-36%
Le deal à ne pas rater :
Friteuse sans huile Philips Airfryer Série 3000
69.99 € 109.99 €
Voir le deal

Partagez
 Morning without you is a dwindled dawn
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Cassia Henderson
  Cassia Henderson  
- Shade of winter -

▎ Messages postés : 914
▎ Pseudo : s-a
▎ Faceclaim : Gal Gadot
▎ Crédits : philia
▎ Multi-comptes : non
▎ Points récoltés : 1497
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_inline_opupfyoeON1ul4f46_400
▎ Your age : trente-trois ans
▎ Your preference : hétérosexuelle
▎ Job/Studies : Cassia est infirmière au Charlton Memorial Hospital.
▎ The one you love : Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_p02mtjuqCb1vbe6zoo6_r1_250

https://likeariver.forumactif.com/f38-liens-des-membres https://likeariver.forumactif.com/f82-les-telephones https://likeariver.forumactif.com/t651-instagram-explications-modele
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Empty
Message#
Sujet: Re: Morning without you is a dwindled dawn   Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 EmptyLun 15 Avr 2024 - 18:39

Morning without you is a dwindled dawn
@Milo Davis & Cassia Henderson



Une fois les deux tests effectués, je dépose ces derniers sur le meuble près du lavabo. Je préviens rapidement Milo qu’il faut attendre à présent trois minutes pour avoir les résultats. Et j’avais la désagréable sensation que ces trois minutes allaient être longues, très longues. Je reste adossée appuyée contre l’encadrement de la porte prête à regarder à tout moment les résultats affichés sur les deux tests . Un silence s’installe dans l’appartement. Nous étions je pense tous les deux perdus dans mes pensées. Milo rompt finalement le silence en m’assurant que tout allait bien se passer, quoi qu’il arrive. Mon regard se pose sur lui. Je sais qu’il souhaite à toux prix me rassurer mais je sais aussi que la situation l’angoisse tout au tant que moi. « Je sais mais… mais je ne veux pas t’imposer quoi que ce soit... » Il avait été clair à ce sujet hier, alors imposer un tel changement en sachant ce qu’il souhaitait ou plutôt ne souhaitait pas me terrifiait. Vraiment. Je regarde ma montre, entre une minute. Je laisse échapper un léger soupire « Finalement trois minutes c’est extrêmement long... » dis-je avec une once d’impatience dans ma voix. Je décide alors d’entrer dans la salle de bain. Il ne restait à présent que quelques secondes mais je me refusais de regarder avant. Je passe les dernières secondes d’attente à regarder l’aiguille avancer sur le cadran de ma montre. J’entends les pas de Milo se diriger vers la salle de bain. Je sens à sa présence près de moi mais mes yeux ne quittent pas ma montre. Et lorsque les trois minutes enfin son écoulées, je me précipite vers le rebord du meuble. Mon regard se pose sur le premier test digital mais le chargement était en cours. Comme quoi la technologies avait ses limites. « Arg… C’est pas vrai, celui ci n’affiche encore aucun résultat... » je soupire avant de regarder le second, plus basique. Ce dernier affichait une seule barre. « Négatif... » je passe rapidement une main dans mes cheveux et ne cesse de regarder le résultat « Celui-ci est négatif... » Je le laisse donc de côté, à moitié soulagée. Mon regard se porte sur le premier sur lequel maintenant on peut très clairement lire « pas enceinte » sur le petit écran. « Négatif aussi... » dis-je en tournant mon visage vers Milo. Ces tests étant en général très fiable, nous pouvions donc en conclure que je n'étais pas enceinte. Ce retard que j'avais était donc dû à tout autre chose.



Carpe Diem
And i'm feeling love
Revenir en haut Aller en bas
Milo Davis
  Milo Davis  
- Autumn leaves -

▎ Messages postés : 655
▎ Pseudo : DonJuanAuxEnfers
▎ Faceclaim : Henry Cavill
▎ Crédits : DK
▎ Multi-comptes : Je galère déjà avec un seul compte
▎ Points récoltés : 1545
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_opfyk99ZmU1rq9ihbo3_r2_400
▎ Your age : 35 ans
▎ Your preference : Hétérosexuel
▎ Job/Studies : Pilote de ligne, amoureux du ciel
▎ The one you love : Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_pbg928QHBS1spguxzo1_400

https://likeariver.forumactif.com/t2578-me-myself-and-i https://likeariver.forumactif.com/t2745-milo-davis-the-best-way-to-predict-the-future-is-to-create-it#26057
En ligne
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Empty
Message#
Sujet: Re: Morning without you is a dwindled dawn   Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 EmptyLun 15 Avr 2024 - 19:21

Morning without you is a dwindled dawn
Milo Davis & @Cassia Henderson


Les trois minutes les plus longues de ma vie semblent s'étirer à l'infini, chaque seconde décomptée par les battements lourds de mon cœur. Debout face à Cassia, je tente de maintenir une façade de calme, mais à l'intérieur, je suis un tourbillon de nervosité et d'appréhension. Finalement, après un silence qui a semblé durer une éternité, Cassia jette un dernier coup d'œil sur les deux tests de grossesse. Le premier ne nous donne, pour le moment, aucun résultat. Le second quant à lui annonce que Cassia n’est pas enceinte. Son expression change subitement, la tension qui marquait ses traits se dissipe comme par magie et elle laisse échapper un soupir de soulagement. Elle me regarde, ses yeux cherchant les miens, et elle secoue doucement la tête. « Négatif » murmure-t-elle, avant que son regard ne se pose de nouveau sur le premier test « Négatif aussi… » souffle-t-elle de nouveau. À l'instant où ces mots quittent ses lèvres, un poids immense est soulevé de mes épaules. Le soulagement qui me submerge est indescriptible, une vague de bonheur m'envahit de la tête aux pieds. Sans réfléchir, je me dirige vers Cassia et capture ses lèvres dans un baiser passionné. Ce baiser est le reflet de toute la tension accumulée et du soulagement que je ressens ; il est fervent, empli de tout le soulagement et la gratitude qui débordent de mon cœur.

Après quelques instants intenses, je me détache doucement de Cassia, nos deux visages encore baignés dans la proximité de l'émotion partagée. Un large sourire illumine mon visage, et je sens que je respire plus librement que je ne l'ai fait depuis des heures, peut-être même des jours. La tension qui avait construit une demeure dans mes épaules commence à se dissiper, remplacée par un sentiment de légèreté et de joie pure. « Je vais préparer le petit déjeuner, » déclarais-je avec une vivacité qui trahit mon soulagement et mon bonheur. « Je pense que nous méritons tous les deux quelque chose de spécial ce matin. » Sans attendre sa réponse, je me précipite dans la cuisine, animé par un nouvel élan d'énergie. J'attrape la bouilloire pour mettre de l'eau à chauffer, pensant qu'un bon thé serait parfait pour accompagner le repas. Pendant que l'eau frémit, je sors les viennoiseries que j'ai achetées plus tôt ce matin en revenant de la pharmacie. Croissants, pains au chocolat, et une petite surprise, une tartelette aux fraises que j'avais choisi spécialement pour Cassia, sachant combien elle aime ce dessert. Je dispose avec soin les viennoiseries sur une grande assiette, les arrangeant de manière appétissante. Je place ensuite la tartelette au centre, comme un joyau culinaire qui attend d'être découvert. Je sors deux tasses pour le thé, choisissant avec soin celle que Cassia préfère - celle avec les petits motifs de fleurs qu'elle affectionne tant.

L'eau finit par bouillir, et je prépare le thé, laissant infuser les feuilles juste assez longtemps pour que la boisson atteigne la perfection. Une fois prêt, je verse le thé chaud dans les tasses, l'arôme apaisant se mélangeant à l'odeur alléchante des viennoiseries. « Le petit déjeuner est prêt ! » annoncé-je en portant l'assiette et les tasses dans le salon. Je pose le tout sur la table basse, invitant Cassia à se joindre à moi. Je regarde les rayons du soleil matinal filtrer à travers les rideaux, illuminant la pièce d'une lumière douce et chaude. Un profond soupir de contentement m'échappe alors que je laisse mon esprit vagabonder sur les événements des dernières vingt-quatre heures. C'est incroyable combien de choses peuvent changer en si peu de temps, combien de sentiments peuvent être éprouvés en seulement une journée. Hier à cette heure, j'étais consumé par l'angoisse, tiraillé par la peur de l'inconnu et par l'idée de voir notre vie chamboulée. J'avais peur, non seulement pour moi mais surtout pour elle, pour la pression et l'incertitude qu'elle subissait. Et puis, le soulagement. Les tests se sont révélés négatifs, et un poids énorme a été levé de mes épaules - nous pouvions respirer à nouveau, sans le fardeau immédiat de devenir parents. La joie que j'ai ressentie était indescriptible ; elle a balayé toutes les angoisses précédentes, laissant place à un bonheur pur et simple.


SHE IS MY WORLD
Et au premier battement de ses paupières, je l'ai reconnue. C'était bien elle, l'inattendue et l'attendue
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Cassia Henderson
  Cassia Henderson  
- Shade of winter -

▎ Messages postés : 914
▎ Pseudo : s-a
▎ Faceclaim : Gal Gadot
▎ Crédits : philia
▎ Multi-comptes : non
▎ Points récoltés : 1497
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_inline_opupfyoeON1ul4f46_400
▎ Your age : trente-trois ans
▎ Your preference : hétérosexuelle
▎ Job/Studies : Cassia est infirmière au Charlton Memorial Hospital.
▎ The one you love : Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_p02mtjuqCb1vbe6zoo6_r1_250

https://likeariver.forumactif.com/f38-liens-des-membres https://likeariver.forumactif.com/f82-les-telephones https://likeariver.forumactif.com/t651-instagram-explications-modele
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Empty
Message#
Sujet: Re: Morning without you is a dwindled dawn   Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 EmptyLun 15 Avr 2024 - 19:40

Morning without you is a dwindled dawn
@Milo Davis & Cassia Henderson



Les trois minutes étaient à présent écoulées, je me hâte de regarder les résultats. L’angoisse de l’attente continue avec le premier test qui n’a pas encore affiché le résultat. Toutefois le second test, lui, affiche un résultat négatif. C’est un premier soulagement. Mon regard revient sur le premier test qui a finis de charger cette fois-ci négatif aussi. A chaque fois j’annonce le résultat du test à voix haute pour que Milo puisse entendre. Les deux tests donnant le même résultat, nous pouvions aisément en conclure que je n’étais pas enceinte. Les chances pour que les deux tests soient des faux négatifs étaient quasiment inexistantes.  Et alors que mon visage se tourne vers Milo, ce dernier se dirige vers moi et vient poser ses lèvres sur les miennes de manière très passionnée. Un baiser auquel je répond avec tout autant de passion. Je ne pouvais qu’imaginer le soulagement ressenti par le jeune homme. Il est vrai que je l’étais aussi, malgré mon désir de maternité ce n’est pas ainsi que j’imaginais le devenir. Après ce baiser passionné, Milo annonce vouloir préparer le déjeuner tout en soulignant le fait que nous méritions quelque chose de spécial ce matin. « Oui, bonne idée. Je te rejoins de suite... » dis-je en le laissant partir en direction de la cuisine. Je reste encore quelques secondes, réalisant que cette longue angoisse était à présent terminée. Je jette les tests de grossesse à la poubelle, ce geste marquant la fin d’une période désagréable.

La voix de Milo m’extirpe de mes pensées. Le petit déjeuner était prêt. Je quitte alors la salle de bain et viens le rejoindre. Le thé était prêt, les viennoiseries sorties, il y avait même une tartelette aux fraises. Le tout était disposé sur la petite table basse du salon. « En voilà un petit déjeuner des plus appétissants... » dis-je en venant m’asseoir sur le bord du canapé. « Et une tartelette aux fraises... » Cette dernière avait d'ailleurs l'air délicieuse. J'imaginais d'ailleurs déjà la pâte sablée fondre dans ma bouche tout comme je pouvais déjà imaginé la légère acidité des fruits. Mon regard se pose sur Milo. Mes lèvres viennent déposer un doux baiser sur les siennes « Merci beaucoup. C’est adorable, comme toujours tu sais comment me faire plaisir... » Et à chaque fois, ses petits attentions envers moi me faisait toujours aussi plaisir, et renforçait tout l'amour que j'éprouvais pour lui.



Carpe Diem
And i'm feeling love
Revenir en haut Aller en bas
Milo Davis
  Milo Davis  
- Autumn leaves -

▎ Messages postés : 655
▎ Pseudo : DonJuanAuxEnfers
▎ Faceclaim : Henry Cavill
▎ Crédits : DK
▎ Multi-comptes : Je galère déjà avec un seul compte
▎ Points récoltés : 1545
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_opfyk99ZmU1rq9ihbo3_r2_400
▎ Your age : 35 ans
▎ Your preference : Hétérosexuel
▎ Job/Studies : Pilote de ligne, amoureux du ciel
▎ The one you love : Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_pbg928QHBS1spguxzo1_400

https://likeariver.forumactif.com/t2578-me-myself-and-i https://likeariver.forumactif.com/t2745-milo-davis-the-best-way-to-predict-the-future-is-to-create-it#26057
En ligne
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Empty
Message#
Sujet: Re: Morning without you is a dwindled dawn   Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 EmptyLun 15 Avr 2024 - 21:01

Morning without you is a dwindled dawn
Milo Davis & @Cassia Henderson


Le petit-déjeuner que nous partageons dans la lumière douce du matin devient un véritable moment de réconciliation. La tension qui avait enveloppé notre univers depuis la veille se dissipe petit à petit, se perdant dans les gestes tendres et les paroles réconfortantes que nous échangeons. Cassia, avec un petit air de contentement, se délecte de sa tartelette aux fraises. Le craquement de la pâte sablée sous ses dents semble rompre le dernier voile de stress qui planait encore entre nous. Alors que ma main trouve la sienne sur la table, je ne peux m'empêcher de sourire. « Toi aussi tu sais comment me faire plaisir… Tu sais comment ? En étant toi-même. Pour rien au monde je ne voudrais que tu changes. Je commence même à apprécier tes petits défauts ! » Je laisse échapper ces mots dans un souffle, presque amusé par ma propre déclaration. Dans un geste espiègle, je lui vole un morceau de sa tartelette, soulignant mes mots avec cette petite taquinerie affectueuse. Je me sens incroyablement heureux de partager ce moment de simplicité et de joie avec elle, conscient toutefois que notre temps ensemble est compté. Demain en fin d'après-midi, je dois partir pour Londres pour deux semaines. L'idée de ces deux longues semaines sans elle, sans nos petits déjeuners et sans nos conversations nocturnes, me serre le cœur. Je tente de repousser cette pensée sombre, de me concentrer sur le présent. Tout en cherchant à prolonger notre complicité, je lance, en prenant une gorgée de mon café, « Dis-moi… J’ai un petit service à te demander ? » J'observe sa réaction, espérant qu'elle accepte ma requête. « Est-ce que tu peux m’accompagner demain à l’aéroport ? Si c’est trop pénible, je peux le comprendre. » Puis, je me souviens qu'il y a un détail que je ne peux omettre, un détail qui pourrait changer la donne. « Je précise aussi qu’il y aura Lou… » Je marque une pause, scrutant son visage pour guetter sa réaction. La relation entre Cassia et Lou a toujours été tendue, pour ne pas dire glaciale. « Normalement, elle ne devrait pas être nue, en sous-vêtements ou dans mon lit. » Je tente de détendre l'atmosphère avec cette référence un peu osée à notre dernier weekend à New-York où la situation avait été pour le moins… compliquée. J'attends, un peu anxieux, sa réponse, espérant que Cassia comprendra l'importance de sa présence à mes côtés demain, malgré la possible présence inconfortable de Lou.

Je donne à Cassia le temps de penser à ma demande, sentant qu'elle pourrait avoir besoin de quelques instants pour digérer l'information et peser sa réponse. Pour me donner quelque chose à faire et pour alléger un peu l'atmosphère, je me lève pour aller chercher le sucre dans la cuisine. J'ajoute un cube, puis deux, puis un troisième dans mon café – oui, j'ai toujours eu un faible pour le sucre, peut-être un peu trop selon certains standards. Je peux presque entendre ma mère gronder doucement, me rappelant que « c'est trop » et que je devrais « arrêter de manger autant de sucre. » Après avoir posé le sucre sur la table, je me relève et, sur un coup de tête, je décide de glisser discrètement derrière Cassia. Je pose doucement mes mains sur ses épaules, un geste tendre et familier. « Tu vas me manquer pendant ces deux semaines… » je murmure tout près de son oreille, avant de déposer un baiser délicat dans le creux de son cou. La proximité, la familiarité de l'acte apporte un frisson agréable. Je laisse ensuite ma voix prendre un ton plus provocateur, une pointe d'humour pour alléger nos cœurs lourds de l'approche de la séparation. « Comment je vais faire sans mon quota de baiser quotidien ? Ah oui, suis-je bête, Lou sera volontaire pour te remplacer ! » je plaisante, même si la blague a un goût de défi. Puis, reprenant un ton plus doux, je continue, « J’espère que tu ne vas pas trop déprimer sans ton adorable petit diable. Qui va bien pouvoir t’énerver à ma place ? » Mes lèvres continuent leur exploration douce de sa nuque, chaque contact s’apparentant à un mot d'amour non-dit. Dans un murmure un peu plus osé, je laisse échapper une dernière taquinerie, « Dis-moi… Nous n’avons jamais inauguré ta nouvelle table de cuisine… » Une référence légère à nos derniers ébats qui avaient été assez tumultueuses pour briser l'ancienne table.


SHE IS MY WORLD
Et au premier battement de ses paupières, je l'ai reconnue. C'était bien elle, l'inattendue et l'attendue
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Cassia Henderson
  Cassia Henderson  
- Shade of winter -

▎ Messages postés : 914
▎ Pseudo : s-a
▎ Faceclaim : Gal Gadot
▎ Crédits : philia
▎ Multi-comptes : non
▎ Points récoltés : 1497
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_inline_opupfyoeON1ul4f46_400
▎ Your age : trente-trois ans
▎ Your preference : hétérosexuelle
▎ Job/Studies : Cassia est infirmière au Charlton Memorial Hospital.
▎ The one you love : Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_p02mtjuqCb1vbe6zoo6_r1_250

https://likeariver.forumactif.com/f38-liens-des-membres https://likeariver.forumactif.com/f82-les-telephones https://likeariver.forumactif.com/t651-instagram-explications-modele
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Empty
Message#
Sujet: Re: Morning without you is a dwindled dawn   Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 EmptyLun 15 Avr 2024 - 21:59

Morning without you is a dwindled dawn
@Milo Davis & Cassia Henderson



Alors que nous commençons à partager le petit déjeuner, je suis inévitablement attirée par la tartelette aux fraises qui trônait au milieu de la table basse. Après avoir coupé un morceau je croque dedans avec hâte et envie. Milo avait toujours su comment me faire plaisir avec les plus simples attentions. Le jeune homme me retourne le compliment en m’avouant que lui faire plaisir passait tout simplement par le fait d’être moi même. Un léger sourire se dessine sur mes lèvres, touchée par les paroles de Milo. Toutefois quand ce dernier m’avoue commencer à apprécier mes petits défauts je rétorque le plus innocent du monde « Quels défauts ? » comme si je n’avais pas conscience que, comme tout le monde, j’en possédais aussi. Il ne s’agissait là que d’une petite plaisanterie. Je n’avais absolument pas la prétention de penser que je n’avais aucun défaut. En plein milieu de ce paisible petit déjeuner,  Milo m’avoue avoir un petit service à me demander, il souhaite que je l’accompagne à l’aéroport demain. Il craignait apparemment que le moment soit trop pénible. Milo est sincère en ajoutant que Lou sera bien évidemment présente. Je m’en doutais. « Bien sûr… Tu pensais vraiment que je ne souhaiterais pas t’accompagner… ? Il n’est pas question que je reste ici et que je te laisse aller à l’aéroport tout seul... » Et puis même si le moment sera pénible, ce sera un moyen de profiter de sa présence jusqu’au bout. « Pour ce qui est de Lou, je me doutais qu’elle serait présente… Je ferais de mon mieux pour l’ignorer. Si elle fait de son mieux pour rester loin de toi et de tes lèvres... » dis-je à moitié amusée mais à moitié sérieuse aussi.

Milo se lève pour aller ajouter du sucre sans sa tasse de café. Lorsqu’il revient, il se glisse derrière moi. « Tu vas me manquer pendant ces deux semaines… » Ses mots murmurés à mon oreille me doucement doucement frissonner. « Tu vas me manquer aussi tu sais... » dis-je avec une pointe de mélancolie déjà présente. Ce qu’il ajoute pour me taquiner marche à la perfection. « Très amusant… En attendant, j’avais raison à son sujet je te rappelle… Plus sérieusement, promets moi de prendre un peu tes distances avec elle… Je veux dire, j’ai confiance en toi mais… je n’ai pas envie d’apprendre à nouveau qu’elle t’a embrassé... » Mon intuition féminine me disait que Lou n’avait pas dit son dernier mot. Un léger sourire se dessine quand Milo me demande qui va bien vouloir m’énerver à sa place « H’m… excellente question… Tu pourras toujours le faire par téléphone, non ? » dis-je amusée par sa remarque alors que je continuais à me délecter de ses doux baisers dans ma nuque, laissant même échapper quelques soupirs de satisfaction. Puis lorsque Milo souligne le fait que nous n’avions jamais inauguré la nouvelle table de la cuisine, je souris amusée. Je me retourne avec légèreté pour lui faire face « C’est vrai… Serait-ce une proposition… ? » lui demandai-je en plongeant mon regard dans le sien. « D’ailleurs, je crois bien que nous n’avons jamais inauguré le nouveau canapé non plus... » ajoutai-je pour rentrer dans son petit jeu.



Carpe Diem
And i'm feeling love
Revenir en haut Aller en bas
Milo Davis
  Milo Davis  
- Autumn leaves -

▎ Messages postés : 655
▎ Pseudo : DonJuanAuxEnfers
▎ Faceclaim : Henry Cavill
▎ Crédits : DK
▎ Multi-comptes : Je galère déjà avec un seul compte
▎ Points récoltés : 1545
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_opfyk99ZmU1rq9ihbo3_r2_400
▎ Your age : 35 ans
▎ Your preference : Hétérosexuel
▎ Job/Studies : Pilote de ligne, amoureux du ciel
▎ The one you love : Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_pbg928QHBS1spguxzo1_400

https://likeariver.forumactif.com/t2578-me-myself-and-i https://likeariver.forumactif.com/t2745-milo-davis-the-best-way-to-predict-the-future-is-to-create-it#26057
En ligne
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Empty
Message#
Sujet: Re: Morning without you is a dwindled dawn   Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 EmptyLun 15 Avr 2024 - 22:32

Morning without you is a dwindled dawn
Milo Davis & @Cassia Henderson


Ma joie est palpable à l'idée que Cassia sera à mes côtés demain. Mon visage s'illumine d'un large sourire tandis que nos mains s'entrelacent doucement. Dans un élan de légèreté, je lui murmure avec un brin de malice : « Tu sais, à force d’être aussi adorable, je suis tenté de « perdre » mon billet d’avion exprès ! » Sa présence me rend audacieux, et je ne résiste pas à l'envie de la taquiner encore. Avec un sourire complice, je lui fais une promesse audacieuse : « Quant à Lou, je ne garantis rien, mais je serai là, juste à côté de toi. Tu pourras m'embrasser autant que tu le désires, même sous ses yeux ! » Mes mots s’achèvent par un baiser espiègle, ravi de voir son visage s'éclairer. La répartie de Cassia, affirmant qu’elle avait vu juste au sujet de Lou, me fait sourire de plus belle. Elle a souvent raison, c'est indéniable, mais lui avouerai-je si facilement ? Jouant le jeu de la provocation, je lance : « Vous doutez de ma parole, Mademoiselle Henderson ? » Mon ton est léger, presque taquin. Puis, avec une feinte soumission, j'ajoute : « Je suis tout à vous, vos désirs sont des ordres, mes lèvres n’appartiennent qu’à vous... » Elle rétorque que bientôt, je pourrai la taquiner au téléphone, ce qui ne fait qu'attiser ma malice. « Ah, mais n'oublie pas, les appels vidéo sont là pour ça, et j'ai parfaitement mémorisé ton emploi du temps ! » Je lui confie avec un clin d’œil complice. J'ai déjà élaboré quelques plans ingénieux pour continuer nos échanges facétieux, même à des milliers de kilomètres de distance. Chaque idée est une promesse de rires et de complicité, un lien inaltérable tissé à travers le temps et l’espace.

Cassia se retourne brusquement, son regard capturant le mien dans une étreinte visuelle intense et ininterrompue. Une tension palpable, chargée de désir et d'une fièvre à peine contenue, commence à monter entre nous, électrisant l'air qui nous entoure. « Le canapé… La table de la cuisine… Que de tentations… » murmurai-je, ma voix basse et rauque trahissant mon excitation, alors que nos lèvres se rencontraient avec une urgence sauvage, se réclamant mutuellement dans un baiser passionné. Presque sans nous en rendre compte, nous nous levons, poussés par un désir irrépressible. Nos corps se cherchent frénétiquement, s'accolent avec une ardeur fiévreuse, chaque contact peau contre peau amplifiant le feu qui nous consume. Guidés par cette force magnétique, nous nous dirigeons vers le canapé. Nos mouvements sont fluides mais rapides, comme si chaque seconde passée à ne pas se toucher était insupportable. Tombant sur le canapé, nos corps s'enlacent avec une intensité redoublée. Ce qui commence comme une étreinte ardente évolue rapidement en quelque chose de plus profond, de plus intimiste. Nos respirations s'entremêlent, nos caresses se font plus précises, explorant avec audace les contours et les détails que nous avions appris à connaître et à chérir.

En début d’après-midi, je mets en place mon plan d’action pour la journée. Bien équipé avec mon fidèle couteau de cuisine, je commence par préparer une grande quantité de lasagnes, le plat préféré de Cassia. Je sors les plaques de lasagne, la viande hachée, les tomates pelées, le basilic frais, et le fromage ricotta. Je prends soin de cuisiner la sauce bolognaise lentement, laissant les herbes infuser parfaitement pour développer une profondeur de goût que Cassia adore tant. Pendant que la sauce mijote, je prépare la béchamel avec une pincée de noix de muscade pour un arôme subtil. La superposition des lasagnes est presque rituelle : une couche de pâtes, une de sauce bolognaise, suivie d'une couche de béchamel, et enfin, une généreuse portion de fromage, répétée jusqu'à épuisement des ingrédients.
Ensuite, je me lance dans la préparation du riz à la catalane, un mélange coloré de riz, de chorizo, de poulet, et de légumes variés comme des poivrons et des petits pois. Je fais d'abord sauter le chorizo et le poulet, ajoutant les poivrons et les oignons jusqu'à ce qu'ils soient tendres. Puis, je verse le riz et je le fais revenir brièvement, pour qu'il s'imprègne bien des saveurs, avant d'ajouter le bouillon de poulet et les épices, laissant le tout mijoter doucement.

Chaque plat que je prépare est soigneusement conçu pour offrir à Cassia non seulement de la nourriture pour son corps mais aussi pour son âme. Sachant qu'elle préfère les plats réconfortants et énergisants, je mets également en route une soupe de lentilles épicée et une série de currys de légumes variés, chacun emballé individuellement avec soin. Une fois tous les plats refroidis, je les dispose dans des contenants hermétiques, notant sur chacun la date de préparation. J'ajoute des petits mots d'amour sur les étiquettes, des dessins, des smileys, saupoudrant une dose de tendresse dans ce geste de prévoyance. Même à des kilomètres de distance, je suis là pour elle, en pensée et en action. Cette session marathon en cuisine est épuisante, mais savoir que Cassia aura de quoi se nourrir de bons plats maison pendant mon absence me remplit d'une satisfaction indescriptible. En fermant la porte du congélateur ce soir, je me sens épuisé mais étrangement comblé.

Après avoir passé une bonne partie de la journée à cuisiner une multitude de plats pour Cassia, je me mets à ranger et nettoyer méticuleusement la cuisine, un lieu qui a vu tant de préparations ferventes aujourd’hui. Notre dîner cuit doucement dans le four, diffusant une odeur alléchante qui remplit l'espace. Entre deux tâches, mon regard se pose souvent sur Cassia, qui est absorbée dans un livre sur le canapé. Je ne peux m'empêcher de m'approcher pour lui voler un baiser rapide ou pour lui offrir une cuillère de la sauce bolognaise, vérifiant son approbation avec un sourire. Ces petites interactions, ces brefs moments de connexion, sont des bulles de bonheur qui réchauffent mon cœur à l'idée de mon imminent départ. Alors que l'après-midi commence à tirer vers sa fin, je me tourne vers une autre tâche que j'avais préparée pour elle : un calendrier de l'avent personnalisé, bien que Noël soit loin derrière nous. Inspiré par l'idée de garder notre relation vivante pendant ces deux semaines de séparation, et surtout pour alléger sa peine, j'ai décidé de lui laisser un petit cadeau pour chaque jour de mon absence, une façon quotidienne de lui rappeler combien je pense à elle.

Je fouille donc son armoire à la recherche des vingt-quatre cadeaux que j'ai cachés plus tôt. Chacun est minutieusement emballé et numéroté, allant de petites notes douces à de petites friandises ou des souvenirs personnels qui parlent de nos moments ensemble. La recherche est méthodique, et bientôt, j'ai devant moi un montage de petits trésors prêts à être découverts jour après jour. Une fois satisfait que tous les cadeaux sont comptés et correctement ordonnés, je les place délicatement dans une grande boîte décorative que j'ai choisie pour l'occasion. Je vérifie que chaque petit pochon porte bien son numéro, s'assurant que Cassia trouvera chaque jour une nouvelle raison de sourire, une nouvelle preuve de mon amour.

Je retourne au salon avec un sentiment d'anticipation palpable, la grande boîte décorative contenant le calendrier de l'avent non-traditionnel fermement en main. Je m'approche de Cassia, qui lève les yeux de son livre, curieuse et légèrement soupçonneuse quant à ce que je pourrais lui réserver. Avec une précaution théâtrale, je pose délicatement la boîte juste sous ses yeux, attendant sa réaction avec une pointe d'anxiété. Je sais d'avance que Cassia pourrait être légèrement irritée, elle n'a jamais aimé que je dépense trop pour elle, préférant toujours les gestes simples mais significatifs. Cependant, je me rassure en me disant que les cadeaux cachés dans cette boîte sont modestes, trois fois rien. Mais je ne peux m'empêcher de sourire à l'idée qu'elle pourrait feindre de m'étrangler pour ce geste. Son regard interrogatif me fixe, cherchant une explication dans mon silence. Je choisis ce moment pour glisser discrètement vers la cuisine, feignant l’innocence.

Dans la cuisine, je m'attèle à la préparation d'un apéritif italien que j'avais planifié pour notre dernier soir ensemble avant mon départ. Je sors des verres à vin, du prosciutto, des olives et du fromage, et je commence à les arranger soigneusement sur un plateau. Ce soir doit être spécial, mémorable, une célébration de tout ce que nous partageons et un adieu temporaire empli de promesses. Je reviens au salon, plateau en main, un sourire confiant aux lèvres. « Voilà de quoi commencer la soirée ! » dis-je en posant le plateau sur la table basse. Je m'assois à côté de Cassia, lui offrant un verre. Au même moment, alors que l'atmosphère du salon est empreinte d'une douce intimité, la sonnerie de l'appartement vient soudainement interrompre notre moment de quiétude. Je prends une gorgée de mon verre, savourant le goût riche de l'alcool qui me brûle légèrement la gorge, lorsque le son strident nous surprend tous les deux. Avec un air faussement distrait, je pose mon verre et, faisant semblant de fouiller dans mes papiers sur la table, je lance à Cassia, un sourire en coin « Tu peux aller ouvrir s’il te plaît ? » Je m'efforce de paraître concentré, comme si j'étais absorbé par autre chose. En réalité, mon cœur bat un peu plus vite, non pas à cause de l'effort de dissimulation, mais d'anticipation. Avant que Cassia ne se lève pour répondre à la porte, je sais déjà qui est derrière et quel en est le motif. Plus tôt dans la journée, dans un élan de romantisme, j’ai commandé un bouquet de lys blancs – ses fleurs préférées – pour lui faire une surprise. Pour accompagner les fleurs, j'avais joint un petit mot, écrit de ma main, pour lui rappeler combien je tiens à elle, surtout en ces veilles de séparation.

Petit mot:

J'écoute les pas de Cassia s'éloigner vers l'entrée et le bruit de la porte qui s'ouvre. Je ne peux voir son expression depuis le salon, mais j'imagine sa surprise et peut-être un soupçon de suspicion quand elle découvrira le livreur tenant le magnifique arrangement floral. Je me retiens de sourire trop largement, ne voulant pas trahir mon implication avant qu'elle n'ait eu le temps de revenir vers moi avec les fleurs.


SHE IS MY WORLD
Et au premier battement de ses paupières, je l'ai reconnue. C'était bien elle, l'inattendue et l'attendue
(c)crackintime


Dernière édition par Milo Davis le Lun 15 Avr 2024 - 23:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cassia Henderson
  Cassia Henderson  
- Shade of winter -

▎ Messages postés : 914
▎ Pseudo : s-a
▎ Faceclaim : Gal Gadot
▎ Crédits : philia
▎ Multi-comptes : non
▎ Points récoltés : 1497
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_inline_opupfyoeON1ul4f46_400
▎ Your age : trente-trois ans
▎ Your preference : hétérosexuelle
▎ Job/Studies : Cassia est infirmière au Charlton Memorial Hospital.
▎ The one you love : Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_p02mtjuqCb1vbe6zoo6_r1_250

https://likeariver.forumactif.com/f38-liens-des-membres https://likeariver.forumactif.com/f82-les-telephones https://likeariver.forumactif.com/t651-instagram-explications-modele
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Empty
Message#
Sujet: Re: Morning without you is a dwindled dawn   Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 EmptyLun 15 Avr 2024 - 23:02

Morning without you is a dwindled dawn
@Milo Davis & Cassia Henderson



Milo avait entamé la discussion concernant son départ de demain, me demandant si je pouvais l’accompagner à l’aéroport. Je ne voyais pas les choses autrement à vrai dire. Même si je savais pertinemment que le moment serait pénible, il n’était absolument pas question que je laisse Milo y aller seul. J’avais également pleinement conscience que Lou serait présente demain à l’aéroport. Mais je n’avais pas pour objectif d’aller lui parler ou de faire une esclandre. J’avais certes beaucoup de rancœur envers elle et surtout envers le geste qu’elle avait eu à l’égard de Milo. Mais demain, je souhaitais simplement accompagner Milo jusqu’à la porte d’embarquement et lui montrer que je serais là jusqu’au bout, tout comme je serais là à son retour. Toutefois, je ne peux m’empêcher de mettre Milo en garde vis à vis de Lou. Je n’avais pas envie d’apprendre qu’elle l’avait embrassé à nouveau. J’avais toute confiance en lui mais je souhaitais qu’il fasse attention à sa collègue et au comportement séducteur qu’elle avait envers lui. Pour ce qui est de demain, Milo me garantis qu’il sera à mes côtés et que je pourrais l’embrasser à la guise sous les yeux de sa collègue. Puis en ce qui concerne son séjour à Londres Milo me demande ‘un ton taquin si je doutais de lui « Tu sais bien que non... » Et lorsque le jeune homme m’annonce que mes désirs sont des ordres et que ses lèvres n’appartiennent qu’à moi je réponds simplement « Me voilà soulagée... » avec un léger sourire aux lèvres. Tout comme j’étais soulagée de savoir que nous pourrions nous parler au téléphone ou lors d’appels vidéos. De maigres compensations mais qui je n’en doutais pas allait nous aider à surmonter cet éloignement. Les baisers de Milo dans mon cou me faisaient frissonner. Et que dire de ses paroles concernant une éventuelle inauguration de la nouvelle table de la cuisine. Je rentre dans le petit jeu de Milo en soulignant à mon tour que le canapé non plus n’avait encore jamais été inauguré. Et sans plus attendre, poussé par un désir ardent et incontrôlable nos lèvres viennent se sceller, nos corps se frôler, et rapidement nous entamons un moment des plus intimes dans le salon.

Le reste de la journée est relativement calme. Milo avait insisté pour préparer de bons petits plats maisons pour les jours à venir. Une manière à lui d’être encore présent ici après son départ. Connaissant l’obstination de Milo, je n’avais pas insisté pour le contrarier. Alors que je suis plongée dans ma lecture du moment, je vois réapparaître Milo avec une grande boite contenant divers pochons numérotés. Mon regard curieux et interrogateur se pose sur cette grande boite puis sur Milo qui feinte l’ignorance à la perfection. Le jeune homme se dirige d’ailleurs jusqu’à la cuisine et s’attelle à une énième préparation. Je réfléchis quant à l’utilité de ce qui étrangement pourrait ressembler à un calendrier de l’avent. « J’espère que tu comptes me dire de quoi il s’agit… tôt ou tard... » dis-je amusée par le comportement du jeune homme. Lorsque Milo revient, il dépose un plateau dans lequel était préparé avec soin un apéritif italien. « Et bien, la soirée commence très bien... » dis-je ravie de ce que je pouvais voir sur le plateau. Et alors que nous nous apprêtions à trinquer à notre soirée la sonnette de la porte d’entrée retentit dans tout l’appartement. Milo me demande d’aller ouvrir. Sans attendre je me dirige vers la porte et ouvre cette dernière. Un livreur se trouvait là avec un magnifique bouquet de lys blancs. L’homme en question m’annonce qu’il avait un bouquet à remettre à mademoiselle Henderson et après avoir confirmé qu’il s’agissait bien de moi il me remet le bouquet avant de me souhaiter une bonne soirée et de quitter le pallier. Je referme la porte d’entrée dépliant sans attendre le petit mot présent dans le bouquet. Mes yeux lisent les quelques lignes écrits à la main. Je suis touchée, émue par ce geste si affectueux. Je fais quelques pas pour revenir au salon le bouquet en main « Milo… Elles sont magnifiques. Vraiment magnifiques...Je les adore. » dis-je en venant déposer un doux baiser sur ses lèvres « Merci beaucoup ». Je n’attends pas et je vais sortir un vase que je remplis d’eau pour y déposer le bouquet que je pose ensuite sur la table de la cuisine. Ainsi, tous les matins et tous les soirs je pourrais les admirer et penser à Milo. Je reviens prendre ma place aux côté de Milo et mes lèvres viennent capturer les siennes avec passion et tendresse. « J’ai comme l’impression que ce n’est que le début d’une soirée remplie de surprises... » Je connaissais Milo, je me doutais qu’il avait sans nul doute longuement cogiter sur la manière dont il pouvait alléger son absence des semaines à venir. « Dis moi, tu comptes m’expliquer de quoi il s’agit ? » demandai-je alors curieuse en montrant d’un léger signe de tête la grande boite qu’il avait déposer sous mes yeux.



Carpe Diem
And i'm feeling love
Revenir en haut Aller en bas
Milo Davis
  Milo Davis  
- Autumn leaves -

▎ Messages postés : 655
▎ Pseudo : DonJuanAuxEnfers
▎ Faceclaim : Henry Cavill
▎ Crédits : DK
▎ Multi-comptes : Je galère déjà avec un seul compte
▎ Points récoltés : 1545
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_opfyk99ZmU1rq9ihbo3_r2_400
▎ Your age : 35 ans
▎ Your preference : Hétérosexuel
▎ Job/Studies : Pilote de ligne, amoureux du ciel
▎ The one you love : Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_pbg928QHBS1spguxzo1_400

https://likeariver.forumactif.com/t2578-me-myself-and-i https://likeariver.forumactif.com/t2745-milo-davis-the-best-way-to-predict-the-future-is-to-create-it#26057
En ligne
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Empty
Message#
Sujet: Re: Morning without you is a dwindled dawn   Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 EmptyLun 15 Avr 2024 - 23:44

Morning without you is a dwindled dawn
Milo Davis & @Cassia Henderson


Quelques instants après son départ, le bruit de ses pas retentit à nouveau, cette fois avec une lenteur qui trahit le poids du bouquet qu’elle porte. Lorsqu’elle réapparaît dans l'encadrement de la porte, son visage s'illumine d’un sourire éclatant, ses yeux pétillants de bonheur, ajoutant à la scène un éclat presque irréel. Elle s'approche et dépose un baiser sur mes lèvres, et je ressens une vague de mélancolie à l'idée que ce sont parmi les derniers échanges de tendresse que nous aurons avant son départ prolongé. « Une soirée pleine de surprises, vraiment ? Je ne sais vraiment pas de quoi vous parlez, Mademoiselle Henderson », répondis-je avec une feinte ignorance, observant Cassia disposer les lys dans un vase sur la table de la cuisine. Je ne peux m'empêcher de lancer, taquin : « Est-ce une stratégie pour garder votre table de cuisine encore un peu ? » Je lui adresse un sourire malicieux en indiquant le vase du menton. Je m’approche ensuite d'elle, mes mains trouvant naturellement leur place sur sa taille. Elles remontent doucement, caressant le galbe de son corps jusqu’à atteindre ses joues. « Qu'avez-vous fait, Mademoiselle Henderson ? Je suis irrémédiablement amoureux de vous... » Ces mots à peine murmurés, je la soulève dans un élan de passion pour la faire tourner autour de moi. Un rire joyeux nous échappe à tous les deux alors que nos lèvres se retrouvent dans un baiser plein de promesses. En déposant Cassia doucement sur le sol, je plonge mon regard dans le sien, la sincérité teintant mes mots. « Tu me rends fou, tu sais... Jamais je n’ai ressenti cela pour quelqu’un d’autre... » L'aveu rend notre moment encore plus spécial, scellant une complicité et une affection profondes juste avant le seuil de son départ.

Mon regard se détourne et se fixe involontairement sur la petite boîte mystérieuse qui semble captiver Cassia depuis notre entrée dans la pièce. Intrigué par son intérêt persistant, je décide de piquer sa curiosité encore davantage. « Alors, Mademoiselle Henderson, curieuse de découvrir ce qui se cache dans cette boîte de Pandore ? » lui lançais-je avec un sourire en coin, aimant la voir ainsi animée par la curiosité. Elle me lance un regard à la fois impatient et amusé, m'encourageant à continuer. « Je t'ai promis de trouver un moyen à la fois créatif et original pour réduire la distance entre nous... Eh bien, je sais que Noël est passé, mais j’ai pensé à quelque chose. » Je fais une pause, attisant son impatience, puis je reprends : « Je t'ai créé un petit calendrier personnalisé pour compter les jours avant mon retour... » Ma voix s’abaisse, trahissant une hésitation, car la suite est moins réjouissante. « ...et je dois t'avouer que je vais prolonger mon séjour en Europe. » Je marque une pause, scrutant son visage à la recherche d’une réaction. « Je vais partir un peu plus longtemps... en Italie. » Je tente de tempérer l’annonce en gardant un ton enjoué. « Mais je ne te dirai rien de plus pour l'instant, c’est une surprise, Mademoiselle Henderson ! » J'ajoute, connaissant son amour pour l'Italie et espérant que cela allègerait la nouvelle de mon retard.

Je glisse la petite boîte en bois poli sur la table, la poussant doucement vers Cassia tout en captant son regard pétillant de curiosité. « J'ai quelque chose pour toi, quelque chose pour rendre le temps qui nous sépare un peu plus supportable. » Sa main hésite un instant avant de toucher le cadeau, ses yeux ne quittant pas les miens. « Ouvre-la, » dis-je avec un sourire encourageant. À l'intérieur, elle découvre un assortiment minutieusement préparé, chaque objet enveloppé de papier soyeux, accompagné de petites cartes numérotées pour chaque jour jusqu'à mon retour. Voici le contenu que j'ai disposé pour elle, pensé avec amour et une pointe d’humour :

Contenu du calendrier personnalisé:

Chaque jour, Cassia découvrira un nouveau trésor, un nouveau rappel que je ne suis jamais loin, comptant les jours jusqu'à ce que je puisse enfin la retrouver et transformer ces petites attentions en souvenirs réels et palpables. « C'est une façon de te montrer que chaque jour qui passe nous rapproche un peu plus » lui dis-je en observant son émotion parcourir chaque détail de cette boîte de merveilles.

Dans la douce lumière du crépuscule qui se répand dans notre salon, je contemple Cassia. Une idée me traverse l'esprit, un prélude parfait à la surprise que je lui prépare pour les prochains jours. Je me lève discrètement et vais chercher le petit paquet que j'ai caché plus tôt. En revenant vers elle, je pose doucement le cadeau sur la table basse et effleure sa main pour capter son attention. Elle lève les yeux, un sourcil interrogateur haussé en signe de curiosité. « J'ai quelque chose pour toi, un avant-goût des surprises à venir, » dis-je en poussant doucement le paquet vers elle. Il s’agit d’un cadre numérique connecté à mon téléphone, « Peu importe où je serai, je pourrai envoyer de nouvelles photos directement ici, pour que tu puisses toujours voir ce que je vois, ressentir ce que je ressens. » Puis ma voix se pose alors que mes yeux étreignent les siens. « Chaque jour, je t'enverrai une photo, une fenêtre ouverte sur mon quotidien lorsque tu n'es pas avec moi... »


SHE IS MY WORLD
Et au premier battement de ses paupières, je l'ai reconnue. C'était bien elle, l'inattendue et l'attendue
(c)crackintime


Dernière édition par Milo Davis le Mer 17 Avr 2024 - 22:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cassia Henderson
  Cassia Henderson  
- Shade of winter -

▎ Messages postés : 914
▎ Pseudo : s-a
▎ Faceclaim : Gal Gadot
▎ Crédits : philia
▎ Multi-comptes : non
▎ Points récoltés : 1497
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_inline_opupfyoeON1ul4f46_400
▎ Your age : trente-trois ans
▎ Your preference : hétérosexuelle
▎ Job/Studies : Cassia est infirmière au Charlton Memorial Hospital.
▎ The one you love : Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_p02mtjuqCb1vbe6zoo6_r1_250

https://likeariver.forumactif.com/f38-liens-des-membres https://likeariver.forumactif.com/f82-les-telephones https://likeariver.forumactif.com/t651-instagram-explications-modele
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Empty
Message#
Sujet: Re: Morning without you is a dwindled dawn   Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 EmptyMar 16 Avr 2024 - 9:41

Morning without you is a dwindled dawn
@Milo Davis & Cassia Henderson



Nous n’avions pas eu le temps de trinquer à cette soirée en tête à tête que nous furent interrompus par la sonnette de la porte d’entrée. A le demande de Milo j’avais donc été ouvrir et j’avais découvert un livreur venant me délivrer un magnifique bouquet de lys blancs à mon intention. Après avoir réceptionné la magnifique bouquet, j’avais immédiatement lu la petite carte manuscrite qui l’accompagnait. Un geste de Milo. Revenant au salon j’avais remercié le plus sincèrement du monde le jeune homme avant d’aller mettre le bouquet dans un vase. La question de Milo quant à une potentielle stratégie pour garder la table de la cuisine en état me fait rire de bon cœur. « Du tout… Après tout, il suffirait simplement de déplacer le vase ailleurs tu sais... » dis-je d’un air détaché mais plein espièglerie. Milo s’approche de moi, ses mains se plaçant sur ma taille, et m’avoue être irrémédiablement amoureux de moi. Des mots me touchent, sans nul doute plus que le moment de son départ n’a jamais été aussi proche. Et sans que j’aie le temps de répondre quoi que ce soit, le jeune homme me soulève pour me faire légèrement tourner, nos rires se mélangeant tendrement dans la pièce avant que nos lèvres ne s’embrassent tendrement. Sans doute poussé par l’ambiance du moment, Milo continue ses petites confidences quant au fait que je le rendais fou et qu’il n’avait jamais ressenti cela pour quelqu’un d’autre. « Tu sais, je dois t’avouer que ce que je ressens pour toi je ne l’ai jamais ressenti pour quelqu’un d’autre non plus...Jamais... » dis-je le plus sincèrement du monde alors que mes mains sur son torse remonte jusqu’à son visage délicatement pour venir caresser ce dernier.

La soirée promettait d’être pleine de surprise. Je ne tarde pas à questionner Milo sur l’utilité et le contenu de cette  boite qu’il avait installé quelques instant plus tôt devant moi. La curiosité était bien trop forte, je voulais en savoir davantage. Milo semble ravi de voir ma curiosité piqué à vif « Oui très curieuse même, mais ça tu le sais déjà... » Il me connaissais mieux que quiconque. Mon regard ne le quittait pas, l’encourageant à continuer ses explications. Le pilote de ligne me relate alors qu’il avait trouvé le moyen créatif et original qu’il m’avait promis pour réduire comme il pouvait la distance entre nous. Il s’agissait là donc d’un calendrier personnalisé pour compter les jours avant son retour. Mon regard pétille d’émerveillement et de bonheur face à cette idée incroyable. « Vraiment !? Mais c’est une idée incroyable Milo… J’adore...C’est tellement attentionné de ta part. C’est exactement toi... » dis-je finalement manquant presque de mots pour lui exprimer mon ressenti. Puis Milo en profite pour m’annoncer une nouvelle moins joyeuse, son absence sera prolongé. « Prolonger ton séjour !? » dis-je surprise tout en essayant de cacher ma déception. Après Londres il devra partir en Italie. Ce séjour n’était apparemment pas en lien avec son travail mais personnel, pour une surprise. Bien évidemment ma curiosité est éveillée mais Milo ne comptait rien me dire. « Je l’avais bien dit, que la soirée serait pleine de surprise... » dis-je pour tenter de faire bonne figure. Même si cela me touchait cela signifiait une absence prolongée également. J’avais tout de même des questions concernant ce détail important, mais je les garderai pour plus tard.

Milo glisse la boite en bois sur la table et me demande de l’ouvrir, ce que je fais sans attendre. A l’intérieur j’y trouve tout un assortiment de présents soigneusement emballés accompagnés de cartes numérotés. L’effet est immédiat, j’avais déjà hâte de les découvrir chaque jour. « C'est une façon de te montrer que chaque jour qui passe nous rapproche un peu plus. » Ces mots résonnent en moi dans un échos des plus bouleversants. « Milo… C’est adorable. Vraiment, je n’ai même pas les mots... » Je sens même l’émotion me gagner « C’est sans doute le geste le plus romantique que je n’ai jamais vu... » dis-je alors que mon regard ne quitte désormais plus le sien. « Merci infiniment... » Et sur ces simples mots mes lèvres viennent chercher les siennes.

Milo s’absente quelques secondes de la pièce. Mon regard lui est obnubilé par le contenue de la boite en bois. Me demandant bien ce que pouvait contenir chaque présents à l’intérieur. Milo capte de nouveau mon attention en revenant près de moi, je vois un cadeau posé sur la table basse. Mon regard est surpris, Milo m’explique avoir quelque chose pour moi. Je déballe donc le présent et découvre un cadre numérique. Le jeune homme m’explique alors que peu importe où il sera, il pourra m’envoyer des nouvelles photographies et ainsi garder le lien si précieux dont nous avions besoin. Puis, il me promet de m’envoyer chaque jour une photo, une fenêtre ouverte sur son quotidien à des milliers de kilomètres d’ici. En temps normal j’aurais sans nul doute râler par tant de présents, mais l’émottions était si forte que je n’en avais pas la force. « C’est une idée formidable… J’ai hâte de pouvoir partager un peu de ton quotidien de cette manière. Tout comme j’ai hâte de découvrir chaque présent qui me rappellera ta présence essentielle à mes côtés... » ma voix trahit à présent mon émotion. Je pose délicatement le cadre sur la table et viens me blottir contre Milo. Déposant un tendre baiser sur ses lèvres « Tu vas tellement me manquer... » avouai-je en tentant au mieux de contenir une larme.



Carpe Diem
And i'm feeling love
Revenir en haut Aller en bas
Milo Davis
  Milo Davis  
- Autumn leaves -

▎ Messages postés : 655
▎ Pseudo : DonJuanAuxEnfers
▎ Faceclaim : Henry Cavill
▎ Crédits : DK
▎ Multi-comptes : Je galère déjà avec un seul compte
▎ Points récoltés : 1545
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_opfyk99ZmU1rq9ihbo3_r2_400
▎ Your age : 35 ans
▎ Your preference : Hétérosexuel
▎ Job/Studies : Pilote de ligne, amoureux du ciel
▎ The one you love : Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_pbg928QHBS1spguxzo1_400

https://likeariver.forumactif.com/t2578-me-myself-and-i https://likeariver.forumactif.com/t2745-milo-davis-the-best-way-to-predict-the-future-is-to-create-it#26057
En ligne
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Empty
Message#
Sujet: Re: Morning without you is a dwindled dawn   Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 EmptyMar 16 Avr 2024 - 11:19

Morning without you is a dwindled dawn
Milo Davis & @Cassia Henderson


Il n'existe pas de plus grand plaisir que celui d'offrir, et en cet instant précis, alors que mes yeux se posent sur Cassia, je ressens ce bonheur avec une intensité renouvelée. Elle tient délicatement le cadre numérique entre ses mains, et à la lueur de son regard ému, je peux dire que mon cadeau personnalisé lui plaît ainsi que ce calendrier personnalisé. Cette confirmation me remplit de joie, d'autant plus en voyant son émotion palpable. Cassia se blottit contre mon torse, cherchant du réconfort face à la distance qui s'annonce avec mon prolongement de séjour. Il serait impossible de ne pas voir ni comprendre à quel point cela l'affecte ; ses yeux légèrement humides me fixent, et je perçois qu'elle tente de retenir une larme naissante. Doucement, je dépose mes lèvres sur les siennes, nos bouches se rencontrant dans un baiser qui se veut rassurant et tendre. « Tu pensais vraiment que j'allais te laisser toute seule, sans un petit morceau de moi ? C'est bien mal me connaître, Mademoiselle Henderson » murmurai-je contre ses lèvres dans un souffle taquin, avant de lui voler un autre doux baiser.

« Tu te souviens de notre petit rituel ? Chaque pays que je visite, je t'envoie une carte postale. Même si bien souvent tu la reçois alors que je suis déjà de retour... » Je laisse un sourire nostalgique se peindre sur mon visage. Ce rituel, anodin mais tellement symbolique pour nous, rappelle que malgré la distance, nous ne nous oublions jamais. Je me rappelle d'une anecdote et la partage avec elle, nos corps toujours enlacés « Je me souviens d'une fois... Tu m'as raconté qu'Andrew ne comprenait pas pourquoi nous agissions ainsi... » Cela avait été une conversation amusante, Andrew ne saisissant pas l'importance de ces petits rituels.  « Et puis... Maintenant tu es vraiment toujours avec moi» ajoutai-je en un murmure, mon regard glissant vers ma poignet où scintille la nouvelle montre que Cassia m'avait offerte plus tôt. Ce geste, ce cadeau, c'était elle affirmant sa présence dans ma vie, chaque seconde de chaque jour, peu importe les kilomètres qui pourraient nous séparer.

moes pn jAlors que nous évoquons de vieux souvenirs, je me perds dans ses yeux, mais une ombre de préoccupation semble flotter dans son regard, suscitant en moi une lueur d'inquiétude. « Dis-moi... J'espère qu'Andrew ne t'envoie plus de messages ou quoi que ce soit d'autre... Sinon, je suis tout à fait disposé à l'envoyer en Enfer ! » lui dis-je doucement tout en caressant sa joue avec affection. La protection que je ressens pour elle est viscérale ; je ne supporte pas l'idée que quelqu'un puisse lui faire du mal. « Je ne supporte pas qu'on s'en prenne à toi... Jamais... » La vérité est que je n'ai jamais toléré que qui que ce soit harcèle ou importune Cassia. Je me souviens d'un incident particulier qui avait bien failli me faire sortir de mes gonds. « Tu te souviens de cette fille que je fréquentais... » Je vois son visage s'illuminer d'interrogation. « Je n'ai pas fréquenté tant de femmes que ça, voyons ! » dis-je, mi-sérieux, mi-amusé, sachant pertinemement que Cassia connaissait la vérité. « Tu sais, cette fille... Grande, à forte poitrine, celle que tu surnommais affectueusement Miss Airbag ! » La manière dont je prononce ces mots, légère et taquine, fait revivre les souvenirs. « Tu te souviens de ce jour où elle t'a insultée devant moi ? J'ai vu rouge... Je t'ai pris la main et nous sommes partis sur-le-champ. »

Nous avions courru à toute enjmabée jusqu'à chez elle, fuyant l'hostilité palpable laissée derrière nous. « On s'est réfugié dans ton jardin, et nous nous sommes allongés sur l'herbe, regardant le ciel se teinter de couleurs vespérales jusqu'à ce que la nuit nous enveloppe. » Le souvenir est si clair, si doux, un contraste frappant avec la violence de la confrontation. « Tellement enveloppés par la tranquillité de l'endroit et la compagnie de l'autre, que nous nous sommes endormis l'un contre l'autre... » Le rire me gagne en pensant à la réaction de sa mère le lendemain matin. « Le lendemain, ta mère a vraiment cru que nous étions un couple. » Le malentendu avait été amusant, ajoutant une touche d'humour à notre complicité déjà profonde.


SHE IS MY WORLD
Et au premier battement de ses paupières, je l'ai reconnue. C'était bien elle, l'inattendue et l'attendue
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Cassia Henderson
  Cassia Henderson  
- Shade of winter -

▎ Messages postés : 914
▎ Pseudo : s-a
▎ Faceclaim : Gal Gadot
▎ Crédits : philia
▎ Multi-comptes : non
▎ Points récoltés : 1497
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_inline_opupfyoeON1ul4f46_400
▎ Your age : trente-trois ans
▎ Your preference : hétérosexuelle
▎ Job/Studies : Cassia est infirmière au Charlton Memorial Hospital.
▎ The one you love : Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_p02mtjuqCb1vbe6zoo6_r1_250

https://likeariver.forumactif.com/f38-liens-des-membres https://likeariver.forumactif.com/f82-les-telephones https://likeariver.forumactif.com/t651-instagram-explications-modele
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Empty
Message#
Sujet: Re: Morning without you is a dwindled dawn   Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 EmptyMar 16 Avr 2024 - 12:40

Morning without you is a dwindled dawn
@Milo Davis & Cassia Henderson



Je n’osais pas imaginer le temps qu’avait du prendre Milo pour préparer ce calendrier de l’avent si particulier. En y songeant, son geste me touchant encore plus. Et que dire du cadre photo numérique ? Milo avait pensé à tout pour rendre son absence un peu plus supportable. Le pilote de ligne me demande alors si je pensais que qu’il allait me laisser seule sans un petit morceau de lui. « Non, je n’en doutais absolument pas... » avouai-je sincèrement. Sur un ton léger de nostalgie, Milo évoque le petit rituel que nous avions depuis qu’il était devenu pilote de ligne, à chaque pays j’avais le droit à une carte postale. « Bien sûr je me m’en souviens... » A l’époque, Andrew ne comprenait pas pourquoi nouas agissions ainsi. Je laisse un léger sourire amer se dessine sur mon visage en repensant à toutes les questions qu’il avait pu me poser sur ce rituel entre Milo et moi « Si seulement il n’y avait que cela. Il n’a jamais compris notre relation dans son ensemble... » Non, Andrew n’avait jamais compris qu’un homme et une femme puisse s’entendre aussi bien, être si complices. Tout comme il n’avait jamais compris le besoin viscéral que j’avais de parler à Milo tous les jours, de le voir, de me confier à lui. Et alors que nous nous rappelions quelques souvenirs Milo semble soudainement soucieux de savoir si Andrew avait à nouveau pris contact avec moi. « Non. Je te promets que depuis...la dernière fois, je n’ai jamais eu de nouvelle. » Depuis le jour où j’avais voulu récupérer mes affaires chez lui et que j’avais chuté dans ses escaliers après une énorme dispute entre nous. Cet épisode fort désagréable était à présent derrière nous. Milo évoque ensuite un autre souvenir. Un souvenir fort lointain d’une soirée où l’une des filles qu’il avait fréquenté, une des nombreuses quoi qu’en dise Milo, m’avait insulté. Son visage me revient quand Milo m’énonce le surnom que je lui avait attribué.  Cette dernière n’avait sans doute pas non plus supporté notre relation si particulière. La réaction de Milo avait été instantané. Nous avions quitté la soirée sur le champ et nous avions trouvé refuge chez moi.  « Oui je m’en souviens... C’est sans doute l’un de mes plus beaux souvenirs. Nous avions passé un si bon moment… » Et lorsque Milo évoque la réaction de ma mère le lendemain, je me mets à rire légèrement. « Oh oui je m’en souviens. Et encore, imagine qu’après ton départ j’ai eu le droit a un énième petit discours improvisé sur la sexualité et l’importance de se protéger... » dis-je en riant légèrement même si sur le moment la gêne avait été intense. D’autant plus qu’à l’époque je n’avais jamais considéré ou même imaginé Milo comme étant autre que mon meilleur ami, mon confident.



Carpe Diem
And i'm feeling love
Revenir en haut Aller en bas
Milo Davis
  Milo Davis  
- Autumn leaves -

▎ Messages postés : 655
▎ Pseudo : DonJuanAuxEnfers
▎ Faceclaim : Henry Cavill
▎ Crédits : DK
▎ Multi-comptes : Je galère déjà avec un seul compte
▎ Points récoltés : 1545
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_opfyk99ZmU1rq9ihbo3_r2_400
▎ Your age : 35 ans
▎ Your preference : Hétérosexuel
▎ Job/Studies : Pilote de ligne, amoureux du ciel
▎ The one you love : Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_pbg928QHBS1spguxzo1_400

https://likeariver.forumactif.com/t2578-me-myself-and-i https://likeariver.forumactif.com/t2745-milo-davis-the-best-way-to-predict-the-future-is-to-create-it#26057
En ligne
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Empty
Message#
Sujet: Re: Morning without you is a dwindled dawn   Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 EmptyMar 16 Avr 2024 - 15:08

Morning without you is a dwindled dawn
Milo Davis & @Cassia Henderson


Je ne peux cacher le soulagement et la joie qui me submergent alors que je réalise que l'histoire tumultueuse de Cassia avec Andrew est enfin révolue. Il semble qu'il n'a pas tenté de la contacter depuis leur séparation. Andrew n'était pas à la hauteur ; il ne la méritait simplement pas. Il n'a jamais su comprendre ses besoins, ni répondre à ses attentes émotionnelles - en somme, il n'était pas l'homme qui pouvait la rendre heureuse. A chaque fois que je repense à leur relation, je ressens une pointe d'irritation. Andrew a toujours semblé indifférent aux petites choses qui font toute la différence dans une relation amoureuse. Il n'a jamais pris la peine de découvrir ce qui faisait sourire Cassia, les petits gestes et les mots doux qui auraient pu éclairer ses jours.
En revanche, voir maintenant cette époque derrière elle, où elle peut se libérer de cette relation toxique, me remplit d'espoir et d'optimisme pour son avenir - notre avenir. Je suis déterminé à être tout ce qu'Andrew n'a pas été. Je veux être celui qui comprend non seulement ses paroles mais aussi ses silences, celui qui sait quand elle a besoin d'un câlin sans qu'elle ait à le dire, celui qui fait de son bonheur une priorité absolue.

Après un moment de silence, je me suis décidé à partager avec elle une anecdote familiale qui me revenait souvent en mémoire ces derniers temps, surtout depuis que notre relation avait commencé à prendre un tournant plus sérieux. « Tu sais, Cassia...»commençai-je, un sourire timide se dessinant sur mes lèvres. « [color=#000099] Ma mère a toujours eu cette drôle d'idée que nous finirions ensemble, toi et moi. " continuai-je, encouragé par son intérêt. « Depuis que nous étions enfants et que tu venais à la maison, elle te taquinait, se moquant gentiment de moi en disant qu'un jour, je finirais par t'avouer mes sentiments.» Je ris doucement, secouant la tête à la mémoire de ma mère chérie, toujours aussi perspicace. Elle te regardait avec ce sourire espiègle, tu sais, et elle me lançait des regards comme si elle savait déjà tout ce qui allait se passer.»
Mes yeux ne quittent pas les siens à mesure que je progressais mdans mon récit Mais tu sais quoi? Ça me rendait un peu fou à l'époque, parce que je ne voulais pas que ma mère intervienne dans ma vie sentimentale. Mais maintenant, je trouve ça presque réconfortant... Comme si elle avait vu quelque chose avant même que nous en ayons conscience. Comme si elle avait toujours su que ce serait toi. »

Il est vrai que, par le passé, peu de personnes avaient réussi à saisir la véritable nature de notre relation. Lorsque je n'étais pas occupé à courtiser une nouvelle conquête, Cassia et moi passions la majeure partie de notre temps ensemble, ce qui ne manquait pas de soulever des interrogations. Nos interactions intimes et notre complicité naturelle avaient souvent été l'objet de regards curieux et de commentaires insinuants. Je me souviens encore des nombreuses occasions où nos amis avaient laissé entendre que nous étions un couple, ou que, tôt ou tard, nous finirions par tomber amoureux. Ces suppositions nous faisaient sourire, conscient de l'unique et profonde amitié qui nous liait. Tu te souviens de cette soirée ? Celle où tu m'as sauté dessus... » je lui dis, un sourire espiègle illuminant mon visage, en me remémorant cette nuit tumultueuse où nos lèvres s'étaient rencontrées pour la première fois. Ce baiser, impulsif et enflammé par l'alcool, avait marqué un tournant inattendu dans notre amitié. L'alcool et toi, ça ne fait vraiment pas bon ménage, Mademoiselle Henderson ! » » je continue, taquinant Cassia sur son comportement légèrement exubérant ce soir-là. Cette soirée était rapidement devenue légendaire parmi notre cercle d'amis, non seulement pour notre baiser, mais aussi pour l'énergie débridée qu'elle avait déployée sur la piste de danse. Tu te rappelles des ragots qui ont suivi le lendemain ? » » je lui demandais, un rire léger s'échappant de mes lèvres. Nos amis n'avaient cessé de nous taquiner, suggérant toutes sortes de scénarios romancés à propos de notre « soudaine romance ». Pour eux, il semblait inconcevable que deux personnes aussi proches puissent simplement être amis. Mais pour nous, ce n'était que cela : une amitié. Une amitié qui, malgré les rumeurs et les regards perçants, avait résisté aux tests du temps et des circonstances. Nous avions toujours su où tracer la ligne, comment naviguer à travers ces eaux parfois troubles sans jamais perdre de vue l'essence de notre lien.

Ces souvenirs, aussi amusants qu'ils étaient parfois gênants, ne faisaient que renforcer notre entente. Ils s'apparentent aux rappels que, malgré ce que les autres pouvaient penser ou dire, nous connaissions la vérité sur notre relation. Une vérité qui défiait les étiquettes conventionnelles, qui refusait de se conformer aux attentes normatives de la société. Et dans cette vérité, nous trouvions notre force et notre liberté.

Aujourd'hui, tout semble différent, je le sens jusque dans l'air qui nous entoure. Je regarde Cassia avec un mélange de tendresse et de révélation, observant les subtiles transformations dans notre relation. Je l'attire doucement contre moi, réduisant les espaces entre nos corps et nos cœurs. Mes bras l'encadrent, et dans un geste tendre, je dépose un baiser sur ses lèvres, un baiser qui cherche à capturer l'essence de notre histoire, aussi délicieux et poignant que le souvenir de notre premier émoi. Dis-moi... depuis quand as-tu envisagé quelque chose de différent avec moi ?» je murmure contre ses lèvres, la curiosité teintée d'une douce insistance dans ma voix. Je veux dire... Nous avons longtemps été juste des amis. Des amis très proches... Des meilleurs amis... » Je fais une pause, cherchant à lire dans ses yeux un indice, une étincelle qui pourrait me dire quand elle a commencé à ressentir plus que de la simple amitié. Quand est-ce que tu as su que tu avais envie de plus avec moi ? » je continue, ma question suspendue entre nous comme un fil délicat prêt à tisser une nouvelle trame dans le tissu de notre relation.


SHE IS MY WORLD
Et au premier battement de ses paupières, je l'ai reconnue. C'était bien elle, l'inattendue et l'attendue
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Cassia Henderson
  Cassia Henderson  
- Shade of winter -

▎ Messages postés : 914
▎ Pseudo : s-a
▎ Faceclaim : Gal Gadot
▎ Crédits : philia
▎ Multi-comptes : non
▎ Points récoltés : 1497
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_inline_opupfyoeON1ul4f46_400
▎ Your age : trente-trois ans
▎ Your preference : hétérosexuelle
▎ Job/Studies : Cassia est infirmière au Charlton Memorial Hospital.
▎ The one you love : Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_p02mtjuqCb1vbe6zoo6_r1_250

https://likeariver.forumactif.com/f38-liens-des-membres https://likeariver.forumactif.com/f82-les-telephones https://likeariver.forumactif.com/t651-instagram-explications-modele
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Empty
Message#
Sujet: Re: Morning without you is a dwindled dawn   Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 EmptyMar 16 Avr 2024 - 16:05

Morning without you is a dwindled dawn
@Milo Davis & Cassia Henderson



Notre relation avait toujours semblé atypique aux yeux de nos proches et amis. Mais pour nous elle avait toujours été naturelle. Blottis l’un contre l’autre, Milo se lance dans un autre aveu concernant sa mère qui, apparemment avait toujours eu l’idée que lui et moi finirions ensemble. Le jeune homme m’avoue qu’à l’époque cela le rendait un peu fou. Je souris un peu amusée par ses révélations. « Je dois t’avouer qu’à plusieurs reprises ma mère m’a aussi taquiné sur notre relation, m’assurant qu’un jour où l’autre nous finirions ensemble… » A croire que tout le monde autour de nous le savait, excepté nous même. Dans cet élan de nostalgie, Milo continue à évoquer le bon vieux temps en relatant des faits très précis d’une soirée arrosée. « Oui je me souviens bien... » dis-je à moitié gênée et à moitié amusée. Un léger rire sincère émane de ma bouche quand Milo souligne le fait que l’alcool et moi ça ne faisait pas bon ménage « On est bien d’accord... » dis-je amusée par sa remarque. Je me remémore alors toutes les remarques auxquelles nous avions eu le droit le lendemain matin. « Oui, difficile à oublier. Tout le monde insistait tellement... » Les ragots s’étaient finalement calmé mais quelques semaines plus tard seulement.

Contre Milo, je prolonge le doux baiser qu’il m’offre. Puis le jeune homme me questionne sur le moment où j’avais commencé à envisager quelque chose de différent avec lui. La question est sans nul doute intéressante mais un léger temps de réflexion. « H’m… je dirais que cela fait peut-être quelques années. Je dirais deux ou trois... » Ce n’était pas forcément à cette époque là que j’avais eu envie de plus qu’une amitié avec lui c’était davantage complexe que cela. « Enfin, disons que cela fait quelques années que j’avais un peu de mal à accepter de te voir avec une femme… Parfois, quand tu me disais revoir la même femme plusieurs soirs de suite je n’avais qu’une crainte : que tu tombes amoureux d’elle… Pour être honnête, quand tu me disais être passé à autre chose j’en étais même soulagée... » dis-je un peu honteuse par ce comportement qui pouvait paraître égoïste. « Quant au fait d’en vouloir vraiment plus avec toi… c’est difficile à estimer... » dis-je amusée mais prête à tout révéler. « Peut-être une bonne année, même plus...peut être même beaucoup plus... » avouai-je alors le plus sincèrement du monde. Je dépose un doux baiser sur ses lèvres avant de venir m’asseoir incitant Milo à faire de même. « Et toi alors, je suis curieuse d’avoir ton ressenti sur cette question... » demandai-je afin de savoir à mon tour depuis quand il avait eu envie de plus avec moi.



Carpe Diem
And i'm feeling love
Revenir en haut Aller en bas
Milo Davis
  Milo Davis  
- Autumn leaves -

▎ Messages postés : 655
▎ Pseudo : DonJuanAuxEnfers
▎ Faceclaim : Henry Cavill
▎ Crédits : DK
▎ Multi-comptes : Je galère déjà avec un seul compte
▎ Points récoltés : 1545
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_opfyk99ZmU1rq9ihbo3_r2_400
▎ Your age : 35 ans
▎ Your preference : Hétérosexuel
▎ Job/Studies : Pilote de ligne, amoureux du ciel
▎ The one you love : Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_pbg928QHBS1spguxzo1_400

https://likeariver.forumactif.com/t2578-me-myself-and-i https://likeariver.forumactif.com/t2745-milo-davis-the-best-way-to-predict-the-future-is-to-create-it#26057
En ligne
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Empty
Message#
Sujet: Re: Morning without you is a dwindled dawn   Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 EmptyMar 16 Avr 2024 - 17:28

Morning without you is a dwindled dawn
Milo Davis & @Cassia Henderson


Les révélations de Cassia sur les intuitions de sa propre mère, qui semblait convaincue que nous allions, tôt ou tard, finir ensemble, ajoutent une couche d'humour et de légèreté à notre conversation déjà empreinte de tendresse et de nostalgie. Son sourire, lorsqu'elle partage ces anecdotes, illumine la pièce et réchauffe mon cœur. Cela m'amuse profondément de penser que, apparemment, tout le monde autour de nous avait perçu l'inévitable bien avant que nous ne commencions à l'envisager sérieusement. « Tu te rends compte ? » dis-je en riant doucement, « Il semblerait que nos mères étaient des conspiratrices dans l'art de la romance, ou des voyantes peut-être. »  Il y a quelque chose de profondément réconfortant et hilarant à réaliser que nos proches avaient vu venir notre union bien avant que nous ayons même commencé à décoder nos propres sentiments.  « Peut-être que c'était leur façon de nous pousser l'un vers l'autre, tu ne crois pas ? »  lançai-je, jouant avec l'idée que nos mères avaient peut-être orchestré le plus long préambule à une romance de l'histoire.

Les révélations de Cassia sur le fait qu'elle avait du mal à accepter mes fréquentations avec d'autres femmes au cours des dernières années ne me surprenne pas. Avec un peu de recul et en y pensant sérieusement, je me rappelle maintenant certains regards qu'elle me lançait lorsque je me confiais à elle. Ces fois où je lui parlais des nombreuses fois où j'avais revu une de mes aventures éphémères, ses yeux prenaient cette expression de petit chaton, une lueur particulière dans son regard qui aurait dû m'alerter. Si j'avais été plus attentif, peut-être aurais-je perçu ce qu'ils tentaient de me dire. Mais à l'époque, je n'avais pas saisi ces indices. « Je me souviens... Un jour, je t'ai même dit que j'envisageais une relation sérieuse avec..., »  je marque une pause, essayant de me rappeler un nom qui s'est depuis longtemps évanoui de ma mémoire, « ...je ne me rappelle même plus de son prénom. »  En caressant doucement sa joue du revers de mon pouce, je continue : « J'ai vu la surprise dans tes yeux à ce moment-là. »  Je ris légèrement en me remémorant cette scène, « Ah oui? Tu étais soulagée quand je te disais que c'était fini avec elle? Je ne savais pas que tu pouvais être aussi possessive, Mademoiselle Henderson ! »  Je la taquine en la chatouillant, provoquant chez elle un petit cri de protestation amusé avant de m'arrêter. « Je suppose que tous ces petits signes étaient ta manière de me montrer ton attachement, n'est-ce pas ? »  Je pose la question, mi-sérieuse, mi-amusée, tout en scrutant son visage à la recherche de confirmation ou d'un déni.

Lorsque Cassia m'interroge à mon tour, une vague de souvenirs et de réflexions m'envahit, me poussant à me confronter à des questions que j'avais longtemps évitées. Je prends un moment pour rassembler mes pensées avant de répondre, voulant m'assurer que je lui transmets tout avec sincérité et transparence. « Hmm... Pour être honnête, Cassia, j'ai plusieurs fois voulu te le dire... » commençai-je, ma voix trahissant une hésitation. « La dernière fois que j'ai failli t'avouer mes sentiments, tu venais juste de m'annoncer que tu étais avec Andrew. Ça m'a vraiment secoué. »  Je marque une pause, le poids de ces souvenirs chargés d'émotions s'alourdissant autour de nous. « J'étais même en colère contre moi-même. En colère parce que je n'avais pas eu le courage de te le dire plus tôt. »  Je baisse les yeux, le regret teintant clairement mes mots. « Tu te souviens de cette période? J'ai annulé plusieurs de nos rendez-vous. Je t'ai donné toutes sortes d'excuses... que j'avais trop de travail, ou que j'étais trop pris avec une autre femme... »

Cassia m'écoute attentivement, si bien que je poursuis mon récit. « Je répondais moins au téléphone, j'étais moins présent... C'était une période sombre pour notre amitié, même si je ne t'ai jamais vraiment avoué à quel point j'étais jaloux d'Andrew. Jaloux parce qu'il avait réussi là où je n'avais pas même osé essayer. »  Le silence s'étire un instant alors que je lutte avec mes émotions, mes regrets de cette époque formant un noeud dans ma gorge. « J'ai même pensé à... enfin, c'est du passé tout ça... »  dis-je finalement, essayant de mettre de côté ces pensées douloureuses.

Je conclue en lui déposant un baiser, un geste tendre mais teinté de mélancolie, avant de relâcher notre étreinte. C'est comme si en me détachant d'elle physiquement, je tentais de me punir pour mes erreurs passées. « Tu as dû trouver ça difficile, surtout lorsque tu as appris que j'ai fréquenté Erin pendant plusieurs mois... »  ajoutai-je doucement, mon ton plein de remords.
[/color]


SHE IS MY WORLD
Et au premier battement de ses paupières, je l'ai reconnue. C'était bien elle, l'inattendue et l'attendue
(c)crackintime


Dernière édition par Milo Davis le Jeu 30 Mai 2024 - 21:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cassia Henderson
  Cassia Henderson  
- Shade of winter -

▎ Messages postés : 914
▎ Pseudo : s-a
▎ Faceclaim : Gal Gadot
▎ Crédits : philia
▎ Multi-comptes : non
▎ Points récoltés : 1497
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_inline_opupfyoeON1ul4f46_400
▎ Your age : trente-trois ans
▎ Your preference : hétérosexuelle
▎ Job/Studies : Cassia est infirmière au Charlton Memorial Hospital.
▎ The one you love : Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_p02mtjuqCb1vbe6zoo6_r1_250

https://likeariver.forumactif.com/f38-liens-des-membres https://likeariver.forumactif.com/f82-les-telephones https://likeariver.forumactif.com/t651-instagram-explications-modele
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Empty
Message#
Sujet: Re: Morning without you is a dwindled dawn   Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 EmptyMar 16 Avr 2024 - 17:49

Morning without you is a dwindled dawn
@Milo Davis & Cassia Henderson



Nous continuions, sur un ton léger, à révéler nos petites anecdotes personnelles. Cela est amusant et touchant de voir que nos mères respectives avaient depuis bien longtemps remarqué qu’il y avait bien plus qu’une profonde amitié entre nous. La remarque de Milo me fait doucement sourire « Oui peut-être. Qui sait... » Mis à part les principales concernées. Puis Milo me questionne alors sur le moment où j’avais pris conscience que j’éprouvais bien plus qu’une amitié, si profonde soit elle, pour lui. Je me lance donc avouant tout au jeune homme. Et je sens dans son regard comme une certaine illumination, comme si soudainement certaines de mes faits et gestes, certaines de mes paroles à l’époque incompréhensibles le devenait à présent. Milo s’attarde sur un souvenir bien particulier, un souvenir dont je me souvenais bien également. « Elle s’appelait Léa… Je m’en souviens très bien. » Mon cœur avait faillit se briser ce jour où il m’avait annoncé vouloir entamer une relation sérieuse avec elle, heureusement cela n’avait pas duré. « Je ne suis pas possessive c’est juste que… j’étais jalouse de la voir à tes bras, alors que moi je n’avais même pas osé essayer d'y être... » avouai-je en toute sincérité. « Je suppose que tous ces petits signes étaient ta manière de me montrer ton attachement, n'est-ce pas ? » La question de Milo me fait doucement sourire « Sans aucun doute... » dis-je n plongeant mon regard dans le sien.

Bien évidemment, l’envie de lui retourner la question est bien présente, je ne me fais donc pas prier. Milo m’avoue avoir eu envie de me le dire à plusieurs reprises. Mon cœur se serre quand le pilote de ligne m’annonce que la dernière fois qu’il avait voulu le faire était le moment où je lui avais annoncé être avec Andrew. Un léger « Oh... »  s’échappe de mes lèvres. Milo explique son comportement qui avait suivit cette annonce. « Oui je me souviens. Je me doutais que tu trouvais des excuses mais je pensais que c’était simplement parce que tu n’appréciais pas Andrew... » j’avais été très naïve donc. Mes sourcils se froncent légèrement « Tu as même pensé à quoi Milo… ? » demandai-je soudainement soucieuse. Le jeune homme évoque ensuite la période où il avait fréquenté Erin. « H’m… ça n’a pas été facile, je dois bien l’avouer. Mais c’est du passé... » dis-je en tentant de minimiser ses moments difficiles. Mes lèvres viennent se poser sur les siennes « Le plus important, c’est le présent... C'est ce que nous vivons maintenant. » dis-je avant de déposer un dernier baiser sur ses lèvres.



Carpe Diem
And i'm feeling love
Revenir en haut Aller en bas
Milo Davis
  Milo Davis  
- Autumn leaves -

▎ Messages postés : 655
▎ Pseudo : DonJuanAuxEnfers
▎ Faceclaim : Henry Cavill
▎ Crédits : DK
▎ Multi-comptes : Je galère déjà avec un seul compte
▎ Points récoltés : 1545
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_opfyk99ZmU1rq9ihbo3_r2_400
▎ Your age : 35 ans
▎ Your preference : Hétérosexuel
▎ Job/Studies : Pilote de ligne, amoureux du ciel
▎ The one you love : Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_pbg928QHBS1spguxzo1_400

https://likeariver.forumactif.com/t2578-me-myself-and-i https://likeariver.forumactif.com/t2745-milo-davis-the-best-way-to-predict-the-future-is-to-create-it#26057
En ligne
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Empty
Message#
Sujet: Re: Morning without you is a dwindled dawn   Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 EmptyMar 16 Avr 2024 - 18:52

Morning without you is a dwindled dawn
Milo Davis & @Cassia Henderson


Les lèvres de Cassia retrouvent les miennes avec une douceur irrésistible, faisant voler en éclats toute tentative de résistance de ma part. Même quand, intérieurement, je décide de me mettre en grève de baisers ou de toute étreinte charnelle, il suffit d'un seul regard de sa part pour me faire capituler. Ses yeux bistre, doux et captivants, rencontrent les miens, et je me sens fondre, mes mains trouvant naturellement leur place sur sa taille, comme guidées par un aimant. « Bien évidemment que je n’appréciais pas Andrew… Mais j’étais surtout en colère contre moi-même. Ce soir-là... j’ai tant voulu te dire ce que je ressentais. Quand tu m’as parlé de lui, j’ai préféré me taire plutôt que de tout gâcher. » Mes mots sont sincères, teintés d'une douleur rétrospective, alors que je m'écarte légèrement d'elle pour mieux affronter ce que j'ai à lui dire. Je prends une profonde inspiration, sachant que mes prochaines paroles pourraient la blesser. « J’ai pensé à rompre notre amitié... » je lui confesse, la voix basse, presque brisée par l'aveu. « Je ne supportais pas l'idée de ne pas avoir été capable de te dire mes sentiments plus tôt. Voir ton bonheur avec lui, alors que j’étais là, impuissant, ça me déchirait. Je me suis dit que peut-être, pour nous deux, il serait plus simple si je disparaissais de ta vie... » Un silence lourd s'installe entre nous, mes mots suspendus dans l'air. Je cherche dans son regard une quelconque réaction, une émotion qui pourrait me dire comment elle reçoit mes aveux. Je reprends, ma voix empreinte d'une solennité nouvelle. « Tu sais, Cassia, la raison pour laquelle je pourrais envisager de te quitter aujourd'hui... c’est uniquement pour ton bonheur. Peu importe ce que cela pourrait signifier. Si demain, pour te voir heureuse, il faut que je disparaisse, alors sans hésiter, je m'éclipserais. Si je devais mourir pour que tu vives une vie pleine et heureuse, je le ferais. » Mes mots sont lourds, mais ils vibrent d'une vérité incontestable, d'un dévouement total à son bonheur.

La tension des confessions passées semble lentement se dissiper alors que nous nous installons pour dîner. Les lasagnes, que j'ai préparées avec soin sachant que c'est le plat favori de Cassia, emplissent la pièce d'un arôme réconfortant et familier. J'observe Cassia alors qu'elle prend sa première bouchée, guettant son approbation. « Ça te plaît ? » je demande, espérant que le repas puisse, d'une certaine manière, adoucir les émotions piquantes de notre conversation.

Après le repas, nous débarrassons ensemble, nos mouvements autour de la cuisine retrouvant leurs réflexes habituels. Puis, comme c'est souvent le cas, nous instaurons notre rituel du soir : préparer du thé. Je choisis un mélange apaisant de camomille et de menthe, sachant qu'il favorise la détente et la réflexion. Nous nous glissons sous les draps, Cassia avec sa tasse fumante, et moi avec notre livre le silence confortable de notre complicité retrouvée enveloppant la pièce. « Prête pour la lecture ? » je lui demande après quelques minutes, mon regard se posant sur la pile de livres que nous avons accumulée pour nos soirées comme celle-ci. Au fil des pages, je la sens se détendre davantage, sa tête finissant par trouver repos contre mon épaule. Nos tasses de thé se refroidissent sur la table basse, mais la chaleur entre nous se construit, un doux édifice fait de mots murmurés et de passages partagés. Finalement, le livre se ferme avec un bruit doux, une conclusion symbolique à notre soirée de confidences et de partage. Nous restons éveillés encore un moment, immergés dans la quiétude de notre rituel nocturne qui semble nous envelopper d'une sérénité rassurante. Dans la pénombre de la chambre, je tire la couette. Cassia se tourne vers moi, et dans la faible lumière émanant du poing d’argent de la nuit, son regard trouve le mien. Il y a une douceur infinie dans ses yeux, une tendresse profonde qui semble tirer sur les fils de mon cœur. Attrait irrésistible, nos corps gravitent l'un vers l'autre naturellement, nos lèvres se rencontrant dans un baiser empreint de toute l'émotion tumultueuse de la soirée.

Notre étreinte cette nuit-là est palpablement différente ; il y a une urgence, une profondeur qui n'existait pas auparavant. Peut-être est-ce parce que nous sommes pleinement conscients du temps compté, du fait que je vais bientôt devoir m'envoler, me détacher de la chaleur de ses bras, de l'ancrage de son regard. Loin d'elle, loin de ces moments que nous chérissons tous les deux. Le baiser s'intensifie, nos mouvements sont à la fois tendres et désespérés, cherchant à s’imprégner dans notre peau. Nos mains redécouvrent, caressent, mémorisent les courbes et les contours que le temps pourrait essayer d'effacer. Il y a une douceur poignante dans notre toucher, une reconnaissance de chaque petit détail qui pourrait bientôt nous manquer. Chaque souffle, chaque battement de cœur semble murmurer « Je reviendrai. Attends-moi. » Les minutes s'étirent, perdant de leur importance alors que nous nous perdons l'un dans l'autre, jusqu'à ce que le sommeil, ce doux envahisseur, commence à tirer nos paupières vers le bas. Nos corps se détendent progressivement, nos souffles se heurtent, et dans cette parfaite harmonie, nous trouvons le sommeil.

Le lendemain matin le réveil se fait en douceur, avec les premiers rayons du soleil qui filtrent à travers les rideaux, dessinant des motifs lumineux sur les draps. La pièce est baignée d’une lumière douce, presque irréelle, qui semble envelopper tout autour dans une caresse apaisante. Cassia est toujours blottie contre moi, sa tête reposant sur mon épaule, et le son de sa respiration régulière est un murmure rassurant dans le calme du matin. Je reste un moment immobile, savourant la chaleur de son corps contre le mien et la tranquillité de l'instant. Il y a quelque chose de profondément réconfortant à commencer la journée ainsi, enlacés, comme si rien au monde ne pouvait perturber cette paix. Mais la réalité du départ imminent s'insinue lentement dans ma conscience, teintant ce moment doux-amer de mélancolie. Délicatement, je caresse les cheveux de Cassia, jouant avec les mèches fines entre mes doigts, et elle murmure quelque chose dans son sommeil, un sourire léger éclairant son visage. C’est ce sourire qui me donne la force de faire face aux défis à venir. Doucement, je dépose un baiser sur son front, un geste tendre qui la fait émerger lentement de son sommeil.


SHE IS MY WORLD
Et au premier battement de ses paupières, je l'ai reconnue. C'était bien elle, l'inattendue et l'attendue
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Cassia Henderson
  Cassia Henderson  
- Shade of winter -

▎ Messages postés : 914
▎ Pseudo : s-a
▎ Faceclaim : Gal Gadot
▎ Crédits : philia
▎ Multi-comptes : non
▎ Points récoltés : 1497
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_inline_opupfyoeON1ul4f46_400
▎ Your age : trente-trois ans
▎ Your preference : hétérosexuelle
▎ Job/Studies : Cassia est infirmière au Charlton Memorial Hospital.
▎ The one you love : Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_p02mtjuqCb1vbe6zoo6_r1_250

https://likeariver.forumactif.com/f38-liens-des-membres https://likeariver.forumactif.com/f82-les-telephones https://likeariver.forumactif.com/t651-instagram-explications-modele
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Empty
Message#
Sujet: Re: Morning without you is a dwindled dawn   Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 EmptyMar 16 Avr 2024 - 19:30

Morning without you is a dwindled dawn
@Milo Davis & Cassia Henderson



Tout en discutant nous commencions à comprendre le comportement de l’autre qui fut peut être jadis, un peu étrange. Moi j’étais jalouse des femmes que le jeune homme fréquentait et Milo lui s’en voulait de ne pas avoir avoué ce qu’il ressentait pour moi avant ma relation avec Andrew. J’avais invité Milo à m’en dire plus sur ce qu’il avait souhaité faire après cette épisode. Rompre notre amitié. L’aveu est brutal mais sincère. Milo ne s’arrête pas en si bon chemin. Il m’avoue qu’il serait prêt à rompre, à disparaître, même pire, pour mon simple bonheur. Ses paroles me touchent mais malgré tout cela ne me paraît absolument pas cohérent. Mon bonheur est tout simplement inexistant sans Milo. « Milo, je ne peux être pleinement heureuse sans toi... » avouai-je alors le plus sincèrement du monde avant d’échanger un énième baiser passionné.

Le temps de passer à table était venu. Le plat de lasagnes que Milo avait préparé un peu plus tôt dans la journée avait l’air délicieux. Une fois servis, je me hâte de prendre une première bouchée. Milo s’empresse lui de me demander si le plat me plaisait. « C’est parfait... » dis-je en me délectant du goût de ces lasagnes traditionnelles. « Je me régale, vraiment. » dis-je en lui adressant un sourire sincère. Le repas continue dans une douce atmosphère remplie de complicité et d’amour. Suite au repas, nous débarrassons ensemble, chacun ayant ses habitudes, ses petites tâches à effectuer. A peine le rangement terminé, Milo fait chauffer de l’eau pour préparer du thé. Je me dirige quant à moi dans la chambre, me changeant pour la nuit avant de me glisser sous la couette. Lorsque Milo revient avec les tasses de thé, un sourire se dessine sur mon visage « Prête... » dis-je simplement pour répondre à sa question. Et notre rituel du soir commence donc. Un rituel reposant, réconfortant, libérateur qui adoucit sans nul doute les craintes pour demain. Mais avant de rejoindre les bras de Morphée, nous nous adonnons à une toute autre activité, tout aussi libératrice et réconfortante. Une manière de profiter de l’autre avant une longue absence, de se délecter de la moindre parcelle de peau de Milo, de chaque partie de son corps. Une manière de créer un merveilleux souvenir.

Lorsque j’ouvre les yeux, je sens les puissants et délicats doigts de Milo jouer avec une mèche de cheveux. Un  sourire apparaît automatiquement en voyant que le jeune homme était déjà réveillé. Mon corps se blottit davantage contre lui, mes lèvres venant poser de délicats baiser sur son torse puis sur ses lèvres. Nous échangeons quelques tendres baisers quelques douces caresses et rapidement je me retrouve au dessus du pilote de ligne. J’avais pleinement conscience que son départ pour Londres était dans quelques heures à peine. Pleinement conscience que ce départ allait laisser un vide incommensurable. C’est sans nul doute pour cette raison que j’avais envie de profiter à nouveau de lui en toute intimité. Une manière de débuter la journée d’une très belle manière, de chasser les mauvaises pensées et de lui offrir un merveilleux moment.

La matinée était ensuite passé relativement vite. Nous avions pris un petit déjeuner en tête à tête avant de profiter du temps clément pour faire une ballade en plein air dans un parc non loin de mon appartement. Une fois rentrée, Milo s’était attelé à préparer ses affaires pour son vol prochain. J’étais venue le rejoindre dans le but de lui donner un coup de main mais finalement l’attrait irrésistible de nos deux corps nous avait mené à une toute autre activité. Là, sur le lit, le souffle encore haletant, je me tourne, le cheveux sans nul doute en bataille, je dépose un dernier baiser sur les lèvres de Milo. « Je vais aller prendre une douche. Promis, maintenant je te laisse terminer ta valise.. » dis-je amusée avant de quitter la chambre pour aller me rafraîchir un peu. A mon retour, Milo avait terminé de préparer ses affaires. L'heure du départ était venu.



Carpe Diem
And i'm feeling love
Revenir en haut Aller en bas
Milo Davis
  Milo Davis  
- Autumn leaves -

▎ Messages postés : 655
▎ Pseudo : DonJuanAuxEnfers
▎ Faceclaim : Henry Cavill
▎ Crédits : DK
▎ Multi-comptes : Je galère déjà avec un seul compte
▎ Points récoltés : 1545
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_opfyk99ZmU1rq9ihbo3_r2_400
▎ Your age : 35 ans
▎ Your preference : Hétérosexuel
▎ Job/Studies : Pilote de ligne, amoureux du ciel
▎ The one you love : Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_pbg928QHBS1spguxzo1_400

https://likeariver.forumactif.com/t2578-me-myself-and-i https://likeariver.forumactif.com/t2745-milo-davis-the-best-way-to-predict-the-future-is-to-create-it#26057
En ligne
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Empty
Message#
Sujet: Re: Morning without you is a dwindled dawn   Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 EmptyMar 16 Avr 2024 - 21:53

Morning without you is a dwindled dawn
Milo Davis & @Cassia Henderson


Après un réveil tendre et intime, où chaque caresse et chaque baiser semble dire tout ce que les mots ne peuvent exprimer, nous prolongeons ces moments de douceur par un petit-déjeuner partagé. Assis à la table de la cuisine, les rayons du soleil matinal baignent la pièce d'une lumière dorée, nous savourons notre thé et nos toasts, parlant de tout ce qui nous vient à l'esprit, riant et planifiant le reste de la journée. Revigorés par ce début de journée idyllique, nous décidons de profiter du beau temps pour nous balader dans les rues tranquilles de notre quartier. Marchant main dans la main, nous nous permettons de rêver à voix haute, de projeter des idées pour mon retour à Fall River, et de simplement apprécier la présence de l'autre. En rentrant à l’appartement, l'intimité du matin nous enveloppe de nouveau. Nous nous retrouvons, échangeant des étreintes passionnées, nos corps se parlant avec une urgence et une tendresse renouvelées. C'est comme si nous essayions de compresser toute une vie de moments ensemble en une seule journée, avant que la distance ne nous impose sa cruelle réalité.

Finalement, Cassia glisse dans la salle de bain pour prendre une douche, me laissant seul avec mes pensées et la tâche de préparer ma valise. L'atmosphère de son domicile est chargée d'une douce mélancolie, chaque mouvement rappelant que ces moments sont les derniers avant mon départ. Pour alléger l'ambiance et laisser derrière moi un souvenir qui, je l'espère, la fera sourire en mon absence, je décide de jouer un petit tour innocent. J'ouvre le réfrigérateur et, un par un, je colle des paires d'yeux googly sur chaque item à l'intérieur : le carton de lait, les légumes, les restes de notre dîner de la veille. J’imagine Cassia ouvrant le frigo après mon départ et ne pouvant s'empêcher de rire devant ce comité d'accueil inattendu et légèrement absurde. Bien évidemment je n’oublie pas un petit post-it : je veille toujours sur toi.
Une fois satisfait de mon œuvre d'art comique, je retourne finir de boucler ma valise. Chaque vêtement plié est un rappel de ce que je laisse derrière, chaque objet emballé, un morceau de vie que je dois mettre en pause. C’est à la fois douloureux et nécessaire, mais je sais que ces petits moments de légèreté, comme les yeux dans le frigo, sont des bulles de bonheur que nous retrouverons plus tard, des perles de rire que nous partagerons à nouveau. Cassia revient de sa douche, enveloppée dans la vapeur et le doux parfum de son gel douche, nos mains se touchant brièvement, nos yeux se rencontrant avec une intensité chargée d'émotion.

Le moment du départ est là, plus tôt que nous l'aurions souhaité, teintant chaque geste de nostalgie. Je termine de préparer ma valise, y glissant les derniers objets, souvenirs de ces jours intenses passés ensemble. Cassia m'aide avec une tendresse attentive, ses mains effleurant parfois les miennes, comme pour mémoriser la texture de ma peau, la chaleur de mon toucher. Nous chargeons la voiture en silence, l’atmosphère chargée d'un mélange d’amour et de tristesse. Cassia conduit. Je regarde par la fenêtre, observant les rues familières défiler, chaque coin rappelant un souvenir, une anecdote partagée.

Arrivés à l’aéroport, nous traînons les valises jusqu’à l’entrée, nos pas lourds, nos cœurs encore plus. L'enregistrement est rapide, trop rapide à mon goût, chaque minute me rapprochant inévitablement du moment où je devrai laisser Cassia derrière moi. Nous nous asseyons à l’un des cafés de l’aéroport, deux thés fumants devant nous, tentant de prolonger ces derniers instants. « Je n’aime pas les adieux… » je murmure, ma voix presque brisée. Je pose ma main sur la sienne. « Tu m’attendras ? »


SHE IS MY WORLD
Et au premier battement de ses paupières, je l'ai reconnue. C'était bien elle, l'inattendue et l'attendue
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Cassia Henderson
  Cassia Henderson  
- Shade of winter -

▎ Messages postés : 914
▎ Pseudo : s-a
▎ Faceclaim : Gal Gadot
▎ Crédits : philia
▎ Multi-comptes : non
▎ Points récoltés : 1497
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_inline_opupfyoeON1ul4f46_400
▎ Your age : trente-trois ans
▎ Your preference : hétérosexuelle
▎ Job/Studies : Cassia est infirmière au Charlton Memorial Hospital.
▎ The one you love : Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_p02mtjuqCb1vbe6zoo6_r1_250

https://likeariver.forumactif.com/f38-liens-des-membres https://likeariver.forumactif.com/f82-les-telephones https://likeariver.forumactif.com/t651-instagram-explications-modele
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Empty
Message#
Sujet: Re: Morning without you is a dwindled dawn   Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 EmptyMar 16 Avr 2024 - 22:17

Morning without you is a dwindled dawn
@Milo Davis & Cassia Henderson



L’heure de partir en direction de l’aéroport était arrivée. Avant cela, chaque instant était un prétexte à ce que nos mains s’effleurent, que nos lèvres s’embrassent. Comme si cela me permettait de mémoriser chaque sensation vécu avec Milo. Nous quittons l’appartement, Milo place sa valise dans le coffre de ma voiture et c’est moi qui m’installe au volant. C’était sans doute mieux, le fait d’être concentrée sur la route m’aidait à ne pas penser à son départ. Du moins, pas tout de suite. Malgré tout, l’atmosphère dans l’habitacle de la voiture était remplie d’une mélancolie presque pesante.

Arrivés à l’aéroport, nous traînons les valises sans dire un mot. L’enregistrement est effectué rapidement. Très rapidement. Trop rapidement. C’est un pas de plus vers son départ imminent. Bien évidemment en avance, nous nous installons à une table dans l’un des cafés de l’aéroport pour y boire une thé. Milo brise le silence en avouant ne pas aimer les adieux. Mon regard se pose sur lui « J’en ai horreur également... » La main de Milo se pose sur la mienne, mes doigts s’entremêlent avec douceurs aux siens alors que le pilote de ligne me demande si je l’attendrais. « Bien sûr que oui. » Je réponds sans réfléchir, je n’ai aucune hésitation quant à ma réponse. « Toujours... » ajoutai-je même pour intensifier ma réponse. Ma main s’échappe de la sienne pour venir se glisser dans mon sac. J’y sors une enveloppe blanche avec le nom de Milo écrit dessus. Je me penche légèrement pour venir ouvrir son bagage à main, un sac, afin d’y glisser l’enveloppe dedans. Je ne me cache aucunement. Le but est que Milo voit cet enveloppe mais pas son contenu. Pas maintenant. Devant son regard interrogateur je lui donne une vague explication « Tu l’ouvriras quand tu seras arrivé à Londres. » A l’intérieur de cette enveloppe se trouvait une lettre, quelques lignes que j’avais écrites à son intention. La lettre étant accompagné d’une photographie de nous deux, un selfie que Milo s’était lui même amusé à prendre lors d’un réveil de bon matin. Avant de venir me rasseoir correctement, j’en profite pour voler un baiser au jeune homme. Ma main trouvant ensuite à nouveau le chemin de la sienne, comme si de rien n’était.

la lettre:

Je bois une énième gorgée de mon thé, profitant de la présence de Milo. Je sais que bientôt ses collègues arriveront au compte goutte, prêts à embarquer eux aussi. « Tu n'oublieras pas de me prévenir quand tu seras arrivé... Sinon, tu me connais. Je vais me faire un sang d'encre. » dis-je mi sérieuse, mi amusée. Mais davantage sérieuse malgré tout. Je serais déjà plus sereine de savoir que Milo est arrivé à bonne destination et qu'il est bien installé.



Carpe Diem
And i'm feeling love
Revenir en haut Aller en bas
Milo Davis
  Milo Davis  
- Autumn leaves -

▎ Messages postés : 655
▎ Pseudo : DonJuanAuxEnfers
▎ Faceclaim : Henry Cavill
▎ Crédits : DK
▎ Multi-comptes : Je galère déjà avec un seul compte
▎ Points récoltés : 1545
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_opfyk99ZmU1rq9ihbo3_r2_400
▎ Your age : 35 ans
▎ Your preference : Hétérosexuel
▎ Job/Studies : Pilote de ligne, amoureux du ciel
▎ The one you love : Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_pbg928QHBS1spguxzo1_400

https://likeariver.forumactif.com/t2578-me-myself-and-i https://likeariver.forumactif.com/t2745-milo-davis-the-best-way-to-predict-the-future-is-to-create-it#26057
En ligne
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Empty
Message#
Sujet: Re: Morning without you is a dwindled dawn   Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 EmptyMer 17 Avr 2024 - 2:14

Morning without you is a dwindled dawn
Milo Davis & @Cassia Henderson


Je pose un tendre regard sur Cassia, un sourire empreint de tristesse étirant légèrement mes lèvres. « Promis. Je t'enverrai un message dès que j'atterris » lui promets-je d'une voix rendue rauque par l'émotion contenue qui m'étreint à l'idée de notre séparation imminente. Je prends une profonde inspiration, cherchant à maîtriser les battements erratiques de mon cœur. « Et je penserai à toi à chaque instant, Cassia. Ce n'est pas parce que je serai à Londres que je serai vraiment loin de toi. »  Mes yeux se perdent un instant dans les siens, témoins muets des innombrables émotions qui nous submergent. Nos mains demeurent étroitement liées, comme une ancre nous ramenant à la réalité du moment présent. Je serre un peu plus fort ses doigts tièdes, la chaleur de son contact m'apportant un réconfort précieux. « Je déteste ces moments, tu sais ? » ajoutai-je, tentant d'adoucir l'atmosphère pesante d'un demi-sourire. « Les adieux... Mais savoir que tu m'attends rend tout ceci supportable. » Mon regard s'attarde ensuite sur l'enveloppe que Cassia vient de glisser furtivement dans mon bagage avant mon départ. Une bouffée de curiosité m'étreint alors qu’elle me vole un nouveau baiser. « Je me demande bien ce que tu as écrit... » ne puis-je m'empêcher de dire, bien que respectant son souhait de n'ouvrir ce pli que lorsque je serai arrivé à destination. « Peu importe les mots, je sais déjà que ce sera le meilleur souvenir de ce voyage », affirmai-je avec un sourire plein de tendresse. Ce baiser dérobé à la dérobée, quelques instants plus tôt, me semble désormais si lointain tandis que Cassia reprend place devant moi, le vide se faisant déjà cruellement sentir. Le temps file à une allure vertigineuse, distordant ma perception des choses. Intérieurement, je ne souhaite qu'une chose : un petit contretemps, un imprévu providentiel qui me permettrait de repousser l'échéance de quelques minutes supplémentaires...

Notre conversation se retrouve brusquement interrompue lorsque Clyde apparaît à nos côtés. Avec un geste soudain, il pose sa main lourde sur mon épaule, dissipant le calme de l'instant. « Ah ! Je me disais bien que je reconnaissais cette montagne de muscle ! » s'exclame-t-il avec un large sourire, tandis que sa femme échange des salutations chaleureuses avec Cassia. « Prêt pour le grand départ ? » nous interroge-t-il, scrutant nos visages avec curiosité et un brin d'amusement. « Oh, je parie que quelqu'un va être ronchon tout le voyage ! Heureusement qu’ils ont prévu la wifi dans l’avion ! » ajoute-t-il, taquinant ouvertement en évoquant une moue imaginaire. « Bon, je ne vais pas vous déranger plus longtemps. Profitez bien de ces derniers moments ensemble, les amoureux ! » conclut-il en riant, avant de repartir main dans la main avec sa compagne, leur complicité évidente dans chaque pas.

Seul à nouveau avec Cassia, je me tourne vers elle, espérant reprendre notre conversation là où nous l'avions laissée. Cependant, avant que je puisse prononcer une seule syllabe, le silence est brusquement brisé par les cris aigus et persistants d’un bébé. Les pleurs, stridents, semblent ricocher contre les murs de l’aéroport bondé, emplissant l'atmosphère d'une urgence inattendue. Je remarque alors l’expression de Cassia changer légèrement ; un mélange de compassion et de résignation traverse son visage avant qu’elle ne reporte son attention sur moi, prête à ignorer la cacophonie pour se concentrer sur notre échange. Mais les pleurs du bébé s’intensifient, devenant de plus en plus difficiles à ignorer. Alors que je m’apprête à exprimer mon irritation, Tim, un de mes collègues, apparaît avec sa femme et leur enfant en pleurs. « Voici donc la raison de tout ce vacarme… » je souffle, un soupçon de reproche teintant ma voix, tout en réalisant que je ne suis pas prêt à devenir père, surtout pas dans un moment pareil.

Tim et sa femme nous saluent chaleureusement. J’ai déjà rencontré sa femme auparavant, et malgré son sourire fatigué, elle semble reconnaissante de nous trouver là. Sans préambule, elle me tend son enfant. « Ah Milo ! Tu tombes bien ! Pourrais-tu le tenir un moment ? Juste le temps de prendre un café et de se calmer un peu. », demande-t-elle, l'espoir colorant sa voix. Pris de court, je me retrouve avec le bébé dans les bras avant même d'avoir la chance de refuser poliment « Euh… Qu’est-ce que je suis censé faire ? » je demande, ma voix trahissant mon inexpérience et ma nervosité face à la petite créature pleurante dans mes bras.  « Allez, va voir tonton Milo ! » lance Tim, en riant, à son fils avant de se tourner vers Cassia avec un sourire complice.
Maladroitement, je tente de calmer le bébé, lui parlant doucement tout en le balançant légèrement dans mes bras. « Aller viens avec tonton Milo » répétais-je sans m’en rendre compte en espérant captiver son attention. À ma grande surprise, les pleurs commencent à se transformer en petits sanglots intermittents, et finalement en un calme précaire.

Je ne sais pas m'occuper d'un bébé. C'est une certitude ancrée en moi aussi profondément que ma connaissance des avions ou ma passion pour la cuisine. Piloter à travers les nuages, charmer, concocter des plats délicieux, nager ou partager des rires, tout cela je maîtrise. Mais là, tenant un bébé... c'est un territoire inexploré, une première totale. Instinctivement, je me lève, un peu maladroit avec ce petit être blotti contre moi, et m'approche des grandes baies vitrées de l'aéroport. « Oh, regarde les beaux avions ! » lançais-je au bébé, tentant de capter son attention sur les machines volantes qui défilent sur le tarmac, sans être sûr que cela suffise à le distraire ou à le calmer. Le bébé, attiré par le mouvement et les formes contrastées, commence à calmer ses pleurs. Il lève vers moi de grands yeux curieux, probablement plus intéressé par les nouvelles couleurs et mouvements que par les avions eux-mêmes. Ses petites mains s'agitent, attrapant le col de ma chemise et tirant avec cette force surprenante que possèdent les bébés. Je me sens soudainement très responsable de ce petit être, presque fragile sous mon inexpérience.
Pour ajouter à mon anxiété, le bébé commence à babiller, ses petits doigts explorant maintenant mon visage avec une curiosité déconcertante. Je me force à sourire, à faire des grimaces amusantes qui, à ma grande surprise, provoquent chez lui des gazouillis joyeux. « Tu aimes ça, hein ? Les avions et les grimaces ? » dis-je, ma voix trahissant mon soulagement de le voir réagir positivement. Pendant ce temps, je balaye du regard l'aéroport bondé, cherchant des indices chez les autres parents. Comment font-ils pour paraître si naturels, si à l'aise ? Je tente de reproduire leurs gestes, berçant doucement le bébé, marmonnant des onomatopées apaisantes que j'ai entendues dans les films ou lors de rencontres avec des amis parents. Finalement, le bébé semble s'habituer à mes bras maladroits, se nicher confortablement contre mon torse comme s'il avait trouvé un petit cocon temporaire. Je me sens un lien étrange se former, un mélange de fierté et de panique douce, réalisant que j'ai peut-être sous-estimé mes propres capacités à prendre soin d'un autre être humain, même pour quelques minutes.

De loin, Clyde assiste à la scène, un sourire amusé étirant ses lèvres. Il fait un petit signe de la main en direction de Cassia, un clin d'œil complice marquant son visage avant qu'il ne se détourne pour rejoindre sa femme à la cafétéria. Pendant ce temps, Helena, l'épouse de Tim s'approche de Cassia pendant que son mari commande deux cafés. Elle se rapproche discrètement, jetant un coup d'œil autour pour s'assurer que personne d'autre n'écoutait, puis elle baisse la voix dans une confidence presque conspiratrice. « Alors… C’est pour quand avec Milo ? Je vous ai vu tous les deux lors de la soirée d’anniversaire de la compagnie… Vous étiez si complices, ça a fait jaser plus d’un ! Ou devrais-je dire, plus d’une ! » Elle sourit malicieusement en désignant Lou du regard. Helena poursuit, sa curiosité clairement piquée, « Vous savez, Tim et moi, on parle parfois de vous deux. On se dit que vous formez un beau couple. » Elle marque une pause, observant attentivement la réaction de Cassia. « Et ne t’en fais pas, je ne suis pas la seule à le penser… La moitié de la compagnie spécule sur « quand est-ce que Milo va enfin faire sa demande ? » après cette soirée. » Sa voix se fait encore plus basse, comme si elle partageait le plus grand des secrets. « Écoute, entre nous, je sais que Milo peut parfois sembler… distant, surtout avec l’idée du mariage et des enfants. Tim m’a dit qu’il avait entendu dire que Milo n'était pas prêt pour tout ça, et... » Elle jette un rapide coup d'œil dans ma direction, occupé avec le bébé, avant de se tourner à nouveau vers Cassia, « Mais je pense qu’avec la bonne personne, il pourrait changer d'avis, tu ne crois pas ? » Helena conclut sur une note plus légère, un sourire encourageant aux lèvres, « Vous deux, vous avez quelque chose de spécial, ça se voit. Alors, qui sait ? Peut-être que bientôt, nous entendrons les cloches retentir ? » Elle rit doucement, donnant une petite tape amicale sur le bras de Cassia avant de retourner vers Tim qui les attend avec les cafés, laissant Cassia avec beaucoup à penser.

« Elle a raison ! » ajoute Clyde en s’approchant de Cassia avec un enthousiasme évident. « Je suis certain qu’il a enfin trouvé la bonne personne ! Regarde comme il semble heureux, même s'il ne sait pas du tout comment réagir avec un petit être d’à peine six kilos ! » dit-il en riant, tout en me désignant du regard. Clyde, avec son habituelle bonhomie, gesticule de manière exagérée pour souligner son point. « On dirait qu’il a fait ça toute sa vie alors que... Les rares fois où nous avons eu un accouchement en vol, il ne s’approche absolument pas du bébé. » Il se penche un peu vers Cassia, baissant la voix pour que seul elle puisse l'entendre, ajoutant une couche d'intimité à sa révélation. « Tu sais, la dernière fois qu’on a eu un bébé à bord, Milo était plus blanc que les nuages autour de nous. Il avait l'air de penser que le bébé était une sorte de grenade dégoupillée prête à exploser à tout moment ! » Clyde éclate de rire à sa propre description, clairement amusé par le souvenir. Puis, son ton devient plus sérieux, mais toujours chaleureux. « Mais regarde-le maintenant, » continue-t-il, pointant discrètement en ma direction avec un sourire complice. « Avec toi, Cassia, il est différent. Plus ouvert, plus serein. Et même avec ce bébé, tu vois ? Il essaie, vraiment. C’est peut-être un signe, tu ne penses pas ? Que les choses changent, que Milo change. Même si cela prendra du temps… » Clyde se redresse, donnant à Cassia un clin d’œil conspirateur. « Et entre nous, je n’ai jamais vu Milo regarder quelqu'un comme il te regarde. C’est... spécial. Cela dit, je ne suis peut-être qu’un pilote sentimental, mais je sais que cette histoire entre vous, c’est du sérieux. » Avec un dernier rire jovial, il tape amicalement sur l'épaule de Cassia avant de faire un signe de la tête en direction de Tim et sa femme, qui reviennent vers eux avec des cafés à la main. « Allez, profitons de ce petit moment de répit avant le grand départ, » conclut-il, invitant tout le monde à se détendre un peu.

En apercevant mes amis se regrouper, je ne tarde pas à les rejoindre, toujours le bébé dans les bras qui semble bien plus calme que tout à l’heure. Il s'amuse à tirer le col de ma chemise et bave allègrement sur ma cravate, ses petits doigts agrippés fermement au tissu comme s'il découvrait la plus fascinante des curiosités. À chaque tiraillement, il émet un petit rire éclatant, illuminant l'aéroport de sa joie enfantine. « J’ai loupé quelque chose ? » demandais-je en m'approchant d'eux avec un sourire, ajustant légèrement le bébé sur mon bras pour mieux soutenir son petit corps. « J’ai oublié de fermer ma braguette ? Vous me regardez comme si vous ne m’aviez jamais vu ! » lançais-je d’un ton plaisantin, tentant de dédramatiser ma maladresse évidente avec le bébé. Clyde éclate de rire en premier, secouant la tête avec amusement. « Non, non, tout est en ordre de ce côté-là, Milo ! Mais disons que tu nous offres un spectacle assez inhabituel. Toi et un bébé, qui l'aurait cru ? » Il fait un geste vers le petit qui continue de jouer avec ma chemise, ajoutant, « On dirait que tu as un nouveau fan ! » Tim ne tarde à pas rire en me voyant. « Eh bien, Milo, je crois que tu viens de voler la vedette à tous les pilotes de l’aéroport. » Sa femme acquiesce, un sourire doux illuminant son visage fatigué. « Il semble vraiment t’apprécier, tu as peut-être un don caché pour ça, qui sait ? » Je ne peux m'empêcher de rougir légèrement sous leur regard amusé et bienveillant. Le bébé, cependant, imperturbable à mon embarras, continue de s'accrocher à ma cravate, babillant contentement. Avec une légère réticence, je commence à apprécier ce contact inattendu, me demandant non sans une pointe d'ironie si je n'aurais pas vraiment un talent caché pour cela après tout.

« Ne vous y habituez pas trop ! L’expert, ce n’est pas moi, c’est Cassia ! » lançais-je en riant, tout en tendant prudemment l’enfant dans les bras de Cassia. Je fais un clin d’œil complice à mes amis, insinuant que je suis loin d’être prêt à échanger mes manettes de pilotage pour des biberons à temps plein. Cassia, avec une aisance naturelle, accueille le petit bout de chou dans ses bras, le calant contre elle comme si elle avait fait ça toute sa vie. Helena observe la scène, et ne peut s'empêcher de sourire largement. « Mais c’est qu’il est aussi fan de Cassia ! » s’exclame-t-elle, ses yeux brillant de joie en voyant son enfant si paisible dans les bras de Cassia. « Regardez-le, il est complètement fasciné par elle ! » En effet, le bébé, qui avait été assez joueur et remuant avec moi, semble soudain trouver un confort extraordinaire dans l’étreinte de Cassia. Ses petits yeux curieux fixent Cassia avec une attention qui fait rire tout le monde autour. Clyde, toujours prêt à ajouter son grain de sel, ajoute avec un rire jovial « On pourrait presque lancer une compétition pour voir qui de Milo ou Cassia fait le meilleur baby-sitter improvisé ! » Sans attendre Tim donne rapidement son avis sur les pronostics « Je parie sur Cassia, désolé Milo, mais elle te surpasses clairement. » Dit-il en posant affectueusement sa main sur mon épaule, sa taquinerie légère soulignant la bonne humeur générale. Au même moment l’un des photographes de la compagnie nous prends en photo. Surpris, nous échangeons un regard d’incompréhension avant de prolonger notre discussion.


SHE IS MY WORLD
Et au premier battement de ses paupières, je l'ai reconnue. C'était bien elle, l'inattendue et l'attendue
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Cassia Henderson
  Cassia Henderson  
- Shade of winter -

▎ Messages postés : 914
▎ Pseudo : s-a
▎ Faceclaim : Gal Gadot
▎ Crédits : philia
▎ Multi-comptes : non
▎ Points récoltés : 1497
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_inline_opupfyoeON1ul4f46_400
▎ Your age : trente-trois ans
▎ Your preference : hétérosexuelle
▎ Job/Studies : Cassia est infirmière au Charlton Memorial Hospital.
▎ The one you love : Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_p02mtjuqCb1vbe6zoo6_r1_250

https://likeariver.forumactif.com/f38-liens-des-membres https://likeariver.forumactif.com/f82-les-telephones https://likeariver.forumactif.com/t651-instagram-explications-modele
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Empty
Message#
Sujet: Re: Morning without you is a dwindled dawn   Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 EmptyMer 17 Avr 2024 - 11:06

Morning without you is a dwindled dawn
@Milo Davis & Cassia Henderson



Les minutes passent et chacune d’entre elles nous rapproche du départ de Milo. Je rappelle au jeune homme de me prévenir dès son arrivé à Londres. Ce qu’il me promet. Le pilote de ligne ajouta qu’il pensera à moi à chaque instant et que ce n’est pas parce qu’il sera à des milliers de kilomètres qu’il sera réellement loin de moi. « Je sais… Tu ne quitteras pas mes pensées non plus. » dis-je la voix remplie de vives d’émotions. Milo réitère le fait qu’il détestait les adieux mais le fait de savoir que je l’attendais rendait le moment supportable. « Ne t’inquiètes pas, je t’attendrais. C’est promis. D’ailleurs, je compte bien être là, à l’aéroport, le jour de ton retour... » lui avouai-je un léger sourire aux lèvres. Puis son attention semble être prise par l’enveloppe que je venais de glisser dans son bagage à main. Je souris en voyant que j’avais piqué sa curiosité à vif. « Ce n’est pas grand-chose. Je voulais simplement que tu aies un petit souvenir de moi une fois arrivé à Londres, et pendant ta formation... » lui avouai-je sans en dire trop bien évidemment.


Quelques minutes plus tard, nous sommes interrompus dans notre discussion par l’arrivée de Clyde et de sa femme. J’échange avec cette dernière de chaleureuses salutations, ce n’était pas la première fois que nous nous voyons et je l’appréciais beaucoup. L’entrevue ne dure pas longtemps, Clyde et sa femme décident de nous laisser encore un peu seuls. Mais un court instant plus tard, ce sont les pleurs d’un bébé qui nous coupent dans notre discussion. Un collègue de Milo s’approche avec une femme, sans nul doute sa femme et un bébé de quelques mois. Milo ne semble que moyennement apprécié d’avoir été interrompu par un nourrisson. Après des salutations chaleureuse la jeune femme tend le bébé à Milo lui demandant de s’en occuper un très court instant, juste le temps d’aller chercher un café. Milo se retrouve alors avec le bébé dans les bras. C’est un tableau assez surprenant, je crois que je ne l’avais jamais vu auparavant tenir un bébé. Et puis forcément cette image fait écho à ce qu’il m’avait avoué pas plus tard que ce week-end. Bien que surpris et pas très à l’aise, Milo, comme toujours, semble s’adapter assez vite à la situation. Il se met à parler doucement au bébé en le berçant avec délicatesse ce qui apparemment semblait calmer le bébé. Milo finit par se lever, ses gestes pas très certains et fait quelques pas en s’éloignant avec le bébé qui semblait calme à présent. Je suis stupéfaite de la scène à laquelle j’assiste. Au loin Clyde me fait un léger signe, il semblait amusé par la situation. Puis c’est à la femme de Tim de me parler. « Pour quand… ? » demandai-je un peu perplexe. Je ne savais pas trop à quoi elle faisait référence ou du moins peut être que je ne souhaitais pas le savoir. La jeune femme nous complimente Milo et moi sur notre complicité, sur le couple que nous formons « C’est très gentil…. » dis-je presque un peu gênée. Puis elle continue en évoquant une demande, en m’avouant que  Milo peut sembler distant avec l’idée du mariage et des enfants mais qu’avec la bonne personne il pourrait changer d’avis. Mon regard posé sur Milo au loin, je finis par répondre à la jeune femme « Oui peut-être… Tu sais, entre nous c’est encore assez récent alors on prend notre temps. Rien ne presse... » dis-je pour répondre vaguement. Je n’allais pas lui dire qu’il y a moins de deux jours Milo m’avait avoué ne pas vouloir de famille. Comme quoi les coïncidences. Puis c’est au tour de Clyde de rebondir sur les paroels de la femme de Tim. Sa remarque quant ua fait que Milo avait du mal à réagir avec un bébé fait rire tout le monde, moi y compris. Clyde se lance même dans quelques anecdotes d’accouchement en plein vol et aux réactions de Milo. Puis Clyde m’avoue qu’avec Moi Milo était différent, plus ouvert. Même sa manière d’être avec le bébé de Tim montrait qu’il essayait de changer. « Oui peut-être. Je suis consciente qu’il a beaucoup changé depuis le début de notre relation. Mais… » Mais peut être que certaines choses ne changeront jamais. Mais ce n’était pa sle lieu ni le moment pour en parler. « Mais tu as raison, il faut lui laisser le temps... »  Puis Clyde invite les collègues présents à s’asseoir pour profiter avant leur départ.

C’est à ce moment là que Milo revient, le bébé dans les bras. Comme toujours il  trouve le moyen de lancer une plaisanterie qui fait rire tout le monde. Clyde en profite pour le charrier un peu sur le fait que c’était plus qu’inhabituel de le voir avec un bébé dans les bras. Tim et sa femme complimente Milo sur sa manière de s’y prendre avec leur fils. J’observe Milo sans un mot et je peux constater qu’il est malgré tout quelque peu gêné. Finalement il annonce qu’il ne fallait pas s’y habituer qte que l’expert ce n’était pas lui mais moi. Je suis surprise par une telle révélation. « Moi !? Mais ...» demandai-je perplexe en regardant Milo sans même terminer ma phrase. Pourquoi donc serais-je une experte en bébé ? Et sur ses mots Milo vient déposer délicatement l’enfant dans mes bras. Je pose un regard surpris et interrogateur à Milo. A quoi jouait-il exactement ? Sans trop avoir le choix, j’accueille le bébé avec délicatesse. Ce n’était pas la première fois que je tenais un bébé dans les bras mais malgré tout je ne me considérais pas comme une experte. Loin de là. Helena souligne le fait que le bébé semble m’apprécier également. Il est vrai que le petit ne bougeait plus, il se contentait simplement de me fixer avec ses grands yeux bleus et de me lancer quelques sourires. Les commentaires vont bon train mais toujours dans le bonne humeur. Mes pensées se mélangent à une vitesse folle. Je m'amuse à me dire que ce rôle pourrait en effet vraiment me plaire dans un futur potentiel. Tout comme je me surprends à me dire que l'amour que l'on pouvait ressentir pour un petit être devait être incroyable. Je ne peux m'empêcher de faire un malheureux parallèle avec mon père, mais le regard et le sourire du petit garçon efface toutes ces pensées négatives.« Il est vraiment adorable... » dis-je à l’intention d’Helena qui était assise à côté de moi avec son café. « H’m… oui sauf la nuit... » dit-elle amusée malgré tout. Attentive au bébé je ne remarque à peine le photographe de la compagnie. Sur le moment je me demandais la raison de cette photographie mais mon attention était portée sur le bébé qui à présent s’amusait avec l’une de mes mèches de cheveux. Cela semblait fortement l’amuser d’ailleurs. Les discussions continuent, puis mon regard croise celui de Milo. Me voir ainsi tenant un bébé dans les bras devait lui procurer une étrange sensation. Surtout avec ce que nous avions vécu ce week-end. Mon regard se détourne légèrement puis lorsque le petit se remet à gigoter je me tourne vers Helena « Je crois bien qu’il commence à être en manque de sa maman... » dis-je en lui redonnant le bébé dans les bras de la manière la plus douce possible.



Carpe Diem
And i'm feeling love
Revenir en haut Aller en bas
Milo Davis
  Milo Davis  
- Autumn leaves -

▎ Messages postés : 655
▎ Pseudo : DonJuanAuxEnfers
▎ Faceclaim : Henry Cavill
▎ Crédits : DK
▎ Multi-comptes : Je galère déjà avec un seul compte
▎ Points récoltés : 1545
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_opfyk99ZmU1rq9ihbo3_r2_400
▎ Your age : 35 ans
▎ Your preference : Hétérosexuel
▎ Job/Studies : Pilote de ligne, amoureux du ciel
▎ The one you love : Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_pbg928QHBS1spguxzo1_400

https://likeariver.forumactif.com/t2578-me-myself-and-i https://likeariver.forumactif.com/t2745-milo-davis-the-best-way-to-predict-the-future-is-to-create-it#26057
En ligne
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Empty
Message#
Sujet: Re: Morning without you is a dwindled dawn   Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 EmptyMer 17 Avr 2024 - 11:49

Morning without you is a dwindled dawn
Milo Davis & @Cassia Henderson


Je n’ai pas souvent eu l’occasion de voir Cassia porter un bébé. C’est une image qui a, il faut l’avouer, quelque chose d’incroyablement attendrissant. Étrangement, notre conversation de ce week-end me revient en mémoire. Je n’ai pas le droit de la priver de ce qui pourrait potentiellement la rendre heureuse. Cela me frappe soudain, alors que je la regarde bercer l’enfant avec tant de douceur et d’aisance. J’ai à peine le temps de formuler d’autres pensées qu’une voix retentit vigoureusement derrière nous. « Premier appel pour les passagers à destination de Londres ! » L’annonce brise le moment de tranquillité, rappelant la réalité imminente de notre séparation. Nous échangeons un regard lourd de non-dits et chacun s’éloigne un peu, cherchant à préserver ce dernier instant d’intimité dans le tumulte de l’aéroport. « Moi aussi… » soufflais-je doucement, levant mon poignet pour lui montrer la montre qu’elle m’a offert. La gravure « Je t’aime. C » sur le dos du cadran brille sous les lumières de l’aéroport. Je fixe Cassia, souhaitant plus que tout pouvoir arrêter le temps, retarder mon départ, annuler le vol - n’importe quoi pour prolonger ces derniers moments. « Tu me manques déjà… » lui dis-je, ma voix chargée d'émotion tandis que je caresse tendrement son visage, mes doigts glissant sur sa joue avec une douceur presque mélancolique. « Je reviens vite... Tu me tiens informé des résultats de ta prise de sang ? » lui demandais-je, replaçant une mèche de ses cheveux derrière son oreille, une geste intime et protecteur. « Je t’envoie un message dès que j’atterris et dès que j’ai mon planning… Tu prends bien soin de toi ? » Son regard se perd un instant dans le mien, une étincelle de tendresse mêlée d’inquiétude illuminant ses yeux. « De toute manière si tu ne prends pas soin de toi, je le saurai ! Je vois tout ! » dis-je avec un sourire, tentant d’ajouter une touche légère à notre adieu. Je fais référence aux nombreuses paires d’yeux googly que j’ai collées sur les aliments de son réfrigérateur, un petit stratagème amusant pour lui rappeler ma présence même en mon absence.

De nouveau, la voix impersonnelle et métallique résonne derrière nous, une annonce austère nous rappelant qu’il était temps de partir. Au même moment, Lou arrive à grandes enjambées vers nous. Sans la moindre hésitation, elle se jette dans les bras de Cassia pour lui donner un baiser chaleureux, agissant comme si ses derniers agissements n'avait jamais eu lieu. Elle se tourne ensuite vers moi avec un sourire malicieux et, avant de repartir aussi rapidement qu'elle était arrivée, elle lance l'une de ces phrases dont elle a le secret. « Laisse le respirer, Cassia. Promis, je vais bien veiller sur Milo ! » Son ton est léger, mais ses mots résonnent avec une sorte de sérieux feint qui lui est caractéristique. Nous échangeons un court soupir, un mélange de résignation et d'amusement face à l'intrusion et aux manières de Lou. Je lève les yeux au ciel, cherchant un peu de patience, avant de me tourner à nouveau vers Cassia. Je prends ses mains dans les miennes, les serrant légèrement pour attirer son attention complète. « Mon cœur t’appartient… » lui répétais-je doucement. Ces mots, prononcés avec toute la sincérité et l'intensité dont je suis capable, sont destinés à atténuer l'effet des paroles de Lou, à réaffirmer mon engagement envers elle malgré les circonstances comiques sous-jacentes.

Malheureusement, le temps vient pour moi de partir. Le poids de cet adieu imminent semble alourdir chacun de nos gestes, teintant ce moment d'une douceur mélancolique. Nos regards se croisent, emplis d'une affection profonde et d'un regret silencieux pour le temps qui nous est compté.
J’enlace Cassia étroitement contre moi, respirant son parfum, mémorisant chaque détail pour nourrir mes souvenirs durant les jours à venir. Nos lèvres se rencontrent alors dans un dernier baiser, long et empreint de toutes les émotions que nos cœurs tentent de contenir. Et avec un soupir qui semble porter le poids de notre séparation, je me détache doucement de son étreinte. Chaque pas en direction de l'avion est mesuré, l'écho de mon cœur battant synchronisé avec mes pas résonnant dans ma tête. Je jette des regards en arrière, cherchant le visage de Cassia dans la foule, gravant cette image d'elle, forte et belle, dans mon esprit. L'air autour de moi est chargé d'un mélange de bruits d'aéroport : annonces, conversations brouillées, le roulement des valises sur le sol. Mais au-dessus de tout cela, c'est le silence entre Cassia et moi qui résonne le plus fort, un silence rempli de mots non dits et de sentiments étouffés par la réalité de cet au revoir. Je m’aventure en direction de l'avion, chaque pas augmentant la distance physique entre nous mais renforçant le lien invisible qui nous unit. Avec un dernier regard échangé, un geste de la main qui dit à la fois tout et rien, je franchis le seuil de la première porte d’embarquement qui mène à long couloir froid, emportant avec moi la chaleur de son dernier baiser, un souvenir précieux pour affronter les jours à venir.

Le bruit de mes pas résonne dans le tunnel qui me mène à l'avion, chaque écho comme un rappel de ce que je laisse derrière moi. Mes mains sont serrées en poings dans les poches de mon manteau, la montre que Cassia m'a offerte pèse lourdement contre mon poignet, un rappel constant de son amour. Je jette un dernier regard vers l'avion qui m'attend, les lumières clignotantes sur les ailes semblant presque irréelles. Mais alors que je m'avance, quelque chose me retient. Une force invisible qui tire dans mon cœur, une voix dans ma tête qui murmure que j’ai oublié quelque chose. Sans réfléchir, je m'arrête net. Je respire profondément, ferme les yeux, et avec une décision qui semble déjà prise par mon cœur, je fais demi-tour. Je sors du tunnel, les lumières de l'aéroport éblouissantes après la pénombre et retrouve Cassia. Je m'approche, mon cœur battant à tout rompre. « J'ai oublié quelque chose, » je murmure en arrivant à sa hauteur. Sans attendre sa réponse, je place mes mains sur ses joues et l'attire doucement vers moi. Nos lèvres se rencontrent dans un baiser passionné, profond, exprimant tout ce que les mots ne peuvent dire.


SHE IS MY WORLD
Et au premier battement de ses paupières, je l'ai reconnue. C'était bien elle, l'inattendue et l'attendue
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Cassia Henderson
  Cassia Henderson  
- Shade of winter -

▎ Messages postés : 914
▎ Pseudo : s-a
▎ Faceclaim : Gal Gadot
▎ Crédits : philia
▎ Multi-comptes : non
▎ Points récoltés : 1497
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_inline_opupfyoeON1ul4f46_400
▎ Your age : trente-trois ans
▎ Your preference : hétérosexuelle
▎ Job/Studies : Cassia est infirmière au Charlton Memorial Hospital.
▎ The one you love : Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_p02mtjuqCb1vbe6zoo6_r1_250

https://likeariver.forumactif.com/f38-liens-des-membres https://likeariver.forumactif.com/f82-les-telephones https://likeariver.forumactif.com/t651-instagram-explications-modele
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Empty
Message#
Sujet: Re: Morning without you is a dwindled dawn   Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 EmptyMer 17 Avr 2024 - 12:41

Morning without you is a dwindled dawn
@Milo Davis & Cassia Henderson



Les passagers à destination de Londres sont appelé à rejoindre la porte d’embarquement. Je ressens alors immédiatement un léger pincement au cœur. Automatiquement, mon regard se pose sur Milo. Ce dernier lève délicatement son poignet, montrant ainsi la montre que je lui avais offerte, tout en soufflant un léger « moi aussi ». Un large sourire se dessine sur mon visage. Nous nous approchons l’un de l’autre pour débuter le douloureux moment des aux revois. « Tu me manques déjà aussi... » dis-je d’une petite voix alors que je me délecte de sentir ses mains caresser tendrement mon visage. Milo tente de me conforter en me disant qu’il revenait vite mais je savais que ces trois semaines allaient me peser malgré tous les mots du monde. Puis le jeune homme évoque ma future prise de sang de demain, « Oui bien sûr. Je t’informerai dès que j’aurai les résultats. » Même si ces derniers étaient à présents quasiment certains. « Promis, je prends soin de moi. Et tâche de faire la même chose pour toi... ». Milo plaisante ensuite sur le fait que si je ne prenais pas soin de moi il le saurait. Je souris amusée, ne me doutant pas encore quelle était la vraie raison de cette remarque subtile.

Nous sommes interrompus par l’arrivée de Lou, qui étrangement vient me prendre dans ses bras pour me donner un baiser chaleureux comme si nous étions les meilleures amies du monde. Je scrute le moindre faits et gestes et regards qu’elle peut avoir en sa direction. Mais rien, un simple sourire. Ce qu’elle ajoute ensuite m’irrite. « Veille plutôt sur toi, et personne d’autre. Ça m’ira parfaitement... » dis-je d’une voix un peu amer. Car je savais ce que pouvais signifier veiller sur Milo pour elle. Lou s’éloigne rapidement, mon regard se pose à nouveau sur Milo. Nos mains entrelacée, le jeune homme me répète que son cœur m’appartenait. Un léger sourire rassuré prend place sur mes lèvres. « Et le mien t’appartient également. » Les mots sont difficiles à trouver. Il est aussi difficile de prendre la parole sans sentir ma voix se nouer sur le coup de l’émotion. Je ne veux pas pleurer. Pas ici, pas devant Milo. Je sais que mes larmes lui seront difficile à voir, à accepter. Je devais être forte, pour lui, pour nous. Il est temps à présent pour Milo de partir. Nous nous enlaçons tendrement, je ferme les yeux un court instant comme si cela allait m’aider à mémoriser son parfum, la sensation de sa peau contre la mienne. Puis nous échangeons un long et passionné baiser avant que le pilote de ligne ne tourne les talons. C’était difficile de le voir partir ainsi. Il se retourne, m’adresse un dernier signe de la main. Signe au quel je réponds bien évidemment. Je ne le quitte pas du regard jusqu’à voir sa silhouette disparaître complètement.

Mais un très court instant plus tard, je vois Milo réapparaître. Ce dernier se dirige sur moi. Une fois à ma hauteur il m’annonce avoir oublié quelque chose. Et sur ses mots, il place ses mains sur mes joues et m’attire doucement contre lui alors que nos lèvres se scellent une dernière fois pour partager un baiser passionné, exprimant tout l’amour que nous éprouvons l’un pour l’autre. Une fois ce baiser terminé, mes mains toujours autour du coup du jeune homme je ne peux résister à lui dire quelque chose « Je t’aime » soufflai-je dans un léger murmure avant de venir capturer une dernière fois ses lèvres. A présent Milo devait partir. Vraiment. Je le laisse donc aller, le cœur serré, les yeux humides. Son départ laisse un vide immense, surtout dans mon cœur.



Carpe Diem
And i'm feeling love
Revenir en haut Aller en bas
Milo Davis
  Milo Davis  
- Autumn leaves -

▎ Messages postés : 655
▎ Pseudo : DonJuanAuxEnfers
▎ Faceclaim : Henry Cavill
▎ Crédits : DK
▎ Multi-comptes : Je galère déjà avec un seul compte
▎ Points récoltés : 1545
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_opfyk99ZmU1rq9ihbo3_r2_400
▎ Your age : 35 ans
▎ Your preference : Hétérosexuel
▎ Job/Studies : Pilote de ligne, amoureux du ciel
▎ The one you love : Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_pbg928QHBS1spguxzo1_400

https://likeariver.forumactif.com/t2578-me-myself-and-i https://likeariver.forumactif.com/t2745-milo-davis-the-best-way-to-predict-the-future-is-to-create-it#26057
En ligne
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Empty
Message#
Sujet: Re: Morning without you is a dwindled dawn   Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 EmptyMer 17 Avr 2024 - 13:26

Morning without you is a dwindled dawn
Milo Davis & @Cassia Henderson


Le cœur lourd, je franchis la passerelle menant à l'avion. Chaque pas résonne sur le métal froid comme un écho de mon propre tumulte intérieur. L'atmosphère dans la cabine est un mélange de conversations étouffées et du bourdonnement constant de l'avion qui se prépare pour le décollage. Je trouve mon siège près du hublot, m'installant avec un soupir silencieux, le visage tourné vers la vitre pour cacher les émotions que je lutte pour contenir. À peine assis, je sors mon téléphone, la photographie de Cassia ornant l'écran verrouillé me rappelant immédiatement pourquoi cette séparation est si douloureuse. Je commence à taper un message, mes doigts hésitants au début puis devenant plus assurés à mesure que les mots commencent à couler.

Message - Tu me manques terriblement. Je regarde par le hublot, et tout ce que je vois me ramène à toi.

Je suspends un instant, scrutant les nuages qui défilent à une vitesse vertigineuse, puis je continue

Message - Je ne sais pas encore comment je vais gérer ces jours loin de toi. Garde ton téléphone près de toi, je compte t’inonder de messages et de belles photographies !

Après un vol qui semble interminable, marqué par l'envoi de plusieurs photographies du ciel depuis mon hublot et des messages partageant mes pensées errantes, l'avion commence sa descente vers Londres. Le moment où nous touchons enfin le sol apporte un soulagement étrange. Rapidement, je reprends mon téléphone en main. Pendant que les autres passagers se préparent à débarquer, j’envoie un dernier message à Cassia, rempli d'anticipation :

Message -  Je suis arrivé. Tout s'est bien passé, je t’envoie un message quand je me serais installé à l’hôtel.

Je laisse mon téléphone à la main, attendant avec impatience sa réponse, chaque notification me faisant espérer qu’il s’agisse d’elle. Les messages que je lui ai envoyés pendant le vol sont un faible substitut à sa présence, mais pour l'instant, c’est tout ce que je peux lui offrir.


SHE IS MY WORLD
Et au premier battement de ses paupières, je l'ai reconnue. C'était bien elle, l'inattendue et l'attendue
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Cassia Henderson
  Cassia Henderson  
- Shade of winter -

▎ Messages postés : 914
▎ Pseudo : s-a
▎ Faceclaim : Gal Gadot
▎ Crédits : philia
▎ Multi-comptes : non
▎ Points récoltés : 1497
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_inline_opupfyoeON1ul4f46_400
▎ Your age : trente-trois ans
▎ Your preference : hétérosexuelle
▎ Job/Studies : Cassia est infirmière au Charlton Memorial Hospital.
▎ The one you love : Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Tumblr_p02mtjuqCb1vbe6zoo6_r1_250

https://likeariver.forumactif.com/f38-liens-des-membres https://likeariver.forumactif.com/f82-les-telephones https://likeariver.forumactif.com/t651-instagram-explications-modele
Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Empty
Message#
Sujet: Re: Morning without you is a dwindled dawn   Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 EmptyMer 17 Avr 2024 - 13:44

Morning without you is a dwindled dawn
@Milo Davis & Cassia Henderson




Milo avait tourné les talons, à nouveau, pour de bon cette fois-ci. Il n’avait plus le choix, le départ était imminent. Je reste là, derrière la porte d’embarquement close. J’échange quelques mots avec la femme de Clyde et de Tim avant que chacune d’elle ne parte. La vie quotidienne elle, devait continuer. Seule, je sens quelques larmes couler le long de mes joues je les essuie instinctivement. Avant de doucement prendre le chemin de la sortie, je reste là devant les grandes baies vitrées. Mon téléphone sonne. Un message. Milo. Je m’empresse de lire le contenu et un sourire déjà nostalgique se dessine sur mes lèvres.

Message : - Tu me manques aussi. Je n’ai pas encore quitté l’aéroport. Je n’y arrive pas en te sachant encore présent, même dans l’avion…

Puis l’avion à destination de Londres décolle. Je laisse échapper un long soupire avant de prendre la direction de la sortie. Je ne tarde pas à retrouver ma voiture et à reprendre le chemin de mon appartement. Une fois rentrée, je trouve ce dernier bien vide. Et pourtant l’odeur de Milo y était encore présente. Pour m’occuper un peu, je me lance dans un brin de ménage et de rangement. Mais je m’arrête net à chaque message de Milo.

Message – Mon téléphone ne me quittera pas. J’attends tes messages et tes photographies avec impatience.


La soirée était à présent entamée à Fall River. Et je venais tout juste de recevoir un message de Milo m’indiquant qu’il était bien arrivé, que le vol s’était bien passé. Et qu’il m’enverrai un nouveau message quand il sera installé à l’hôtel.

Message – Super. J’attends la suite des nouvelles alors. Fais attention à toi...

Je m'étais installée dans mon lit qui me semblait bien vide pour bouquiner un peu en attendant les dernières nouvelles de Milo. Je savais que je ne trouverais pas le sommeil sans ces dernières.



Carpe Diem
And i'm feeling love
Revenir en haut Aller en bas
  Contenu sponsorisé  

Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Empty
Message#
Sujet: Re: Morning without you is a dwindled dawn   Morning without you is a dwindled dawn - Page 2 Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
Morning without you is a dwindled dawn
Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» ⊹ good morning new york
» Ayem •• Woke up with a fear this morning

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
๑ like a river :: fall river city :: Around the world-
Sauter vers: