Le Deal du moment :
Display japonaise One Piece Card Game OP-09 The Four ...
Voir le deal

Partagez
 The way to love is to realize that it might be lost
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 9, 10, 11  Suivant
Milo Davis
  Milo Davis  
- Autumn leaves -

▎ Messages postés : 674
▎ Pseudo : DonJuanAuxEnfers
▎ Faceclaim : Henry Cavill
▎ Crédits : DK
▎ Multi-comptes : Je galère déjà avec un seul compte
▎ Points récoltés : 1640
The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_opfyk99ZmU1rq9ihbo3_r2_400
▎ Your age : 35 ans
▎ Your preference : Hétérosexuel
▎ Job/Studies : Pilote de ligne, amoureux du ciel
▎ The one you love : The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_pbg928QHBS1spguxzo1_400

https://likeariver.forumactif.com/t2578-me-myself-and-i https://likeariver.forumactif.com/t2745-milo-davis-the-best-way-to-predict-the-future-is-to-create-it#26057
The way to love is to realize that it might be lost Empty
Message#
Sujet: The way to love is to realize that it might be lost   The way to love is to realize that it might be lost EmptyVen 26 Avr 2024 - 2:38

The way to love is to realize that it might be lost
Milo Davis & @Cassia Henderson


L'azur du ciel majestueux se mélange progressivement aux teintes plus sombres de l'horizon alors que nous amorçons notre descente vers Fall River. Au-dessus de nous, le ballet des nuages s'opère, se densifiant à mesure que nous perdons de l'altitude. À ma droite, Clyde, mon fidèle copilote et ami de longue date, m'adresse un regard complice, ponctué d'un sourire amusé. « Alors, Milo, quels sont tes plans pour ces quelques jours de repos avec Cassia ? » me lance-t-il, tout en vérifiant méticuleusement les paramètres de notre approche finale. Ses mains expertes ajustent légèrement les commandes, un ballet familier et rassurant. « Oh, rien de bien extravagant... » je lui réplique, mon regard fixé sur les instruments devant moi, ajustant notre trajectoire avec précision. « Je pense l'emmener dîner dans ce nouveau restaurant dont tout le monde parle. Et ensuite... beaucoup de repos. Elle est épuisée, l’hôpital est un véritable tourbillon ces derniers temps. » Ma voix trahit un mélange de préoccupation pour elle et d'anticipation pour notre temps ensemble. Pendant que je parle, mes mains continuent de danser sur les commandes, réduisant la vitesse, ajustant les volets pour augmenter notre portance et préparer l'appareil pour l'atterrissage. Les lumières de la piste commencent à briller au loin, telles des étoiles terrestres nous guidant vers la terre ferme. Clyde et moi opérons en parfaite synchronisation, chaque geste et vérification s'entremêlant dans une chorégraphie répétée des centaines de fois, mais toujours exécutée avec le plus grand soin. La tension habituelle de l'atterrissage s'installe, un mélange de concentration et d'excitation. C'est un moment que j'apprécie toujours, malgré les années, le défi constant de ramener cet énorme oiseau d'acier au sol en douceur. « Descente à 30 degrés, train d’atterrissage sorti » annonce Clyde, vérifiant les indicateurs avant de me jeter un autre regard. « Prêt pour un atterrissage tout en douceur, comme d'habitude » Je souris, acquiesçant d'un hochement de tête, mon attention fixée sur la piste qui se rapproche rapidement. « Toujours ! » je réponds, la voix empreinte d'une confiance tranquille. Alors que nous survolons les derniers mètres, je sens l'adrénaline habituelle, le moment précis où tout se joue. Puis, avec une précision forgée par des années d'expérience, je touche la piste, les roues se posant avec une douceur presque imperceptible, un soupir d'acier sur l'asphalte. « Encore un atterrissage parfait, Milo ! » commente Clyde, alors que nous roulons vers le terminal. « Comme d'habitude lorsque nous volons ensemble mon cher ami ! » répétai-je, permettant à un sentiment de satisfaction de m'envahir brièvement. Mais déjà, mon esprit se tourne vers Cassia, vers les quelques jours de répit que nous allons partager, loin du ciel et des turbulences de nos vies respectives.
 
Une fois l'avion vidé de ses passagers et après avoir scrupuleusement suivi la procédure de contrôle de sécurité, nous nous retrouvons dans les coulisses de notre métier, là où l'on échange nos uniformes contre nos identités civiles. Je récupère mes affaires, perdu dans mes pensées, anticipant déjà le moment où je retrouverai Cassia, lorsque, franchissant la zone de sécurité, un visage familier me coupe dans mon élan. Andrew. Sa présence ici est aussi inattendue qu'inopportune. Pourquoi serait-il là, sinon pour chercher querelle ? Clyde, à mes côtés, comprend instantanément la tension qui s'empare de moi. S'approchant, il murmure avec une pointe d'humour noir, « Si tu veux lui régler son compte, choisis une ruelle sombre et déserte. » Sa main tapote mon épaule, un geste de soutien, rappelant qu'il est plus qu'un simple collègue. La dernière fois que Andrew et moi avions croisé le fer, c'était dans un cadre bien moins public, dans l'intimité violée de son appartement. La confrontation avait failli déraper, Clyde intervenant juste à temps pour me retenir d'aller trop loin. Le regard d'Andrew sur moi est empreint de défi et de mépris, une provocation silencieuse qui fait bouillir mon sang. Levant sa main à hauteur de son visage, il m'invite d'un geste à le rejoindre. Je pèse mes options. Clyde, toujours à mes côtés, semble prêt à me suivre quel que soit mon choix, mais je sais que la violence ne réglera rien de manière définitive.
 
Respirant profondément, je tente de canaliser ma colère, me rappelant les raisons pour lesquelles j'ai choisi de laisser derrière moi ces instincts destructeurs. Cassia mérite mieux que de me voir replonger dans ces abysses de violence pour elle. Andrew, malgré sa provocation, n'en vaut pas la peine. « Il cherche juste à te provoquer, Milo. Ne lui donne pas ce qu'il veut, » me conseille Clyde, sa voix basse trahissant son inquiétude. Avec un dernier regard en direction d'Andrew, empli de mépris mais sans la promesse d'une confrontation immédiate, je choisis de tourner le dos à la situation. « Il n'en vaut pas la peine » murmurai-je, autant pour moi que pour Clyde. Ensemble, nous quittons la zone, laissant derrière nous un Andrew probablement frustré de ne pas avoir obtenu la réaction escomptée. En moi, la tempête fait rage, mais je sais que je dois être l'homme que Cassia voit en moi, pas celui qu'Andrew essaie de faire resurgir.
 
Face à face avec Andrew sur ce parking baigné par la lumière blafarde des lampadaires, je sens une vague de froid m'envahir. L'air entre nous semble se charger d'une tension palpable, presque électrique. « Qu'est-ce que tu veux ? » ma voix est plus froide que je ne l'aurais voulu, trahissant peut-être la crainte qui commence à s'insinuer en moi. « Je veux Cassia, et si je ne peux pas l’avoir….personne ne l’aura » sa réponse est un miroir glacial de mon ton, son visage impassible cachant mal le tumulte émotionnel sous-jacent. Alors qu'il brandit son téléphone, me montrant ces photographies de Cassia, ou du moins ce qu'il prétend être elle, dans des poses suggestives et compromettantes, je sens la colère monter en moi. Des menaces à peine voilées... Andrew est descendu plus bas que je ne l'aurais jamais cru possible. « Quitte-la, et ces photos resteront notre secret. Refuse, et je ferai de sa vie un enfer. Je les placarderai à l’hôpital. Elle ne pourra plus jamais s’y rendre sans en toute innocence ! Et tu sais tout comme moi combien son métier lui est précieux mon cher ami… » il crache ces mots avec une telle conviction que je réalise l'ampleur de sa détermination. Je reste figé, mon esprit en ébullition. Est-ce réellement possible ? Est-ce là une manœuvre désespérée de sa part pour me briser, pour reprendre ce qu'il considère comme lui appartenant ? « Je te laisse trois jours, un jour pour chaque mot que tu ne lui prononceras plus jamais ! » lance-t-il avant de s'éloigner avec une assurance qui me donne la nausée. Clyde me rejoint rapidement, ayant assisté à l'échange depuis une courte distance. « J’aurais dû le tuer ce soir-là... »  soufflai-je alors qu’un horrible sentiment de destruction m’envahit et commence à s’éprendre de mon esprit. La pensée de mettre fin à ses jours, de réduire à néant cette menace constante, me traverse l'esprit avec une clarté effrayante. « Qu'est-ce qu'il t'a dit ? » L'inquiétude dans la voix de Clyde est palpable, ses yeux scrutant les miens à la recherche de réponses. « Il me propose le baiser de la mort, » répondai-je, luttant contre l'impulsion de me lancer à sa poursuite, de mettre fin à cette mascarade une bonne fois pour toutes. Alors que je me tiens là, le souffle court, je réalise l'ampleur du piège dans lequel Andrew essaie de me faire tomber. Je suis tiraillé entre la rage, le désir de protection envers Cassia et la conscience que céder à la violence ne fera qu'empirer les choses. Clyde, mon ami dans cette tempête, semble prêt à me soutenir, quel que soit mon choix. Mais la décision est à moi. Comment protéger Cassia sans me perdre moi-même dans cette noirceur ? La réponse à cette question semble aussi insaisissable que l'air froid qui nous entoure.
 
Sur le chemin du retour, les images que Andrew a brandies devant moi s'impriment dans mon esprit, revenant me hanter à chaque battement de cœur. La nervosité m'étreint, une tension si forte qu'elle rend impossible toute tentative de rester impassible. La possibilité qu'Andrew mette ses menaces à exécution, qu'il s'en prenne à Cassia, la femme que j'aime plus que tout, me terrifie. Je ne supporte pas l'idée que sa vie puisse devenir un enfer à cause de moi. Malgré la douleur que cela implique, la décision semble déjà prise au plus profond de moi : Cassia passe avant tout, avant mon propre bonheur. Elle est ma priorité. « Tu as déjà dû quitter quelqu’un que tu aimes ? » ma question échappe à mes lèvres dans un murmure, alors que je tente de faire face à la tempête qui rage en moi. À ce moment précis, Clyde, concentré sur la route, freine brusquement pour éviter une collision, rompant le silence lourd qui s'était installé. « Hein ?! Mais qu’est-ce que tu racontes ?! Qu’est-ce qu’il a bien pu te dire pour te mettre dans un tel état ?! » L'urgence dans sa voix est palpable, et quand il se gare finalement sur le côté, je peux sentir son regard peser sur moi, cherchant désespérément à comprendre. « Ne me dis pas que tu as l’intention de quitter Cassia ? Tu as pensé à sa peine ? À sa tristesse ? Réveille-toi, Milo !! » Sa voix est chargée d'une énergie presque frénétique, reflétant à la fois son inquiétude et son incompréhension face à ma détresse. « Je n’ai pas le choix, Clyde... c’est ça, ou sa vie sera détruite à jamais... » Les mots sortent d'entre mes lèvres, lourds de résignation et de douleur. La perspective de la perdre, de causer sa souffrance, me semble un fardeau presque insurmontable. « Mais sa vie sera détruite sans toi... Je ne sais pas ce qu’Andrew a pu te dire ou faire, mais tu dois en parler à Cassia... » Il insiste, son ton portant l'espoir d'une autre issue, d'une solution que je peine à voir. « Je ne peux pas... » Ma voix se brise sur ces mots, la réalité de la situation m'écrasant sous son poids. Clyde, dans un geste d'exaspération mêlée de désespoir, laisse retomber ses mains sur le volant avec force, signe de l'impasse dans laquelle je me retrouve.
 
La voiture devient un microcosme de mon tumulte intérieur, un espace confiné où les mots semblent à la fois trop lourds et insuffisants. La douleur de la décision que je m'apprête à prendre est palpable, presque suffocante. Pourtant, au fond de moi, je sais qu'il me reste une lueur d'espoir, aussi ténue soit-elle : celle de trouver une solution qui ne me force pas à renoncer à Cassia, à notre amour. Mais comment ? La question demeure suspendue entre nous, un défi lancinant à l'encontre du destin que Andrew tente de nous imposer. « Bon… Je vais me chercher un truc à grignoter. Cette histoire m’angoisse… » annonce Clyde, brisant le silence lourd qui s'est installé entre nous. Puis, se tournant vers moi avec une pointe de préoccupation, il ajoute, « Tu veux quelque chose ? » Un soupir me gagne. « Non merci…Je n’ai pas le cœur à manger, » je lui réponds, un sourire forcé tentant de masquer la tourmente intérieure qui me ravage. Alors qu'il s'éloigne vers le supermarché, laissant un vide à ses côtés, mon esprit s'emballe, cherchant désespérément une issue à la situation désespérée dans laquelle nous nous trouvons.
Seul dans la voiture, le silence m'entoure comme une étreinte étouffante, mais c'est dans ce calme forcé que mes pensées commencent à s'organiser. Comment protéger Cassia de cette menace sans lui infliger la douleur de la séparation ? Mon esprit tourne à plein régime, envisageant chaque possibilité, chaque stratagème qui pourrait à la fois déjouer le chantage d'Andrew et préserver le cœur de Cassia. Une idée commence à prendre forme, délicate et risquée, mais c'est une lueur d'espoir dans l'obscurité. Pourrait-on utiliser la vérité comme bouclier ? En parler à Cassia, tout lui expliquer, ne rien lui cacher. La transparence totale. Cela impliquerait de lui évoquer ces terribles clichés, de lui révéler la menace d'Andrew. La peur de sa réaction m'étreint le cœur. Mon téléphone en main, je contemple l'écran, hésitant. Appeler Cassia maintenant, lui dire qu'on doit parler. Toutefois l’idée qu’Andrew puisse mettre sa menace à exécution me terrorise. J’ose effleurer l’idée d’une rupture…

Clyde revient de la sandwicherie avec un énorme sandwich au pastrami garni de moutarde, choucroute et oignon, son ultime consolation dans les moments difficiles. « Alors, Milo, quel est ton plan ? » Il pose la question tout en prenant une bouchée négligente de son sandwich, mâchant pensivement. Je lui réponds, le cœur lourd et la voix teintée d'un désarroi palpable « Je ne peux simplement pas exiger d'elle qu'elle choisisse entre sa carrière et moi, Clyde. Je n’ai pas le droit de lui imposer un tel dilemme... » La complexité de notre situation semble peser sur ses épaules. « Tu ne peux pas simplement capituler, Milo ! Et si Andrew met ses menaces à exécution juste pour le plaisir de la voir souffrir ?  Tu ne seras plus là pour elle Milo… » Son indignation est palpable, mais il interrompt sa phrase, accablé par la gravité des implications. « Je n’aime vraiment pas voir ce regard dans tes yeux... Qu’as-tu l’intention de lui dire, exactement ? Tu ne vas pas sérieusement lui balancer : écoute, Cassia, je ne t’aime pas. J’ai essayé, mais finalement, je préfère retourner à ma vie d’avant et draguer toutes les femmes de la Terre ? » imite-t-il avec une ironie mordante. « Je ne sais pas, Clyde... Je ne sais même pas comment ni quand aborder la conversation… » Mon ton révèle mon anxiété, comme si un compte à rebours était déjà en marche, s'écoulant à la fois trop vite et trop lentement. « Je l’aime... Clyde, si seulement tu savais à quel point... » Mes mots sont chargés d’émotion, mes yeux brillent d'une tristesse profonde alors que je pense à tout ce que cela implique. « Ce n’est pas à moi que tu dois le dire, Milo, c’est à elle. » Clyde, ayant terminé son sandwich, répond d'un ton solennel. Nerveusement, je tape contre la portière de sa voiture. « Et que suis-je censé lui dire la prochaine fois que je croise Cassia ? Je te connais, Milo. Je sais exactement ce qui va se passer une fois que tu lui auras brisé le cœur… Heureusement pour toi, nous avons un nouveau clic-clac ! » tente-t-il de plaisanter, en me tapotant l'épaule pour m'encourager. « Si Cassia me demande ce qui se passe... Que dois-je lui dire ? Je ne sais pas mentir, et surtout, je refuse de lui mentir… Elle ne mérite pas tout ceci Milo… » demande-t-il alors que nous redémarrons, l’inquiétude perçant dans sa voix alors que le moteur de la voiture ronronne doucement.

Le trajet jusqu’à l’hôpital est un mélange de tension et d'anxiété. Clyde, visiblement agité, me bombarde de solutions toutes plus irréalistes les unes que les autres pour échapper définitivement à l'emprise d'Andrew, allant jusqu'à suggérer un cambriolage pour détruire les photographies compromettantes. Arrivés devant le Charlton Memorial Hospital, il me confie, la main sur le ventre « J’ai mal au ventre pour toi Milo… » Je le regarde, résolu, alors que Cassia apparaît, rayonnante, à la sortie de l’hôpital accompagnée d’Anna. Je prends une profonde inspiration, tentant de calmer l'angoisse qui m'envahit à l'idée de la retrouver. Mon estomac se noue, ma respiration s'accélère. Comment pourrais-je l'embrasser avec légèreté, feindre la normalité, alors que mon cœur est lourd de secrets et de peur ? Comment pourrais-je me donner à elle, quand chaque seconde m'éloigne de la sincérité que Cassia mérite ?


SHE IS MY WORLD
Et au premier battement de ses paupières, je l'ai reconnue. C'était bien elle, l'inattendue et l'attendue
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Cassia Henderson
  Cassia Henderson  
- Shade of winter -

▎ Messages postés : 931
▎ Pseudo : s-a
▎ Faceclaim : Gal Gadot
▎ Crédits : philia
▎ Multi-comptes : non
▎ Points récoltés : 1582
The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_inline_opupfyoeON1ul4f46_400
▎ Your age : trente-trois ans
▎ Your preference : hétérosexuelle
▎ Job/Studies : Cassia est infirmière au Charlton Memorial Hospital.
▎ The one you love : The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_p02mtjuqCb1vbe6zoo6_r1_250

https://likeariver.forumactif.com/f38-liens-des-membres https://likeariver.forumactif.com/f82-les-telephones https://likeariver.forumactif.com/t651-instagram-explications-modele
The way to love is to realize that it might be lost Empty
Message#
Sujet: Re: The way to love is to realize that it might be lost   The way to love is to realize that it might be lost EmptyVen 26 Avr 2024 - 9:23

The way to love is to realize that it might be lost
@Milo Davis & Cassia Henderson


La fin de journée marquait également la fin de mon service et le début de deux jours de repos consécutifs. L’arrivée de Milo à Fall River aujourd’hui et sa présence en ville pour quelques jours me rendait heureuse plus que jamais. Mon sourire ne m’avait pas quitté de la journée, ce qui m’avait bien évidemment valu quelques taquineries de la part de collègues et surtout de la part d’Anna qui savait pertinemment la raison de ma joie de vivre. Malgré la fatigue, c’est avec entrain que j’arrive dans les vestiaires afin de récupérer mes affaires. Anna est là aussi, elle sourit en me voyant arriver « Milo arrive à quelle heure en ville ? » me demande t-elle curieuse tout en récupérant ses propres affaires « Il doit déjà être là. On a convenu de se rejoindre sur le parking de l’hôpital pour ensuite rentrer ensemble à l’appartement. » Comme on le faisait bien souvent lorsqu’il revenait en ville. « Essaie de ne pas lui sauter dessus trop violemment quand tu le verras... » me dit-elle pour me taquiner. « En tout cas, une chose est certaine, depuis que tu es avec tu rayonnes vraiment de bonheur et ça fait plaisir à voir… » Je suis touchée par les mots d’Anna « Merci Anna... » Et sur ces mots, nous quittons le vestiaires et traversons les grands couloirs ainsi que l’immense hall pour quitter l’établissement.

Une fois dehors, nous marchons quelques mètres pour rejoindre le parking. Rapidement je repère la voiture habituelle. Anna me salue chaleureusement avant de rejoindre sa voiture qui était stationné de l’autre côté du parking. Je fais de même en lui demandant, comme à mon habitude, de passer le bonjour à Jay. Je me dirige donc vers la voiture, vers Milo et Clyde qui comme souvent l’accompagnait jusqu’ici. Arrivée à leur hauteur, je viens me blottir avec joie dans les bras de Milo avant que nos lèvres ne viennent échanger un tendre baiser. La plus douce des manières de se saluer, surtout après presque une semaine d’absence « Tu m’as terriblement manqué. Je suis si heureuse que tu sois de retour pour quelques jours... » avouai-je avant de déposer un autre baiser sur ses lèvres. Je me recule légèrement, Clyde était là, ne l’oublions pas. « Bonjour Clyde » dis-je en venant le saluer chaleureusement. « Salut Cassia. » dit-il simplement. Un peu étrange venant de la part du pilote qui d’habitude était bien plus bavard et ne manquait pas une occasion de plaisanter. Sans doute avait-il eu une longue semaine. J'avais pleinement conscience que leur métier, de par de nombreuses raisons, pouvait s'avérer être épuisant. « Longue semaine ? » demandai-je curieuse en regardant les deux pilotes de ligne à tour de rôle  « Ouai, comme bien souvent... » me répond Clyde avec un léger sourire malgré tout.



Carpe Diem
And i'm feeling love
Revenir en haut Aller en bas
Milo Davis
  Milo Davis  
- Autumn leaves -

▎ Messages postés : 674
▎ Pseudo : DonJuanAuxEnfers
▎ Faceclaim : Henry Cavill
▎ Crédits : DK
▎ Multi-comptes : Je galère déjà avec un seul compte
▎ Points récoltés : 1640
The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_opfyk99ZmU1rq9ihbo3_r2_400
▎ Your age : 35 ans
▎ Your preference : Hétérosexuel
▎ Job/Studies : Pilote de ligne, amoureux du ciel
▎ The one you love : The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_pbg928QHBS1spguxzo1_400

https://likeariver.forumactif.com/t2578-me-myself-and-i https://likeariver.forumactif.com/t2745-milo-davis-the-best-way-to-predict-the-future-is-to-create-it#26057
The way to love is to realize that it might be lost Empty
Message#
Sujet: Re: The way to love is to realize that it might be lost   The way to love is to realize that it might be lost EmptyVen 26 Avr 2024 - 13:12

The way to love is to realize that it might be lost
Milo Davis & @Cassia Henderson


À mesure que Cassia avance vers nous, un sourire radieux éclaire son visage, dessinant de petites fossettes au creux de ses joues. Son enthousiasme contraste cruellement avec le tumulte intérieur que je ressens. Chaque pas qu'elle fait résonne comme un coup de tambour dans ma poitrine, exacerbant l'angoisse qui m'a noué l'estomac depuis son appel plus tôt dans la journée. Lorsqu'elle se blottit contre mon torse, la chaleur de son étreinte ne parvient pas à apaiser le froid de mes doutes. Nos lèvres se rencontrent dans un baiser qui se veut rassurant, mais je lutte pour maintenir une façade de normalité. Je me sens acteur dans une pièce où chaque réplique devient un défi insurmontable. « Tu m'as terriblement manqué », murmure-t-elle, une lueur de bonheur pur étreignant ses yeux. « Je suis si heureuse que tu sois de retour pour quelques jours. » Chaque mot, doux et sincère, est comme une lame qui vient délicatement lacérer mon cœur déjà meurtri. Si seulement elle pouvait voir le tumulte sous mon calme apparent. Si seulement elle pouvait lire dans mes pensées comme elle semble si souvent capable de le faire... Pendant ce temps, Clyde, d'habitude si loquace et enjoué, reste étrangement silencieux, se tenant un peu en retrait. Il me lance des regards lourds de sous-entendus, ses yeux trahissant une profonde inquiétude pour la situation dans laquelle nous nous trouvons. « Bon, je vais vous laisser... Profitez bien de ce week-end », dit-il d'une voix qui tente de se vouloir légère, mais son ton est forcé. Avant de se détourner, je remarque qu'il se mord l'intérieur de la joue, un geste nerveux qu'il a toujours quand il retient ses pensées ou ses inquiétudes. À son départ, un silence pesant s'abat entre nous, et je réalise que le week-end à venir sera peut-être notre dernier semblant de normalité avant que je ne révèle la vérité qui risque de briser notre monde à tous les deux.

Se retrouver seul avec Cassia n'est pas aussi apaisant que d'habitude. La présence de mes propres doutes et secrets entre nous forme une barrière invisible que je ne sais pas comment franchir. Je cherche désespérément une excuse, quelque chose d'aussi banal qu'un mal de dos ou un rhume pour éviter de plonger dans la profondeur de son regard, celui qui d'ordinaire me rassure et me réconforte. Aujourd'hui, elle est tout ce dont j'ai besoin, et pourtant, je me sens incapable de lui faire face. Prenant une grande inspiration pour rassembler mon courage, je parviens à articuler quelques mots, suffisamment banals pour ne pas éveiller ses soupçons. « Je crois que la dernière fois je t’ai promis une invitation au restaurant ? » J'évoque notre dernier week-end, marqué par l'incident avec le mari d'Amy, essayant de détourner l'attention de mon trouble intérieur.

Nous montons dans la voiture, et je laisse Cassia prendre le volant. Je n'ai ni l'énergie ni l'envie de conduire ou même de manger, mais je ne peux me résoudre à lui imposer mes inquiétudes, pas encore. Si c'est le dernier week-end que nous devons passer ensemble, je veux qu'il soit parfait, ou du moins, le plus normal possible. Ainsi, je prends sur moi, restant inhabituellement silencieux pendant le trajet, alors que d'habitude, je remplis nos voyages de conversations et de rires. Mes pensées continuent de tourner autour des clichés que j'ai aperçus. Ce sont des images de Cassia, ou du moins, je le crois. Je n'ai pas eu assez de temps pour en être certain, et cela me torture. Qui d'autre pourrait être sur ces photos ? Et pourquoi me hantent-elles à ce point ? Une fois garés non loin du restaurant, nous sortons du véhicule. Mon regard cherche le sien, espérant désespérément qu'elle puisse lire dans mes pensées, qu'elle puisse voir le tumulte qui me dévore de l'intérieur. Qu’est-ce que j’aimerais qu’elle puisse déchiffrer toutes les pensées qui tourbillonnent dans mon esprit, toutes plus sombres et confuses les unes que les autres. J'espère trouver dans ses yeux une étincelle de compréhension, un signe qui me dirait qu'elle sait, qu'elle comprend, et que, peut-être, elle pourrait me guider à travers ce labyrinthe d'émotions contradictoires.

Nous entrons dans notre restaurant habituel, un lieu chargé de souvenirs où chaque détail semble conçu pour rappeler des moments plus heureux. Intérieurement, je me demande pourquoi j'ai choisi cet endroit. La perspective d'affronter le regard perçant de Cassia toute la soirée pèse sur moi comme une chape de plomb. Le serveur, avec un sourire routinier, nous tend deux cartes. Juste à ce moment, un couple non loin de notre table officialise sa demande en mariage. La scène est emplie de joie : la jeune femme, rayonnante, saute au cou de son conjoint, et les autres convives autour se mettent à applaudir.
À l'intérieur, je me retiens de ne rien laisser paraître, forçant mes mains à battre doucement des applaudissements. Cette effusion de bonheur public ne fait qu'accentuer la tension qui me noue l'estomac. La situation devient intenable, chaque minute semblant étirer le temps dans une éternité de malaise. Comment puis-je, dans un tel contexte, lui avouer que je souhaite mettre fin à tout ce que nous avons construit ?  Je détourne mon regard de la table voisine pour éviter de trop me laisser submerger par l'émotion. Je fixe distraitement le menu, feignant de m'intéresser aux plats proposés, mais mes yeux ne parviennent pas à se concentrer sur les mots, ajoutant une couche supplémentaire de désespoir à mon tourment.

Le poids de ce que je dois lui dire commence à me submerger. J'aspire à lui confier la vérité sur mes sentiments et mes doutes, mais la peur de briser son cœur m'empêche de trouver les mots justes. Mon esprit tourne en boucle, cherchant une manière de rompre la nouvelle sans détruire l'harmonie de la soirée. Les rires et les éclats de voix autour de nous créent un contraste douloureux avec la tempête intérieure que je traverse. Chaque sourire partagé, chaque éclat de rire me rappelle ce que nous pourrions perdre. À mesure que la soirée avance, je me sens de plus en plus pris au piège, tiraillé entre mon besoin de sincérité et mon désir de protéger Cassia de la douleur.  Finalement, je réalise que retarder cette conversation ne fera qu'ajouter à notre future tristesse.


SHE IS MY WORLD
Et au premier battement de ses paupières, je l'ai reconnue. C'était bien elle, l'inattendue et l'attendue
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Cassia Henderson
  Cassia Henderson  
- Shade of winter -

▎ Messages postés : 931
▎ Pseudo : s-a
▎ Faceclaim : Gal Gadot
▎ Crédits : philia
▎ Multi-comptes : non
▎ Points récoltés : 1582
The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_inline_opupfyoeON1ul4f46_400
▎ Your age : trente-trois ans
▎ Your preference : hétérosexuelle
▎ Job/Studies : Cassia est infirmière au Charlton Memorial Hospital.
▎ The one you love : The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_p02mtjuqCb1vbe6zoo6_r1_250

https://likeariver.forumactif.com/f38-liens-des-membres https://likeariver.forumactif.com/f82-les-telephones https://likeariver.forumactif.com/t651-instagram-explications-modele
The way to love is to realize that it might be lost Empty
Message#
Sujet: Re: The way to love is to realize that it might be lost   The way to love is to realize that it might be lost EmptyVen 26 Avr 2024 - 14:02

The way to love is to realize that it might be lost
@Milo Davis & Cassia Henderson


Ma sortie de l’établissement hospitalier annonçait le début d’un week-end et mes retrouvailles avec Milo. D’ailleurs, je n’avais pas perdu une seule seconde pour venir retrouver les bras du jeune homme qui était déjà présent sur le parking, accompagné de Clyde. Impossible de ne pas venir l’embrasser passionnellement pour sceller mon aveu quant au manque que j’avais ressenti tout au long de la semaine. Étrangement, les deux pilotes de ligne semblaient bien silencieux, presque soucieux. Rapidement, Clyde décide de prendre congé et de nous laisser. Sans nul doute avait-il aussi envie de retrouver sa femme. Après le départ, un silence s’installe entre nous. Finalement, Milo brise ce silence pour me proposer d’aller dîner au restaurant, comme nous aurions dû le faire la dernière fois mais la soirée avait pris une toute autre tournure. « H’m… oui c’est vrai. Dois-je comprendre que tu réitère ton invitation pour ce soir ? Ça tombe bien, j’ai une faim de loup ! » dis-je enjouée à l’idée de pouvoir passer une soirée au restaurant en tête à tête avec le jeune homme. Nous montons donc dans la voiture, et je prends le volant. Milo semblait un peu ailleurs et épuisé de sa semaine.

Nous entrons dans le restaurant. Un établissement où nous nous rendions assez régulièrement. A  peine installés à une petite table, le serveur nous tend deux cartes. Je pose alors mes yeux sur cette dernière commençant déjà à chercher ce que j’allais bien pouvoir choisir ce soir. Je suis interrompus dans mes pensées par une légère effervescence à quelques mètres de nous. Un homme venait tout juste de demander sa compagne en mariage et cette dernière avait accepté. Les deux jeunes gens rayonnaient de bonheur, la scène était vraiment très touchante. Je le suis bien évidemment le mouvement de toutes les personnes assistant à la scène et les applaudit chaleureusement « C’est si romantique… C’est bien la première fois que j’assiste à une demande en mariage en public. » dis-je un large sourire aux lèvres avant de me concentrer à nouveau sur la carte. Inutile de continuer à regarder le jeune couple qui avait sans nul doute envie de retrouver une certaine intimité. « Le choix va être difficile, tout à l’air si délicieux... » dis-je en regardant encore et encore les intitulés des différents plats proposés. Mon regard se pose alors sur Milo qui lui aussi regardait la carte, du moins c’est l’impression qu’on avait. « Milo, est-ce que tout va bien ? Tu es bien silencieux depuis tout à l’heure et tu as l’air ailleurs... » lui demandai-je en venant poser délicatement ma mains ur la sienne. Je devais bien avouer que son comportement commençait un peu à m’inquiéter. J’espérais qu’il n’y avait pas eu de problème au travail pendant la semaine ou que son dos le faisait encore souffrir.



Carpe Diem
And i'm feeling love
Revenir en haut Aller en bas
Milo Davis
  Milo Davis  
- Autumn leaves -

▎ Messages postés : 674
▎ Pseudo : DonJuanAuxEnfers
▎ Faceclaim : Henry Cavill
▎ Crédits : DK
▎ Multi-comptes : Je galère déjà avec un seul compte
▎ Points récoltés : 1640
The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_opfyk99ZmU1rq9ihbo3_r2_400
▎ Your age : 35 ans
▎ Your preference : Hétérosexuel
▎ Job/Studies : Pilote de ligne, amoureux du ciel
▎ The one you love : The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_pbg928QHBS1spguxzo1_400

https://likeariver.forumactif.com/t2578-me-myself-and-i https://likeariver.forumactif.com/t2745-milo-davis-the-best-way-to-predict-the-future-is-to-create-it#26057
The way to love is to realize that it might be lost Empty
Message#
Sujet: Re: The way to love is to realize that it might be lost   The way to love is to realize that it might be lost EmptyVen 26 Avr 2024 - 14:35

The way to love is to realize that it might be lost
Milo Davis & @Cassia Henderson


Dans ce restaurant où nous avions tant partagé, je me trouve confronté à une ironie cruelle. Par un étrange coup du sort, c'est ici qu’un couple officialise sa demande en mariage. Bien sûr, je sais combien Cassia chérit l'idée du grand amour, des cérémonies romantiques, d'une maison remplie de rires d'enfants et de bonheur partagé. Des rêves qu'elle nourrit avec tant de douceur, et que, sous d'autres circonstances, j'aurais aimé pouvoir lui offrir. Mais désormais, en proie aux manigances d'Andrew, ce futur me semble tragiquement hors de portée. « Ah oui ? » est tout ce que je parviens à articuler, distrait et distancé par l'ampleur de mon dilemme. J'ai feint de m'immerger dans le menu, scrutant les plats sans vraiment les voir, cherchant désespérément un havre pour éviter de rencontrer son regard plein d'espérance. « Un choix bien difficile oui… » répétai-je à sa suite alors que je fais clairement référence au tumulte qui agite mon esprit plus qu’au choix du plat.

À travers la table, sa main trouve la mienne, sa chaleur contrastant douloureusement avec la froideur de mes pensées. « Milo, est-ce que tout va bien ? » sa voix douce perce le brouillard de mes préoccupations, me rappelant la sincérité et la transparence que notre relation a toujours nourrie. En moi, un combat féroce fait rage : l'envie brûlante de tout lui dévoiler, de lui expliquer le chantage cruel d'Andrew, de partager le fardeau qui alourdit mon cœur. Mais non, je ne peux pas, pas ici, pas maintenant. Ce pourrait être l'une de nos dernières soirées ensemble dans ce lieu emblématique pour nous, et je refuse de la ternir avec mes tourments. « Ne t’inquiète pas… J’ai juste eu une grosse semaine, » je mens, utilisant le travail comme échappatoire, bien conscient que cette excuse tiendra le rôle de bouclier dans les moments à venir. Changeant de sujet, j'essaie de me concentrer sur elle, sur sa vie, espérant que ses paroles pourraient me transporter loin de mes propres tourments. « Et toi alors ? Raconte-moi… Comment ça se passe à l’hôpital ? J’espère qu’Amy n’est pas revenue te troubler… » lui demande-je, désireux d'entendre sa voix et de me perdre dans les détails de sa vie quotidienne, cherchant par là-même un peu de la paix qui me fuit depuis trop longtemps.

Le serveur s'approche de notre table avec un sourire professionnel, interrompant brièvement le fil de nos conversations. « Bonsoir, êtes-vous prêts à commander ? » Cassia, toujours attentive, commande son plat favori sans hésiter, une énergie positive et une assurance que je trouve à la fois rassurantes et intimidantes ce soir. Je suis ses traces, choisissant un plat que je commande habituellement, bien que mon appétit soit loin d’être au rendez-vous. Le dîner s'écoule dans un mélange de conversations légères et de rires sporadiques. Cassia parle de son travail à l'hôpital, de ses collègues, et des petits défis quotidiens qui la passionnent. J'écoute, je hoche la tête, je souris là où il le faut, mais mon esprit vagabonde, accaparé par les pensées sombres qui m'obsèdent depuis des jours. La nourriture arrive, exquisément présentée, mais mon estomac se serre à la vue des assiettes bien remplies.

Alors que Cassia déguste son repas avec un enthousiasme manifeste, je joue distraitement avec ma nourriture, coupant, reposant, poussant les morceaux autour de mon assiette sans vraiment manger. Ce comportement ne me ressemble pas. Normalement, je serais le premier à savourer chaque bouchée, à apprécier les saveurs et à participer activement à la conversation. Ce soir, cependant, chaque tentative de manger semble un effort monumental.


SHE IS MY WORLD
Et au premier battement de ses paupières, je l'ai reconnue. C'était bien elle, l'inattendue et l'attendue
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Cassia Henderson
  Cassia Henderson  
- Shade of winter -

▎ Messages postés : 931
▎ Pseudo : s-a
▎ Faceclaim : Gal Gadot
▎ Crédits : philia
▎ Multi-comptes : non
▎ Points récoltés : 1582
The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_inline_opupfyoeON1ul4f46_400
▎ Your age : trente-trois ans
▎ Your preference : hétérosexuelle
▎ Job/Studies : Cassia est infirmière au Charlton Memorial Hospital.
▎ The one you love : The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_p02mtjuqCb1vbe6zoo6_r1_250

https://likeariver.forumactif.com/f38-liens-des-membres https://likeariver.forumactif.com/f82-les-telephones https://likeariver.forumactif.com/t651-instagram-explications-modele
The way to love is to realize that it might be lost Empty
Message#
Sujet: Re: The way to love is to realize that it might be lost   The way to love is to realize that it might be lost EmptyVen 26 Avr 2024 - 15:14

The way to love is to realize that it might be lost
@Milo Davis & Cassia Henderson


Installés à table, le silence était de nouveau devenu maître entre nous. Quoi que, depuis tout à l’heure il ne nous avait jamais vraiment quitté et cela commençait à m’inquiéter quelque peu. Alors, la curiosité mais aussi l’inquiétude me poussait à demander à Milo si quelque chose n’allait pas. Espérant dans le fond que tout se soit bien passé lors de sa semaine à New-York et que son mal de dos ne soit pas revenu. Ma main vient trouver la sienne dans un geste délicat. Milo m’assure que je ne dois pas m’inquiéter, qu’il avait eu une grosse semaine. Le jeune homme me demande de lui raconter comment se passait le travail. « Comme toujours... » dis-je avant de me focaliser sur sa demande concernant la jeune femme de l’autre fois. « En fait si… Elle a été admise il y a deux jours pour un poignet cassé. Elle ne cesse d’affirmer qu’elle est tombée mais je n’y crois pas une seule seconde. J’ai tenté à plusieurs reprises de lui parler, de lui ouvrir les yeux mais pour le moment c’est peine perdu... » dis-je un peu frustre par cet échec. Mais je n’avais pas encore dis mon dernier mot.  Je ne pouvais décidément pas laisser cette jeune femme retourner chez elle en sachant pertinemment qu’elle était victime de la violence de son mari. Pour le moment elle était encore à l’hôpital, je comptais bien l’aider du mieux que je pouvais. Cela me tenait vraiment à cœur.

La serveur arriva rapidement vers nous pour prendre notre commande. Je me laisse tenter par une valeur sûre, tout comme Milo d’ailleurs. Les discussions reprennent doucement lors du dîner, Milo semblant un peu plus enclin à discuter. Toutefois, contrairement à d’habitude j’avais l’étrange sensation que l’appétit n’était pas au rendez-vous. Etait-ce une conséquence de cette longue semaine qu’il avait évoqué tout à l’heure ? Peut-être. Alors que le repas touche à sa fin, je constate que le contenu de son assiette a peu diminué « Elle devait vraiment être longue et épuisante cette semaine pour qu’elle arrive à te couper l’appétit... » dis-je un léger sourire aux lèvres bien que voir Milo ainsi était assez inquiétant. « Tu souhaites faire quelque chose en particulier pendant ces quelques jours ? Mis à part dormir pour récupérer un peu... » dis-je en venant caresser du bout des doigts son visage qui semblait particulièrement éteint ce soir.



Carpe Diem
And i'm feeling love
Revenir en haut Aller en bas
Milo Davis
  Milo Davis  
- Autumn leaves -

▎ Messages postés : 674
▎ Pseudo : DonJuanAuxEnfers
▎ Faceclaim : Henry Cavill
▎ Crédits : DK
▎ Multi-comptes : Je galère déjà avec un seul compte
▎ Points récoltés : 1640
The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_opfyk99ZmU1rq9ihbo3_r2_400
▎ Your age : 35 ans
▎ Your preference : Hétérosexuel
▎ Job/Studies : Pilote de ligne, amoureux du ciel
▎ The one you love : The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_pbg928QHBS1spguxzo1_400

https://likeariver.forumactif.com/t2578-me-myself-and-i https://likeariver.forumactif.com/t2745-milo-davis-the-best-way-to-predict-the-future-is-to-create-it#26057
The way to love is to realize that it might be lost Empty
Message#
Sujet: Re: The way to love is to realize that it might be lost   The way to love is to realize that it might be lost EmptyVen 26 Avr 2024 - 16:10

The way to love is to realize that it might be lost
Milo Davis & @Cassia Henderson


À mesure que Cassia déroule les détails de ses journées interminables à l’hôpital, je m'efforce de plonger dans son univers, d'embrasser son quotidien comme une échappatoire à mes propres démons. Je veux me perdre dans ses histoires, me noyer dans la routine de ses gardes, chaque anecdote s’apparentant à une bouée me tenant à flot loin des eaux troubles d’Andrew et de son chantage sinistre. Par moments, je parviens à m’évader, captivé par ses mots ; à d'autres, les images de ces clichés compromettants reviennent hanter mes pensées, sombres nuages au-dessus de notre tête. Son récit prend une tournure inattendue lorsqu'elle mentionne le retour d’Amy à l'hôpital, cette fois avec un poignet cassé. Je ne suis pas surpris, connaissant la malchance récurrente d'Amy, mais ce qui me touche le plus, c’est l’empathie inébranlable de Cassia. Malgré les complications précédentes, elle manifeste toujours une volonté de venir en aide, son cœur grand ouvert à ceux dans le besoin. Son dévouement et son professionnalisme me font chaud au cœur ; ils peignent le portrait d'une femme dont la compassion est aussi vaste que son intégrité professionnelle. Face à cette révélation de sa bienveillance, je me sens encore plus accablé par le poids de ma décision. Comment pourrais-je, en conscience, lui demander de choisir entre son amour pour moi et sa passion pour sa carrière ? Ce n'est pas seulement une question de choix entre deux amours, c'est une question d'identité, de qui elle est au plus profond d'elle-même. Elle brille dans son rôle, et éteindre cette lumière serait un acte d'une cruauté sans nom.
Silencieusement, je prends une décision lourde de conséquences. Elle souffrirait, certes, de notre séparation, mais je ne peux me résoudre à être la raison pour laquelle elle devrait renoncer à une part d’elle-même. Peut-être qu’un jour, lorsque le temps aura pansé les plaies, j'aurai le courage de lui révéler toute la vérité. Je l'imagine alors, épanouie et heureuse, entourée d’un mari aimant, dans une belle maison remplie de rires d’enfants. Mais dans cette vision future, je ne suis plus à ses côtés. C'est un sacrifice déchirant, mais dans l'ombre de notre restaurant favori, entre les murmures des autres convives et le clair-obscur des bougies, je me résigne à un avenir où son bonheur guide mes choix, même si cela signifie m'effacer de sa vie.

Le repas se déroule dans une atmosphère feutrée, marquée par un flux continu de conversations qui reprennent à mesure que les plats sont servis. J'essaie de me montrer attentif aux récits de Cassia, mais mes pensées continuent de vagabonder malgré moi. Chaque détail qu'elle partage devrait être un réconfort, mais je me sens comme détaché, perdu dans un brouillard d'inquiétudes qui me sépare d'elle. Alors que je fixe mon assiette, perdu dans mes réflexions, une remarque m'échappe involontairement. « S’il n’y avait qu’elle… » Je me rends compte de ma bévue et tente rapidement de corriger le tir. « Euh… Je veux dire que oui… Une grosse semaine et les prochaines risquent d’être pire… » Pire, non pas en raison de la charge de travail attendue, mais parce que je connais l'état émotionnel dans lequel ces jours vont me plonger. Cassia, sentant mon trouble, pose délicatement ses doigts sur mon visage, un geste tendre censé m'apporter du réconfort. Mais au lieu de cela, cela m'angoisse davantage, conscient que ces moments de douceur sont comptés. Je pose ma main sur la sienne, qui caresse toujours mon visage, cherchant à capturer et à chérir la sensation de son toucher. « Ce que je souhaite… » répètai-je après elle, la nostalgie d'un futur ensemble que nous ne pourrions peut-être jamais vivre commençant à s'insinuer dans mon cœur. Ce que je souhaite, c'est trouver un moyen d'expédier Andrew en enfer, là où il mérite d'être, loin de notre vie. « Je suis désolé Cassia… Je suis un peu ailleurs ce soir… » m'excusai-je, essayant de lui faire comprendre sans révéler tout ce qui pèse sur moi. « J’ai envie d’être avec toi, de profiter du peu de temps que nous avons encore ensemble… » Mes mots sont empreints d'une sincérité douloureuse, tentant désespérément de la préparer à l'inévitable sans pouvoir tout lui dire. Le repas touche à sa fin, et le serveur nous présente l'addition. Normalement, j'aurais rapidement pris la note, mais ce soir, chaque geste semble lourd de conséquences, chaque seconde me rapprochant un peu plus du moment où tout pourrait changer. Je règle notre dîner dans un silence pensif, puis nous quittons l'établissement.

La fraîcheur de la nuit nous accueille, et le chemin du retour semble plus long que d'habitude. Chaque pas est empreint d'une gravité nouvelle, comme si nous marchions tous deux vers un avenir incertain, un avenir que je crains de ne pas pouvoir partager avec elle. Une fois à l'extérieur, la fraîcheur de la nuit ne parvient pas à calmer l'agitation de mon cœur. Je me sens sur le point de perdre pied, mes émotions balançant entre l'amour que je ressens pour Cassia et la crainte accablante de ce qui nous attend. Instinctivement, je me rapproche d'elle, cherchant refuge et réconfort dans la proximité de son corps. Son parfum, habituellement si apaisant, éveille désormais une myriade de souvenirs heureux, rendant l'instant encore plus poignant. « Une petite promenade digestive ? » proposai-je, tentant de retrouver une once de normalité alors que nous nous dirigeons vers le lac proche. L'eau scintille sous les étoiles, un miroir reflétant nos silhouettes incertaines. « Tu sais… Je suis prêt à tout pour toi, toutes les folies, même si elles vont à l’encontre de ce que je veux. Ce que je souhaite c’est ton bonheur, Cassia… » J'essaie de lui faire comprendre, maladroitement, combien elle compte pour moi, espérant qu'elle sentira les non-dits qui pèsent sur chaque mot. Mais la sérénité de notre marche est interrompue par une rencontre inattendue. Clyde et sa femme, Bonnie, apparaissent sur notre chemin, détournant notre intimité momentanée. Leur présence est presque ironique dans sa précision, comme si le destin lui-même jouait avec nos émotions. « Oh, Cassia ! Comment vas-tu ? Mieux que Clyde, j’espère ? Il n’a pas mangé, à croire que je ne suis plus une aussi bonne cuisinière qu’autrefois ! » plaisante Bonnie, son ton léger tranchant avec la tension qui m'habite. Clyde, quant à lui, me lance des regards lourds de significations, ses yeux exprimant une sollicitude mêlée d'avertissement. Il sait, tout comme moi, combien les mots peuvent être à la fois libérateurs et destructeurs. « On va y aller chérie, on ne va pas les déranger trop longtemps ! » intervient-il rapidement, coupant court à toute possibilité que sa femme en révèle trop. « Oh oui, oui, bien sûr, vous avez sûrement beaucoup de choses à vous dire ! Bonne soirée à tous les deux ! » acquiesce Bonnie, inconsciente de la gravité sous-jacente de ses paroles. Je me mords l'intérieur de la joue, un geste de tension alors que nous les regardons s'éloigner. De nouveau seuls, je pose mon regard sur Cassia, cherchant les mots qui pourraient à la fois dissimuler et dévoiler la vérité. « Nous avons eu une grosse semaine… » répètai-je encore et toujours, espérant que cette explication suffira à calmer ses soupçons sans éveiller de nouvelles questions. C'est un mensonge, certes, mais un mensonge né du désir de la protéger, de la préserver encore un peu dans cette bulle de quiétude, avant que la réalité ne nous rattrape.

Nous finissons par rentrer, la lueur de la ville baignant notre appartement d'une lumière douce et incertaine, reflétant mon tumulte intérieur. Épuisé bien plus par le poids des non-dits que par la soirée elle-même, je prétexte une fatigue accablante pour m'éviter, autant qu'à épargner Cassia, la complexité d'une intimité plus profonde ce soir. La perspective de m'adonner à elle alors que mon esprit est assailli par des pensées sombres me semble particulièrement cruelle. Et pourtant, je crains tout autant de la repousser si par malheur elle cherchait à se rapprocher. Une fois la porte de l'appartement fermée derrière nous, un long soupir m'échappe, résonnant de manière presque audible dans le silence qui nous enveloppe. Chaque coin de cet espace que nous partageons me rappelle à la réalité de ce que je dois faire. Je dois lui parler, lui révéler tout ce qui se trame, tout ce que je cache. Mais quand ? Plus j'attends, plus je sens que cela devient difficile, voire impossible. Chaque minute qui passe semble tisser un réseau plus serré d'incertitude et de peur autour de mon cœur. Je refuse catégoriquement que d'ici lundi, sa vie puisse être jetée en pâture, exposée aux jugements sans appel de la société. Cela ne doit pas arriver. Je sais que je dois le faire. Mais quand ? Je m'avance vers le canapé, m'y asseyant avec une lourdeur qui va au-delà de la simple fatigue physique.


SHE IS MY WORLD
Et au premier battement de ses paupières, je l'ai reconnue. C'était bien elle, l'inattendue et l'attendue
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Cassia Henderson
  Cassia Henderson  
- Shade of winter -

▎ Messages postés : 931
▎ Pseudo : s-a
▎ Faceclaim : Gal Gadot
▎ Crédits : philia
▎ Multi-comptes : non
▎ Points récoltés : 1582
The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_inline_opupfyoeON1ul4f46_400
▎ Your age : trente-trois ans
▎ Your preference : hétérosexuelle
▎ Job/Studies : Cassia est infirmière au Charlton Memorial Hospital.
▎ The one you love : The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_p02mtjuqCb1vbe6zoo6_r1_250

https://likeariver.forumactif.com/f38-liens-des-membres https://likeariver.forumactif.com/f82-les-telephones https://likeariver.forumactif.com/t651-instagram-explications-modele
The way to love is to realize that it might be lost Empty
Message#
Sujet: Re: The way to love is to realize that it might be lost   The way to love is to realize that it might be lost EmptyVen 26 Avr 2024 - 18:00

The way to love is to realize that it might be lost
@Milo Davis & Cassia Henderson


Comme à mon habitude, j’ai dû mal a m’arrêter de parler lorsque je commence à évoquer quelques histoires ou péripéties de l’hôpital. Cette fois-ci l’une des conversations est focalisée sur Amy qui avait de nouveau été admise à l’hôpital pour un poignet cassé cette fois-ci. Elle refusait encore d’admettre ce qui se passait entre elle et son mari mais moi je n’étais pas dupe et je n’étais pas prête du  tout à laisser tomber cette histoire aussi facilement. Une fois le dîner terminé, je souligne le peu d’appétit que Milo avait eu ce soir, évoquant alors cette fameuse grosse semaine qui venait de s’écouler. Le jeune homme semble vouloir sous entendre qu’il n’y avait pas que cela, et il ajoute que les semaines à venir allaient être pire. « Oh, vraiment ? Je pensais qu’ au contraire, avec la fin de ta formation tes semaines allaient redevenir un peu plus calmes ... » Il fallait croire que je m’étais trompée. La conversation continue et je demande à Milo ce qu’il souhaitait faire lors de ces derniers jours, mais sa réponse se fait attendre. Le pilote de ligne finit par s’excuser avouant lui même qu’il était en effet ailleurs ce soir. « Du peu de temps ? Je sais que ces quelques jours vont passer vite mais tu viens seulement de rentrer... » dis-je un peu amusée essayant ainsi de lui transmettre un peu d’enthousiasme.

Une fois sortis du restaurant, Milo propose une promenade digestive. « Oui, avec plaisir » C’était en sorte un de nos petits rituels quand le temps nous le permettait. Une manière de prolonger la soirée en extérieur avant de rentrer. Nous nous dirigeons alors vers le petit lac non loin de là. Marchant l’un contre l’autre, Milo semble souhaiter que je sache qu’il était prêt à tout pour moi, à toutes les folies même si elles allaient à l’encontre de ce que lui souhaitait. Il ne voulait que mon bonheur. Ses paroles me surprennent quelque peu, je le savais déjà, et en général lorsque Milo parlait ainsi c’était en général suite à un évènement riche en émotion. « Oui je le sais Milo. Tout comme tu sais que moi aussi je suis prête à tout pour toi et que seul ton bonheur compte... » dis-je le plus sincèrement du monde. Nous sommes soudainement interrompus par la rencontre de Clyde et de sa femme Bonnie. « Oh bonsoir Bonnie. Je vais bien merci et toi ? » La jeune femme me répond dans la foulée « Je vais bien aussi, merci. »  Je suis surprise de savoir que Clyde aussi n’était apparemment pas dans son assiette «  Oui apparemment la semaine a été longue et assez pénible... » dis-je en jetant un œil aux deux pilotes. Clyde décide de mettre fin rapidement à cette entrevue « Bonne soirée à vous deux également » dis-je avant de les laisser continuer leur chemin. Une fois à nouveau seuls, Milo répète le fait qu’il avait eu une grosse semaine avec Clyde. « Apparemment oui… Même si je me demande bien ce qui peut vous préoccuper ainsi tous les deux. Tu sais que tu peux m’en parler quand tu le souhaites... » dis-je pour lui rappeler qu’il pouvait me parler, se confier à moi.

Nous rentrons ensuite à l’appartement. Une fois dévêtus de nos vestes et chaussures, Milo toujours silencieux vient s’installer dans le canapé juste après m’avoir à nous dit dit qu’il était épuise de sa semaine. Je vais en cuisine pour préparer deux tasses de thé que je viens apporter ensuite au salon et que je dépose sur la petite table basse. Je prends place aux côté de Milo. Je viens déposer un tendre baiser sur ses lèvres « H’m… si tu n’étais pas aussi fatigué je crois que je t’aurais déjà sauté dessus… J’ai l’impression que cette semaine a été interminable sans toi... » dis-je un brin d’amusement dans ma voix alors que je viens déposer quelques baisers le long de l’arête de sa mâchoire. « Ce n’est que partie remise... » dis-je le regard malicieux et espiègle.



Carpe Diem
And i'm feeling love
Revenir en haut Aller en bas
Milo Davis
  Milo Davis  
- Autumn leaves -

▎ Messages postés : 674
▎ Pseudo : DonJuanAuxEnfers
▎ Faceclaim : Henry Cavill
▎ Crédits : DK
▎ Multi-comptes : Je galère déjà avec un seul compte
▎ Points récoltés : 1640
The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_opfyk99ZmU1rq9ihbo3_r2_400
▎ Your age : 35 ans
▎ Your preference : Hétérosexuel
▎ Job/Studies : Pilote de ligne, amoureux du ciel
▎ The one you love : The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_pbg928QHBS1spguxzo1_400

https://likeariver.forumactif.com/t2578-me-myself-and-i https://likeariver.forumactif.com/t2745-milo-davis-the-best-way-to-predict-the-future-is-to-create-it#26057
The way to love is to realize that it might be lost Empty
Message#
Sujet: Re: The way to love is to realize that it might be lost   The way to love is to realize that it might be lost EmptyVen 26 Avr 2024 - 18:44

The way to love is to realize that it might be lost
Milo Davis & @Cassia Henderson


Dans d’autres circonstances, les mots réconfortants de Cassia auraient sans doute ouvert une porte à la franchise, une invitation à partager la lourde charge que je portais seul. J'aurais pu lui révéler le chantage odieux d'Andrew, déverser le fardeau qui pesait tant sur mon esprit, et peut-être, ensemble, aurions-nous trouvé une solution pour nous en sortir. La possibilité de tout lui dire, de me libérer de ce poids écrasant, me brûlait de l'intérieur. Mais, retenant mes aveux, je me limitais à un hochement de tête compréhensif, gardant mes tourments enfermés derrière un masque de sérénité forcée.

Ses mots résonnent en moi, des échos d'une douceur qui me parviennent comme à travers un brouillard. Même alors que je reste assis sur son canapé, tentant de me détendre, ses paroles tournent dans mon esprit. C’est alors que mon téléphone vibre, une intrusion soudaine qui brise le calme éphémère. C'est un message de Clyde « Si c’est votre dernier weekend ensemble, rends-l’inoubliable. » Je règle rapidement mon téléphone sur ne pas déranger, une décision amère mais nécessaire pour préserver les précieux moments que nous avons encore. Les paroles de Cassia continuent de flotter autour de moi, légères et insouciantes, comme elle me confie avec un sourire doux : « J’ai l’impression que cette semaine a été interminable sans toi… » avant d'ajouter rapidement, « Ce n’est que partie remise. » Si seulement elle savait… Si seulement elle pouvait comprendre que ces baisers seront nos derniers, que ces moments tendres s’apparenteront bientôt à de fugace souvenirs. Cette pensée injecte une douleur aiguë dans chaque seconde qui passe, teintant nos échanges d'une mélancolie que je lutte pour dissimuler. Je tente de nouveau de me détacher de cette réalité sombre, de profiter de notre temps ensemble sans penser à Andrew ou aux mots pressants de Clyde. Mais il est impossible de secouer complètement ces pensées. Clyde avait raison : si cela doit être notre dernier weekend ensemble, je dois le rendre inoubliable, pas seulement pour moi, mais pour elle, pour la beauté et la pureté de tout ce que nous avons partagé au fil des ans. Ainsi, je décide de mettre de côté mes peurs, de repousser les ombres pour un moment, et de m'immerger dans le présent avec Cassia. Je dois faire en sorte que chaque rire, chaque conversation, chaque étreinte soit empreinte d'une intensité particulière, un souvenir lumineux à chérir, peu importe ce que l'avenir nous réserve. Je lui dois cela, après toutes ces années de complicité et d'amour, de lui offrir un dernier éclat de bonheur, un dernier cadeau de mon cœur.

Les lèvres de Cassia effleurent délicatement l'arête de ma mâchoire, traçant un chemin de feu sur ma peau qui résonne jusqu'au plus profond de mon être. Sans que je puisse lutter contre cet élan, mes mains trouvent naturellement leur place sur ses hanches, établissant une connexion presque palpable entre nos corps. À travers le tissu de ses vêtements, je peux sentir sa peau frémir sous mes caresses, chaque frisson qu'elle ressent vibrer en écho dans mon propre corps. Chaque toucher, chaque mouvement devient une affirmation silencieuse, un pacte tacite que je scelle avec moi-même : ce soir sera notre dernier. Avec cette pensée en tête, chaque geste prend une intensité nouvelle, comme si je cherche à graver dans ma mémoire la sensation de sa peau, la courbe de son corps, le rythme de sa respiration. « Embrasse-moi… » Les mots s'échappent de mes lèvres dans un souffle, se mêlant aux siennes dans une invitation muette mais ardente. J’éprouve un besoin viscéral de ce contact, de sentir la ferveur de son désir contre le mien, d'écouter les battements de son cœur s'accélérer à l'unisson avec les miens.


SHE IS MY WORLD
Et au premier battement de ses paupières, je l'ai reconnue. C'était bien elle, l'inattendue et l'attendue
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Cassia Henderson
  Cassia Henderson  
- Shade of winter -

▎ Messages postés : 931
▎ Pseudo : s-a
▎ Faceclaim : Gal Gadot
▎ Crédits : philia
▎ Multi-comptes : non
▎ Points récoltés : 1582
The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_inline_opupfyoeON1ul4f46_400
▎ Your age : trente-trois ans
▎ Your preference : hétérosexuelle
▎ Job/Studies : Cassia est infirmière au Charlton Memorial Hospital.
▎ The one you love : The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_p02mtjuqCb1vbe6zoo6_r1_250

https://likeariver.forumactif.com/f38-liens-des-membres https://likeariver.forumactif.com/f82-les-telephones https://likeariver.forumactif.com/t651-instagram-explications-modele
The way to love is to realize that it might be lost Empty
Message#
Sujet: Re: The way to love is to realize that it might be lost   The way to love is to realize that it might be lost EmptyVen 26 Avr 2024 - 20:28

The way to love is to realize that it might be lost
@Milo Davis & Cassia Henderson


Nous étions rentrés à l’appartement et les seuls mots que Milo prononçait était pour me dire qu’il était vraiment exténué. Toute la soirée, nous avions vaguement évoqué cette semaine éprouvante. Alors pour terminer la soirée tranquillement, j’avais préparé deux tasses de thé pour nous accompagner au salon. Je ne comptais plus le nombre de fois où c’était Milo qui avait pris sin de préparer cette boisson chaude si réconfortante pour moi. Ce soir, cela me tenait à cœur de gérer ce genre de petits détails afin que Milo puisse se reposer sereinement. Assise à côté de Milo, il m’était impossible de résister à l’envie de l’embrasser, je le taquinais même sur son état de fatigue qui par conséquent allait devoir nous obliger à rattraper le temps perdus dès demain. Sans prononcer un mot, je sens les mains du jeune homme se poser sur mes hanches. Un geste simple mais qui établissait une connexion toute particulière entre nous. Comme toujours, la simple sensation de ses mains sur mon corps me procurait d’ores et déjà un millier de sensations. Finalement, Milo brise le silence pour me demander de l’embrasser. Un large sourire apparaît alors sur mes lèvres, ravie de cette demande. « Tout ce que tu veux... » dis-je avant de céder à sa requête en venant poser mes lèvres sur les siennes pour échanger un tendre et passionné baiser. Bien que le comportement de Milo ait été jusqu’à présent assez étrange par rapport à d’habitude, je commençais  être quelque peu soulagé de voir que depuis que nous étions rentrés il semblait plus détendu, plus serein. Doucement mais sûrement, portée par sa requête et l’envie d’être encore plus proche, je viens passer une jambe de part et d’autre de son bassin, me retrouvant ainsi assise sur lui. Mes lèvres ont du mal à quitter les siennes tandis que mes mains commencent à glisser en dessous de son t-shirt afin de caresser sa peau douce et chaude ainsi que son torse parfaitement sculpté. Il m’était difficile de ne pas résister à l’appel de son corps et de mon désir pour lui. Surtout après une semaine d’absence. D’autant plus que je n’étais pas certaine que Milo soit enclin à partager ce genre de moment à cause de sa fatigue très prononcée de ce soir. Je ne savais pas encore si le pilote de ligne allait souhaiter aller plus loin, mais quoiqu’il en soit, cette douce proximité me faisait déjà un immense bien. Milo était là de retour, je pouvais à nouveau sentir son doux parfums, toucher sa peau, goûter ses lèvres, profiter de sa présence tout simplement.




Carpe Diem
And i'm feeling love
Revenir en haut Aller en bas
Milo Davis
  Milo Davis  
- Autumn leaves -

▎ Messages postés : 674
▎ Pseudo : DonJuanAuxEnfers
▎ Faceclaim : Henry Cavill
▎ Crédits : DK
▎ Multi-comptes : Je galère déjà avec un seul compte
▎ Points récoltés : 1640
The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_opfyk99ZmU1rq9ihbo3_r2_400
▎ Your age : 35 ans
▎ Your preference : Hétérosexuel
▎ Job/Studies : Pilote de ligne, amoureux du ciel
▎ The one you love : The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_pbg928QHBS1spguxzo1_400

https://likeariver.forumactif.com/t2578-me-myself-and-i https://likeariver.forumactif.com/t2745-milo-davis-the-best-way-to-predict-the-future-is-to-create-it#26057
The way to love is to realize that it might be lost Empty
Message#
Sujet: Re: The way to love is to realize that it might be lost   The way to love is to realize that it might be lost EmptyVen 26 Avr 2024 - 21:25

The way to love is to realize that it might be lost
Milo Davis & @Cassia Henderson


Sous l'égide impitoyable d'Andrew, une épée de Damoclès suspendue au-dessus de nos têtes, je lutte ce soir pour ne pas succomber à la mélancolie et au désespoir. Pourtant, dans l'intimité de ce moment, ces sentiments n'ont pas leur place. Demain, peut-être, la réalité reprendra ses droits, mais pas maintenant. Les mots doux de Cassia m'offrent un répit, un apaisement éphémère qui fait taire, ne serait-ce qu'un instant, l'orage qui gronde en moi. Même si ce répit ne doit durer que quelques minutes ou quelques heures, nous avons ce moment, précieux et exclusivement nôtre. Je la regarde s'installer de part et d'autre de mes jambes, la lumière tamisée du salon dessinant les contours de sa silhouette. Assis sur le canapé, je sens son poids contre moi, une présence rassurante et excitante. Mes mains, instinctivement, trouvent leur chemin autour de sa taille, étreignant doucement son corps. Sous mes paumes, je sens la chaleur de sa peau à travers le tissu, un frisson parcourant son corps à chaque mouvement. Ses mains, plus téméraires, glissent sous mon tee-shirt, explorant mon torse avec une familiarité brûlante. Ma peau réagit instantanément à son toucher, chaque caresse attisant le feu qui menace de consumer mon être tout entier. En réponse, mes mains s'aventurent avec audace le long de son dos, remontant doucement le long de sa colonne vertébrale.

Au plus profond de moi, une voix me rappelle que ceci pourrait être la dernière fois que nos corps se parlent de cette manière. Chaque fois que cette pensée cruelle s'insinue, je la repousse avec véhémence, cherchant refuge dans le goût de ses lèvres, dans la douceur de son baiser qui promet d'oublier, ne serait-ce qu'un instant, les sombres nuages qui nous attendent. Son tee-shirt rejoint bientôt le sol, une étoffe inutile abandonnée dans l'urgence de notre étreinte. Mon regard, avide et rempli d'une affection profonde, découvre avec délice la lingerie qu'elle porte. La vue de cette délicate parure sur sa peau enflamme mon désir, accentuant la passion qui vibre entre nous. La dentelle, les courbes, la promesse d'un secret partagé, tout contribue à rendre ce moment intemporel.
Cassia porte un soutien-gorge délicatement ouvragé, de la dentelle fine ornant chaque bord, offrant un contraste saisissant avec la douceur de sa peau. La couleur est un rouge profond, évoquant la passion et le désir, soulignant subtilement chaque courbe avec élégance et une pointe d'audace. La dentelle s'entrelace en motifs floraux complexes, chaque détail ajoutant à l'ensemble un caractère presque artistique. La coupe est celle d'un balconnet, rehaussant sa silhouette de manière à la fois discrète et flatteuse, le jeu de transparence de la dentelle laissant deviner plus qu'il ne dévoile. Les fines bretelles sont ajustées avec précision, soutenant avec une grâce presque invisible. Mes doigts, guidés par un mélange de nostalgie et de désir, tracent les lignes de cette œuvre d'art textile, chaque frôlement contre le tissu faisant écho à la chaleur de sa peau en dessous. Le contraste entre la douceur de la dentelle et l'intensité de nos émotions crée un moment de beauté poignante, un instant volé à la réalité oppressante qui attend en dehors de ces murs.

« J’ai très envie de toi… » avouai-je contre ses lèvres, la chaleur de ma voix se mêlant à la douceur de son souffle. Chaque mot est un frisson, une promesse murmurée dans l'intimité d'un instant suspendu entre désir et tendresse. La proximité de nos visages, nos souffles entremêlés, ajoute une urgence palpable à l'air déjà saturé de passion. L'envie de sentir sa peau nue contre la mienne devient presque irrésistible. Je veux sentir son corps pressé contre le mien, chaque courbe et chaque contour de son enveloppe charnelle devenant mien. Son souffle, chaud et erratique, se perd sur ma peau, traçant un chemin invisible de frissons qui descend le long de mon épine dorsale, électrisant chaque nerf sur son passage. Je souhaite ressentir, une dernière fois, l'extase pure de ce plaisir partagé, de ce bonheur qui ne se trouve que dans ces moments volés avec elle.


SHE IS MY WORLD
Et au premier battement de ses paupières, je l'ai reconnue. C'était bien elle, l'inattendue et l'attendue
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Cassia Henderson
  Cassia Henderson  
- Shade of winter -

▎ Messages postés : 931
▎ Pseudo : s-a
▎ Faceclaim : Gal Gadot
▎ Crédits : philia
▎ Multi-comptes : non
▎ Points récoltés : 1582
The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_inline_opupfyoeON1ul4f46_400
▎ Your age : trente-trois ans
▎ Your preference : hétérosexuelle
▎ Job/Studies : Cassia est infirmière au Charlton Memorial Hospital.
▎ The one you love : The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_p02mtjuqCb1vbe6zoo6_r1_250

https://likeariver.forumactif.com/f38-liens-des-membres https://likeariver.forumactif.com/f82-les-telephones https://likeariver.forumactif.com/t651-instagram-explications-modele
The way to love is to realize that it might be lost Empty
Message#
Sujet: Re: The way to love is to realize that it might be lost   The way to love is to realize that it might be lost EmptyVen 26 Avr 2024 - 22:42

The way to love is to realize that it might be lost
@Milo Davis & Cassia Henderson


scène intime:



Carpe Diem
And i'm feeling love
Revenir en haut Aller en bas
Milo Davis
  Milo Davis  
- Autumn leaves -

▎ Messages postés : 674
▎ Pseudo : DonJuanAuxEnfers
▎ Faceclaim : Henry Cavill
▎ Crédits : DK
▎ Multi-comptes : Je galère déjà avec un seul compte
▎ Points récoltés : 1640
The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_opfyk99ZmU1rq9ihbo3_r2_400
▎ Your age : 35 ans
▎ Your preference : Hétérosexuel
▎ Job/Studies : Pilote de ligne, amoureux du ciel
▎ The one you love : The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_pbg928QHBS1spguxzo1_400

https://likeariver.forumactif.com/t2578-me-myself-and-i https://likeariver.forumactif.com/t2745-milo-davis-the-best-way-to-predict-the-future-is-to-create-it#26057
The way to love is to realize that it might be lost Empty
Message#
Sujet: Re: The way to love is to realize that it might be lost   The way to love is to realize that it might be lost EmptySam 27 Avr 2024 - 1:59

The way to love is to realize that it might be lost
Milo Davis & @Cassia Henderson


Scène intime:

« Tu es ma raison de vivre, Cassia… » Ma voix se perd dans l'écho de nos respirations apaisées, un filet de désespoir teintant mes mots alors qu'un horrible sentiment d'abandon s'empare de moi. Les souvenirs de ma conversation récente avec Andrew ressurgissent, assombrissant l'éclat de notre intimité retrouvée. Le poids de sa menace pèse lourd sur mon cœur, me rappelant cruellement que ces moments de bonheur partagé pourraient être nos derniers. « Ton bonheur, ton plaisir, ta vie… seront toujours prioritaires à mes yeux, » je continue, chaque mot soufflé avec douceur mais chargé de l'urgence de mes sentiments non révélés. C'est une confession voilée, une tentative délicate de la préparer à la tempête qui se profile à l'horizon. Je veux qu'elle sache, sans lui révéler encore toute l'étendue de la situation, que peu importe ce qui nous attend, je ferai tout pour préserver ce qui la rend heureuse. Nous restons là, enlacés dans la douceur de notre étreinte, le monde extérieur s'effaçant peu à peu. Les contours de notre réalité se fondent dans l'obscurité de la chambre, nos souffles se synchronisant au rythme d'un calme précaire. Une fois de plus, je tente de graver en moi chaque détail de ce moment, chaque sensation de sa peau contre la mienne, chaque battement de son cœur. Cette mélodie douce et amère se confond dans une symphonie d'un adieu non prononcé. Finalement, épuisés par l'ampleur de nos émotions et le poids de nos non-dits, nous glissons vers le sommeil. L'un contre l'autre, dans un dernier refuge de paix avant que le jour ne se lève et ne nous oblige à affronter la réalité, nous finissons par nous endormir.

Le réveil est un mélange d'émotions contradictoires. D'un côté, c'est agréable car je peux me réveiller aux côtés de la femme que j'aime, sentir sa présence apaisante tout près de moi. De l'autre, c'est désagréable car je porte le poids de ce que je dois accomplir aujourd'hui. Avec chaque minute qui passe, la tâche de lui dire ce que je dois lui dire devient de plus en plus lourde. J'ose à peine envisager l'immense sentiment d'abandon qui l'envahira lorsque je lui annoncerai que je ne peux plus poursuivre notre histoire. Ce n'est pas par manque d'amour, bien au contraire, c'est l'amour lui-même qui m'oblige à prendre cette décision déchirante. Je caresse doucement ses cheveux alors qu'elle repose encore dans les bras de Morphée. Mes lèvres trouvent doucement son front, déposant un baiser plein de tendresse et de regrets. Elle bouge légèrement, se rapprochant instinctivement de moi dans son sommeil, trouvant confort dans mon étreinte. C'est à la fois horrible et délicieusement intime, ce contraste aiguë entre la douceur de l'instant et la dure réalité qui m'attend.
Mon regard se détourne vers ma montre, un cadeau de Cassia pour mon dernier anniversaire. C'est une belle pièce, chargée de souvenirs et d'émotions. Je retourne le cadran pour relire la gravure, une déclaration simple mais puissante : « Je t’aime. C » Le poids de ces mots me frappe de plein fouet alors que je réalise que dans quelques jours, c'est son anniversaire. L'ironie de la situation me pèse lourdement sur le cœur. Andrew, dans toute sa cruauté, ne pouvait pas choisir un moment plus douloureux pour me demander de mettre fin à notre relation. Pour la première fois depuis notre rencontre, je sais que nous ne serons pas ensemble pour célébrer ce jour si spécial. Cette pensée seule suffit à me serrer le cœur. Comment puis-je me résoudre à lui infliger une telle douleur, surtout à un moment aussi symbolique ? Chaque seconde passée à retarder cette conversation devient un mélange de gratitude pour le présent et de peur de l'avenir. C'est un dilemme déchirant, un choix entre protéger celle que j'aime de la vérité ou lui avouer la réalité brutale qui pourrait briser son cœur.

Cassia s’éveille doucement, s’étirant avec une grâce naturelle qui attire mon regard vers elle encore une fois. Alors qu'elle ouvre lentement les yeux, découvrant la lumière du matin filtrant à travers les rideaux, je repose ma montre et me tourne vers elle. Chaque mouvement est empreint d'une douceur consciente, car ce réveil, imprégné d’une mélancolie subtile, semble porteur d'un caractère final. La sensation est presque palpable, comme si ce matin était le dernier que nous partageons dans une telle intimité. « J’ai envie que le temps s’arrête… » murmurai-je à son oreille, mes mots flottant doucement dans l'air tandis que mon doigt trace délicatement les contours de son visage. Elle est si belle dans la tranquillité du matin, si paisible, que mon cœur se serre à la pensée de ce que je dois bientôt lui révéler. « Le temps passe trop vite et si lentement sans toi… » Je continue, laissant mes sentiments s'exprimer dans un murmure à peine audible. Chaque mot est un fil tissé entre nous, tentant de la préparer doucement à la douloureuse vérité qui se profile à l'horizon. Je souhaite lui donner un indice, la préparer pour l'impact de mes prochaines paroles, mais pas tout de suite. J'ai besoin d'un peu de répit, un moment suspendu où nous pouvons encore prétendre que tout est comme avant, que rien ne changera. Nous restons allongés, le silence rempli de notre respiration et des battements de nos cœurs. Elle se blottit contre moi, sa tête reposant sur mon épaule, et je sens son souffle chaud contre ma peau. Ce moment de paix est précieux, presque sacré, et je le chéris profondément, sachant combien ces instants sont éphémères.


SHE IS MY WORLD
Et au premier battement de ses paupières, je l'ai reconnue. C'était bien elle, l'inattendue et l'attendue
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Cassia Henderson
  Cassia Henderson  
- Shade of winter -

▎ Messages postés : 931
▎ Pseudo : s-a
▎ Faceclaim : Gal Gadot
▎ Crédits : philia
▎ Multi-comptes : non
▎ Points récoltés : 1582
The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_inline_opupfyoeON1ul4f46_400
▎ Your age : trente-trois ans
▎ Your preference : hétérosexuelle
▎ Job/Studies : Cassia est infirmière au Charlton Memorial Hospital.
▎ The one you love : The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_p02mtjuqCb1vbe6zoo6_r1_250

https://likeariver.forumactif.com/f38-liens-des-membres https://likeariver.forumactif.com/f82-les-telephones https://likeariver.forumactif.com/t651-instagram-explications-modele
The way to love is to realize that it might be lost Empty
Message#
Sujet: Re: The way to love is to realize that it might be lost   The way to love is to realize that it might be lost EmptySam 27 Avr 2024 - 10:51

The way to love is to realize that it might be lost
@Milo Davis & Cassia Henderson


Blottis l'un contre l'autre après ce moment voluptueux entre nos deux corps, je profite de cet instant si parfait à mes yeux. Milo, comme depuis le début de la soirée, semble être d'humeur à de belles et douces confidences. Chacune d'entre elle faisant battre mon cœur encore plus vite et plus fort pour lui. « Je sais que je peux et que je pourrais toujours compter sur toi. Tout comme tu pourras toujours compter sur moi également... » C’était ainsi depuis que nous nous connaissions et cela c’était sans nul doute renforcer avec l’évolution de notre relation si fusionnelle. Petit à petit, épuisés par la journée et la soirée nous trouvons le chemin pour rejoindre les bras de Morphée.

Le sommeil me quittait petit à petit. Je pouvais d'ores et déjà sentir la douceur et la chaleur du corps de Milo à mes côtés. En ouvrant les yeux je remarque que le jeune homme est déjà réveillé. C'est tout naturellement que je me blottie davantage contre lui, déposant un tendre baiser sur son épaule avant d'y reposer mon visage. Un léger sourire naît sur mon visage lorsque d'une voix douce Milo m'avoue qu'il avait envie que le temps s'arrête. « C'est vrai que ça rendrait les choses si simples parfois... » Comme maintenant, ce genre de petit week-end qui passait tellement vite, je m'étais laissé imaginer plus d'une fois arrêter le temps afin d'en profiter davantage. Mais cela était impossible. Nous profitons encore d'un long moment allongés et blottis l'un contre l'autre avant de se décider à quitter la chambre pour prendre un petit déjeuner dans la cuisine. Je m’affaire à sortir deux tasses et de quoi prendre des forces pour la journée, jus de fruits, fruits frais et quelques biscuits. « Tu préfères un thé ou plutôt un café ? » demandai-je tout en sortant de quoi préparer les deux boissons si besoin. Je me tourne alors vers Milo, présent aussi à mes côtés mais qui semblait à nouveau très pensif. « Est-ce que ça va ? Tu m’as l’air bien soucieux... » Hier soir, à plusieurs reprises il m’avait confié avoir eu une longue semaine. Mais je pensais que la nuit lui aurait été bénéfique « Tu as mal dormi… ? » Peut-être que finalement cette nuit tant attendue n’avait pas été aussi réparatrice et que le pilote de ligne ressentait alors encore les effets néfastes d’une fatigue accumulée sur plusieurs jours. Si tel était le cas, il faudrait singer à limiter les activités prévues pendant ces deux jours de repos et privilégier une certaine tranquillité.




Carpe Diem
And i'm feeling love
Revenir en haut Aller en bas
Milo Davis
  Milo Davis  
- Autumn leaves -

▎ Messages postés : 674
▎ Pseudo : DonJuanAuxEnfers
▎ Faceclaim : Henry Cavill
▎ Crédits : DK
▎ Multi-comptes : Je galère déjà avec un seul compte
▎ Points récoltés : 1640
The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_opfyk99ZmU1rq9ihbo3_r2_400
▎ Your age : 35 ans
▎ Your preference : Hétérosexuel
▎ Job/Studies : Pilote de ligne, amoureux du ciel
▎ The one you love : The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_pbg928QHBS1spguxzo1_400

https://likeariver.forumactif.com/t2578-me-myself-and-i https://likeariver.forumactif.com/t2745-milo-davis-the-best-way-to-predict-the-future-is-to-create-it#26057
The way to love is to realize that it might be lost Empty
Message#
Sujet: Re: The way to love is to realize that it might be lost   The way to love is to realize that it might be lost EmptySam 27 Avr 2024 - 13:01

The way to love is to realize that it might be lost
Milo Davis & @Cassia Henderson


Après un moment prolongé de calme et d'intimité, nous décidons finalement de quitter la chaleur rassurante de notre lit pour commencer la journée. Nous nous dirigeons vers la cuisine, où elle commence à préparer un petit déjeuner énergétique. Elle sort deux tasses du placard et rassemble tout ce dont nous avons besoin pour bien commencer la journée : jus de fruits, fruits frais, et quelques biscuits pour accompagner le tout. « Tu préfères un thé ou plutôt un café ? » me demande-t-elle, en préparant le nécessaire pour les deux options. Je suis tiré de mes pensées sombres par sa question simple. Je tente de paraître aussi détendu que possible, mais je sens que mon masque de normalité est fragile. « Euuuh… Café s’il te plaît… » ma réponse est automatique, mon esprit toujours embrouillé par les pensées de ce que je dois lui révéler. Cassia, toujours aussi attentive et intuitive, remarque immédiatement le changement subtil dans mon comportement. Elle s'approche avec une douceur qui me touche profondément, son regard empli d'une préoccupation sincère. « Est-ce que ça va ? Tu m’as l’air bien soucieux... » Sa voix est douce, ses mots chargés d'une sollicitude qui m'atteint directement au cœur. Elle pose la question innocemment, supposant peut-être que j'ai simplement passé une mauvaise nuit. « Oui… J’ai… J’ai quelque chose qui me tracasse… » avouai-je, bien que le terme « tracasse » semble ridiculement insuffisant pour décrire l'ampleur de la tempête émotionnelle qui rage en moi. Cassia met de côté ce qu'elle est en train de faire, toute son attention concentrée sur moi. Sa présence est à la fois un baume et un rappel des enjeux de notre conversation à venir.

Je me sens tiraillé entre le besoin de protéger notre bulle de bonheur et la nécessité de confronter la réalité brutale qui nous guette. Je sais que je dois lui parler, lui expliquer tout ce qui pèse sur moi, mais chaque mot semble lourd de conséquences. Je prends une profonde inspiration, cherchant le courage de continuer, sachant que chaque moment qui passe est précieux et pourrait bien être l'un de nos derniers de tranquillité partagée. Sans réfléchir, poussé par un élan de tendresse et un désir urgent de la garder près de moi, je m’approche de Cassia et la serre fort dans mes bras. C’est une étreinte semblable à celle que nous partageons habituellement lorsque je dois la quitter pour la semaine, mais chargée d'une intensité bien plus grande aujourd'hui. « Si tu savais… » soufflai-je tout près de son oreille, ma main caressant doucement sa joue. Les mots sont un murmure, un souffle de vérité que je retiens encore. « Si tu savais tout ce dont je suis capable pour toi… » Ces mots sortent en un flux presque ininterrompu, comme si je tentais de lui dire, sans vraiment dire, de préparer son cœur à ce qui va inévitablement arriver. Chaque mot est un pas de plus vers la révélation que je redoute tant. J'ai envisagé l'idée de laisser une lettre, de m'éclipser comme un lâche, mais l'idée même me répugne. Cassia ne mérite pas une telle lâcheté ; elle mérite la vérité, face à face, même si cela doit briser mon cœur autant que le sien. « Si tu savais tout ce que je suis prêt à sacrifier pour toi… » avouai-je, une montée d'émotion serrant ma gorge et menaçant de m'engloutir. Je sens mon cœur battre à tout rompre, chaque battement résonnant comme un tambour annonçant le moment fatidique qui approche.
Malgré la lourdeur qui plane entre nous, nous nous dirigeons vers la table du petit-déjeuner. Cassia, toujours attentive, s'affaire à terminer les préparatifs, peut-être pour échapper à l'intensité de notre échange, ou peut-être pour se donner le temps de digérer les mots que je viens de lui dire. Nous nous asseyons, et le petit-déjeuner se déroule dans un mélange de silence et de conversations banales, chacun de nous absorbé par ses pensées. La simplicité des gestes du quotidien, le goût des fruits frais et du café, tout prend une teinte douce-amère, chaque bouchée et chaque gorgée chargées de non-dits et d'émotions contenues. C'est un moment suspendu dans le temps, un calme avant la tempête de vérités à venir.

La journée s'écoule de manière paradoxale, rapide dans son avancée mais interminable dans chaque moment passé à redouter la conversation inévitable. Le soleil décline lentement, et au milieu de l'après-midi, après avoir pris une longue et profonde inspiration pour calmer le tumulte intérieur, je trouve Cassia absorbée dans sa lecture sur le canapé. Sa concentration semble totale, le monde extérieur oublié derrière les pages de son livre. Comment faire ? Comment lui dire ? Ces questions tournent en boucle dans ma tête alors que je la regarde, mes yeux captant chaque détail de son visage tranquille, luttant contre la montée d'émotions qui menace de submerger mes défenses. Un nœud se forme dans mon estomac, chaque battement de cœur amplifiant la tension qui m'habite. « Cassia, il y a quelque chose que je dois te dire… Il faut que l’on parle… Que je te parle… » commençai-je, brisant le silence de l'après-midi. Ma voix est ébranlée, vibrante de l'ampleur de ce que ces mots impliquent. Elle lève les yeux de son livre, un regard d'interrogation qui se transforme rapidement en inquiétude à la vue de mon expression grave. Les mots suivants se bousculent à l'entrée de ma gorge, flous et confus, piégés dans le labyrinthe de mes pensées, mais je sais qu'ils doivent trouver leur chemin vers la lumière. C'est le moment. Peu importe à quel point c'est difficile, il est temps de laisser la vérité se frayer un chemin à travers le voile de notre quotidien tranquille.

Mes doigts se crispent sur le tissu du canapé, cherchant un ancrage alors que je rassemble mes pensées pour continuer. « Je n'ai pas été totalement honnête avec toi... » avouai-je, chaque mot pesant lourdement dans l'air entre nous. Mon regard cherche le sien, implorant sa compréhension avant même que toute la vérité ne soit dévoilée. Elle pose son livre, son attention désormais entièrement fixée sur moi. La tension dans la pièce est palpable, chaque seconde étirée dans une attente insoutenable.


SHE IS MY WORLD
Et au premier battement de ses paupières, je l'ai reconnue. C'était bien elle, l'inattendue et l'attendue
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Cassia Henderson
  Cassia Henderson  
- Shade of winter -

▎ Messages postés : 931
▎ Pseudo : s-a
▎ Faceclaim : Gal Gadot
▎ Crédits : philia
▎ Multi-comptes : non
▎ Points récoltés : 1582
The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_inline_opupfyoeON1ul4f46_400
▎ Your age : trente-trois ans
▎ Your preference : hétérosexuelle
▎ Job/Studies : Cassia est infirmière au Charlton Memorial Hospital.
▎ The one you love : The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_p02mtjuqCb1vbe6zoo6_r1_250

https://likeariver.forumactif.com/f38-liens-des-membres https://likeariver.forumactif.com/f82-les-telephones https://likeariver.forumactif.com/t651-instagram-explications-modele
The way to love is to realize that it might be lost Empty
Message#
Sujet: Re: The way to love is to realize that it might be lost   The way to love is to realize that it might be lost EmptySam 27 Avr 2024 - 13:25

The way to love is to realize that it might be lost
@Milo Davis & Cassia Henderson


Après s’être octroyé un petit moment de sérénité dans le lit, nous décidons finalement de quitter la chambre pour aller prendre un petit déjeuner. Alors que je m’affaire à préparer tout ce dont nous avons besoin pour le premier repas de la journée, je remarque une fois encore que Milo semble ailleurs, soucieux. Impossible de ne pas le lui faire remarquer et d’essayer d’en savoir un peu plus. Milo me demande un café, je commence donc à préparer la boisson en question sauf que quand le jeune homme m’avoue que quelque chose le tracassait, je décide de cesser ce que j’étais en train de faire afin de porter toute mon attention sur Milo. « Oh… De quoi s’agit-il ? Tu sais que tu peux tout me dire... » dis-je pour l’inciter à se confier à moi. Le pilote de ligne s’approche de moi et viens me prendre dans ses bras. Une étreinte que je partage, venant naturellement me blottir contre lui alors que mes bras passe autour de sa taille. L’intensité de cette étreinte ms surprend quelque peu, et les mots que Milo prononce y sont sans nul doute pour quelque chose aussi. « Je le sais Milo… » dis-je touchée par ses paroles mais aussi quelque peu inquiète. Notre étreinte se termine et je continue les préparatifs du petit déjeuner. Milo ne semble pas encore prêt à me parler de ce qui le tracassait. J’espérais de tout cœur qu’il le fasse au plus vite.

La suite de la journée se déroule sereinement. Milo ne semble pas être au mieux de sa forme, je n’avais donc pas proposé une quelconque activé à faire en extérieur. Le repos était sans doute la meilleure solution au moins pour aujourd’hui. Au cours de l’après-midi je décide de prendre un peu de temps pour lire quelques pages du roman que j’avais commencé cette semaine. Je laisse Milo vaquer à ses occupations, souhaitant avant tout qu'il prenne du temps pour lui, pour se reposer. Milo vient me rejoindre et m’annonce, d’une voix grave, que l’on devait parler, qu’il y avait quelque chose qu’il devait me dire. Je lève les yeux de mon livre et pose ce dernier de côté. « Je t’écoute... » On pouvait sans nul doute lire l’inquiétude sur mon visage. Je me demandais bien ce que Milo avait à me dire. Je pouvais sentir mon rythme cardiaque s’accélérer anormalement. L’angoisse monte d’un cran lorsque Milo m’annonce qu’il n’avait pas été totalement honnête avec moi. Je change de position, m’asseyant sur le bord du canapé, près de Milo. Mon regard ne le quittait pas « Comment ça… ? Milo qu’est-ce qui se passe, dis moi... » On pouvait aisément sentir l'inquiétude dans ma voix.



Carpe Diem
And i'm feeling love
Revenir en haut Aller en bas
Milo Davis
  Milo Davis  
- Autumn leaves -

▎ Messages postés : 674
▎ Pseudo : DonJuanAuxEnfers
▎ Faceclaim : Henry Cavill
▎ Crédits : DK
▎ Multi-comptes : Je galère déjà avec un seul compte
▎ Points récoltés : 1640
The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_opfyk99ZmU1rq9ihbo3_r2_400
▎ Your age : 35 ans
▎ Your preference : Hétérosexuel
▎ Job/Studies : Pilote de ligne, amoureux du ciel
▎ The one you love : The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_pbg928QHBS1spguxzo1_400

https://likeariver.forumactif.com/t2578-me-myself-and-i https://likeariver.forumactif.com/t2745-milo-davis-the-best-way-to-predict-the-future-is-to-create-it#26057
The way to love is to realize that it might be lost Empty
Message#
Sujet: Re: The way to love is to realize that it might be lost   The way to love is to realize that it might be lost EmptySam 27 Avr 2024 - 14:39

The way to love is to realize that it might be lost
Milo Davis & @Cassia Henderson


Je sais... Je pressens déjà le scénario qui se dessine, implacable. Cassia, je la connais si profondément que je pourrais discerner sa voix, percevoir son parfum, sentir sa présence même dans l'encre de la nuit la plus opaque. Les mots dans ma tête se heurtent en un chaos grandissant, un tumulte incessant. Mon cœur martèle un rythme frénétique, chaque battement résonne comme un tambour de guerre, prélude d'un adieu inévitable. Ce n'est pas la première fois que je romps avec quelqu'un. J'ai traversé nombre de fins, d'abandons, de séparations. Mais c'est la première fois que je dois dire adieu à la femme que j'aime profondément. Jamais, même dans mes rêves les plus audacieux ou mes cauchemars les plus sombres, je n'aurais imaginé que nous puissions un jour nous trouver ensemble. Encore moins que nous devrions un jour nous séparer. Notre rencontre s’apparentait à l’une de ces coïncidences mystérieuses de la vie, un alignement cosmique parfait. Et pourtant, me voici aujourd'hui à l'exact opposé de ces moments de félicité, confronté à la cruelle réalité de devoir clore notre chapitre. Je suis douloureusement conscient que, en prenant cette décision, je ne perds pas seulement l'amour de ma vie ; je perds aussi ma complice, mon âme sœur. Imaginer un avenir sans elle à mes côtés, sans ses conseils avisés, sans nos éclats de rire partagés, sans son amour, m'apparaît aussi impensable qu'insoutenable. Et pourtant, ici et maintenant, je dois me résoudre à cette vérité, à ce changement inévitable. Comment lui dire que, malgré l'amour immense que je lui porte, nos chemins doivent se séparer ? Comment exprimer cette nécessité cruelle sans déchirer son cœur, ni ébranler le mien ? C’est un dilemme déchirant, un choix dévastateur qui marquera sans doute un avant et un après indélébile dans le récit de notre vie.

À mesure que je la contemple, un torrent d'émotions contradictoires déferle en moi. L'amour inconditionnel que je ressens pour elle se mêle à une culpabilité déchirante. Une angoisse grandissante m'étreint, particulièrement lorsque son regard se pose sur moi, empli d'une confiance et d'une affection sans bornes qui me transpercent l'âme. « Je suis désolé Cassia... Tellement désolé... » je murmure d'une voix empreinte de remords anticipé pour les mots que je m'apprête à prononcer. « Pardonne-moi pour ce que je vais te dire... » Chaque syllabe est une pierre dans ma gorge, et avant de me lancer dans ce discours mensonger, je cherche désespérément ses lèvres pour un dernier baiser d'adieu. Ce baiser, bien que chargé de tout l'amour que je lui porte, est teinté d'une amertume que nous n'avions jamais connue auparavant, prélude à la douloureuse séparation à venir. « Je... » Je m'interromps, luttant contre le poids écrasant de la pression et de l'angoisse. Je n'avais pas réellement préparé ce discours fallacieux, n'avais pas anticipé à quel point il serait difficile de justifier par des mensonges une décision si cruelle et pourtant nécessaire. « Tu sais... » Je peine à trouver les mots justes, à formuler des explications crédibles. Comment lui faire comprendre que mon départ est un acte d'amour désespéré, que je l'abandonne à regret pour la protéger d'un avenir de douleur et de ressentiment ? « J'ai longuement réfléchi à notre relation, à ce qui s'est passé ces dernières semaines. » Les mensonges glissent de mes lèvres, sonnant faux, car en vérité ils ne sont qu'un leurre dissimulant une vérité bien plus sombre. « Je sais à quel point tu rêves d'une belle famille unie, d'une maison remplie d'amour et d'enfants... Mais je ne pourrai jamais t'offrir cette vie. » La confession est d'autant plus pénible que c'est un mensonge éhonté. En réalité, c'est moi qui suis paralysé par la peur de m'engager pleinement. « Je crois que je ne serai jamais prêt pour ce genre de vie. Je sais que c'est ton plus grand souhait et je refuse d'être celui qui t'empêchera de construire l'avenir dont tu rêves. » Les mots suivants coulent avec une fluidité trompeuse qui me brise le cœur, chaque syllabe n'étant qu'un mensonge de plus. « Je suis navré... Je suis bien avec toi, vraiment, mais... Ma vie d'avant me manque terriblement et elle est incompatible avec celle que nous menons depuis des mois... » À cet instant précis, je me hais pour les sornettes que je débite, pour le rôle abject que je suis contraint de jouer. Tout est faux, une façade misérable destinée à masquer la véritable raison de mon départ précipité, à la protéger de la vérité qui pourrait la mettre en danger. Si seulement elle pouvait lire dans mes pensées, voir au-delà de ce tissu de mensonges. Si seulement elle savait que les seuls mots que je brûle de lui dire sont à quel point je l'aime éperdument. Combien elle compte pour moi, et à quel point il est déchirant de devoir jouer cette comédie, me faire passer pour quelqu'un que je ne suis pas, dans le seul but de la préserver du danger qui la guette tapis dans l’ombre : Andrew.


SHE IS MY WORLD
Et au premier battement de ses paupières, je l'ai reconnue. C'était bien elle, l'inattendue et l'attendue
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Cassia Henderson
  Cassia Henderson  
- Shade of winter -

▎ Messages postés : 931
▎ Pseudo : s-a
▎ Faceclaim : Gal Gadot
▎ Crédits : philia
▎ Multi-comptes : non
▎ Points récoltés : 1582
The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_inline_opupfyoeON1ul4f46_400
▎ Your age : trente-trois ans
▎ Your preference : hétérosexuelle
▎ Job/Studies : Cassia est infirmière au Charlton Memorial Hospital.
▎ The one you love : The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_p02mtjuqCb1vbe6zoo6_r1_250

https://likeariver.forumactif.com/f38-liens-des-membres https://likeariver.forumactif.com/f82-les-telephones https://likeariver.forumactif.com/t651-instagram-explications-modele
The way to love is to realize that it might be lost Empty
Message#
Sujet: Re: The way to love is to realize that it might be lost   The way to love is to realize that it might be lost EmptySam 27 Avr 2024 - 15:06

The way to love is to realize that it might be lost
@Milo Davis & Cassia Henderson


Assis tous les deux sur la canapé, Milo venait de m’annoncer qu’il devait me parler, ajoutant même qu’il n’avait pas été totalement honnête avec moi. Ses paroles commencent à m’inquiéter très sérieusement. Je laisse alors ma lecture de côté, et m’empresse d’en demander plus à Milo. De quoi voulait-il me parler exactement ? Du travail, de sa formation, de son comportement quelque peu étrange depuis hier soir ? Absolument tout était en train de me passer par la tête. Une véritable torture. Milo commence par s’excuser. Mais quelle était la cause de cette excuse ?  Milo me demande de lui pardonner pour ce qu’il s’apprêtait à me dire. Et étrangement, sur ces mots il vient capturer mes lèvres pour échanger un baiser. « Milo... » dis-je péniblement ne comprenant absolument pas ce qui était en train, de se passer. Finalement le jeune homme m’annonce avoir longuement réfléchi à notre relation et   à ce qui s’était passé depuis ces dernières semaines. Je reste attentive mais dans le fond je savais que ce prélude n’annonçait rien de bon. Milo avait cet air sérieux, grave sur le visage qui indiquait clairement que la conversation ne serait pas remplie de gaieté. Le pilote de ligne évoque alors ma volonté de construire à long terme une famille et tout ce qui allait avec tout en précisant qu’il ne pourra jamais m’offrir cette vie. Milo se dit vouloir refuser être l’homme qui m’empêchera de construire l’avenir dont je rêvais. « Attends Milo… C’est normal, je veux dire… nous deux c’est encore assez récent. On n’en a encore jamais vraiment parlé sérieusement... » Le sujet avait été vaguement évoqué lorsque je pensais être enceinte il y a quelques semaines, mais c’est tout. Je tentais du mieux que je pouvais d’essayer de positiver, de trouver des semblants de solutions pour ne pas que Milo se sente oppressé ou brusqué dans cette relation qu’était la notre. Mais je finis par tomber des nues quand Milo ajoute qu’il était bien avec moi mais que sa vie d’avant lui manquait terriblement et qu’elle était incompatible avec la vie que nous menions depuis des mois. A ce moment là je ressens un énorme pincement au cœur. Ce n’était pas seulement une question de projets communs. « Ta vie d’avant... » Celle où il enchaînait les conquêtes et n’avait aucune contrainte, sans nul doute. « Comment peux tu être bien avec moi si ta vie d’avant te manque tant … ? » demandai-je perplexe. « Qu’est-ce qui te manque exactement ? Tu m’as dit que… je pensais que ce qu’on vivait te convenait très bien… » Ma voix était tantôt fébrile tantôt intriguée avec une légère once d’incompréhension.

Mon regard se pose sur Milo. Puis soudainement l’idée qu’il puisse être en train de plaisanter, une plaisanterie de mauvais goût, me vient à l’esprit. « Milo, je sais que tu aimes plaisanter en toute circonstance mais là… ce n’est vraiment pas amusant. » Sauf que rien ne se passe, pas un éclat de rire, même pas l’ombre d’un sourire sur son visage. Milo était bel et bien sérieux. Je passe une main nerveuse dans mes cheveux, ayant du mal à croire que nous avions cette conversation. Le choc est dur quand je comprends en le regardant droit dans les yeux qu’il était très sérieux. « Qu’est-ce que tu essaies de me faire comprendre exactement… ? Dis le... » Je le savais, au fond de moi je savais ce que toutes ces paroles impliquaient. Mais je ne voulais pas me résoudre à y croire tant que je ne l’avais pas entendu de la bouche de Milo.



Carpe Diem
And i'm feeling love
Revenir en haut Aller en bas
Milo Davis
  Milo Davis  
- Autumn leaves -

▎ Messages postés : 674
▎ Pseudo : DonJuanAuxEnfers
▎ Faceclaim : Henry Cavill
▎ Crédits : DK
▎ Multi-comptes : Je galère déjà avec un seul compte
▎ Points récoltés : 1640
The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_opfyk99ZmU1rq9ihbo3_r2_400
▎ Your age : 35 ans
▎ Your preference : Hétérosexuel
▎ Job/Studies : Pilote de ligne, amoureux du ciel
▎ The one you love : The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_pbg928QHBS1spguxzo1_400

https://likeariver.forumactif.com/t2578-me-myself-and-i https://likeariver.forumactif.com/t2745-milo-davis-the-best-way-to-predict-the-future-is-to-create-it#26057
The way to love is to realize that it might be lost Empty
Message#
Sujet: Re: The way to love is to realize that it might be lost   The way to love is to realize that it might be lost EmptySam 27 Avr 2024 - 15:38

The way to love is to realize that it might be lost
Milo Davis & @Cassia Henderson


Les battements de mon cœur s'accélèrent, devenant presque assourdissants à mes propres oreilles, à mesure que les mots s'échappent de mes lèvres. L'inquiétude qui étreint le regard de Cassia, miroir de son âme troublée, m'entraîne plus encore dans un abîme de désolation où je sais qu’elle n'aura pas sa place. Au même moment, un orage éclate avec véhémence, une pluie battante martèle les fenêtres avec une fureur qui semble écho à la violence de mes propres aveux. Chaque goutte qui frappe le verre résonne comme une métaphore des mots qui percutent son cœur brisé. À chaque seconde qui passe, la culpabilité s'infiltre en moi, telle une ombre insidieuse qui s'étend et étouffe la lueur de ma résolution. Si seulement Cassia pouvait percevoir ce qui se cache derrière ce voile de douleur immédiate, si seulement elle pouvait comprendre la fracture béante qu'elle laisse dans mon propre cœur. Andrew, avec ses paroles empoisonnées et ses intentions perfides, rôde comme un spectre menaçant au-dessus de son bonheur, prêt à frapper de sa cruelle indifférence. J'ai discerné cette lueur prédatrice dans ses yeux, cette tonalité menaçante dans sa voix qui ne laisse place à aucun doute. Il est prêt à exécuter son plan néfaste, peu importe le coût, même si cela signifie anéantir celle qu'il prétend chérir.
Protéger Cassia signifie aujourd'hui me séparer d'elle, renoncer à notre histoire tissée de complicité, à nos rêves ébauchés ensemble. Chaque mot de rupture que je m'apprête à prononcer est un coup de poignard que je me porte à moi-même, chaque phrase une larme qui implore le droit de s'écouler librement. Comment lui expliquer que chaque décision que je prends, aussi déchirante soit-elle, est un bastion que j'érige contre les périls que pourrait lui faire courir Andrew ? Je demeure déchiré entre le désir de la serrer dans mes bras, de lui murmurer que tout s'arrangera, et la nécessité impérieuse de la repousser pour assurer sa sécurité. Si seulement elle pouvait savoir, si seulement elle pouvait comprendre que chaque pas que je fais pour m'éloigner d'elle est en réalité un acte de protection, un sacrifice par amour... Si seulement elle pouvait voir que ce n'est pas un adieu, mais un je t’aime. C’est là l’ultime preuve d’amour que je puisse lui offrir, dans l'ombre cruelle de cette séparation forcée.

À mesure que Cassia me répond, je me sens glisser dans un abîme de plus en plus profond. Ses mots résonnent dans ma tête, mais je suis incapable de formuler une réponse cohérente, ne parvenant qu'à échafauder des mensonges pour masquer la vérité qui nous consume. « Cassia... » murmurai-je, la voix étranglée par l'émotion, tandis que ma main se pose tendrement sur sa joue, effleurant sa peau du revers du pouce dans un geste de douceur et de désespoir. « Je suis désolé... Je suis terriblement désolé... » C’est tout ce que je peux articuler, les seuls mots qui parviennent à franchir le barrage de ma gorge serrée. Son rire nerveux, pensant à une possible plaisanterie de ma part, me dérobe une réaction nostalgique, amère. Comme j'aimerais pouvoir lui dire que tout ceci n'est qu'une farce cruelle, un mauvais rêve dont nous pourrions nous éveiller ensemble. Mais la dure réalité est que ce moment est d'une vérité brûlante, inévitable et déchirante. « Ce que j'essaie de te dire, c'est... » Ma voix s'étrangle, à deux doigts de lui révéler, pour la première fois avec toute la sincérité que mon cœur peut rassembler, à quel point je l'aime. Oui, je l'aime, et c'est précisément cet amour qui scelle mon sort et dicte ce sacrifice. « ...promets-moi de prendre soin de toi, promets-moi de toujours penser à toi, promets-moi de ne pas m'oublier... » Ma voix tremble sous le poids de l'émotion, chaque mot un effort, chaque silence un combat contre la douleur qui vrille mon estomac, tandis que les battements de mon cœur se font plus pressants, plus alarmants.

Au même moment, l'orage qui grondait au loin libère un premier coup de tonnerre, retentissant comme un sinistre avertissement, un écho menaçant de la part d'Andrew. Il semble presque que la nature elle-même reflète la gravité de notre situation, un présage sombre de ce qui pourrait arriver si je ne parvenais pas à la protéger de lui. « ...promets-moi d’aimer de nouveau... » ajoutai-je doucement, presque en un murmure, implorant. La demande me lacère le cœur, mais je sais qu'elle doit trouver le bonheur loin de moi, loin des dangers que ma présence pourrait attirer. C'est peut-être le don le plus douloureux que je puisse lui offrir : la liberté de reconstruire sa vie, d'aimer sans l'ombre qui plane au-dessus de nous.


SHE IS MY WORLD
Et au premier battement de ses paupières, je l'ai reconnue. C'était bien elle, l'inattendue et l'attendue
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Cassia Henderson
  Cassia Henderson  
- Shade of winter -

▎ Messages postés : 931
▎ Pseudo : s-a
▎ Faceclaim : Gal Gadot
▎ Crédits : philia
▎ Multi-comptes : non
▎ Points récoltés : 1582
The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_inline_opupfyoeON1ul4f46_400
▎ Your age : trente-trois ans
▎ Your preference : hétérosexuelle
▎ Job/Studies : Cassia est infirmière au Charlton Memorial Hospital.
▎ The one you love : The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_p02mtjuqCb1vbe6zoo6_r1_250

https://likeariver.forumactif.com/f38-liens-des-membres https://likeariver.forumactif.com/f82-les-telephones https://likeariver.forumactif.com/t651-instagram-explications-modele
The way to love is to realize that it might be lost Empty
Message#
Sujet: Re: The way to love is to realize that it might be lost   The way to love is to realize that it might be lost EmptySam 27 Avr 2024 - 15:57

The way to love is to realize that it might be lost
@Milo Davis & Cassia Henderson


L’instant d’un très court moment, l’idée que Milo ait simplement décidé de me faire une plaisanterie me vient à l’esprit. Je connaissais cette manie qu’il avait de plaisanter en toute circonstance sauf que là cela ne m’amusait absolument pas. Une once d’espoir était encore présent, j’espérais que là Milos se mette à rire, à sourire indiquant ainsi qu’il s’agissait bien là d’une mauvaise plaisanterie. Mais rien. Milo était bel et bien sérieux. Je tentais de comprendre, de comprendre ce qui lui manquait, pourquoi ce manque était survenu maintenant alors que tout allait bien entre nous. Dans le fond je savais pertinemment ce que cette discussion allait engendrer. Elle n’était que le prémisse d’une décision qui serait sans nul doute lourde de conséquence. Mais je voulais entendre Milo me le dire. La main du jeune homme vient se poser tendrement sur ma joue. Un geste presque contradictoire avec cette rupture imminente. Encore une fois Milo s’excuse, mais je ne comprenais toujours pas pourquoi. Les mots que je souhaite entendre de sa part ne sont nullement prononcés. Au loin, dehors, la pluie commence à tomber lourdement et l’orage gronde au loin. Un reflet de la situation dans laquelle nous nous trouvions actuellement. Un triste reflet. Milo me demande de lui promettre de prendre soin de moi, de prendre toujours soin de moi et de ne pas l’oublier. Je sens mon cœur se serrer, j’ai mal. Mes yeux s’humidifient légèrement, malgré ma propre volonté. Mais lorsque Milo me demande de lui promettre d’aimer à nouveau s’en ai trop pour moi. « Non... » Je me lève, passant mes mains sur mon visage, mains que je porte ensuite à ma bouche comme pour empêcher les sanglots prêts à éclater. « Non, non et non... Tu ne peux pas me demander ça... » dis-je alors qu’une larme s’échappe et coule le long de ma joue. « Milo, je… je ne comprends pas. Il y a encore quelques jours tu disais être fou amoureux de moi, tu disais être heureux dans notre relation... Tout ce que tu m'as dit... Ce… Ce n’est pas possible... » Je n’y comprenais décidément plus rien. Ces dernières semaines, Milo avait même été amené à me confier ses sentiments les plus sincères. Je passe une main sur mon visage afin de retirer la larme qui coulait le long de ma joue. Je comprenais réellement l'expression avoir le cœur brisé à cet instant précis, je ressentais un vif pincement à ce dernier. Mes jambes devenaient aussi fébrile que du coton, mon myocarde battait anormalement vite et j'avais un nœud à l'estomac. J'avais l'impression d'être dans un très mauvais rêve. « Dis moi que ce n'est pas vrai... » C'était mon ultime recours. Un dernier espoir, une volonté de me réveiller et de réaliser que tout ceci n'était qu'un terrible cauchemar.



Carpe Diem
And i'm feeling love
Revenir en haut Aller en bas
Milo Davis
  Milo Davis  
- Autumn leaves -

▎ Messages postés : 674
▎ Pseudo : DonJuanAuxEnfers
▎ Faceclaim : Henry Cavill
▎ Crédits : DK
▎ Multi-comptes : Je galère déjà avec un seul compte
▎ Points récoltés : 1640
The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_opfyk99ZmU1rq9ihbo3_r2_400
▎ Your age : 35 ans
▎ Your preference : Hétérosexuel
▎ Job/Studies : Pilote de ligne, amoureux du ciel
▎ The one you love : The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_pbg928QHBS1spguxzo1_400

https://likeariver.forumactif.com/t2578-me-myself-and-i https://likeariver.forumactif.com/t2745-milo-davis-the-best-way-to-predict-the-future-is-to-create-it#26057
The way to love is to realize that it might be lost Empty
Message#
Sujet: Re: The way to love is to realize that it might be lost   The way to love is to realize that it might be lost EmptySam 27 Avr 2024 - 16:23

The way to love is to realize that it might be lost
Milo Davis & @Cassia Henderson


De toutes les scènes déchirantes qui ont jalonné le cours de mon existence, assister impuissant aux larmes de Cassia demeure sans conteste celle que je redoute le plus. Chaque larme qu'elle verse est une lame acérée qui taille profondément dans mon âme meurtrie. Ce soir, l'une d'elles dévale lentement sa joue, traçant un sillon douloureux jusqu'à venir achever sa course sur le revers de mon pouce. Son geste est celui d'un chagrin silencieux mais terriblement éloquent. Subitement, elle se lève, ses mains balayant son visage dans un mouvement empli de détresse. Elle tente désespérément de masquer sa douleur lancinante, de retenir les vagues de chagrin qui semblent vouloir la submerger. Je reste là, pétrifié, spectateur de son désarroi. J'écoute son silence assourdissant, un silence chargé de mots non-dits, de douleur contenue. Je me sens profondément impuissant, incapable de soulager son chagrin, de réparer ce que j'ai brisé. Je suis simplement un spectateur anéanti, hanté par les mots que je viens de prononcer, par la cruelle réalité que je viens de lui imposer à mon corps défendant. Ces mots, si lourds de conséquences, résonnent encore dans l'air chargé de l'orage à venir, amplifiant le sentiment d'une fin inéluctable.

Instinctivement, je me lève pour la rejoindre, pour tenter de combler le gouffre que mes révélations ont creusé entre nous. Chaque pas vers elle est un combat contre la gravité de la situation, un effort pour réparer ce qui peut encore l'être, malgré la certitude grandissante de l'inéluctable. Je réalise avec une acuité déchirante que je suis en passe de perdre non seulement l'amour de ma vie mais aussi ma précieuse moitié, ma confidente, ma meilleure amie. Et pire encore, Cassia emporte avec elle une partie de moi-même que je sais désormais perdue à jamais. C'est un fragment de mon âme, de mon être qui s'effiloche et se dissout dans l'abîme entre nos cœurs. Ce que je ressens dépasse le simple chagrin d'un amour perdu ; c'est une douleur existentielle, une perte d'identité. Cassia demeure non seulement l’amour de ma vie mais aussi une part essentielle de moi-même, reflétant le meilleur de ce que je pouvais être. Sans elle, je me sens incomplet, comme si elle avait emporté avec elle les couleurs de mon monde, me laissant dans un gris terne et inconsolable. Chaque moment passé ensemble, chaque sourire partagé, chaque dispute et chaque réconciliation prennent désormais une teinte de nostalgie, peignant un tableau douloureux de ce qui était et de ce qui ne sera plus jamais.

« Je suis toujours éperdument amoureux de toi, Cassia... Si seulement tu savais... Si tu savais à quel point je suis fou de toi... Fou au point de vouloir ton bonheur avant le mien... » lui avouai-je, la voix brisée par le chagrin, en la serrant avec force contre mon cœur. Chaque mot semblait se frayer un chemin douloureux à travers ma gorge, chaque syllabe teintée de la tristesse de ce que nous perdions. Cassia me regarde, ses yeux emplis d'un mélange de désespoir et d'incompréhension totale, ses pupilles dilatées par la douleur. Elle semble suppliant presque de me voir démentir tout ce que j'ai dit, de rire doucement et de lui assurer que cette scène n'est qu'une terrible méprise, une absurde plaisanterie cruellement réaliste. Mais le cœur lourd comme une enclume, un poids oppressant qui semble écraser toute lueur d'espoir, je sais que je ne peux exaucer ce souhait. La vérité est trop grave, trop sombre, et elle repose lourdement sur mes épaules. « Je suis navré, Cassia... » C'est tout ce que je peux lui dire sans la mettre davantage en péril, sans exposer l'ombre menaçante qui plane sur elle à cause de sa précédente relation. Mon passé trouble, tissé d'erreurs et de décisions malavisées, a finalement rattrapé notre présent, menaçant de détruire tout ce que nous avons construit ensemble.

Chaque mot que je prononce est mesuré, chaque pause lourde de non-dits. Je crains que la vérité ne la blesse plus profondément que mes mensonges par omission. La réalité de notre situation demeure si amère et terriblement cruelle, je me retrouve tiraillé entre le désir de la protéger et la nécessité impérieuse de la préparer au pire. Je la tiens plus étroitement contre moi, comme si je pouvais ainsi la protéger de tout le mal qui nous entoure, de toutes les menaces qui s'apprêtent à fondre sur nous. Son corps tremble contre le mien, chaque sanglot un coup porté à mon propre cœur, chaque larme un rappel de la douleur que j'ai causée. « Crois-moi, rien ne me serait plus cher que de pouvoir effacer toute cette douleur, de pouvoir revenir en arrière et de prendre des décisions différentes. Mais je ne peux pas, et tout ce que je peux faire maintenant, c'est essayer de te protéger, même si cela signifie te perdre... » murmurai-je, ma voix presque inaudible, submergée par le poids de notre triste réalité. Ces mots, bien que prononcés avec une douceur déchirante, ne peuvent masquer la brutalité de la vérité que nous affrontons. Dans cette étreinte désespérée, dans ce moment suspendu entre ce qui était et ce qui doit être, je sais que chaque promesse de protection est aussi un adieu silencieux à tout ce que nous avons aimé et partagé.

Sans réfléchir, mes lèvres cherchent les siennes pour un baiser passionné qui, je le sais au plus profond de moi, devra être notre dernier. Ce baiser... Il est bien différent de tous ceux que nous avons partagés auparavant. Chargé de tout l'amour inexprimé et de la tristesse d'un adieu imminent, il devient un symbole poignant de notre fin. Les larmes salées qui le parsèment, s'entremêlant avec nos souffles coupés, lacèrent encore davantage mon cœur déjà meurtri. Chaque goutte salée est un écho du poids insoutenable de notre adieu, un rappel cruel des moments de bonheur désormais révolus. « Promets-moi d'aimer de nouveau, Cassia... Je t'en supplie, promets-le-moi... » lui murmurai-je, la voix tremblante et brisée par l'émotion. Mes mots se perdent à peine audibles entre nos lèvres, chargés d'une douleur palpable. « Promets-moi d'être heureuse, même si je ne suis plus là... » ajoutai-je dans un souffle, la gorge obstruée par l’émotion qui menacent de submerger mon calme précaire. Chaque mot prononcé est une épreuve, arrachant à mon être des fragments de l'âme que je laisse derrière moi, des morceaux de cœur éparpillés dans le sillage de notre histoire.


SHE IS MY WORLD
Et au premier battement de ses paupières, je l'ai reconnue. C'était bien elle, l'inattendue et l'attendue
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Cassia Henderson
  Cassia Henderson  
- Shade of winter -

▎ Messages postés : 931
▎ Pseudo : s-a
▎ Faceclaim : Gal Gadot
▎ Crédits : philia
▎ Multi-comptes : non
▎ Points récoltés : 1582
The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_inline_opupfyoeON1ul4f46_400
▎ Your age : trente-trois ans
▎ Your preference : hétérosexuelle
▎ Job/Studies : Cassia est infirmière au Charlton Memorial Hospital.
▎ The one you love : The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_p02mtjuqCb1vbe6zoo6_r1_250

https://likeariver.forumactif.com/f38-liens-des-membres https://likeariver.forumactif.com/f82-les-telephones https://likeariver.forumactif.com/t651-instagram-explications-modele
The way to love is to realize that it might be lost Empty
Message#
Sujet: Re: The way to love is to realize that it might be lost   The way to love is to realize that it might be lost EmptySam 27 Avr 2024 - 16:44

The way to love is to realize that it might be lost
@Milo Davis & Cassia Henderson



Là, debout devant Milo je comprenais qu’il voulait mettre fin à notre relation. Je n’arrivais pas à y croire. Tout se passait pourtant si bien entre nous. Milo ne cessait de me répéter qu’il était fou amoureux de moi, qu’il avait des projets pour nous. Et aujourd’hui tout s’écroulait. Je prenais sur moi pour ne pas m’effondrer de chagrin, bien que la douleur que je ressentais au fond de moi était indescriptible j’avais ma fierté et je tentais malgré tout de faire face à cette nouvelle déchirante. Je commençais à me dire que je n’avais finalement pas le droit au bonheur. Je pensais l’avoir enfin trouvé avec Milo à mes côtés mais une fois encore ce n’était qu’un leurre. J’y avais tellement cru à cette relation, je m’étais tellement projeté dans l’avenir avec le pilote de ligne à mes côtés. Les paroles de Milo des derniers jours ne cessaient de se répéter dans mon esprit, comment avait-il pu m’avouer ses sentiments et ses projets pour l’avenir, pour notre avenir il y a encore quelques jours à peine et aujourd’hui me dire que notre relation était terminée. C’était inconcevable, incompréhensible. Milo m’assure être encore éperdument amoureux de moi, qu’il était fou de moi et qu’il voulait mon bonheur avant le sien. « Alors pourquoi !? Si tu m’aimes comme tu le prétends, pourquoi me quitter ? » dis-je en reculant légèrement de lui, la voix pleine d’incompréhension et avec une once de colère. « Comment veux tu que je sois heureuse sans toi... » Ma question était purement rhétorique. Le fait de perdre Milo était une terrible épreuve, ce qu’il l’était davantage c’est que j’allais sans nul doute aussi perdre mon meilleur ami, mon confident. J’avais la désagréable sensation d’être dans une partie de poker, d’avoir mis tout sur le tapis et d’avoir perdu. Tout perdu.

Dans un dernier acte de désespoir je demande à Milo de me dire que tout ceci n’était pas vrai. Mais pour seule réponse, Milo s’excusa à nouveau. « Crois-moi, rien ne me serait plus cher que de pouvoir effacer toute cette douleur, de pouvoir revenir en arrière et de prendre des décisions différentes. Mais je ne peux pas, et tout ce que je peux faire maintenant, c'est essayer de te protéger, même si cela signifie te perdre... » Ses paroles ne font qu’accroître l’incompréhension omniprésente depuis le début de cette discussion. A nouveau contre Milo, mon regard se perd dans le sien « C’est… cela n'a pas de sens Milo. Je n’y comprends plus rien... Qu'est-ce qui se passe... » avouai-je alors complètement perdue. Surtout que lui aussi semblait complètement submergé par l'émotion. Ses lèvres viennent chercher les miennes pour un baiser. Un baiser que je décide finalement de prolonger. Mes mains se posant sur son t-shirt, comme si ce baiser était ma dernière tentative de m’accrocher à lui. Et malgré le partage de ce baiser passionné, je sens les larmes continuer à couler. Milo me demande une nouvelle fois d’aimer à nouveau, d’être heureuse même sans lui. Je baisse mon regard, fuyant clairement le sien. Mon visage se tourne légèrement de droite à gauche « Je ne peux pas... » dis-je dans un léger murmure à peine audible. « Milo, s’il te plaît... » demandai-je en trouvant à nouveau son regard. Mais que lui demandai-je exactement ? De cesser de me demander de lui faire des promesses que je ne pourrais tenir ou alors de changer d’avis, et de rester auprès de moi. Sans doute les deux.



Carpe Diem
And i'm feeling love
Revenir en haut Aller en bas
Milo Davis
  Milo Davis  
- Autumn leaves -

▎ Messages postés : 674
▎ Pseudo : DonJuanAuxEnfers
▎ Faceclaim : Henry Cavill
▎ Crédits : DK
▎ Multi-comptes : Je galère déjà avec un seul compte
▎ Points récoltés : 1640
The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_opfyk99ZmU1rq9ihbo3_r2_400
▎ Your age : 35 ans
▎ Your preference : Hétérosexuel
▎ Job/Studies : Pilote de ligne, amoureux du ciel
▎ The one you love : The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_pbg928QHBS1spguxzo1_400

https://likeariver.forumactif.com/t2578-me-myself-and-i https://likeariver.forumactif.com/t2745-milo-davis-the-best-way-to-predict-the-future-is-to-create-it#26057
The way to love is to realize that it might be lost Empty
Message#
Sujet: Re: The way to love is to realize that it might be lost   The way to love is to realize that it might be lost EmptySam 27 Avr 2024 - 18:46

The way to love is to realize that it might be lost
Milo Davis & @Cassia Henderson


Même dans cette période d'incertitudes et d'angoisses qui nous assaille, la rationalité sans faille de Cassia demeure stoïque, imperturbable. « Alors pourquoi !? Si tu m’aimes comme tu le prétends, pourquoi me quitter ? » interroge-t-elle d'une voix emplie d'une perplexité mêlée de colère contenue, tout en reculant d'un pas. « Comment veux-tu que je sois heureuse sans toi... » Ses paroles, telles des flèches acérées, viennent se ficher en plein cœur de ma poitrine déjà meurtrie. Je me tiens là, sans voix, incapable de lui offrir la moindre réponse convaincante ou satisfaisante. Les mots me manquent cruellement, tant la vérité qui m'étreint est d'une complexité et d'une noirceur abyssales. « Je n'éprouve de joie véritable qu'en ta présence Cassia... Ne pense jamais que je puisse être heureux loin de toi... » lui avouai-je d'une voix brisée par l'émotion. Pourtant, au plus profond de mon être, un doute lancinant persiste, me faisant me demander pourquoi je n'ai pas choisi la facilité en lui mentant, en prétendant que notre relation ne me convenait plus, que j'éprouvais le besoin égoïste de découvrir d'autres bras, d'autres corps que le sien. Tout aurait été tellement plus aisé si je m'étais contenté de dire que j'étais las d'elle et de ses imperfections, même si cela n'aurait été qu'un mensonge de plus à ajouter à la liste.
Cependant, même dans l'agonie fulgurante de cet instant où tout semble se désagréger, je ne parviens pas à me résoudre à lui infliger cette dureté insupportable, cette fausseté répugnante. Au fond de moi, un désir inconscient de la protéger, de la préserver de la brutalité d'une rupture aussi violente qu'injustifiée, persiste envers et contre tout.

Cassia, les yeux brouillés par une douleur confuse et une tristesse sans fond, articule d'une voix éteinte que rien de tout cela n'a de sens. « C’est… cela n'a pas de sens Milo. Je n’y comprends plus rien... Qu'est-ce qui se passe... », répète-t-elle inlassablement, ses mots semblant suspendus dans l'atmosphère étouffante qui nous enveloppe. Incapable de trouver les mots pour dénouer l'inextricable complexité de mes actes, pour justifier l'injustifiable sacrifice, je ne peux que hocher la tête en silence, le cœur en lambeaux. J'ose à peine imaginer l'abîme insondable dans lequel elle est précipitée, propulsée dans un univers où toutes ses certitudes d'antan semblent s'effriter puis s'effondrer dans un fracas sourd. Dans ce tumulte émotionnel, ce chaos de nos cœurs brisés, je prends pleinement conscience que malgré l'insoutenable souffrance, je dois rester inébranlable dans ma décision. Pour sa sécurité, son avenir, même si cela implique de sacrifier notre présent, notre amour, notre bonheur partagé d'aujourd'hui.

Les mains tremblantes de Cassia se posent sur mon tee-shirt, s'agrippant au tissu avec une force désespérée, comme si elle cherchait à y trouver un fragile ancrage dans la tempête dévastatrice de ses émotions. Les larmes ruissellent inlassablement le long de ses joues délicates, traçant des sillons de tristesse sur sa peau douce, chaque goutte salée semblant réfracter avec une acuité déchirante la douleur et la désolation que nos paroles ont engendrées. Je me sens atrocement responsable de chacune d'entre elles, comme si j'étais l'impitoyable artisan de ce chagrin insondable, le sculpteur de ces perles amères qui marquent notre adieu d'un sceau d'indicible souffrance. Une fois de plus, je lui demande d'une voix suppliante d'aimer de nouveau, de trouver le bonheur auprès d'une autre âme dans un avenir sans moi, d'ouvrir son cœur meurtri à la promesse d'un lendemain moins sombre et amer. Mais pour toute réponse, Cassia hoche lentement et résolument la tête de droite à gauche, un mouvement empreint d'un refus catégorique qui semble repousser avec force l'idée même d'envisager le bonheur sans ma présence à ses côtés. Ses yeux embués de larmes me fixent avec une intensité brûlante, une douleur presque palpable qui semble fendre l'air épais entre nous. Ses larmes, si poignantes dans leur éloquent silence, parlent plus fort que les mots. Elles racontent une histoire de cœur brisé, de rêves déchirés et d'un futur qui semble soudainement dépouillé de toute lueur de joie. Chaque larme qui coule avec lenteur est un rappel cuisant de la profondeur abyssale de nos sentiments fusionnels, de l'amour puissant qui, même dans ce moment de désespoir absolu, continue d'unir et de lier nos âmes d'une manière indélébile. La gravité déchirante de cette scène m'oppresse la poitrine, chaque sanglot de Cassia résonnant comme un coup de tonnerre assourdissant dans mon cœur assiégé de remords lancinants. Je réalise avec une clarté aveuglante que ses larmes ne sont pas seulement le produit d'une immense tristesse, mais aussi la manifestation de l'amour profond, inconditionnel qu'elle me porte encore, un amour qui refuse avec résilience de concevoir une existence où nous ne serions plus ensemble à jamais. Et tandis qu'elle pleure à chaudes larmes, perdant lentement pied dans le tumulte dévastateur de ses émotions, je suis là, impuissant, souhaitant pouvoir absorber une partie de sa peine indicible, tout en sachant que je suis la source même de son tourment, l'artisan maudit de ce déluge de désespoir.

« Je t’emporte avec moi... Pour toujours et à jamais… » murmurai-je d'une voix rendue rauque par l'émotion, en levant lentement mon poignet droit devant ses yeux embués. La lumière tamisée de la pièce se reflète avec douceur sur le cadran rutilant de la montre, ce présent magnifique que Cassia m'avait offert pour célébrer mon dernier anniversaire. Cette montre, bien plus qu'un simple accessoire décoratif, est devenue au fil du temps un symbole puissant de son amour indéfectible, un lien tangible qui, même dans la douleur déchirante de notre séparation imminente, me rappellera constamment sa présence rassurante. Son boîtier délicat scintille sous les larmes brûlantes qui perlent à ses yeux meurtris, chaque tic-tac métronomique résonnant comme un poignant écho de notre temps désormais révolu ensemble.

D'un geste à la fois tendre et empreint d'une infinie mélancolie, je caresse doucement le métal froid, sentant contre ma peau nue la gravure délicate à l'intérieur du bracelet, un gage éternel de ce que Cassia m'a offert autrefois : son amour inconditionnel. C'est un rappel constant que, bien que nos chemins doivent désormais inéluctablement diverger, les moments précieux que nous avons partagés, nos rires fusionnels, nos doux instants de félicité resteront à jamais gravés dans les tréfonds de ma mémoire. Chaque regard posé sur ce garde-temps fait ressurgir une vague de souvenirs doux-amers : des rires chaleureux échangés jusqu'à l'aube naissante, des conversations infinies à cœur ouvert, des journées lumineuses où l'avenir nous semblait aussi vaste qu'infini. Elle me rappelle également les promesses murmurées dans l'intimité de l’essence même de notre relation, les espoirs tramés ensemble, tous portés par le flot de temps qui s'écoule inexorablement sur son cadran.

En cet instant de déchirement absolu, alors que je lui parle à demi-mot de notre destin funeste, je sens au plus profond de mon être que cette montre constitue le lien indélébile qui me gardera éternellement lié à Cassia, peu importe où la vie nous mènera, peu importent les routes que nous serons amenés à emprunter. Cette montre se voile d’un apparat protecteur contre l'insidieux poison de l'oubli, une ancre salvatrice dans les tempêtes à venir. « Tu seras toujours une partie de moi, peu importe où nous serons, peu importe ce que nous deviendrons... » ajoutai-je dans un souffle à peine audible, tandis que je serre une dernière fois sa main dans la mienne avec une intensité désespérée.
Alors que je la regarde, les yeux noyés d'une tristesse à briser les cœurs les plus endurcis, je fais la promesse solennelle de chérir ce cadeau comme la pierre angulaire de notre histoire, de le porter chaque jour comme un symbole immuable de notre amour, un rappel poignant de la profondeur incommensurable de notre histoire à jamais inextricables. Dans la solennité étouffante de cet instant, je réalise avec une acuité déchirante que même si elle ne peut demeurer à mes côtés physiquement, Cassia restera toujours, indélébilement, une part essentielle et intacte de qui je suis et de ce que je deviendrai.


SHE IS MY WORLD
Et au premier battement de ses paupières, je l'ai reconnue. C'était bien elle, l'inattendue et l'attendue
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Cassia Henderson
  Cassia Henderson  
- Shade of winter -

▎ Messages postés : 931
▎ Pseudo : s-a
▎ Faceclaim : Gal Gadot
▎ Crédits : philia
▎ Multi-comptes : non
▎ Points récoltés : 1582
The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_inline_opupfyoeON1ul4f46_400
▎ Your age : trente-trois ans
▎ Your preference : hétérosexuelle
▎ Job/Studies : Cassia est infirmière au Charlton Memorial Hospital.
▎ The one you love : The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_p02mtjuqCb1vbe6zoo6_r1_250

https://likeariver.forumactif.com/f38-liens-des-membres https://likeariver.forumactif.com/f82-les-telephones https://likeariver.forumactif.com/t651-instagram-explications-modele
The way to love is to realize that it might be lost Empty
Message#
Sujet: Re: The way to love is to realize that it might be lost   The way to love is to realize that it might be lost EmptySam 27 Avr 2024 - 21:56

The way to love is to realize that it might be lost
@Milo Davis & Cassia Henderson



C’était à ne rien y comprendre. Milo disait m’aimer mais il souhaitait mettre un terme à notre relation. En plus d’une tristesse infinie, je sentais une légère colère s’emparer de moi. Le jeune homme ne s’arrête pas là, il m’avoue n’éprouver de joie véritable qu’en ma présence et que je ne devais pas penser qu’il puisse être heureux sans moi. Je sens l’incompréhension et la colère monter d’un cran. « Arrête Milo, s’il te plaît arrête... » Habituellement, l’entendre dire ce genre de paroles m’aurait fait chaud au cœur, m’aurait fait sourire tendrement. Aujourd’hui ses paroles là me faisait mal. Dans un tumulte infini d’émotions, mes mains fébriles se posent sur le t-shirt de Milo. Les promesses qu’il me demande de lui faire ne sont pas tenables. D’ailleurs, elles ne sont même pas envisageable, pas pour moi en tout cas. Je ne peux me résoudre à satisfaire ses requêtes même pour lui faire simplement plaisir, c’est inconcevable. Mon avenir était avec Milo et personne d’autre. « Je t’emporte avec moi... Pour toujours et à jamais… » Les paroles de Milo me font relever doucement le visage. Cette fois-ci les larmes devaient incontrôlables, elles glissaient seules sur mon visage profondément attristé. Mes yeux se posent ensuite sur la montre. Un cadeau, mon cadeau. « Je ne veux pas que tu m’emportes avec toi. Ce que je veux, c'est que tu restes avec moi... » dis-je dans un ton las . Milo m’avoue ensuite que je serai toujours une partie de lui, peu importe où nous serons, peu importe ce que nous deviendrons. Ma main encore dans la sienne finit par se retirer. Mon regard se durcit quelque peu, ma colère devenait de plus en plus présente en moi « Tu dis ça mais… mais ça ne t’empêche pas de vouloir tout arrêter entre nous… Pourquoi !? Qu’est-ce qui te manque tant dans ta vie d’avant !? Je veux savoir, j’ai besoin de savoir...» demandai-je alors afin d’essayer de comprendre. Peut-être que de l'entendre dire ce que je pensais être insurmontable m'aiderait à le laisser partir. Etait-ce les femmes ? Désirait-il recommencer à fréquenter de nombreuses femmes comme il le faisait avant ? Et si c'était Lou qui avait réussit à lui retourner l'esprit, apparemment elle n'avait pas froid aux yeux. Mon ton en plus d'être désemparé par la situation était légèrement colérique. L'incompréhension totale quant à la volonté de Milo à rompre avec moi commençait doucement mais surement à me mettre en colère.



Carpe Diem
And i'm feeling love
Revenir en haut Aller en bas
Milo Davis
  Milo Davis  
- Autumn leaves -

▎ Messages postés : 674
▎ Pseudo : DonJuanAuxEnfers
▎ Faceclaim : Henry Cavill
▎ Crédits : DK
▎ Multi-comptes : Je galère déjà avec un seul compte
▎ Points récoltés : 1640
The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_opfyk99ZmU1rq9ihbo3_r2_400
▎ Your age : 35 ans
▎ Your preference : Hétérosexuel
▎ Job/Studies : Pilote de ligne, amoureux du ciel
▎ The one you love : The way to love is to realize that it might be lost Tumblr_pbg928QHBS1spguxzo1_400

https://likeariver.forumactif.com/t2578-me-myself-and-i https://likeariver.forumactif.com/t2745-milo-davis-the-best-way-to-predict-the-future-is-to-create-it#26057
The way to love is to realize that it might be lost Empty
Message#
Sujet: Re: The way to love is to realize that it might be lost   The way to love is to realize that it might be lost EmptySam 27 Avr 2024 - 22:40

The way to love is to realize that it might be lost
Milo Davis & @Cassia Henderson


Les larmes qui s'écoulent à flots de ses yeux cernés de tristesse... Jamais, au grand jamais, je n'aurais pu un jour imaginer que j'en serais le seul et unique responsable. Jamais je ne me serais cru capable de lui infliger pareille douleur, de lui causer une peine si abyssale. Si j'avais su, ne serait-ce qu'entrevu l'issue funeste de notre histoire, jamais je ne l'aurais embrassée ce soir-là, au chalet, sous la voûte céleste parsemée d'étoiles et le doux murmure apaisant des pins séculaires. Si j'avais su que notre amour, si pur et passionné à ses prémices, finirait en un torrent dévastateur de douleur et de regrets lancinants, j'aurais peut-être hésité, frémi, emprunté un chemin radicalement différent. Ce soir d'éternité, le monde semblait tout entier conspirer pour sceller notre union, pour nous unir à jamais. La fraîcheur nocturne s'insinuait avec douceur, recouvrant tout d'une chape de velours, d'un silence ouaté, tandis que le feu crépitait joyeusement dans l'âtre de la cheminée, jetant des ombres dansantes sur les murs de bois du vieux chalet. Nos rires fusionnels résonnaient, emplis de promesses fécondes et d'une insouciance bénie. Tout était pure perfection, féérie poétique, presque irréel à force de magie et de beauté. Je me rappelle l'avoir contemplée longuement, son visage angélique délicatement illuminé par la lueur mouvante du foyer, ses yeux bistres pétillants d'une joie pure et irrépressible. Comment aurais-je pu alors seulement envisager que le même amour incandescent qui faisait battre nos cœurs à l'unisson serait celui-là même qui les briserait de la plus abjecte des manières ?

À chaque larme qui s'échappe désormais de ses magnifiques yeux meurtris, c'est un peu de cette nuit d'éternité qui s'effrite, un peu de ces souvenirs précieux qui se teintent d'une noirceur tenace. La douleur insondable que je peux lire dans son regard n'est que le reflet de la culpabilité dévorante qui me ronge de l'intérieur. Chaque sanglot est un reproche silencieux mais cuisant, chaque œillade une condamnation sans appel, un impitoyable rappel de ce que j'ai causé, de ce que j'ai détruit par mes actes. Si j'avais su que nous finirions ainsi, tous deux emportés dans un tourbillon de souffrance et de peine absolue, peut-être aurais-je alors retenu mon souffle, refréné mes ardeurs, combattu mes pulsions. Mais la vérité, aussi cruelle et déchirante soit-elle, c'est que dans l'éclat aveuglant de ce premier instant au chalet, dans le feu de notre passion consumée, rien d'autre n'existait, n'avait d'importance hormis nos deux âmes enfin réunies. Et si vraiment j'avais su, si j'avais pu prédire l'issue tragique de notre idylle, aurais-je réellement pu, d'une froideur désincarnée, renoncer à ce baiser originel, à cette étincelle qui a embrasé tant de jours et de nuits de notre félicité passée ? Maintenant, tandis que je la regarde une fois de plus, chacune de ses larmes amères renforçant un peu plus la distance abyssale qui s'établit entre nous, je réalise que tout amour, aussi puissant et incandescent fût-il, porte en son sein la semence empoisonnée de sa propre destruction. Mais malgré cette douleur lancinante, malgré les regrets perpétuels, je ne peux m'empêcher de chérir jusqu'à la dernière parcelle de bonheur que nous avons partagée. Car même si le souvenir en est désormais inexorablement doux-amer, il reste la preuve irréfragable que ce que nous avons vécu était bel et bien réel, vrai et d'une profondeur abyssale. Et pour rien au monde, en dépit de la souffrance présente, je n'aurais voulu passer à côté de ce chapitre passion de ma vie aux côtés de Cassia.

Les larmes de Cassia dévalent sans fin sur ses joues délicates, chaque perle salée résonnant comme un écho déchirant de la douleur indicible que mes paroles imprudentes ont infligée. D'une voix à présent brisée par les sanglots incontrôlables, elle me supplie avec désespoir de ne plus jamais lui dire que mon bonheur dépend exclusivement d'elle. Je perçois avec une acuité cinglante le fardeau écrasant, le poids émotionnel titanesque que mes mots maladroits lui imposent, un fardeau qu'elle ne se sent visiblement pas prête à porter sur ses frêles épaules.  Son regard d'une infinie tristesse, empreint d'un épuisement moral qui me navre, se fixe avec mélancolie sur le cadran de la montre qu'elle m'a autrefois offerte : symbole aujourd'hui dérisoire d'un temps meilleur, un temps insouciant où l'avenir nous semblait infini et baigné d'une félicité sans borne. Ses mots suivants me transpercent le cœur telle une lame acérée  « Je ne veux pas que tu m'emportes avec toi. Ce que je veux, c'est que tu restes avec moi... » Elle articule ces paroles d'une voix lasse, usée, résonnant avec la pesanteur de notre cruelle réalité. « Cassia... Si seulement tu savais à quel point j'en éprouve le besoin viscéral, l'envie ardente, le désir dévorant... » je réponds d'un ton chargé d'une émotion poignante, tandis que sa main glisse lentement, inexorablement hors de la mienne.  

Cette séparation physique est le miroir implacable du gouffre béant qui se creuse entre nos cœurs jadis inextricablement liés, une distance qui semble s'élargir un peu plus à chaque nouveau mot échangé. La douleur fulgurante de ce détachement progressif est une torture lente infligée à mon âme qui ne souhaite que l'unité fusionnelle.  La tension devient palpable à mesure que la voix de Cassia se durcit, son regard planté dans le mien avec une intensité qui me transperce jusqu'à l'âme. « Tu dis ça mais...mais ça ne t'empêche pas de vouloir tout arrêter entre nous... Pourquoi !? Qu'est-ce qui te manque tant dans ta vie d'avant !? Je veux savoir, j'ai besoin de savoir... » Sa demande emplie de désespoir et de confusion me frappe de plein fouet telle une salve dévastatrice. Mon cœur se serre avec force à l'idée même d'être contraint de lui révéler la terrible vérité : Andrew, cet homme immonde qui fait désormais peser une menace sombre et sinistre sur notre couple, me fait l'objet d'un insoutenable chantage, menaçant la vie même de la femme que j'aime plus que tout au monde.

Chaque mot que prononce Cassia me pousse un peu plus à divulguer le lourd secret que je porte en moi, tel un fardeau écrasant. Mais la peur viscérale qu'elle soit mise en danger immédiat par cette révélation me paralyse et me condamne à un silence pesant. Je prends une profonde inspiration saccadée, luttant de toutes mes forces contre l'envie dévorante de tout dévoiler, et je choisis à contrecœur de maintenir le voile glacial sur notre situation pour mieux la protéger. « Ne crois pas que ce sont les femmes qui me manquent, Cassia... Tu sais pertinemment que je ne désire que toi... » Je sens que cette pâle réponse pourrait l'irriter davantage, attiser ses doutes, mais la vérité crue pourrait la mettre en péril immédiat. « Ce qui me manque... C'est la liberté... » je poursuis d'une voix tremblante qui révèle l'effort que me coûte ce mensonge éhonté. C'est un mensonge de plus, un de trop peut-être, mais je le profère dans l'espoir vain et désespéré de la préserver, de garder intact ce dernier fil ténu qui nous relie encore.


SHE IS MY WORLD
Et au premier battement de ses paupières, je l'ai reconnue. C'était bien elle, l'inattendue et l'attendue
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
  Contenu sponsorisé  

The way to love is to realize that it might be lost Empty
Message#
Sujet: Re: The way to love is to realize that it might be lost   The way to love is to realize that it might be lost Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
The way to love is to realize that it might be lost
Revenir en haut 
Page 1 sur 11Aller à la page : 1, 2, 3 ... 9, 10, 11  Suivant
 Sujets similaires
-
» Mikha | Lost in control
» eliott haze ☽ lost in yesterday
» ALEJANDRA ⊹ your love is real, you've got the love
» I lost the stup..sweet cute dog, HELP! [Libre]
» Tyler ¤ Lost and looking for the meaning I've been searching high and low

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
๑ like a river :: fall river city :: Eastern Avenue :: Charlton Memorial Hospital-
Sauter vers: