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself
Milo Davis ξ @Cassia Henderson

Cassia, fidèle à elle-même, exprime ses préoccupations concernant l'impact potentiel de ce long voyage sur ma santé. Son attention à mon égard ne me surprend guère ; elle a toujours eu cette tendresse, cette sollicitude qui ne cherche qu'à me protéger, surtout de moi-même. Cependant, sa question s'apparentait davantage à une assertion qu'à une interrogation. Dans un élan de légèreté, je décide de répondre avec humour : « Tu as le choix entre un tapis volant, un chameau, une voiture, et un avion... Désolé, je n'ai pas encore de fusée à te proposer, » ajoutai-je, esquissant un sourire complice. La prévenance de Cassia me touche profondément, mais l'idée même de la laisser rentrer seule à Fall River est inconcevable pour moi. Poursuivant sur ma lancée humoristique, je rebondis : « Pourquoi envisager la location d'une voiture alors que la mienne est juste là ? À moins, bien sûr, que tu ne cherches déjà un prétexte pour t'éloigner de moi ! » Je m'approche d'elle, malice dans le regard, et commence à la chatouiller, la taquinant sur le ton de la plaisanterie. « Alors, ça sera quoi ? Voiture ou avion ? Réponds, sinon je continue sans relâche ! » Je menace, feignant un sérieux que je suis loin de posséder, avant de finalement céder, un sourire aux lèvres « D'accord, allons-y en voiture. Comme ça, tu auras le privilège de me supporter pendant trois heures supplémentaires ! » Cette décision, prise à la légère, est pourtant lourde de sens. Elle incarne notre volonté de privilégier chaque instant passé ensemble, de prolonger ces moments précieux qui tissent la trame de notre relation. Choisir la route, c'est opter pour la proximité, pour le dialogue ininterrompu et les rires partagés, c'est transformer un simple trajet en une aventure commune, une bulle temporelle où le monde extérieur s'estompe au profit de notre complicité.

La route s'étend devant nous, un ruban d'asphalte qui serpente à travers le paysage, porteur de promesses et d'aventures inattendues. À bord de ma voiture, nous laissons derrière nous l'effervescence de New York, plongeant dans l'incertitude douce-amère de ce qui sera peut-être notre dernière escapade commune pour un temps. Cassia, à mes côtés, partage ce silence confortable, ce genre de quiétude qui ne s'installe qu'entre deux êtres profondément amoureux, où les mots deviennent superflus. Au fur et à mesure que nous avançons, les paysages défilent, offrant une toile de fond changeante à nos conversations sporadiques, nos rires et nos confidences. La complicité, cet invisible fil tissé entre nos cœurs, semble se renforcer à chaque kilomètre parcouru, à chaque chanson qui émane des haut-parleurs, se mêlant à nos souvenirs et à nos espoirs.

Soudain, un arrêt imprévu. Sur le bord de la route, un petit stand de glace artisanale attire mon regard. Je me souviens alors de Cassia évoquant, dans un moment de nostalgie, son amour pour la stracciatella, ce parfum qui, selon elle, est incomparable à tout autre. Sans hésitation, je gare la voiture, un sourire espiègle aux lèvres, sous le regard interrogateur de Cassia. « Attends ici, j'ai une surprise pour toi, » dis-je en sortant rapidement du véhicule avant qu'elle n'ait le temps de protester. Le vendeur me salue avec un hochement de tête alors que je m'approche, commandant deux boules de glace à la stracciatella, le parfum préféré de Cassia. Je reviens vers elle, les glaces en main. « Tu as mentionné une fois à quel point tu aimais ce parfum. Je n'oublie jamais les détails importants, surtout quand il s'agit de toi, » lançai-je en anticipant déjà sa question.

Nous reprenons la route, savourant nos glaces, un simple plaisir qui se transforme peu à peu en un agréable souvenir.


MY WOLRD IS HER
Et au premier battement de ses paupières, je l'ai reconnue. C'était bien elle, l'inattendue et l'attendue
(c)crackintime


Dernière édition par Milo Davis le Mer 10 Avr 2024 - 15:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cassia Henderson
  Cassia Henderson  
- Shade of winter -

▎ Messages postés : 850
▎ Pseudo : s-a
▎ Faceclaim : Gal Gadot
▎ Crédits : philia
▎ Multi-comptes : non
▎ Points récoltés : 1177
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_inline_opupfyoeON1ul4f46_400
▎ Your age : trente-trois ans
▎ Your preference : hétérosexuelle
▎ Job/Studies : Cassia est infirmière au Charlton Memorial Hospital.
▎ The one you love : Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_p02mtjuqCb1vbe6zoo6_r1_250

https://likeariver.forumactif.com/f38-liens-des-membres https://likeariver.forumactif.com/f82-les-telephones https://likeariver.forumactif.com/t651-instagram-explications-modele
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Empty
Message#
Sujet: Re: Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself   Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 EmptyMar 9 Avr 2024 - 21:38


Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself
@Milo Davis ξ Cassia Henderson


La proposition de Milo pour me raccompagner lui même à Fall River ne m’étonne pas. Toutefois je sais que cet aller retour peut être fatiguant et contraignant. Mais je ne peux malheureusement pas réellement protester, si j’étais de nature obstinée Milo l’était également. Intriguée par la question de Milo quant à ma préférence pour rentrer en temps et en heure à Fall River je tente d’en savoir plus sur ce que le jeune homme a en tête exactement. Milo décide alors de plaisanter en me proposant divers moyens de transports, certains de manière très ironique. « H’m… très amusant. »  dis-je malgré tout avec un sourire aux lèvres. J’avais envisager de louer une voiture afin de rentrer à temps mais Milo ne semblait pas être d’accord avec moi. Il tente même une plaisanterie sur le fait que cette solution me permettrait de m’éloigner de lui. « Aucun prétexte ne pourrait m’éloigner de toi, tu le sais bien... » dis-je cette fois ci le plus sincèrement du monde. Milo s’approche de moi et commence à me chatouiller afin que je me décide rapidement. Je me tortille contre lui afin d’éviter ses chatouilles alors qu’un rire incontrôlable émane de ma bouche. Et lorsque Milo décide de finalement prendre la voiture je réponds simplement « D’accord. Va pour la voiture... » C’était sans doute la meilleure solution pour profiter encore un peu de la présence de l’autre.

Nous prenons alors rapidement la route dans la voiture de Milo. Le trajet se déroule très calmement, les échanges entre nous sont comme toujours très nombreux et anime un peu le trajet qui sur l’autoroute peut paraître parfois soporifique. Soudainement, Milo décide de faire un arrêt. Sans me donner d’explication il me demande de m’attendre ici car il avait une surprise. Il ne cessera donc jamais de m’étonner. Une surprise là en plein trajet routier pour rejoindre Fall River ? Incroyable. Je le laisse alors sortir de l’habitacle de la voiture. Et quelques minutes plus tard, je vois Milo revenir avec deux glaces. Surprise, je n’ai pas le temps de poser de question que Milo me dit s’être souvenu que mon parfum de glace préférées était celui à la stracciatella. « Tu es… si adorable, Milo. Vraiment... » je prend alors la glace en main me régalant d’avance. « Merci beaucoup… » dis-je en venant déposer un doux baiser sur ses lèvres avant de venir déguster cette glace.

L’un des panneaux routier que nous venions de passer indiquait la présence de Fall River à moins de trente kilomètres. Nous étions bientôt arrivés, mon regard se osait alors sur Milo qui était toujours concentré sur la route devant lui « Est-ce que tu penses que tu peux rester cette nuit ? Cela t’éviterait de faire simplement un aller retour et ça te permettrait de te reposer un peu avant de reprendre la route aussi... » Sans oublier que ça prolongerait aussi notre moment en tête à tête.






Carpe Diem
And i'm feeling love
Revenir en haut Aller en bas
Milo Davis
  Milo Davis  
- Autumn leaves -

▎ Messages postés : 588
▎ Pseudo : DonJuanAuxEnfers
▎ Faceclaim : Henry Cavill
▎ Crédits : DK
▎ Multi-comptes : Je galère déjà avec un seul compte
▎ Points récoltés : 1200
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_opfyk99ZmU1rq9ihbo3_r2_400
▎ Your age : 35 ans
▎ Your preference : Hétérosexuel
▎ Job/Studies : Pilote de ligne, amoureux du ciel
▎ The one you love : Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_pbg928QHBS1spguxzo1_400

https://likeariver.forumactif.com/t2578-me-myself-and-i https://likeariver.forumactif.com/t2745-milo-davis-the-best-way-to-predict-the-future-is-to-create-it#26057
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Empty
Message#
Sujet: Re: Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself   Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 EmptyMar 9 Avr 2024 - 22:11


Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself
Milo Davis ξ @Cassia Henderson

Veiller sur Cassia est devenu pour moi une habitude, un réflexe doux et immuable qui s'est tissé au fil des années partagées. Depuis notre plus tendre enfance, où nos journées étaient rythmées par des jeux sans fin et des découvertes partagées, jusqu'à l'adolescence, marquée par des confidences nocturnes et des moments de complicité inaltérable, notre lien n'a cessé de se renforcer. Les souvenirs des nuits où nous nous endormions, innocemment entremêlés dans la quiétude de nos chambres, évoquent une intimité profonde, un attachement qui défie le temps et les circonstances. Aujourd'hui, notre relation transcende la simple amitié ou l'amour naissant de jeunesse ; elle est devenue un pilier de notre existence, une source de confort et de réconfort mutuel. Le simple geste de Cassia me remerciant pour la glace par un baiser tendre et sucré est une affirmation silencieuse me dérobe un doux sourire.
Alors que les kilomètres défilent, réduisant la distance nous séparant de Fall River, une tension douce-amère s'installe dans l'air. Le panneau indiquant que notre destination n'est plus qu'à trente kilomètres fait battre mon cœur d'une appréhension nostalgique. L'approche de l'inévitable séparation pèse lourdement sur mon esprit, un sentiment que Cassia semble percevoir avec une acuité qui lui est propre. Sa proposition, douce et pragmatique, de rester dormir pour éviter l'épuisement d'un retour immédiat, se révèle comme un baume sur mon cœur anxieux. Elle connaît mes hésitations, mes craintes, mais aussi ma réticence à laisser s'étioler les moments que nous avons à partager. Ma réponse, teintée d'hésitation et d'amusement, est une tentative de légereté face à l'émotion qui nous enveloppe : « Hmm… À une condition… J'ai le droit de t'embrasser autant de fois que je veux. Et surtout… J'ai le droit de râler car je n'ai pas eu mon quota de baiser quotidien. » Mi-sérieux, mi-plaisantin, mon compromis cherche à alléger l'atmosphère, tout en exprimant mon besoin incessant de lui montrer mon affection.

Lorsque la silhouette familière de l'immeuble de Cassia se dessine à l'horizon, un mélange de soulagement et de nostalgie m'envahit. Je manoeuvre la voiture jusqu'à un espace de stationnement, éteins le moteur et reste un instant immobile, absorbé par mes pensées. Un soupir de fatigue s'échappe de mes lèvres, trahissant l'épuisement accumulé non seulement par le voyage mais aussi par l'intensité émotionnelle du weekend passé. L'idée de Cassia, de passer la nuit ici, ne me semble plus seulement une gentille proposition mais une nécessité vitale. Une fois à l'intérieur de son appartement, l'ambiance familière et accueillante agit comme un baume sur mon esprit fatigué. Je me déchausse machinalement, effectue les rituels simples de propreté et m'effondre sur le canapé, laissant échapper un soupir de contentement. Le confort du salon de Cassia, avec ses coussins moelleux et son atmosphère chaleureuse, invite au repos. Par moments, la fatigue me submerge au point que je sombre dans un sommeil léger, les événements du weekend pesant lourd sur mes paupières. La réalité me rattrape lorsque je m'entends ronfler, un son qui me tire brusquement de mes rêveries assoupies. Je m'étire, chassant les résidus de sommeil, et mon regard se pose sur ma nouvelle montre, un cadeau de Cassia. Elle me rappelle les doux moments partagés, mais aussi que le temps continue de s'écouler inexorablement. Demain, je devrai me lever tôt pour le retour, un départ qui pèse déjà sur mon cœur.

Je me lève, animé par le besoin de trouver Cassia, et la découvre dans la cuisine, préparant sa tasse de thé nocturne. Sa présence, son geste si habituel, me remplissent d'une tendresse renouvelée. Silencieusement, je m'approche, l'enlaçant doucement par derrière, un geste intime qui enveloppe nos silhouettes. « Merci d'être venue ce weekend... Merci pour tout… » soufflais-je, mes lèvres effleurant sa nuque entre deux baisers. Finalement, nous nous dirigeons vers la chambre, nos gestes et nos regards empreints d'une douce complicité. Le lit, déjà accueillant, devient notre refuge, un espace où les soucis et les distances s'estompent, laissant place à la sérénité. Là, dans l'obscurité apaisante de sa chambre, entrelacés dans une étreinte qui défie le temps et l'espace, nous nous abandonnons au sommeil.

L'aube peine à percer la noirceur du ciel lorsqu'il devient évident que je dois quitter l'appartement de Cassia. L'heure est venue, bien trop tôt à mon goût, mais les obligations m'appellent loin de cet havre de paix. Il est environ cinq heures du matin, un moment suspendu où le monde semble encore plongé dans un sommeil profond. Malgré la douceur du lit et la chaleur de Cassia à mes côtés, je me force à émerger de la torpeur qui me retient. La fatigue pèse lourdement sur mes épaules, un fardeau qui me rappelle les émotions et les efforts de ces derniers jours. Je me prépare en silence, cherchant à ne pas perturber le repos de Cassia. Chaque geste est automatisé, réalisé avec la plus grande discrétion, alors que je me remémore les instants précieux partagés ici. Avant de franchir le seuil de la porte, je me penche délicatement vers Cassia, dormant paisiblement, et dépose un baiser tendre sur ses lèvres, une promesse silencieuse de revenir. Le trajet de retour commence dans le calme absolu de l'aube naissante, la route déserte se déroulant devant moi. Cependant, la fatigue accumulée fait rapidement son effet, mes paupières luttant contre le poids du sommeil. Je tente de rester alerte, conscient des dangers de conduire dans un tel état, mais la bataille est ardue. Soudain, sans le moindre avertissement, la tranquillité de la nuit est brisée. Un véhicule, surgissant apparemment de nulle part, manœuvre de façon erratique, son conducteur manifestement sous l'influence de l'alcool. Malgré mes réflexes, déjà affaiblis par la fatigue, je n'ai pas le temps d'éviter la collision. Le choc est inévitable, mais heureusement, il n'est pas grave. Les tôles froissées témoignent de la frayeur plus que du dommage. Dans les minutes qui suivent, alors que je tente de reprendre mes esprits, un autre véhicule s'arrête, ses occupants appelant immédiatement les secours. L'aide arrive rapidement, me prenant en charge avec une efficacité rassurante. Avant même que je puisse pleinement réaliser l'ampleur de ce qui vient de se passer, je me retrouve en route vers l'hôpital de Fall River, les lumières de l'ambulance découpant la nuit. La perspective de retourner à Fall River, bien que dans des circonstances loin d'être idéales, porte en elle une ironie amère. À peine quelques heures après mon départ, me voilà de retour, non pas dans les bras accueillants de Cassia, mais dans le contexte bien moins réconfortant d'un hôpital. Tandis que le véhicule d'urgence fend la nuit, je pense à Cassia.


MY WOLRD IS HER
Et au premier battement de ses paupières, je l'ai reconnue. C'était bien elle, l'inattendue et l'attendue
(c)crackintime


Dernière édition par Milo Davis le Mer 10 Avr 2024 - 15:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cassia Henderson
  Cassia Henderson  
- Shade of winter -

▎ Messages postés : 850
▎ Pseudo : s-a
▎ Faceclaim : Gal Gadot
▎ Crédits : philia
▎ Multi-comptes : non
▎ Points récoltés : 1177
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_inline_opupfyoeON1ul4f46_400
▎ Your age : trente-trois ans
▎ Your preference : hétérosexuelle
▎ Job/Studies : Cassia est infirmière au Charlton Memorial Hospital.
▎ The one you love : Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_p02mtjuqCb1vbe6zoo6_r1_250

https://likeariver.forumactif.com/f38-liens-des-membres https://likeariver.forumactif.com/f82-les-telephones https://likeariver.forumactif.com/t651-instagram-explications-modele
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Empty
Message#
Sujet: Re: Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself   Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 EmptyMar 9 Avr 2024 - 22:42


Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself
@Milo Davis ξ Cassia Henderson


Alors que nous approchions de Fall River et de la destination finale, c’est à dire mon appartement, je venais de proposer à Milo de rester chez moi pour la nuit. Cela me rassurerait de savoir qu’il ne faisait pas juste un bref aller retour qui l’obligerait à enchaîner plus de six heures de routes et qu’il pouvait se reposer un peu avant de retourner à New-York. Sans oublier que s’il restait cela prolongerait ce long week-end entre nous. Le jeune homme accepte en me lançant quelques conditions. Je souris face à ses demandes « Tout ce que tu voudras... » dis-je ravie et soulagée que Milo puisse accepter ma proposition.

Une fois rentrés, Milo prend place sur le canapé pour un repose bien mérité. Je voyais bien que les traits de son visage étaient tirés. Fort heureusement, il ne repartait pas tout de suite. Je prends le temps de défaire ma valise et en revenant au salon je trouve Milo assoupi dans le canapé. Cette vision me fait tendrement sourire. Je le laisse donc se reposer, un repos amplement mérité. Je profite d’avoir un peu de temps pour faire un peu de rangement avant de venir me faire mon thé habituel du soir à la cuisine. Soudainement, je sens les bras de Milo venir m’enlacer, ses remerciement me touchent énormément. Je me retourne pour lui faire face «  Tu n’as pas à me remercier. C’est normal, et ça m’ a fait très plaisir de pouvoir venir quelques jours à New-York... » Mes lèvres viennent se oser délicatement sur les siennes avant de prendre la direction de la chambre.

La sonnerie de mon réveil me ramène à la dure réalité. Mon week-end prolongé avec Milo était bel et bien terminé. D’ailleurs ce dernier était déjà parti pour New-York. C’est donc le cœur lourd que je quitte le lit assez difficilement pour me préparer afin de me rendre à l’heure au travail. Mon premier réflexe es de regarder mon téléphone portable. Milo devait être encore sur la route. Je décide de lui envoyer un rapide message pour lui souhaiter, un peu en retard, un bon retour. Et après avoir bu un café je quitte mon appartement pour me rendre à l’hôpital.

En arrivant, j’ai le droit, comme toutes mes collègues, à un debrief matinal. On nous annonce alors un début de matinée très chargé. Il était à peine sept heures et les urgences étaient déjà prises d’assaut. Accident de la route, accident domestique et j’en passe. Les dossiers défilent, puis soudainement Anna me donne un coup de coude me sortant alors de mes pensées « Cassia… » Le nez dans un dossier je ne lève même pas la tête et continue de marcher dans le couloir « H’m… ? » Elle pose alors sa main sur mon bras pour m’arrêter. « Milo est ici... » Je relève alors immédiatement la tête et regarde par réflexe autour de moi. « Où ça ? » demandai-je perplexe en ne voyant pas le jeune homme. « Non je veux dire… il a été admis aux urgences il y a une demi heure à peine… » Mon cœur se serre, mon rythme cardiaque accélère. Je prends des mains le dossier d’Anna et scrute les premières notes. Sans un mot de plus je me dirige hâtivement dans la salle d’examen où il se trouvait. Je frappe à la porte très brièvement et entre sans attendre. Milo était là. Je remarque immédiatement une plaie au niveau de son front. « Milo... » je m’approche de lui, encadre délicatement son visage de mes mains « Est-ce que ça va ? Qu’est-ce qui s’est passé ? » Mon regard se pose sur sa plaie, observant cette dernière afin de ma donner une idée de la gravité de cette dernière.



Carpe Diem
And i'm feeling love
Revenir en haut Aller en bas
Milo Davis
  Milo Davis  
- Autumn leaves -

▎ Messages postés : 588
▎ Pseudo : DonJuanAuxEnfers
▎ Faceclaim : Henry Cavill
▎ Crédits : DK
▎ Multi-comptes : Je galère déjà avec un seul compte
▎ Points récoltés : 1200
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_opfyk99ZmU1rq9ihbo3_r2_400
▎ Your age : 35 ans
▎ Your preference : Hétérosexuel
▎ Job/Studies : Pilote de ligne, amoureux du ciel
▎ The one you love : Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_pbg928QHBS1spguxzo1_400

https://likeariver.forumactif.com/t2578-me-myself-and-i https://likeariver.forumactif.com/t2745-milo-davis-the-best-way-to-predict-the-future-is-to-create-it#26057
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Empty
Message#
Sujet: Re: Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself   Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 EmptyMar 9 Avr 2024 - 23:09


Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself
Milo Davis ξ @Cassia Henderson

Lorsque la conscience me revient, c'est avec la sensation diffuse d'émerger d'une eau profonde et calme. Les premières lueurs de réalité qui s'infiltrent à travers mes paupières lourdes peignent le décor stérile et impersonnel d'une chambre d'hôpital. Un instant de désorientation m'envahit, le temps que les souvenirs de l'accident de voiture refassent surface, apportant avec eux une vague de préoccupation et d'incertitude. Cependant, cette inquiétude se voit rapidement balayée par une présence familière et infiniment rassurante : Cassia, se tenant là, juste au-dessus de moi, ses mains enveloppant doucement mon visage. Son simple contact dissipe les derniers vestiges de brume dans mon esprit, focalisant toute mon attention sur son regard empli d'une sollicitude profonde. La joie de la voir, là, malgré tout, illumine mon cœur, même si une part de moi se trouble à l'idée de l'inquiétude et de la peur qu'elle a dû endurer à cause de cet accident. Poussé par un besoin urgent de la rassurer, de lui ôter le poids de l'angoisse qui a dû la saisir en apprenant la nouvelle, je trouve en moi la force de sourire. Ma voix, bien que faible, porte en elle toute l'intensité de mes sentiments. « Hey, ne t'en fais pas pour moi, je vais bien. Je suis juste désolé de t'avoir fait vivre ça. » Chaque mot est imprégné de la sincérité de mes émotions, un mélange de soulagement de la voir et de regret pour les circonstances qui l'ont amenée ici. La réaction de Cassia, un mélange de soulagement et de fermeté, me touche profondément. Elle est là, inébranlable, malgré la tempête émotionnelle que nous avons traversée. Cette constatation m'apporte un confort incommensurable, renforçant le lien invisible qui nous unit, un fil d'acier trempé dans l'affection et l'inquiétude partagée.

La chambre dans laquelle je me trouve, désignée comme salle d'examen, porte en elle l'essence même de la fonctionnalité hospitalière. Les murs, d'un blanc éclatant, sont dépourvus de toute décoration, à l'exception d'un tableau d'affichage où trônent quelques consignes de sécurité et numéros d'urgence, écrits avec une précision clinique. La lumière, issue de panneaux LED encastrés au plafond, baigne la pièce d'une clarté froide, sans ombre, transformant chaque surface en un espace de netteté presque irréelle.Au centre, un lit d'examen ajustable, recouvert d'un drap en papier crissant à chaque mouvement, se présente comme le principal acteur de cette scène. À côté, une petite table roulante supporte un assortiment d'instruments médicaux : seringues sous emballage stérile, boîtes de gants en latex, et divers petits outils dont la fonction m'échappe, tous rangés avec un ordre méthodique. Un écran d'ordinateur, relié à divers appareils de mesure, affiche des graphiques et des chiffres qui dansent dans une chorégraphie silencieuse, témoignant de la vie qui se poursuit au-delà des apparences statiques.Un coin de la pièce est occupé par un lavabo en acier inoxydable, sous un miroir qui reflète la salle dans une perspective inversée, donnant l'illusion d'un espace plus vaste. À côté, des distributeurs de savon et de désinfectant pour les mains, ainsi qu'un distributeur de serviettes en papier, soulignent l'importance de l'hygiène et de la propreté dans cet environnement.La température dans la salle est maintenue à un niveau légèrement frais, une tentative de confort qui, paradoxalement, accentue l'atmosphère impersonnelle et fonctionnelle de l'espace. Le silence est roi, seulement interrompu par le bourdonnement bas d'un système de ventilation, le cliquetis occasionnel d'un clavier, ou le murmure lointain de voix dans les couloirs adjacents.

« Rien de grave… Un simple accrochage en voiture. » Ces mots franchissent mes lèvres avec une légèreté forcée, comme si en les prononçant avec suffisamment de désinvolture, je pouvais en atténuer la réalité. Il me semble crucial, dans l'instant, de minimiser l'incident aux yeux de Cassia, de peindre cet événement dans les teintes les plus banales. Il n'est pas nécessaire de lui révéler combien la fatigue avait alourdi mes paupières, flirtant dangereusement avec le sommeil au volant. Ce détail, aussi alarmant soit-il, ne ferait qu'accroître son inquiétude, déjà palpable dans l'air chargé de tension de la salle d'examen.« Ne t’inquiète pas pour…» Ma tentative de la rassurer, de poursuivre cette façade de normalité, est brutalement interrompue par une onde de douleur qui se propage de ma tête à travers mon corps. Ma main, presque instinctivement, se porte à l'endroit où le mal se concentre, trahissant ma douleur avec une sincérité que mes mots cherchaient à occulter. Un grognement involontaire s'échappe de mes lèvres, ponctuant l'espace entre nous de la vérité crue de mon état. « Tout va bien… Je dois… Je dois retourner à New-York… » La faiblesse de ma voix contraste avec la fermeté de mes intentions. Cet accident, malgré l'apparente trivialité que je tente de lui conférer, s'est insinué profondément dans ma conscience, ébranlant cette image de contrôle et de résilience que je m'efforce de maintenir. Reprendre ma route vers New-York, reprendre le cours de ma vie comme si de rien n'était, me semble être le seul moyen de me réapproprier mon existence ébranlée, de chasser les ombres de cet incident. Mais ces mots, prononcés dans un souffle, révèlent plus qu'une simple volonté de continuer ; ils trahissent une vulnérabilité, une fragilité que je préférerais garder dissimulée. En eux réside le désir ardent de retrouver une normalité que l'accident a momentanément effacée, un besoin presque désespéré de prouver que rien n'a changé, alors même que le simple geste de toucher ma tête rappelle la réalité de ma condition.


MY WOLRD IS HER
Et au premier battement de ses paupières, je l'ai reconnue. C'était bien elle, l'inattendue et l'attendue
(c)crackintime


Dernière édition par Milo Davis le Mer 10 Avr 2024 - 15:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cassia Henderson
  Cassia Henderson  
- Shade of winter -

▎ Messages postés : 850
▎ Pseudo : s-a
▎ Faceclaim : Gal Gadot
▎ Crédits : philia
▎ Multi-comptes : non
▎ Points récoltés : 1177
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_inline_opupfyoeON1ul4f46_400
▎ Your age : trente-trois ans
▎ Your preference : hétérosexuelle
▎ Job/Studies : Cassia est infirmière au Charlton Memorial Hospital.
▎ The one you love : Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_p02mtjuqCb1vbe6zoo6_r1_250

https://likeariver.forumactif.com/f38-liens-des-membres https://likeariver.forumactif.com/f82-les-telephones https://likeariver.forumactif.com/t651-instagram-explications-modele
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Empty
Message#
Sujet: Re: Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself   Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 EmptyMar 9 Avr 2024 - 23:44


Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself
@Milo Davis ξ Cassia Henderson


Mon rythme cardiaque est anormalement élevé. Quand j’entre dans la salle d’examen où se trouvait Milo ce dernier ne semble pas vouloir se calmer. La vue d’une plaie sur son front ne m’aide pas à me rassurer sur on état. Mon premier réflexe et de m’approcher de lui et de lui demander comment il se sentait et qu’est-ce qu’il s’était passé. Ma voix est fébrile sans doute à cause du nœud qui nouait ma gorge d’une puissante angoisse. Milo me rassure immédiatement en me disant qu’il allait bien et que je ne devais pas m’en faire pour lui. Mais comment était-ce possible ? Ça ne l’était pas, tout simplement. Milo trouve même le moyen de s’excuse. « Arrête... » soufflai-je légèrement la voix nouée. « Tu n’as pas à t’excuser, ce n’est pas ta faute... » Mon regard ne le quitte pas d’une seconde. La plaie au front ne semblait pas très profonde mais nécessiterait tout de même des soins. J’interroge alors le jeune homme sur la raison de sa présence ici. Milo minimise alors la situation en me précisant qu’il s’agissait d’un simple accrochage en voiture. Soudainement un immense sentiment de culpabilité s’empare de moi. Si Milo ne m’avait pas ramené hier à Fall River, il n’aurait pas repris la route tôt ce matin et il n’aurait pas eu cet accident de voiture. Je tente malgré tout de rester concentrée et de ne pas laisser la culpabilité prendre le dessus. Et alors que Milo me demande de ne pas m’inquiéter il s’interrompt de parler. Sa main se porte à sa tête, sa douleur est visible. « Milo ? » Je suis inquiète, je ne pouvais décidément pas le cacher. Le pilote de ligne m’annonce alors aller bien et devoir retourner à New-York. « Allonge toi, reste tranquille... » dis-je en posant mes mains délicatement sur son torse pour l’inciter à rester calme et allongé. « Tu ne peux pas retourner à New-York. Tu dois passer des examens pour s’assurer que tout va bien. Sois raisonnable, s’il te plaît... » Mes mains vient caresser délicatement sa joue.

Nous sommes interrompu par l’arrivée d’un médecin et d’une infirmière. Ce dernier examine rapidement Milo pour fait un état de la situation. Il regarde d’abord la plaie à son front puis regarde d’un peu plus près les signes vitaux tout en posant des questions à Milo. « On va vous garder en observation pour la journée déjà. Et programmer des examens pour s’assurer que tout va bien. » Il se tourne vers ma collègue infirmière « Emmenez le en imagerie médicale. Et appelez moi si besoin... » dit-il avant de nous saluer et de quitter la pièce. Milo est alors rapidement envoyer au service d’imagerie médicale pour passer un IRM afin de s’assurer que tout va bien. Je réussie à l’accompagner, mais je devais malheureusement le laisser aller seul à présent. Alors que son tour était venu de passer les examens, je dépose un baiser sur ses lèvres « Je te rejoins dès que possible, d’accord ? Et s’il te plaît, écoute ce qu’on te dit... » Je connaissais Milo et savait qu’il pouvait être très obstiné. Ma main quitte la sienne à contre cœur pour le laisser pénétrer dans la salle d'imagerie. Je savais qu'il en avait pour un petit moment. Je devais donc retourner à mon service, le cœur lourd et l'esprit ailleurs.



Carpe Diem
And i'm feeling love
Revenir en haut Aller en bas
Milo Davis
  Milo Davis  
- Autumn leaves -

▎ Messages postés : 588
▎ Pseudo : DonJuanAuxEnfers
▎ Faceclaim : Henry Cavill
▎ Crédits : DK
▎ Multi-comptes : Je galère déjà avec un seul compte
▎ Points récoltés : 1200
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_opfyk99ZmU1rq9ihbo3_r2_400
▎ Your age : 35 ans
▎ Your preference : Hétérosexuel
▎ Job/Studies : Pilote de ligne, amoureux du ciel
▎ The one you love : Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_pbg928QHBS1spguxzo1_400

https://likeariver.forumactif.com/t2578-me-myself-and-i https://likeariver.forumactif.com/t2745-milo-davis-the-best-way-to-predict-the-future-is-to-create-it#26057
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Empty
Message#
Sujet: Re: Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself   Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 EmptyMer 10 Avr 2024 - 1:44


Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself
Milo Davis ξ @Cassia Henderson

La préoccupation, presque palpable, qui émane de Cassia, m'atteint avec une acuité surprenante. Dans le halo de lumière blafarde qui baigne la salle d'examen, je peux lire chaque nuance d'inquiétude inscrite sur son visage, chaque petite ride témoignant de sa peur silencieuse pour moi. Cette réalisation, le fait que ma propre détresse puisse être source d'angoisse pour elle, alourdit mon cœur d'un poids supplémentaire.Je m'efforce alors, avec chaque fibre de mon être, de peindre un tableau moins sombre de la situation. « C'était juste un petit accrochage, rien de plus » je répète, insistant sur le mot « petit » comme si cela pouvait réellement minimiser l'événement. Chaque mot que je prononce est choisi avec soin, dans l'espoir de dessiner une réalité alternative où cet accident n'est qu'une parenthèse insignifiante, un incident sans conséquence. Toutefois, la douleur qui pulse au rythme de mon cœur dans ma tête se moque de mes tentatives de dénégation. Elle est là, insistante, un rappel constant de la réalité de l'impact, du danger frôlé. Mais je refuse de laisser cette douleur transparaître, de la laisser devenir une source supplémentaire d'inquiétude pour Cassia. Ainsi, je camoufle chaque grimace de douleur qui menace de se frayer un chemin sur mon visage, chaque respiration un peu trop haletante sous le coup de l'effort. « Vraiment, je t'assure, ça va aller. Je me sens déjà mieux » je mens, avec une assurance que je suis loin de ressentir. Ce n'est pas tant pour me convaincre moi-même de ma propre résilience, mais pour offrir à Cassia un semblant de tranquillité d'esprit à travers l'océan de ses craintes. Après tout, si je peux prendre sur moi pour lui épargner ne serait-ce qu'un fragment de souci, alors chaque mot rassurant, chaque sourire forcé, chaque dissimulation de la douleur, en vaut la peine.

La caresse de Cassia sur mon visage m’apaise. La chaleur de son toucher se propage, apportant une bouffée de réconfort et de tranquillité, un contraste saisissant avec la peur sourde qui s'installe au creux de mon estomac à l'idée de ce qui m'attend. « J’écoute toujours ce que l’on me dit… Je ne suis absolument pas têtu ni obstiné » répondais-je en essayant d’alléger l’atmosphère. Malgré mon désir ardent de quitter cet endroit, de fuir vers la familiarité de New-York, sa voix, empreinte d'une douce fermeté, me rappelle à la réalité des soins nécessaires. L'arrivée du médecin et de l'infirmière dans la salle, porteurs de nouvelles qui scellent mon sort proche, ne laisse aucune place au doute : un examen IRM est inévitable. L'échange de regards avec Cassia, lourd de non-dits, confirme que ma réticence doit céder face à la nécessité médicale. Sa promesse de me rejoindre dès que possible, accompagnée de cette supplication à écouter et à coopérer, me fait doucement sourire avant que je pénètre dans la salle d'examen.

L'intérieur de la salle où se déroulera l'IRM semble être un monde à part, dominé par la présence imposante de la machine d'imagerie. La machine elle-même, un cylindre massif entouré d'un halo de lumières tamisées, semble presque vivante, son bourdonnement constant un rappel de son potentiel à révéler ce qui est caché au plus profond de moi. Autour, les murs sont nus, fonctionnels, à l'exception de quelques écrans et moniteurs qui clignotent avec indifférence. On m'invite à m'allonger sur une table motorisée, froide malgré les draps placés pour offrir un semblant de confort. L'infirmière, d'une voix professionnelle mais empreinte de compassion, m'explique le déroulement de l'examen, me conseille de rester immobile, de respirer normalement. Les consignes, bien que rassurantes, peinent à percer le voile d'anxiété qui s'est emparé de moi. Alors que la table commence lentement son glissement vers le cœur de la machine, une sensation d'isolement s'empare de moi. Le monde extérieur semble s'évanouir, laissant place à un espace où seuls résonnent le bourdonnement de l'IRM et le battement de mon cœur. Malgré la froideur de l'appareil et l'impersonnalité de la salle, je trouve une forme de réconfort dans le souvenir de la chaleur de la main de Cassia, dans sa voix implorant ma coopération.

La fin de l'examen IRM marque le début d'une attente interminable, un interlude de réflexion et d'anticipation dans le confort relatif d'une chambre d'hôpital. Allongé sur le lit, les yeux fixés sur le plafond immaculé, je tente de détourner mon esprit de la douleur persistante, cherchant refuge dans des pensées plus légères. Mes réflexions vagabondent vers Cassia, vers la manière dont nous pourrions braver ensemble la distance qui menace de nous séparer bientôt. Chaque idée, chaque plan élaboré pour maintenir le lien qui nous unit, est comme un baume sur l'inquiétude latente concernant les résultats de l'IRM. L'arrivée du médecin, accompagné de l'infirmière, tranche dans le fil de mes pensées. Leur présence soudaine ravive l'angoisse que j'avais tenté de mettre à distance. Le visage du médecin, cependant, ne trahit rien d'alarmant, ce qui me laisse espérer un instant que les nouvelles ne seront pas sombres. « Vous avez eu de la chance, jeune homme ! » Ses premiers mots sont une délivrance, dissipant le nuage de crainte qui avait commencé à s'accumuler autour de mon cœur. L'assurance qu'il n'y a eu « plus de peur que de mal » m'envahit d'un soulagement profond, confirmant que parfois, la peur de l'inconnu est bien pire que la réalité. C'est avec un sourire teinté d'émotion que je réagis à ses paroles. « C'est parce que j'ai un ange qui veille sur moi ! » Ma réponse, accompagnée d'un regard vers Cassia qui vient d'entrer dans la chambre. Sa présence, à cet instant précis, me rappelle à quel point je suis chanceux, non seulement d'avoir échappé au pire physiquement, mais aussi d'avoir quelqu'un comme elle à mes côtés. L'injonction du médecin à me reposer ne trouve pas l'écho espéré en moi. Malgré le soulagement, l'idée de me soumettre à un repos forcé, de mettre ma vie en pause, même pour ma convalescence, me semble insupportable. « Je n'ai pas le temps de me reposer Docteur, je me reposerai quand je serais mort ! » Ma réplique, mi-sérieuse, mi-facétieuse, traduit une impatience, une réticence à ralentir le cours de mon existence, même face à l'évidence médicale. Cependant, au fond de moi, je sais que cette résistance est futile, que l'écoute et l'acceptation des conseils médicaux sont essentielles pour une récupération complète.

« Vous êtes stressé en ce moment ? » La question du médecin, posée avec une neutralité professionnelle, me prend au dépourvu, tranchant à travers le flot de mes pensées préoccupées par les répercussions immédiates de l'accident. Son interrogation sur mon état de stress me fait lever un sourcil, surprise et scepticisme mêlés. « Hmm… Pas plus que d’habitude ! » Ma réponse, teintée d'une pointe d'humour involontaire, est un aveu partiel. En vérité, la pression constante, la cadence effrénée de la vie new-yorkaise ne me laissent guère le luxe de baisser la garde. Mon regard se détourne vers Cassia, cherchant chez elle une confirmation ou peut-être une réfutation silencieuse de mes propres mots. L'impatience, cette caractéristique indissociable de ma personnalité, refait surface lorsque je presse le médecin pour connaître les délais de reprise du travail. « Je peux reprendre quand le travail, Docteur ? » Ma voix, légèrement tendue par l'anxiété de l'attente et le désir de retourner à mes obligations, trahit cette hâte qui ne connaît pas de répit. Cette impatience, cette obstination à vouloir continuer sans accorder à mon corps le temps de guérir, est une facette de moi-même que je reconnais mais que j'ai du mal à maîtriser. Je sens, presque physiquement, l'onde de désapprobation qui émane de Cassia face à ma question précipitée. Mon intuition me dit que cette impatience de reprendre le cours de ma vie professionnelle, sans égard pour ma santé récemment mise à l'épreuve, est loin de lui plaire. Son regard, où se mêlent inquiétude et exaspération, est un rappel silencieux de l'importance de prendre soin de soi, de ne pas brûler les étapes de la convalescence.


MY WOLRD IS HER
Et au premier battement de ses paupières, je l'ai reconnue. C'était bien elle, l'inattendue et l'attendue
(c)crackintime


Dernière édition par Milo Davis le Mer 10 Avr 2024 - 15:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cassia Henderson
  Cassia Henderson  
- Shade of winter -

▎ Messages postés : 850
▎ Pseudo : s-a
▎ Faceclaim : Gal Gadot
▎ Crédits : philia
▎ Multi-comptes : non
▎ Points récoltés : 1177
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_inline_opupfyoeON1ul4f46_400
▎ Your age : trente-trois ans
▎ Your preference : hétérosexuelle
▎ Job/Studies : Cassia est infirmière au Charlton Memorial Hospital.
▎ The one you love : Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_p02mtjuqCb1vbe6zoo6_r1_250

https://likeariver.forumactif.com/f38-liens-des-membres https://likeariver.forumactif.com/f82-les-telephones https://likeariver.forumactif.com/t651-instagram-explications-modele
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Empty
Message#
Sujet: Re: Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself   Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 EmptyMer 10 Avr 2024 - 9:11


Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself
@Milo Davis ξ Cassia Henderson



Je n’étais pas sur les lieux de l’accrochage certes, mais connaissant Milo j’étais certaine qu’il minimisait le choc qu’il y avait eu entre les deux véhicules. Si ce n’était pas si grave que cela, il ne serait pas ici de bon matin. L’heure était venue pour lui de passer une IRM. Je le laisse donc à contre cœur, le temps qu’il passe cet examen qui je l’espère n’annoncera pas de mauvaises nouvelles. De mon côté, je retourne rejoindre Anna pour reprendre mon service, difficilement je devais bien l’avouer, mes pensées étaient toutes tournées vers Milo.

Cela faisait déjà trois fois que je venais vérifier si l’examen de Milo était terminé ou non. Ce fut le cas au bout de mon quatrième aller retour. J’appris alors qu’il venait, il y a dix minutes à peines, de sortir et d’être placé dans une chambre. Je m’empresse donc de rejoindre cette chambre en question et lorsque j’arrive devant, la porte est ouverte. Le médecin est présent dans la pièce en train de parler à Milo. Je peux entendre les premiers échos de la discussion. Apparemment tout allait bien. Je sens une once de soulagement m’envahir, bien que la culpabilité soit toujours là. Doucement, silencieusement, je m’introduis dans la pièce. Mon regard croise celui de Milo et lorsque le médecin lui annonce un repos forcé je peux lire dans son regard tout le mécontentement qu’il ressent à cet instant. La réplique de Milo lui correspond parfaitement, toutefois, le médecin ne changera pas d’avis. Ce dernier questionne d’ailleurs Milo sur son stress ressenti du moment. La réponse de Milo est vague. On ne pouvait pas se le cacher, son métier, bien qu’il s’agisse de sa passion, était malgré tout une source de stress, Milo avait beaucoup de responsabilités. Et puis, sa formation lui prenait beaucoup de temps et d’énergie, il y avait eu récemment cette histoire avec Lou, la fatigue accumulée et ce trajet en voiture jusqu’à Fall River. Milo demande au médecin quand est-ce qu’il pourra reprendre le travail. Mon regard, réprobateur, se pose sur lui. « D’ici une petite semaine. Reposez vous, vous en avez besoin. Le choc aurait sans doute être plus violent certes, mais votre corps va sans doute réagir dans les jours à venir. On va s’occuper de votre plaie au front également et je vous prescrirait quelques anti douleurs si besoin. » Le médecin quitte alors la pièce suivi de l’infirmière qui l’accompagnait.

A présent seuls dans la pièce. Je m’approche du lit. Je viens m’asseoir sur le bord de ce dernier. Mon regard se plonge dans celui de Milo et la culpabilité que je ressentais jusqu’à maintenant semble se décupler. Le trajet de hier jusqu’à Fall River avait sans doute aussi contribuer à sa fatigue, son stress. Cet accident ne serait pas arrivé s’il ne m’avait pas ramené. « Est-ce que tu as besoin de quelque chose ? » demandai-je alors, si je pouvais le soulager de quelque chose avant de devoir retourner travailler je le ferai bien évidemment. « Et la douleur, est-ce qu’elle est supportable ? On m’a dit qu’on t’avait donné quelque chose pour la soulager mais si ce n’est pas suffisant, n’hésite pas à le dire... » ma voix était préoccupée, mais je restais malgré tout attentive à ses besoins. « Est-ce que tu veux que je prévienne quelqu'un ? » Il était sans nul doute attendu pour le travail déjà, mais je pensais également à sa famille.




Carpe Diem
And i'm feeling love
Revenir en haut Aller en bas
Milo Davis
  Milo Davis  
- Autumn leaves -

▎ Messages postés : 588
▎ Pseudo : DonJuanAuxEnfers
▎ Faceclaim : Henry Cavill
▎ Crédits : DK
▎ Multi-comptes : Je galère déjà avec un seul compte
▎ Points récoltés : 1200
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_opfyk99ZmU1rq9ihbo3_r2_400
▎ Your age : 35 ans
▎ Your preference : Hétérosexuel
▎ Job/Studies : Pilote de ligne, amoureux du ciel
▎ The one you love : Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_pbg928QHBS1spguxzo1_400

https://likeariver.forumactif.com/t2578-me-myself-and-i https://likeariver.forumactif.com/t2745-milo-davis-the-best-way-to-predict-the-future-is-to-create-it#26057
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Empty
Message#
Sujet: Re: Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself   Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 EmptyMer 10 Avr 2024 - 15:42


Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself
Milo Davis ξ @Cassia Henderson

Lorsque le médecin et l'infirmière quittent la pièce, laissant derrière eux un silence empreint de solennité, je leur adresse un bref signe de tête en guise de remerciement. Puis, mon attention se détourne entièrement vers Cassia, dont le regard trahit une inquiétude qui semble peser des tonnes. Elle est là, à mes côtés, incarnant à la fois ma plus grande préoccupation et ma source de réconfort la plus profonde. Avec un effort considérable, je me redresse légèrement, luttant contre la douleur et la faiblesse qui menacent de m'envahir. Ma main, tremblante mais déterminée, trouve la sienne, établissant un contact qui me paraît vital dans cet instant chargé d'émotion. « La seule chose dont j’ai besoin c’est de savoir que tu vas bien… » Ces mots, prononcés avec une sincérité brute, sont le reflet de mon univers intérieur, où Cassia occupe une place centrale, un point fixe autour duquel tout le reste semble tourner. Sa présence à cet instant, son soutien inébranlable, sont les seules assurances dont j'ai besoin pour affronter ce qui vient. « La seule personne à prévenir se trouve devant moi… » Je continue, partageant une pensée qui me traverse l'esprit, reflétant mon désir de la garder près, de la préserver comme elle se démène pour me préserver.

Pourtant, une pensée pragmatique surgit, rompant le cocon d'intimité que nous avons tissé autour de nous. « Hmm… Mais il vaut mieux prévenir Clyde et ma mère sinon je sens que je vais avoir le droit à une ribambelle de je te l’avais dit ». Une touche d'humour, malgré la situation, pour alléger l'atmosphère, pour rappeler que la vie continue avec ses obligations et ses liens familiaux et amicaux qui, eux aussi, méritent d'être rassurés, informés.

Dans l'atmosphère chargée de la chambre d'hôpital, je perçois une tension palpable émanant de Cassia. Ses yeux, miroirs de son âme, reflètent une inquiétude profonde mêlée à une ombre de culpabilité, comme si elle se tenait, d'une manière ou d'une autre, responsable de mon état actuel. C'est une réaction que j'avais anticipée, connaissant la tendance de Cassia à porter le poids du monde sur ses épaules, surtout lorsqu'il s'agit de ceux qu'elle aime. Je ne peux laisser ces sentiments non fondés s'enraciner en elle, devenir un fardeau silencieux qui altérerait la lumière habituelle de son être. Alors, avec toute la douceur et l'assurance dont je suis capable malgré la douleur et la fatigue, je m'efforce de disperser ses craintes et de bannir cette culpabilité injustifiée. « Cassia, regarde-moi… » je commence, ma voix basse mais ferme, attirant son attention vers moi, loin des spirales d'auto-accusation dans lesquelles elle risque de se perdre. « Ce qui est arrivé, cet accident, ce n'est la faute de personne. Surtout pas la tienne. » Mon regard cherche le sien, implorant une compréhension profonde de ces mots.

Je marque une pause délibérée, mes mots flottant dans l'air entre nous, leur écho intime conçu pour traverser le remous d'émotions tumultueuses qui assiège Cassia. Dans le silence qui s'installe, je cherche à capturer son regard, à lui transmettre avec intensité la vérité que je sens impérieuse, nécessaire, espérant alléger le fardeau de la culpabilité qu'elle s'impose. « Tu n'as pas à porter cette culpabilité, Cassia. » Je réitère, ma voix portant une fermeté douce, chargée de compréhension et d'affection. « Je te connais… » Je continue, plongeant dans la profondeur de ses yeux, tentant de dénouer les fils de pensées torturées qui l'entraînent vers le blâme de soi. « Tu dois te dire que si je ne t’avais pas raccompagné hier soir, rien de tout cela ne serait arrivé… Mais avec des si, nous pourrions refaire le monde. » Un sourire teinté de mélancolie et de réconfort s'esquisse sur mes lèvres alors que je poursuis, cherchant à alléger l'atmosphère par une touche d'absurdité réfléchie. « Si nous n'étions pas ensemble, cela ne se serait pas produit, si je n’étais pas né aussi… Tu vois… » Chaque « si » est prononcé avec une légèreté calculée, un rappel que la vie, dans son infinie complexité, ne saurait être réduite à une série de choix binaires ou de chemins non empruntés. « Tout ceci pour te dire que tu n’y es pour rien, Cassia… » Mon énoncé final, chargé d'une conviction inébranlable, est un phare dans la tempête d'incertitudes qui l'entoure

Notre moment de réconfort et d'intimité est soudain interrompu par l'entrée inattendue d'Erin dans la chambre. Son arrivée est aussi soudaine que déconcertante. « Oh Milounet ! Je viens d'apprendre ce qui s'est produit ! » s'exclame-t-elle avec un enthousiasme qui tranche étrangement avec la solennité de l'instant. Le passé que nous avons partagé, fait de moments fugaces et éphémères, semble resurgir dans sa démarche, bien que ces souvenirs appartiennent désormais à une époque révolue. Sa proximité immédiate, alors qu'elle pose une main sur ma joue et l'autre sur mon torse, marque une intimité non sollicitée, une intrusion dans l'espace personnel que Cassia et moi partagions. « Comment tu te sens ? Tu peux venir te reposer chez moi si tu le souhaites. Promis je m’occuperai bien de toi ! » sa question, dirigée uniquement vers moi, ignore ostensiblement la présence de Cassia, comme si elle n'était qu'une spectatrice indésirable de cette scène. « Tout va bien… Je suis très bien entouré ! » Ma réponse est rapide, délibérément soulignant le soutien indéfectible que Cassia m'apporte. Mon regard se tourne vers Cassia, cherchant à réaffirmer l'importance de sa présence à mes côtés, un message silencieux destiné à rappeler à Erin, et à moi-même, où résident véritablement mes affections.

La situation prend une tournure encore plus gênante lorsque, dans un geste apparemment innocent d'Erin visant à ajuster quelque chose au-dessus de mon lit, l'un des boutons de son vêtement cède soudainement. La proximité forcée qui s'ensuit, avec ses conséquences embarrassantes, est un tableau d'absurdité et de malaise. Bien que complètement accidentelle, cette collision inattendue ajoute une couche d'inconfort à une situation déjà tendue. Pendant qu’elle s’affaire à arranger les appareils situés au-dessus de mon lit, mon visage se retrouve tout près, très près de sa généreuse poitrine. Son geste final, un baiser déposé si près de mes lèvres qu'il en est troublant, est le coup de grâce à la dignité de cet échange. Son intention, bien que peut-être innocente, ne fait qu'amplifier le malaise palpable dans la pièce. « Et voilà Milounet ! Tu n’as besoin de rien ? Tu es certain ? Je peux appeler ta mère si tu le souhaites ? Cela me donnera une occasion de la revoir ! » lance-t-elle en continuant d’ignorer Cassia.


MY WOLRD IS HER
Et au premier battement de ses paupières, je l'ai reconnue. C'était bien elle, l'inattendue et l'attendue
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Cassia Henderson
  Cassia Henderson  
- Shade of winter -

▎ Messages postés : 850
▎ Pseudo : s-a
▎ Faceclaim : Gal Gadot
▎ Crédits : philia
▎ Multi-comptes : non
▎ Points récoltés : 1177
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_inline_opupfyoeON1ul4f46_400
▎ Your age : trente-trois ans
▎ Your preference : hétérosexuelle
▎ Job/Studies : Cassia est infirmière au Charlton Memorial Hospital.
▎ The one you love : Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_p02mtjuqCb1vbe6zoo6_r1_250

https://likeariver.forumactif.com/f38-liens-des-membres https://likeariver.forumactif.com/f82-les-telephones https://likeariver.forumactif.com/t651-instagram-explications-modele
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Empty
Message#
Sujet: Re: Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself   Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 EmptyMer 10 Avr 2024 - 16:39


Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself
@Milo Davis ξ Cassia Henderson



A présents seuls dans la chambre où Milo avait été installé pour le reste de la journée, je m’étais empressée de savoir si il avait besoin de quelque chose et de savoir si la douleur présente tout à l’heure avait diminué ou non. Milo se redresse légèrement, sa main trouve la mienne. Une douce sensation de réconfort m’envahit alors soudainement. Le jeune homme souligne le fait que la seule chose dont il avait besoin c’était de savoir si j’allais bien. Sa réponse est assez étonnante. « Ce n’est pas moi qui suis allongée dans ce lit... » Autrement dit, de nous deux, c’est sans nul doute moi qui allait le mieux. Il m’assure également que la seule personne qui était à prévenir était déjà devant lui. Un léger sourire attendri se dessine sur mon visage. Toutefois, Milo semble avoir une lueur pragmatique en m’indiquant finalement qu’il était sans doute bien de prévenir Clyde et sa mère. « C’est sans doute mieux. Tu veux le faire ? Sinon je peux m’en occuper si tu veux te reposer... » proposai-je tout naturellement. Mes yeux avait du mal à se focaliser sur le regard de Milo. J’avais du mal à accepter de le voir ainsi. Mais malgré tout, le jeune homme me demande de le regarder, Surprise par cette injonction, mon regard se lève aussitôt vers le sien. A croire que Milo avait réussit à entendre mes pensées les plus profondes, les plus intimes.  Il me connaissait oui, sans doute mieux que quiconque et il savait que je culpabilisais. Ce qui était surprenant c’est qu’il savait presque mot pour mot ce que je me répétais en boucle depuis tout à l’heure. Milo tente avec des paroles censées me réconforter et me prouver que tout ceci n’était pas de ma faute. « Je ne peux pas m’en empêcher... » dis-je en détournant le regard qui trahissait toute l’émotion que je pouvais ressentir face à cette situation. Ma main se resserre légèrement autour de la sienne dans la recherche d’un réconfort physique.

Nous sommes soudainement interrompus par l’arrivée d’Erin dans la chambre. Cette dernière entre avec une aisance déconcertante et s’approche de Milo en m’ignorant très clairement. Je vois rouge lorsqu’elle vient poser une main sur sa joue et l’autre sur ton torse. Et que dire quand elle vient lui proposer de venir se reposer chez elle. Ma tension venait de croître anormalement. Milo la rassure tout en précisant qu’il était bien entouré. Puis ma collègue vient alors ajuster un appareil présent au dessus de lui. Approchant alors sans aucune retenue sa poitrine des plus généreuse de son visage. La scène est des plus agaçantes, elle l’est d’autant plus quand l’un de ses boutons cède libérant alors un peu sa poitrine généreuse. Et lorsque Erin propose à Milo d’appeler sa mère en précisant que cela donnera une occasion de la revoir je ne peux plus me contenir. Je soupire longuement. Alors que l’une des ses mains se reposes sur le torse de Milo je viens pincer très fortement son bras. « Aie ! Mais qu’est-ce qui te prends ? » dit-elle en posant enfin son regard sur moi et en reculant légèrement. « Ça va je ne te dérange pas ? Il me semble que Milo t’a dit qu’il était bien entouré. Si tu n’avais pas compris, c’était une manière polie de dire qu’il n’a absolument pas besoin de toi... » Ma voix était glacial. J'étais fatiguée et inquiète, un mélange pour le moins explosif « Oh je vois... Toujours aussi jalouse la planche à pain... » Je lui lance un regard noir avant de lui répondre « Et si tu reboutonnais ta blouse et que tu allais voir ailleurs !? Ca ferait du bien à tout le monde...  » Ce n'était en rien une véritable question mais plutôt un ordre dissimulé.



Carpe Diem
And i'm feeling love
Revenir en haut Aller en bas
Milo Davis
  Milo Davis  
- Autumn leaves -

▎ Messages postés : 588
▎ Pseudo : DonJuanAuxEnfers
▎ Faceclaim : Henry Cavill
▎ Crédits : DK
▎ Multi-comptes : Je galère déjà avec un seul compte
▎ Points récoltés : 1200
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_opfyk99ZmU1rq9ihbo3_r2_400
▎ Your age : 35 ans
▎ Your preference : Hétérosexuel
▎ Job/Studies : Pilote de ligne, amoureux du ciel
▎ The one you love : Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_pbg928QHBS1spguxzo1_400

https://likeariver.forumactif.com/t2578-me-myself-and-i https://likeariver.forumactif.com/t2745-milo-davis-the-best-way-to-predict-the-future-is-to-create-it#26057
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Empty
Message#
Sujet: Re: Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself   Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 EmptyMer 10 Avr 2024 - 17:36


Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself
Milo Davis ξ @Cassia Henderson

L'atmosphère dans la chambre d'hôpital prend une tournure presque surréaliste, un mélange détonnant d'absurdité et de tension palpable. La situation s'escalade rapidement lorsque Cassia, dans un geste de défense instinctive et protectrice, saisit le bras d'Erin avec une force surprenante. La réaction immédiate d'Erin, teintée de surprise et d'irritation, ne fait qu'ajouter au chaos de l'instant. La réplique glaciale de Cassia, empreinte d'une politesse cinglante, vient trancher dans le vif, marquant clairement les limites de l'intrusion d'Erin. Mais la riposte d'Erin, emplie de mépris et de provocation, révèle une animosité plus profonde, une attaque personnelle qui dépasse largement le cadre de l'inquiétude amicale. « Toujours aussi jalouse la planche à pain. » Ces mots, lancés comme des flèches empoisonnées, visent à blesser, à humilier. Pourtant, face à cette agression, Cassia reste inébranlable, sa répartie tranchante soulignant avec une précision chirurgicale le manque de décence d'Erin. Le contraste entre la dignité de Cassia et l'attitude déplacée d'Erin ne pourrait être plus marqué.

La suite de l'échange ne fait qu'aggraver mon malaise. Les mots d'Erin, chargés de mépris, visent non seulement à dénigrer Cassia mais aussi à remettre en question mon jugement, ma capacité à choisir les personnes qui comptent réellement pour moi. Cette attaque, bien que visant Cassia, me touche directement, ébranlant mon estime pour quelqu'un que j'avais autrefois considéré comme une aventure éphémère.

L'intervention de Cassia, marquée par une assurance et une fermeté qui forcent mon admiration, ne fait que renforcer ma conviction que la personne devant moi, Erin, n'est plus celle que j'ai connue. « Jalouse, possessive et plate comme une planche à pain… Je me demande vraiment ce que Milo peut te trouver ! Il doit vraiment avoir reçu un coup sur la tête pour être avec une pauvre fille comme toi… » Les mots d'Erin qui suivent ne sont que la preuve supplémentaire de sa volonté de blesser, de provoquer une réaction, de nous diminuer aux yeux de l'autre. Ma patience atteint ses limites. Bien que mon corps proteste, une vague de colère, pure et justifiée, me traverse. « Erin, ça suffit. Maintenant laisse-nous ou je te jure que je me lève et tu vas voler aussi haut que ton intelligence, si tu atteins le premier étage cela sera un miracle… » Les mots s'échappent de moi, un souffle de défi et de protection envers Cassia, mais aussi une affirmation de ma propre dignité face à l'inacceptable.

Erin bat en retraite, sa silhouette disparaissant rapidement derrière la porte, tandis que, malgré la fatigue et la douleur, je me force à me lever. Chaque mouvement est un défi, mais l'urgence de la situation, le besoin de rassurer Cassia, me donne une force inattendue. Debout, je me sens vaciller légèrement, mais la douleur n'est pas aussi accablante que je l'aurais craint. Mes yeux se posent sur Cassia, cherchant dans son regard un signe, une indication de ce qu'elle ressent après cette confrontation houleuse. Lorsque je la prends dans mes bras, c'est avec une intention claire : dissiper le nuage de culpabilité qui menace de s'installer en elle, et effacer les résidus amers laissés par les paroles venimeuses d'Erin. « Laisse… Elle n’en vaut pas la peine » murmurai-je, mon pouce caressant tendrement sa joue dans un geste apaisant. Chaque parole est choisie pour son effet calmant, pour souligner l'insignifiance des provocations d'Erin face à la profondeur de notre relation. « Je vais rentrer et… On se retrouve ce soir, d'accord ? Promis, je ne vais pas sauter en parachute ou rentrer à New-York » je continue, ajoutant une touche d'humour dans notre conversation pour alléger l'atmosphère. Mes lèvres se posent sur son front. « Et surtout… Ce n’est pas de ta faute, Cassia. Tu m’entends ? Ce n’est pas de ta faute. Tu n’y es absolument pour rien. » Ces mots, répétés avec une insistance douce mais ferme, sont destinés à briser le cycle de la culpabilité.


MY WOLRD IS HER
Et au premier battement de ses paupières, je l'ai reconnue. C'était bien elle, l'inattendue et l'attendue
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Cassia Henderson
  Cassia Henderson  
- Shade of winter -

▎ Messages postés : 850
▎ Pseudo : s-a
▎ Faceclaim : Gal Gadot
▎ Crédits : philia
▎ Multi-comptes : non
▎ Points récoltés : 1177
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_inline_opupfyoeON1ul4f46_400
▎ Your age : trente-trois ans
▎ Your preference : hétérosexuelle
▎ Job/Studies : Cassia est infirmière au Charlton Memorial Hospital.
▎ The one you love : Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_p02mtjuqCb1vbe6zoo6_r1_250

https://likeariver.forumactif.com/f38-liens-des-membres https://likeariver.forumactif.com/f82-les-telephones https://likeariver.forumactif.com/t651-instagram-explications-modele
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Empty
Message#
Sujet: Re: Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself   Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 EmptyMer 10 Avr 2024 - 17:53


Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself
@Milo Davis ξ Cassia Henderson




L’arrivée d’Erin est, comme toujours, pour moi synonyme de tension et de confrontation. Nous ne nous étions jamais vraiment entendues toutes les deux et cela s’était davantage dégradant depuis qu’elle avait fréquenté Milo. Comme toujours, elle agissait comme si sa relation avec Milo n’était pas définitivement terminée, m’ignorant ainsi complètement. Sauf que ma patiente avait des limites et là, Erin venait clairement de les dépasser. Alors sans réfléchir je viens fortement pincer son bras pour la faire sortir de sa rêverie et lui rappeler que j’étais bel et bien présente que ça lui plaise ou non. Je lui suggère vivement d’aller voir ailleurs. Mais Erin n’est pas du genre à se laisser faire non plus, elle réplique alors en énumérant des défauts me concernant. Jalousie, possessivité, elle s’en prend une seconde fois à mon physique. C’était loin d’être la première fois. C’était tout à fait son style d’ailleurs.  Mais ce qu’elle ajoute concernant le choix de Milo me blesse davantage. « Mais tu t’es regardé !? Espèce de...--- » Je me coupe lorsque Milo intervient en remettant très clairement Erin à sa place. La réaction du jeune homme ne m’étonnait guère. Et après cette réplique cinglante Erin disparaît rapidement de la chambre.

Milo se lève du lit. Je m’approche de lui afin de m’assurer que tout va bien. Son regard cherche le mien. Je n’ai rien à cacher, je vais bien. Je trouve ou plutôt je retrouve ma place dans ses bras. Milo se hâte de me rassurer sur le fait que Erin n’en valait pas la peine. « Je le sais… Et puis j’ai l’habitude, ça n’a jamais été l’amour fou entre nous... » dis-je d’un ton un peu plus léger. Milo m’annonce alors rentrer et me promets de ne pas sauter en parachute pour rentrer à New-York. Un léger sourire se dessine sur mes lèvres « Je l’espère bien... » dis-je malgré tout un peu amusée.  Le pilote de ligne dépose un doux baiser sur mon front en me rappelant que ce qui s’était passé n’était pas ma faute. Ses paroles me touchent, j’y croyais presque d’ailleurs à force de me le répéter et d’argumenter son point de vue. Pour toute réponse je viens embrasser avec la plus grande des tendresses ses lèvres.

Nous quittons la chambre et je raccompagne Milo après m’être assuré que sa plaie au front ait été soignée et qu’il ait réglé la paperasse admirativement et récupéré son ordonnance pour des anti-douleurs si besoin. L’arrivée de son taxi annonçait son départ. Je dépose un doux baiser sur ses lèvres « A ce soir. Fais attention à toi et surtout, repose toi s’il te plaît... » lui demandai-je d’un ton presque suppliant. Je le laisse ensuite partir avant de retourner à l'intérieur de l'immense bâtiment.



Carpe Diem
And i'm feeling love
Revenir en haut Aller en bas
Milo Davis
  Milo Davis  
- Autumn leaves -

▎ Messages postés : 588
▎ Pseudo : DonJuanAuxEnfers
▎ Faceclaim : Henry Cavill
▎ Crédits : DK
▎ Multi-comptes : Je galère déjà avec un seul compte
▎ Points récoltés : 1200
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_opfyk99ZmU1rq9ihbo3_r2_400
▎ Your age : 35 ans
▎ Your preference : Hétérosexuel
▎ Job/Studies : Pilote de ligne, amoureux du ciel
▎ The one you love : Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_pbg928QHBS1spguxzo1_400

https://likeariver.forumactif.com/t2578-me-myself-and-i https://likeariver.forumactif.com/t2745-milo-davis-the-best-way-to-predict-the-future-is-to-create-it#26057
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Empty
Message#
Sujet: Re: Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself   Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 EmptyMer 10 Avr 2024 - 18:37


Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself
Milo Davis ξ @Cassia Henderson

Devant l'hôpital, le monde semble avoir repris son rythme effréné, les gens vaquant à leurs occupations avec une indifférence qui contraste avec l'intensité des émotions que nous venons de traverser. Cassia est à mes côtés, son soutien inébranlable me donnant la force nécessaire pour affronter le voyage de retour vers une normalité tant désirée. Son bras sous le mien, elle m'aide à marcher, chaque pas un témoignage de notre solidarité face aux adversités. Une fois ma plaie au front soignée, la paperasse administrative réglée nous quittons l’hôpital.

Nous nous arrêtons un instant, juste à l'extérieur de l'entrée principale de l'hôpital, le bruit de la circulation urbaine nous enveloppant comme un rappel du monde extérieur qui continue de tourner, indifférent à nos épreuves personnelles. Cassia hèle un taxi avec une efficacité qui témoigne de son désir de me voir en sécurité, de m'assurer tout le confort possible dans mon état. Le taxi s'arrête devant nous, le chauffeur nous adressant un signe de tête en guise de salutation. Avec l'aide de Cassia, je m'installe sur le siège arrière, un soupir de soulagement m'échappant alors que je m'enfonce dans le rembourrage confortable du véhicule. Elle s'assure que je suis bien installé, ajustant la ceinture de sécurité autour de moi avec une attention qui souligne sa préoccupation constante pour mon bien-être. « A ce soir. Fais attention à toi et surtout, repose toi s’il te plaît... » sa question, chargée d'inquiétude et d'affection, me dérobe un sourire attendrissant avant que je ne quitte sa présence rassurante. « Ne t’inquiète pas, ça va aller, grâce à toi… » je réponds, lui offrant un sourire empreint de gratitude et d'assurance, voulant la rassurer en retour sur ma capacité à me reposer et à récupérer une fois chez moi. « Je t’envoie un message dès que j'arrive » lui précisai-je afin qu’elle ne s’inquiète pas trop.

Le taxi s'éloigne, emportant avec lui mes pensées, tournées vers la soirée à venir et le réconfort de savoir Cassia dans ma vie. Bien que le trajet vers son appartement marque la fin de cette épreuve immédiate, il symbolise aussi le début d'une période de convalescence.

Une fois arrivé dans la quiétude de son appartement, l'épuisement accumulé au cours de cette matinée tumultueuse me rattrape avec une intensité que je n'avais pas anticipée. Chaque fibre de mon être réclame du repos, un moment de répit loin des préoccupations et des tensions qui ont marqué les dernières heures. Sans plus de cérémonie, je me dirige vers sa chambre, où le lit m'attend, invitant et prometteur d'une pause bien méritée. À peine ma tête touche-t-elle l'oreiller que je sens les vagues du sommeil m'emporter, m'engouffrant dans un oubli bienvenu de la réalité. Dans cette hâte de trouver le repos, une promesse importante s'échappe de mon esprit fatigué : envoyer un message à Cassia pour la rassurer de mon arrivée et de mon état. C'est une omission involontaire, mais qui pèse lourdement sur mon cœur, conscient de l'inquiétude que mon silence pourrait générer chez elle.

Le temps, dans sa fuite incessante, m'échappe, et c'est seulement en début d'après-midi que je me réveille, l'esprit embrumé par le sommeil mais soudainement alerte à la réalisation de mon oubli. La lumière du jour filtre à travers les rideaux, marquant l'écoulement des heures dans mon inconscience. Rapidement, je saisis mon téléphone, les doigts agiles sur l'écran pour composer un message à Cassia, mon cœur serré à l'idée de l'angoisse que mon silence a pu lui causer. « Je suis tellement désolé, Cassia. Je viens juste de me réveiller. J'étais épuisé et je me suis endormi avant même de pouvoir t'envoyer un message. J'espère que tu ne t'es pas trop inquiétée. Je vais bien, je me repose. J'aurais dû t'écrire plus tôt. Comment vas-tu ? » Message envoyé, je laisse échapper un long soupir, un mélange de soulagement d'avoir enfin rompu le silence et d'inquiétude en attendant sa réponse. Je reste allongé quelques instants, laissant mes pensées s'éclaircir, me remettant lentement de l'intensité des derniers jours. L'air de l'appartement semble plus frais, porteur d'une nouvelle journée et des possibilités qu'elle offre, une invitation à émerger tout doucement du brouillard du sommeil et de la convalescence.

Revigoré par le sommeil réparateur et désireux de transformer mon regret en action, je décide de commencer par une douche. L'eau chaude coule sur ma peau, lavant les résidus de fatigue et d'inquiétude accumulés au cours des derniers jours. Chaque goutte qui frappe mon corps semble dissiper un peu plus les tensions, m'offrant une clarté d'esprit et une énergie renouvelée. C'est dans cet espace de tranquillité que je trouve la détermination de rendre la soirée aussi agréable et sans souci que possible pour Cassia. En sortant de la douche, enveloppé dans la douceur d'une serviette, je me sens presque neuf, prêt à affronter les petites tâches du quotidien avec un nouvel enthousiasme. La pensée de Cassia, de tout ce qu'elle a fait pour moi, me pousse à vouloir lui offrir une soirée détendue, un moment de détente dans le tumulte de sa propre journée chargée.

Je me dirige vers la cuisine. L'idée est simple : préparer un repas du soir qui reflète ma gratitude et mon amour pour elle, un repas qui, je l'espère, lui apportera réconfort et satisfaction après une journée éprouvante. Je commence par fouiller dans le réfrigérateur et les placards, sélectionnant les ingrédients avec soin. Mon choix s'arrête sur un plat qui, bien que simple, est chargé de saveurs et de souvenirs : un pavé de saumon, accompagnée d'une salade fraîche et croquante et d’un bol de riz. Chaque geste dans la préparation de ce repas est imprégné d'une intention bienveillante, de la coupe des tomates mûres à la perfection à la cuisson du poisson. Tandis que la sauce mijote doucement, libérant son arôme réconfortant dans l'air, je dresse la table avec soin, ajoutant quelques bougies pour une ambiance chaleureuse. Mon espoir est de créer un espace où, dès son retour, Cassia pourra se sentir choyée, appréciée, et surtout libre de toute préoccupation culinaire.


MY WOLRD IS HER
Et au premier battement de ses paupières, je l'ai reconnue. C'était bien elle, l'inattendue et l'attendue
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Cassia Henderson
  Cassia Henderson  
- Shade of winter -

▎ Messages postés : 850
▎ Pseudo : s-a
▎ Faceclaim : Gal Gadot
▎ Crédits : philia
▎ Multi-comptes : non
▎ Points récoltés : 1177
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_inline_opupfyoeON1ul4f46_400
▎ Your age : trente-trois ans
▎ Your preference : hétérosexuelle
▎ Job/Studies : Cassia est infirmière au Charlton Memorial Hospital.
▎ The one you love : Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_p02mtjuqCb1vbe6zoo6_r1_250

https://likeariver.forumactif.com/f38-liens-des-membres https://likeariver.forumactif.com/f82-les-telephones https://likeariver.forumactif.com/t651-instagram-explications-modele
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Empty
Message#
Sujet: Re: Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself   Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 EmptyMer 10 Avr 2024 - 18:57


Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself
@Milo Davis ξ Cassia Henderson



Une fois m’être assurée que Milo était installé convenablement dans le taxi, je l’embrasse une dernière fois avant de laisser le véhicule démarrer. Je regarde le taxi s’éloigner et ce n’est que dans ce dernier devient invisible que je m’autorise à reprendre le chemin du travail. Je retrouve rapidement Anna qui me demande des nouvelles de Milo. Nous discutons alors brièvement avant que chacune ne vaque à ses occupations. Et ces dernières sont nombreuses. Le service des urgences ne désemplissait absolument pas, nous étions donc sollicités de toutes parts. Toutefois, je ne peux m’empêcher de garder mon téléphone dans la poche, à l’affût d’un message de Milo m’indiquant qu’il était bel et bien rentrer. Les minutes passent, les heures même. Et toujours aucune de nouvelle. Je sens une boule au niveau de mon estomac, une angoisse omniprésente. Finalement, après m’être fait un sang d’encre je reçois enfin un message de Milo. Ce dernier s’était apparemment assoupi. Rien de grave donc. Je m’empresse de répondre brièvement « Je vais bien maintenant que j’ai eu de tes nouvelles. Tu es tout pardonné. A tout à l’heure. » Je range ensuite le téléphone pour retourner à mon travail.

Dix-huit heures trente. J’arrive enfin aux vestiaires pour récupérer mes affaire et rentrer chez moi. Onze longues heures de travail effrénées, j’étais plus que ravie de pouvoir rentrer. J’avais aussi et surtout hâte de retrouver Milo et de voir comment il allait. Après avoir salué quelques collègues, je quitte l’établissement pour rejoindre ma voiture sur le parking et prendre la route pour rentrer chez moi. Lorsque je passe la porte d’entrée, impossible de ne pas me focaliser sur la délicieuse odeur qui était présente ici. Je dépose mon sac sur le porte manteau ainsi que ma veste avant de me débarrasser de me chaussures. « Ça sent divinement bon ici... » dis-je en me dirigeant au salon. Milo était là, un sourire se dessine sur mon visage. Je m’approche de lui et viens déposer un doux baiser sur ses lèvres « Comment te sens-tu ? » demandai-je soucieuse de savoir comment il se sentait et comment s’était passé sa journée. Puis je remarque rapidement la jolie table dressée par ses soins, ainsi que les bougies. « H’m… Vous n’étiez pas censé vous reposer monsieur Davis ? » dis-je en passant mes bras autour de sa taille alors que mon regard, quelque peu réprobateur mais admirative, se pose sur le sien.




Carpe Diem
And i'm feeling love
Revenir en haut Aller en bas
Milo Davis
  Milo Davis  
- Autumn leaves -

▎ Messages postés : 588
▎ Pseudo : DonJuanAuxEnfers
▎ Faceclaim : Henry Cavill
▎ Crédits : DK
▎ Multi-comptes : Je galère déjà avec un seul compte
▎ Points récoltés : 1200
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_opfyk99ZmU1rq9ihbo3_r2_400
▎ Your age : 35 ans
▎ Your preference : Hétérosexuel
▎ Job/Studies : Pilote de ligne, amoureux du ciel
▎ The one you love : Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Tumblr_pbg928QHBS1spguxzo1_400

https://likeariver.forumactif.com/t2578-me-myself-and-i https://likeariver.forumactif.com/t2745-milo-davis-the-best-way-to-predict-the-future-is-to-create-it#26057
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Empty
Message#
Sujet: Re: Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself   Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 EmptyMer 10 Avr 2024 - 20:07


Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself
Milo Davis ξ @Cassia Henderson

L'épuisement que porte Cassia, bien que dissimulé derrière son habituelle résilience, est palpable dès l'instant où elle franchit le seuil de son appartement. Son emploi du temps, chargé à l'extrême, m'a toujours impressionné, mais jamais autant qu'aujourd'hui, alors que je prends pleinement conscience des sacrifices qu'elle consent au quotidien. Mon propre état, bien qu'encore marqué par les séquelles de l'accident, ne me semble pas une excuse valable pour la laisser endosser seule le poids de notre quotidien. Le baiser qu'elle dépose sur mes lèvres à son arrivée est empreint d'une douceur qui dissout instantanément les derniers vestiges de ma tension. Ce simple geste semble poser la question : est-ce là notre nouvelle normalité ? La perspective, autrefois source d'une certaine appréhension, m'apparaît désormais sous un jour nouveau, rassurant et désirable.

Comme attendu, Cassia s'enquiert de ma santé, une préoccupation qui, loin de me surprendre, me touche profondément. Son étreinte, à la fois tendre et réprobatrice, trahit son souci que je ne prenne pas suffisamment soin de moi. « Maintenant je vais mieux… » Ma réponse est un murmure contre ses lèvres, une promesse ténue mais sincère. « Et toi ? » La question me paraît tout aussi importante, soulignant que cette préoccupation est réciproque. En replaçant l’une de ses mèches de ses cheveux derrière son oreille, je scrute la moindre de ses réactions « Je me suis reposé… Je me suis reposé en pensant à vous, Mademoiselle Henderson… » Cette affirmation, légère et empreinte d'une douce ironie, est ma manière de lui faire comprendre qu'elle est constamment dans mes pensées, même dans le repos.

La perspective de faire de nos retrouvailles quotidiennes un rituel ancré dans notre routine me fait envisager notre relation sous un angle nouveau, plus riche et plus profond. Ces instants, apparemment anodins, se chargent d'une signification particulière, tissant entre nous un lien toujours plus serré, nourrissant notre complicité avec la régularité et la douceur du quotidien. Cette révélation que les petites habitudes, loin d'être des entraves, peuvent être le terreau fertile de notre amour, ajoute une dimension inattendue à notre quotidien, le transformant en une célébration constante de notre union.

Pourtant, malgré cette tranquillité retrouvée, le souvenir des tensions du matin refait surface, me rappelant que tout n'est pas encore apaisé. « Tu veux que l’on parle de ta journée ? Erin ne t’a pas trop embêtée après mon départ j’espère ? » ma question, teintée d'inquiétude, s’apparente à une invitation à partager ses ressentis, à s'ouvrir sur les moments que j'ai manqués. « Je suis désolé… Si j’avais su que… Jamais je ne l’aurais laissé m’approcher. » Mon aveu, murmuré avec douceur en caressant sa joue, est un geste de réconfort, une tentative d'apaiser les possibles blessures laissées par l'altercation. Ma main, glissant sur sa peau, cherche à effacer les traces invisibles de mots qui n'auraient jamais dû être prononcés. « Je n’ai pas apprécié la manière dont elle t’as parlé ce matin, encore moins ce qu’elle a pu te dire. » L'évocation directe des paroles d'Erin, de cette expression méprisante qu'elle a utilisée pour qualifier Cassia, me fait ressentir une fois de plus une vague d'indignation. C'est un sentiment désagréable, une colère froide contre l'injustice d'une telle attaque, contre la facilité avec laquelle les mots peuvent blesser. Dans un élan à mi-chemin entre l'humour et la promesse de protection, je lance, « Tu sais ce que je vais t’offrir ? Une batte de baseball ! » Une proposition légère en surface, mais qui sous-tend une volonté profonde de défendre, de protéger Cassia contre toute agression verbale ou autre. C'est une manière de lui dire que, quelle que soit la situation, je serai là, à ses côtés, prêt à la soutenir et à affronter avec elle les défis qui se présentent.


MY WOLRD IS HER
Et au premier battement de ses paupières, je l'ai reconnue. C'était bien elle, l'inattendue et l'attendue
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
  Contenu sponsorisé  

Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Empty
Message#
Sujet: Re: Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself   Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself - Page 5 Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
Life isn't about finding yourself. Life is about creating yourself
Revenir en haut 
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» ⊹ happiness for life
» Helios | life's a peach
» Simon | Life desaster
» how to save a life + flashback (alecsyem)
» Life so reckless, Tragedy endless, Welcome to the family.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
๑ like a river :: fall river city :: Eastern Avenue :: Charlton Memorial Hospital-
Sauter vers: