Le Deal du moment :
Console Nintendo Switch Lite édition Hyrule : ...
Voir le deal

Partagez
 Uriah ⊹ that's how superheroes learn to fly
Uriah Newell
  Uriah Newell  
- Spring affair -

▎ Messages postés : 693
▎ Pseudo : blueberry hills
▎ Faceclaim : Dan Jeannotte
▎ Crédits : blueberry hills
▎ Multi-comptes : Lidye, Soleine, Eamon, Charles & Rose
▎ Points récoltés : 63
Uriah ⊹ that's how superheroes learn to fly Tumblr_pcs8ti5XGx1qisc9uo1_400
▎ Your age : 39 ans (sept.1984)
▎ Your preference : He's only attracted with women and he's in love with every one of them... the truth is he's incapable of loving one, of having true feelings. Well... he thinks so.
▎ Job/Studies : chronicles writer in U Magazine
▎ En savoir plus : ♍️ VIERGE - né le 22 septembre 1984 à Fall River
› Uriah, c'est le genre de personne qui fonctionne à l'adrénaline. Il aime le frisson, il aime avoir le vertige et le cœur qui tombe dans les méandres de l'inconnu. C'est comme ça qu'il s'amuse et c'est comme ça qu'il profite de sa vie. › À presque trente-neuf ans, on peut dire qu'il est un handicapé des sentiments. La raison est simple, il n'a jamais ressenti d'amour pour une fille : les femmes lui plaisent, il flirte, passe un bon moment, mais ça ne va jamais plus loin. C'est comme s'il était incapable de s'attacher à ce point. › Avant de finir en rédaction d'une petite chronique dans un magazine, Uriah a d'abord été un illustrateur. D'abord pour le plaisir, puis il s'est fait remarqué et l'a été en "freelance" tantôt pour un petit journal du coin, tantôt pour quelques maisons d'édition et librairies. Il a également fait quelques affiches pour des événements, mais plus durant son temps libre qu'autre chose. › Si à l'école il n'était pas tout à fait l'élève modèle - voire pas du tout - il a toujours été passionné d'histoire et d'art, seules matières qui n'ont jamais vraiment réussi à éteindre son attention... avec quelques cours de littérature, mais si peu... › À partir de sa majorité, il a commencé à voyager. Il revenait de temps en temps à Fall River, pour dire que ses parents lui lâchent la grappe et repartait aussitôt. Tous ses voyages ont toujours eu pour but d'assouvir sa passion et son besoin d'en apprendre plus sur les sujets qui l'intéressaient. Ainsi, il a beaucoup visité l'Europe et particulièrement la France, l'Italie, la Grèce et la Turquie, mais aussi des pays comme l'Egypte, qui regorgent d'Histoire et d'Art antiques. › Depuis tout petit, s'il y a bien quelque chose dont il est fier, c'est sa famille. C'est peut-être la partie la plus originale de tout ce qui le définit. Depuis sa naissance ou presque, ses parents sont agrégés famille d'accueil. Il en a vu passer des enfants que ses parents ont pu aider à s'en sortir, à qui ils ont pu offrir un bras pour se relever. L'originalité, de tout ça, c'est que certains ont fini par être adoptés. Les Newell comptent un nombre ahurissant d'enfants, dont la plus grosse partie a été adoptée. Et chaque enfant, que ce soit la loi ou la nature qui les a fait appartenir à la famille Newell, a sa place. Une vraie petite tribu qui se serre les coudes. › Uriah passe son temps dans les expositions, les librairies et tout ce qui est susceptible de relayer l'information artistique dans l'une de ses chroniques. › Il fait comme s'il s'en fichait, mais il tient beaucoup à son apparence. Il passe d'ailleurs beaucoup de temps à coiffer ses cheveux, à les cirer... bref, vous voyez l'idée... › Il déteste plus que tout les réseaux sociaux. Il a conscience que c'est important quand on veut être (re)connu, quand on travaille dans un magazine tout ça tout ça... mais il préfère tellement un vieux journal qui sent le bon papier et l'encre de plomb... Enfin, ça ne l'empêche pas d'avoir un compte sur quelques RS pour savoir ce qu'il se passe dans le monde et être à la page. › Il est polyglotte. Il parle anglais, français, italien, espagnol, portugais et arabe. Il se mélange légèrement l'italien et le portugais, mais se débrouille très bien en français, ce qui l'a beaucoup aidé lors de ses quelques voyages. › Son rêve ultime serait d'écrire un livre illustré par lui-même, peu importe le sujet ou encore le type d'ouvrage.

▎ The one you love : Uriah ⊹ that's how superheroes learn to fly Tumblr_ppllv2H7801xd0lkqo6_400

▎ Annuaire rp :
touch me and the world
WILL STOP SPINNING ROUND

Uriah ⊹ that's how superheroes learn to fly 9b3b862fe75095ef616700b01ca36ffe76197a9d

Clayre ⊹ Newell FamilyJoanaBlue

https://likeariver.forumactif.com/t57-uriah-that-s-how-superhero https://likeariver.forumactif.com/t746-508-012-4136-uriah-newell
Uriah ⊹ that's how superheroes learn to fly Empty
Message#
Sujet: Uriah ⊹ that's how superheroes learn to fly   Uriah ⊹ that's how superheroes learn to fly EmptySam 7 Sep 2019 - 11:13
Uriah Newell
feat Dan Jeannotte @loudsilence

The river flows in you

nom :  Newell. Le nom partagé au sein d'une famille très nombreuse. C'est le nom de naissance d'Uriah, mais ce n'est pas forcément le cas de tous ceux qui le portent. En ce qui le concerne, Uriah le porte avec beaucoup de fierté, même s'il est loin de toujours faire la fierté de ceux qui le lui ont donné.
prénom : Uriah. Il aimerait bien pouvoir en changer, à ses yeux c'est un prénom de vieux pépé. Il n'y a qu'en Europe que ce prénom a fonctionné lorsqu'il avait une fille dans son viseur... Autour de lui, ça n'intéresse guère de monde. En soirée, il préfère donner des prénoms simples et courants comme Dean, Ryan, Joe... Bref, tout sauf son prénom quoi.
âge : 35 ans
date, lieu de naissance : Il est né le vingt-deux septembre mille-neuf cents quatre-vingt quatre à Fall River.
nationalité, origine(s) : Il est américain et a des origines canadiennes.
orientation sexuelle :  Il aime les courbes féminines, celles qui sont généreuses et qui savent hypnotiser le regard de quelqu'un qui sait les apprécier.
statut civil : Uriah est célibataire. Il a beaucoup de mal à être responsable et ce sur tous les plans, surtout le plan amoureux. Il fait des efforts, d'autant qu'il y a une fille en particulier qui lui plaît plus que toutes les autres mais... il est un électron libre et ça ne lui déplaît pas
études, métier : Chroniqueur. Il écrit des petits articles autour des sujets de sociétés dans un petit magazine local. Ca le paie suffisamment bien et il adore ça, puisqu'il choisit majoritairement des sujets autour de ce qu'il aime, il a une certaine liberté de création
situation financière : aisé.
composition familiale : une fratrie biologique de quatre enfants... une fratrie plus générale beaucoup plus grande, ses parents étant famille d'accueil depuis des décennies et ayant donné la chance à beaucoup d'enfants de faire partie de la famille.
à fall river depuis : toujours.
groupe choisi : spring affair.
Avant tout, Uriah, c'est une pile électrique. Il est toujours prêt à se lancer dans les défis les plus extrêmes et n'a pas peur de grand chose. Il aime les sports extrêmes, mais pas le sport tout court. Sauter en parachute ? Faire du parapente ? Escalader une montagne ? Il ne dit jamais non. Par contre, quand il s'agit d'aller faire une partie de foot avec ses copains, il rechigne aussitôt à la tâche. Il est libertin. Se mettre en couple n'a jamais été sa priorité, il n'a jamais vu l'amour comme quelque chose qui lui était possible. Il préfère passer une nuit avec une fille qu'il ne reverra pas que s'engager dans quoi que ce soit de sérieux. Ce n'est pas uniquement parce qu'il a peur de s'engager, mais c'est surtout qu'Uriah n'a jamais été amoureux, il craint donc de découvrir qu'il est mauvais. Il est plutôt irresponsable. Il a beau avoir trente-cinq ans, il agit souvent comme s'il en avait vingt voire trente de moins. Il fait des conneries semblables à celles que feraient un ado en pleine crise et il a du mal à assumer qu'à son âge, il serait temps qu'il prenne toutes ses responsabilités. En revanche, quand il s'agit de ses neveux, nièce, frères et sœurs, vous pouvez comptez sur lui pour avoir une conduite irréprochable. Dragueur. Ce seul mot pourrait servir à définir toute la personnalité d'Uriah. Il a ce petit "plus" qui fait qu'on le regarde dans la rue. Ce petit plus ? Il plaît et il le sait. Il a une confiance absolue en ses capacités de drague et ça fonctionne plutôt bien. En revanche, il n'est pas non plus le genre à en abuser, il s'en sert seulement quand il en voit l'utilité... c'est-à-dire quand il a une proie dans son viseur. Il est tout de même respectueux. Ce qui veut dire que n'est pas parce qu'il flirte facilement avec une fille qui lui plaît qu'il se sert d'elle pour mieux la jeter. Quand il flirte, il est pas le seul. Et chacun sait à quoi s'attendre. Il est un chouïa possessif. Ce qui est à toi peut-être partagé, mais ce qui est à lui reste à lui. Principe fondamental. C'est souvent avec sa famille qu'on le note le plus... et potentiellement son job : tous ceux qui s'approchent un peu trop de son travail finissent fusillés du regard et remerciés avant d'être fichus à la porte. En dépit de tous ses défauts, Uriah est aussi un homme compréhensif et patient. Il n'a jamais eu d'occasion de le prouver en amour, mais il l'est avec son entourage, on peut même dire qu'il est compatissant.

 
› Uriah, c'est le genre de personne qui fonctionne à l'adrénaline. Il aime le frisson, il aime avoir le vertige et le cœur qui tombe dans les méandres de l'inconnu. C'est comme ça qu'il s'amuse et c'est comme ça qu'il profite de sa vie. › À presque trente-cinq ans, on peut dire qu'il est un handicapé des sentiments. La raison est simple, il n'a jamais ressenti d'amour pour une fille : les femmes lui plaisent, il flirte, passe un bon moment, mais ça ne va jamais plus loin. C'est comme s'il était incapable de s'attacher à ce point. › Avant de finir en rédaction d'une petite chronique dans un magazine, Uriah a d'abord été un illustrateur. D'abord pour le plaisir, puis il s'est fait remarqué et l'a été en "freelance" tantôt pour un petit journal du coin, tantôt pour quelques maisons d'édition et librairies. Il a également fait quelques affiches pour des événements, mais plus durant son temps libre qu'autre chose. › Si à l'école il n'était pas tout à fait l'élève modèle - voire pas du tout - il a toujours été passionné d'histoire et d'art, seules matières qui n'ont jamais vraiment réussi à éteindre son attention... avec quelques cours de littérature, mais si peu... › À partir de sa majorité, il a commencé à voyager. Il revenait de temps en temps à Fall River, pour dire que ses parents lui lâchent la grappe et repartait aussitôt. Tous ses voyages ont toujours eu pour but d'assouvir sa passion et son besoin d'en apprendre plus sur les sujets qui l'intéressaient. Ainsi, il a beaucoup visité l'Europe et particulièrement la France, l'Italie, la Grèce et la Turquie, mais aussi des pays comme l'Egypte, qui regorgent d'Histoire et d'Art antiques. › Depuis tout petit, s'il y a bien quelque chose dont il est fier, c'est sa famille. C'est peut-être la partie la plus originale de tout ce qui le définit. Depuis sa naissance ou presque, ses parents sont agrégés famille d'accueil. Il en a vu passer des enfants que ses parents ont pu aider à s'en sortir, à qui ils ont pu offrir un bras pour se relever. L'originalité, de tout ça, c'est que certains ont fini par être adoptés. Les Newell comptent un nombre ahurissant d'enfants, dont la plus grosse partie a été adoptée. Et chaque enfant, que ce soit la loi ou la nature qui les a fait appartenir à la famille Newell, a sa place. Une vraie petite tribu qui se serre les coudes. › Uriah passe son temps dans les expositions, les librairies et tout ce qui est susceptible de relayer l'information artistique dans l'une de ses chroniques. › Il fait comme s'il s'en fichait, mais il tient beaucoup à son apparence. Il passe d'ailleurs beaucoup de temps à coiffer ses cheveux, à les cirer... bref, vous voyez l'idée... › Il déteste plus que tout les réseaux sociaux. Il a conscience que c'est important quand on veut être (re)connu, quand on travaille dans un magazine tout ça tout ça... mais il préfère tellement un vieux journal qui sent le bon papier et l'encre de plomb... Enfin, ça ne l'empêche pas d'avoir un compte sur quelques RS pour savoir ce qu'il se passe dans le monde et être à la page. › Il est polyglotte. Il parle anglais, français, italien, espagnol, portugais et arabe. Il se mélange légèrement l'italien et le portugais, mais se débrouille très bien en français, ce qui l'a beaucoup aidé lors de ses quelques voyages. › Son rêve ultime serait d'écrire un livre illustré par lui-même, peu importe le sujet ou encore le type d'ouvrage.

« Une famille vraiment pas comme les autres. » Quelques mots pour définir une famille originale. Mais dans ces quelques mots, prononcés par cette quelque personne, n’importe qui aurait pu déceler le reproche qui s’y cache profondément. Car trente ans auparavant, les mentalités ne sont pas les mêmes qu’aujourd’hui. L’originalité n’a pas toujours été le signe de quelque chose de positif, pas toujours bien vue. Les familles d’accueil, d’accord. Le fait de pouvoir aider un enfant, de pouvoir l’aider à s’en sortir le temps que ses parents puissent se retourner, ça a toujours existé et ça a toujours été un réel coup de pouce à la société. Mais des familles nombreuses qui adoptent quand même certains des enfants accueillis, ça a longtemps été le signe d’une cacophonie, de la décadence d’une famille. Dans les années mille-neuf-cent-quatre-vingt, ça signifie forcément qu’il y a quelque chose là-dessous, une mauvaise intention. Les mentalités sont plutôt restreintes, il faut le concevoir, et encore plus lorsqu’il s’agit d’une famille aux parents déjà très jeunes. Mariés à l’âge de vingt ans, Mary et Steve Newell ont échappé de justesses aux ragots et aux qu’en dira-t-on de la société. Un mariage sous la contrainte d’une grossesse qui doit cacher l’évidence d’un rapport hors la loi. Un crime, presque contre nature. Mais surtout un crime contre Dieu pour une famille catholique qui donnerait ses enfants en sacrifice pour se sauver de l’Enfer.
Uriah est le deuxième enfant de cette famille, la deuxième grossesse de sa mère. Si aujourd’hui il n’est pas tout à fait le deuxième plus vieux, il l’a été quelques temps dans sa vie puisque c’est à ses trois ans seulement que ses parents choisissent de se faire agréger famille d’accueil. Ils prennent cette décision justement à cause de leur deuxième né qui souhaite à tout prix avoir un frère ou une sœur, mais « un frère ou une sœur qui n’a pas la même chance que nous », comme il a si bien dit à ses parents. Contrairement à ce que l’on pourrait penser de prime abord, Uriah n’est pas né égoïste. Ça les a fait cogiter.  L’idée d’adopter, c’est peut-être compliqué à cette période de leur vie. Ils sont encore très jeunes, ils n’ont qu’à peine réussi à sauver les apparences au bout des neufs mois de cette première grossesse. Après quelques mois à galérer au milieu d’une tonne et demi de paperasse, ils se font finalement agréger famille d’accueil. Commence ainsi le périple de toute une vie.

Le petit Uriah, du haut de ses trois ans et de ses trois citrouilles de hauteur, adore voir les gamins débarquer. Il se fait des amis, des compagnons de jeu et adore les entendre leur raconter leur vie. C’est avec l’une des accueillie qu’il apprend à dessiner. Il adore ça, il l’adore elle. Et puis, un jour, elle devient sa sœur. Ils n’ont pas beaucoup d’écart et c’est lui le plus vieux. Il est un peu loin de ses dix ans, de son entrée au collège, mais grâce à elle, il sait qu’il a un talent, et il veut plus que tout en faire son métier. Adieu ses rêves de pompier, adieu ses rêves de soldat. Car tout petit, il a toujours clamé vouloir devenir un homme fort et combattant, un véritable héros aux yeux de quelqu’un. Au lieu de quoi, il réalise qu’il préfère dessiner et créer ses héros que prendre des risques. Egoïsme ou simple peur de mourir, le futur le fera pencher vers la première option. Son premier héros fermera la grande bouche de sa maîtresse un peu trop bavarde et à l’œil bien trop apte à juger. « Une famille vraiment pas comme les autres. » Cette phrase est restée gravée dans sa tête toute son enfance. Pour lui, sa famille a toujours été ce qui le rendait si exceptionnel. Tout seul, il n’est pas grand-chose. Ce n’est qu’avec ses frères et sœurs que les choses changent, qu’il devient quelqu’un. Alors, en entendant la maîtresse et en voyant l’air de sa mère se déconfire, la colère le gagne. Il a envie de la taper jusqu’à ce qu’elle comprenne à quel point elle est stupide, à quel point ce qu’elle dit et le ton sur lequel elle le dit sont ridicules. Au lieu de quoi, c’est un de ses frères d’accueil, qui s’est fait silencieux tout du long pour avoir vandalisé les toilettes de son collège, qui se poste devant lui. « Au moins, cette famille a le mérite de faire quelque chose pour les gosses comme nous. » Et ainsi naît le tout premier héros d’Uriah. Justicier de ceux à qui il manque les mots.
Le dessin est vite libérateur à l’adolescence. Au début renfermé, seul dans son coin, c’est grâce à ses gribouillis qu’il s’est fait ses amis les toutes premières semaines de collège. Ses dessins étaient impressionnants. Logiques. Proportionnels. Bref, quelque chose de rare à cet âge-là. Mais se faire des amis, ça l’a aussi sorti de sa zone de confort et il est vite devenu très sociable avec tout le monde et non pas seulement ceux qui viennent et repartent généralement. À l’âge de treize ans ses parents ont déjà adopté deux nouveaux enfants. Ils sont désormais six enfants « permanents » comme ils aiment à s’appeler. Il réussit à entrer dans l’équipe de foot. En faisant un dessin, vous l’aurez compris. Car Uriah se passionne de tout pour dessiner. Mais aussi de dessins sur des tactiques pour contrer une équipe. Et le coach du collège, qui l’a d’abord chassé de son terrain, s’est ravisé pour lui offrir un poste. Si au début ça ne l’intéresse pas du tout, l’adolescent finit par accepter. Il n’a rien à perdre, ça ne lui coûte rien. Il découvre qu’il aime bien le sport, mais qu’il en voudrait plus. Au bout de trois ans, il abandonne. Il a dix-sept ans. Il rêve de plus. Les cours de sport, c’est bien, mais finalement ça le soule. Les cours d’Arts plastiques et d’Histoire, c’est mieux. Ce sont les seuls cours qui trouvent grâce à ses yeux, auxquels il s’intéresse vraiment, au grand déplaisir de ses professeurs qui attendent plus de sa part. Ses parents, eux, l’ont bien compris et font tout leur possible pour lui permettre d’approfondir son enseignement à ce sujet et lui permettre des sorties qui vont dans ce sens. Mais malgré tout, l’équipe de foot lui a fait prendre confiance en lui. En quelques années, il est passé de l’adolescent qui reste dans son coin parce qu’il refuse de se sociabiliser à celui qui a une confiance exacerbée en lui-même.
Quelques années plus tard, sans doute pour libérer un lit et une chambre à la maison, il prend la décision de partir sillonner le monde, à la recherche d’un endroit où apprendre davantage et de pouvoir se documenter pour ce qu’il espère être une bande dessinée, sa consécration. Il a à peine vingt-et-un ans, mais il a confiance dans son futur. Il veut y croire et quelque part il a raison. Après l’Europe, il entame un voyage en Afrique du Nord puis en Asie Mineure. Et finalement, quelque part las de tous ces voyages, il rentre à Fall River où il s’installe en colocation. Il trouve un poste d’illustrateur, quelque chose qu’il fait davantage pour le plaisir que pour le chèque en fin de mois et, en voyant que ça fonctionne, il se lance en free-lance pour travailler sur davantage de projets et finalement gagner sa vie comme il le peut.
Ce n’est qu’à l’âge de vingt-sept ans qu’on le retrouve dans tout autre chose, à savoir la rédaction, dans quoi il ne se débrouille pas mal non plus, autant le préciser. Il vit bien de son travail, a une vie tout ce qu’on pourrait vouloir sans excès, fait tout de même des excès de soirées, sans comprendre qu’il n’a plus tout à fait le corps d’un adolescent qui prend sa première cuite. Il pense encore souvent qu’il a quinze ans et agit principalement comme si c’était encore le cas. D’ailleurs, ce très léger détail a bien failli lui coûter son job, tandis qu’il a flirté avec celle qui est devenue sa responsable récemment…

Cloé
Some legends are told. Some turn to dust or to gold. But you will remember me
âge : 24 ans connexion : 5/ comment nous as tu connu : écrire ici. pronoms utilisés en rp : je, tu, il/elle. crédits avatar/icones : écrire ici. type de personnage : inventé/scénario/pré-lien de @"Pseudo Auteur". un mot pour finir : écrire ici.
Revenir en haut Aller en bas
Lennon Hawks
  Lennon Hawks  
- Administratrice du forum -

▎ Messages postés : 1042
▎ Pseudo : midnight shadow.
▎ Faceclaim : cami mendes.
▎ Crédits : Cheekeyfire (av.), midnight shadow (sign.), schafcrs, stefansalvatored (gifs), etherea.
▎ Multi-comptes : jules & nevaeh.
▎ Points récoltés : 149
Uriah ⊹ that's how superheroes learn to fly 505e3e1a9fb50c447297183d2a6a41f69f8e5bf2
▎ Your age : 31 yo (13.02.1992)
▎ Job/Studies : diplômée en droit spécialité droit pénal, avocate depuis 3 ans chez Oliveira & associates et héritière de la Hawks Financial Corporate.
▎ En savoir plus :
Uriah ⊹ that's how superheroes learn to fly F473350875a380e230f45653c4de8a7ae50d9e7b Uriah ⊹ that's how superheroes learn to fly 0e091d0def0562cd8c4c3830a798a72b4bef1a2b
- - there are roses in between my tights and fire that surrounds you. not all girls are made of sugar and spice and everything nice. some girls are made of sarcasm, wind, and everything fine.


Uriah ⊹ that's how superheroes learn to fly 68747470733a2f2f73332e616d617a6f6e6177732e636f6d2f776174747061642d6d656469612d736572766963652f53746f7279496d6167652f6f3364417969524f434a773576413d3d2d3436383936333834382e313465336138666531313962653635313932373338343432353230372e676966
forgiveness is warm. like a tear on a cheek. think of that and me when you stand in the rain. i loved you completely. and you loved me the same. that's all. the rest is confetti.


Uriah ⊹ that's how superheroes learn to fly Hxubc0
hey, sister, why you all alone? i'm standing out your window. hey, little sister, can i come inside, dear ? i want to show you all my love. i want to be the only one, i know you like nobody ever, baby.


▎ The one you love : Uriah ⊹ that's how superheroes learn to fly A3368baef9cfae42e379abe659b6d03e8131ad35

▎ Annuaire rp : Soleine#3

Archivés : Soleine#2AlejandraJakeSoleine#1#rpezel#rpvalentina#rpuriah

https://likeariver.forumactif.com/t25-lennon-karma-is-a-bitch https://likeariver.forumactif.com/t115-lennon-karma-is-a-bitch https://likeariver.forumactif.com/t669-081-119-9208-lennon-hawks#4812
Uriah ⊹ that's how superheroes learn to fly Empty
Message#
Sujet: Re: Uriah ⊹ that's how superheroes learn to fly   Uriah ⊹ that's how superheroes learn to fly EmptySam 7 Sep 2019 - 12:02

Félicitations !
Tu es validé(e) !

MESSAGE DU STAFF ⊹ Félicitations à toi, tu fais désormais partie des membres validés !

Avant de te lancer dans le jeu, nous te demanderons de passer dans le bottin pour recenser ton avatar, de même que dans les listings des logements et des emplois ! Pour te trouver des liens, tu es libre de poster ta fiche de liens dans la catégorie adéquate, de même que ton téléphone. Tu peux aussi, si tu en ressens le besoin, te servir de la partie scénario et préliens si tu attends un lien important pour ton personnage. Tu peux aussi choisir, si tu le souhaites, de te dédoubler.

Nous avons mis à ta disposition un système de points, qui pourra te servir pour être élu membre du mois et pour obtenir quelques avantages. Et s'il te manque un petit coin pour RP, tu peux aussi faire une demande de lieu

Tu pourras également retrouver le journal de la ville où tu pourras lire toutes les informations que nous mettons à ta disposition. N'hésite pas non plus à voter sur nos topsites et à poster sur nos fiches Bazzart et PRD. Bon jeu à toi !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
  Invité  
Invité

Uriah ⊹ that's how superheroes learn to fly Empty
Message#
Sujet: Re: Uriah ⊹ that's how superheroes learn to fly   Uriah ⊹ that's how superheroes learn to fly EmptySam 7 Sep 2019 - 12:24
Mon grand frère Uriah ⊹ that's how superheroes learn to fly 63062841 Uriah ⊹ that's how superheroes learn to fly 63062841 Uriah ⊹ that's how superheroes learn to fly 63062841
Revenir en haut Aller en bas
  Contenu sponsorisé  

Uriah ⊹ that's how superheroes learn to fly Empty
Message#
Sujet: Re: Uriah ⊹ that's how superheroes learn to fly   Uriah ⊹ that's how superheroes learn to fly Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
Uriah ⊹ that's how superheroes learn to fly
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» URIAH ⊹ that's how superheroes learn to fly
» Seth | When will you learn your fucking lesson
» #508-012-4136 (uriah newell)
» Annuaire de Lidye El-Azem & Uriah Newell & Soleine d'Artois & Roseanne Bourgeois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
๑ like a river :: administration des personnages :: Les fiches de présentation :: Présentations validées-
Sauter vers: